Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2014

Réflexions sur l'élection de Nicolas Sarkozy à la Présidence de l'UMP

UMP SArkozy 2014.jpg

Voila, les résultats sont sortis, sans constestation et avec une grande rapidité. Un grand bravo aux organisateurs car ce vote électronique  a très bien fonctionné malgré quelques bugs dans la soirée de vendredi et a été un succès.

Que faut-il penser du résultat?

Celui ci est assez conforme à ce que j'attendais, même si j'avais pensé que Bruno Le Maire ferait un peu plus (35%) contre seulement 60% à Nicolas Sarkozy. L'ancien président a donc fait mieux que je ne m'y attendais, mais ce résultat reste cependant une déception pour lui, qui avait emporté l'UMP en 2004 avec 85% des suffrages, et qui entre temps a exercé les fonctions de président de la République. Marine Le Pen a d'ailleurs résumé la situation par un laconique "mal revenu, mal élu"

Peu importe le score, pourvu que le parti gaulliste puisse se remettre dans le sens de la marche, ce dont il a bien besoin. Espérons maintenant que le nouveau Président saura faire du parti une source de propositions concrètes plutôt qu'une machine à bouffer du Hollande, ce qui finalement n’intéresse que peu les Français.

Aurons nous l'occasion de voir s'instaurer un débat d'idées afin que la droite soit en mesure d'offrir une alternative crédible et qui, enfin, tienne ses promesses? C'est mon voeu le plus cher.

Les grandes orientations pour l'avenir doivent être débattues et, une fois finalisées, elles devront s'imposer au candidat qui sera désigné lors des Primaires en 2016. Primaires dont il est essentiel qu'elles se tiennent et qu'elles soient ouvertes au Centre.

Mr Sarkozy, en tant que président du Parti, partira avec un avantage important car il devrait finir facilement premier à l'issue du premier tour. Restera à voir alors comment se comporteront les candidats arrivés derrière lui. Seront-ils en mesure de se rassembler et de faire front contre l'ancien président, ce qui donnera une chance réelle à Mr Juppé si celui-ci finit second, ou bien resteront-ils divisés, favorisant ainsi l'élection facile de Mr Sarkozy.

Nul doute que l'attitude de Bruno Le Maire sera déterminante. Saura t-il résister au chant des sirènes sarkoziennes,qui lui propsera surement un ticket Président-Premier Ministre ou jugera t-il qu'il a une chance par lui même? De là dépend en grande partie l'issue des primaires et de la Présidentielle. Ce qui est probable, c'est que Mr Sarkozy va "utiliser" au mieux BLM pour affaiblir ses deux autres rivaux que sont MM Juppé et Fillon. Tout l'art de Mr Sarkozy sera de faire monter Mr Le Maire pour qu'il siphonne les voix de Mr Juppé, mais pas trop quand même de peur qu'il puisse décider de concourir pour lui même.

Un jeu de rôles et de stratégie fort interessant pour tous ceux qui s'interessent à la politique.

 

17:47 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, sarkozy, le maire, juppé; primaires | | | Digg! Digg | | |  Facebook

19/11/2014

Nicolas Sarkozy a perdu gros ce week-end

 

Nicolas Sarkozy, samedi, lors du meeting du mouvement de l'UMP Sens commun, où il a annoncé vouloir abroger le mariage pour tous.

L’ancien chef de l’Etat s’est pris les pieds dans le tapis ce week end devant un parterre de militants UMP opposés au mariage pour tous (Sens Commun) qui recevait les 3 postulants à la présidence du parti de droite.

Alors qu’Hervé Mariton, qui n’a jamais caché son hostilité virulente à la loi Taubira, jouait à domicile, Bruno Lemaire a fait preuve de courage et de constance en ne reniant pas ses valeurs et en ne cédant pas à la pression de la salle qui l’a hué quand il réaffirmé que la loi Taubira ne serait pas remise en cause si la Droite revenait au pouvoir.

Quant à Nicolas Sarkozy qui avait exigé de passer en dernier, il a tenté de louvoyer mais n’a pas su résister à la pression de la salle, affirmant à la foule en liesse qu’il abrogerait la loi Taubira s’il revenait au pouvoir.

Pour moi, une telle attitude est une preuve de faiblesse et la démonstration évidente de son manque de conviction sur le sujet, puisque nombreux sont ceux qui pensent qu’en réalité il n’a aucune volonté de revenir sur cette loi, qui serait de toute façon fort difficile à abolir légalement.

Une évidence de plus que l’ancien président n’a comme objectif que d’être élu, en promettant à chacun ce qu’il veut entendre pour ensuite n’en faire qu’à sa tête. Une façon de faire de la politique qui m’horripile car elle décrédibilise la politique auprès de nos concitoyens.

Ce qui me console est que NKM, qui était à La Roche sur Foron samedi pour promouvoir la candidature de Mr Sarkozy, n’a pas hésité dès lundi à se désolidariser de son favori et de dire qu’il avait fait une erreur en prenant un tel engagement. Position reprise par plusieurs des soutiens de Nicolas Sarkozy (Christian Estrozy, Frederic Lefebvre, Roger Karoutchi, etc…)dans la course à la présidence de l’UMP.

 

Bravo Monsieur Le Maire, vous avez prouvé dimanche que vous aviez la stature pour conduire l’UMP. J’espère que vous ferez un score honorable qui vous encouragera dans cette voie de courage et de convictions. C’est d’un leader comme vous dont l’UMP a besoin, qui permette de regarder devant nous plutôt que de confier les rênes du parti à un homme dont la principale ambition est de prendre une revanche personnelle vis-à-vis de l’actuel Président de la République.

 

18:20 Publié dans Politique Française, Société | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sens commun, sarkozy, le maire, mariton, ump, loi taubira | | | Digg! Digg | | |  Facebook

26/05/2014

Elections Européennes - Décryptage

Que nous disent les résultats de ces élections européennes?

1- l'attrait pour l'Europe est beaucoup plus fort à l'est qu'à l'ouest, avec des taux de participation bien plus élevés et des scores élogieux pour les partis pro-européens dans les pays qui ont subi le joug soviétique et qui comprennent mieux que nous que l'Europe est avant tout un gage de paix et de sécurité.
Il est bien dommage que nos sociétés occidentales repues et n'ayant plus le souvenir de la guerre, ne sachent plus prendre en compte à sa juste valeur ce bienfait essentiel de l'Union Européenne.

2- le rejet des partis de gouvernement n'est réellement significatif qu'en France. Ce phénomène ne se retrouve pas dans les autres pays européens. Ainsi si l'UMP et le PS ne réunissent à eux deux que 35% des suffrages en France , le SPD et la CDU en récoltent 65% en Allemagne. ce qui montre que la classe politique n'est nulle part aussi fortement rejetée que dans notre propre pays. Ce qui devrait conduire celle-ci à faire une profonde introspection de son comportement avant qu'elle ne soit balayée par un mouvement encore plus fort. La lacheté de nos politiciens qui depuis 30 ans n'ont pas su trouver le courage de mener des réformes courageuses et de prendre des mesures de bon sens face à l'évolution de la société se paie aujourd'hui: et de façon d'autant plus forte auprès des jeunes et des classes populaires qui se sont tournés en masse vers le Front National.

Si l'exaspération est de plus en plus forte chez nous au point qu'un quart de l'électorat est prêt à faire le pari de l'inconnu et à se donner au Front National , c'est que le discrédit des grands partis est total. Le dernier exemple étant bien évidemment le grand écart scandaleux entre les promesses du candidat Hollande et la politique à l'opposée du Président Hollande. Le Président s'est moqué du peuple, il l'a trompé, voire trahi, il en paie les conséquences.

3- le rejet massif de l'Europe par la Grande Bretagne avec un score du parti UKIP de 30% est la manifestation évidente que ce pays ne sera jamais véritablement européen, au sens que ce mot prend sur le continent. Il devient urgent d'en tirer les conséqueces et de se poser la question s'il ne serait pas préférable de laisser la Grande Bretagne sortir de l'Europe et négocier avec elle un partenariat similaire à celui qui existe avec la Suisse, plutôt que de continuer à lui faire des concessions qui ne font qu'affaiblir notre volonté d'aller de l'avant sur le continent.

4- il est temps que l'Europe soit incarnée. Pour cela, il lui faut un chef, élu démocratiquement et reconnu par tous, qui incarne l'Union, tout comme Barak Obama incarne les Etats Unis d'Amérique. Ce n'est pas faire injure à Mrss Juncker ou Schultz que de dire qu'ils n'ont ni la notoriété ni le charisme pour faire réver les Européens. On se prend à imaginer ce que pourrait être l'Europe avec un homme du calibre de Nicolas Sarkozy à sa tête. Nul doute qu'il ferait faire un pas de géant à l'Union Européenne comme entité politique, économique , militaire et commerciale. Voila un vrai défi pour lui, à sa vraie mesure plutôt que d'envisager un hypothétique retour sur la scène nationale.

5- Il est grand temps de revenir aux bases de ce qui a fait l'Union: l'envie de vivre ensemble, en paix, enrichis de nos diversités (culturelles, historiques, culinaires etc...) et plus forts de nos valeurs communes issues de la civilisation européenne qu'il est essentiel de prémunir et de faire rayonner. Il suffit de comparer le cinéma américain avec les cinémas des différents pays européens pour comprendre à quel point nous sommes proches et en même temps fort différents de nos amis transatlantiques.

Il convient de redonner ce gout à notre jeunesse en lui proposant un projet européen qui ne se borne pas pas à constituer un ensemble de normes qui fait fi de nos différences et qui rencontre une hostilité croissante. A quand un grand projet spatial ou culturel qui démontre à tous qu'unis nous pouvons rivaliser avec les grandes puissances que sont les Etats Unis ou la Chine. Et pourquoi pas, après la monnaie commune une langue commune, mais pas unique, qui permette à tous les peuples du continent de se parler et de se comprendre. Je ne serais d'ailleurs pas hostile à ce que cette langue soit l'anglais. On pourrait même envisager que comme cela est le cas au Canada, tous les écrits publics soient systématiquement rédigés en 2 langues : la langue européenne commune et celle du pays concerné.  A l'horizon 2040, il n'y aurait plus de traducteurs et chacun des repésentants des pays de l'Union serait tenu de s'exprimer dans la langue commune au sein des instances européennes.

C'est comme cela que l'Europe se fera! Cela peut sembler utopiste mais ce ne l'est surement pas plus que d'avoir une monnaie ommune ou de s'être réconcilié avec les allemands apres 60 ans de guerre et d'animosité. Il suffit d'avoir un peu de volonté. C'est d'ailleurs bien là que le bas blesse car l'attitude de la Fance qui par son arrogance et sa conduite est un frein véritable à cette intégration européenne que j'appelle de mes voeux.

Français depuis 1860, la domination centralisée originaire de Paris nous a conduit, nous savoyards, à 3 guerres en 70 ans contre ls Allemands. La "domination" de Bruxelles nous a offert la paix pendant le même laps de temps. En tant que provincial, je ne rechigne pas plus à des directives venant de Bruxelles qu'à celles venant de Paris, pourvu qu'elles soient démocratiques et de bon sens. Et je préférerais vivement pouvoir négocier des accods avec le canton de Genève ou l'Italie voisine sous les auspices bienveillants et décentralisés de l'Union Européenne que sous les diktats de Paris.

Je suis reconnaissant à l'Europe de nous forcer à mener enfin une politique économique sérieuse, en refusant la facilité de la dévaluation et en nous contraignant à une amélioration de la compétitivité. Cependant, je regrette que l'Europe n'incite pas plus les pays de la zone euro à miser sur le progrès. C'est par ce biais que notre économie s'en sortira par le haut. Il suffit de voir le succès d'Airbus ou d'Ariane Space pour comprendre quelle doit être notre ambition.

Puisse le résultat d'hier conduire nos dirigeants à se réviller et à refonder une nouvelle Europe, une Europe qui nous fasse réver et qui nous promette un avenir radieux. Sinon, ce sera le repli sur soi, avant de plonger dans un déclin irrémédiable qui sera le glas de notre jeunesse.

15/12/2013

Réponse à Antoine Vielliard sur sa mise en cause de ma candidature à la mairie de St-Julien-en-Genevois

Je n'ai pas l'habitude de commenter les articles que peut écrire Mr Antoine Vielliard sur son blog Portevoix, blog pour lequel j'ai d'ailleurs maintenu un lien dans la colonne de droite de ce blog afin de faciliter la possibilité à mes lecteurs de lire ce qu'il peut y publier (alors que lui même a supprimé le lien qui existait sur son blog vers le mien), mais quand il me met en cause personnellement je me sens dans l'obligation de sortir de ma réserve, surtout quand ce qu'il écrit est faux et mensonger.

Ci dessous un extrait d'un commentaire qu'il adresse à l'un de ses lecteurs dans lequel il écrit que l'UMP m'a demandé en février de me présenter contre lui pour permettre de faire gagner la municipalité socialiste.

"Nous avons regardé le même match mais il semble que vous n'en connaissez pas les règles. Depuis que l'UMP a demandé en février dernier à Pierre Brunet d'être candidat pour essayer de faire la courte échelle à l'équipe socialiste sortante, notre groupe est composé de 7 élus. Jeudi soir j'avais le pouvoir de Frédéric Sansa qui était absent pour des raisons professionnelles. Il y a donc eu 4 absentions sur 7 ce qui compose la majorité".

Je ne peux laisser Mr Vielliard avec qui j'ai fait équipe en 2008 laisser dire n'importe quoi. Le complot de l'UMP qui l'empèche de gagner, il nous l'a déja joué en 2008, alors que Catherine Joubert et moi même , encartés à l'UMP, l'avions rejoint car nous avions cru à sa sincérité et à son projet pour St-Julien.

J'estime pour ma part que c'est sa négociation mal conduite avec Mr Bouchet et surtout son arrogance envers le candidat arrivé troisième qui a conduit un certain nombre d'électeurs de droite à se détourner de lui et à ne pas apporter leurs voix à notre liste.

Mais lui faire reconnaître qu'il ait pu faire une erreur, c'est trop demander au candidat MODEM, qui distribue bons et mauvais points à tout le monde sans jamais se remettre en cause, sûr de son infaillibilité. Un trait de caractère qui a conduit nombre de personnes qui le cotoient à s'en éloigner, que ce soit à la CCG, au Conseil Général ou au sein de sa propre équipe municipale.

Ce n'est pas l'UMP qui m'a demandé de monter une liste face à lui, c'est moi qui ai voulu me désolidariser de lui, de ma propre et seule initiative.

J'avais déjà été interpellé lorsque son leader François Bayrou votant officiellement pour François Hollande aux présidentielles 2012, je lui avais demandé pour qui il roulait et qu'il ne m'avait jamais répondu.

J'ai ensuite très mal vécu ses attaques insidieuses contre la municipalité actuelle, cherchant toujours à instiller la suspicion et le doute sur l'honneteté de gens qui, s'ils ne partagent pas nos idées, restent cependant des gens respectables qui ont d'ailleurs été réélus par les électeurs en 2008. Les attaquer sur leur probité comme il le fait est une injure faite à l'intelligence des  électeurs et j'ai annoncé officiellement lors d'un Conseil Municipal que je me dissociais totalement de ses insinuations malsaines.

Depuis qu'il a obtenu le poste de Conseiller Général de notre canton grace à la division de la droite, il tente la même manoeuvre pour discréditer toute candidature qui viendrait lui faire de l'ombre. Ainsi il a tenté de faire circuler le bruit que l'UMP n'était pas derrière la liste que je conduis, puis mis devant le fait accompli, il tente désormais de faire croire que l'UMP complote contre lui à travers moi.

Outre le fait que cela démontre l'égocentrisme de ce candidat qui croit que le monde tourne autour de lui, je ressens ses attaques comme injurieuses à mon égard. Je ne suis pas manipulé comme laisse accroire Mr Vielliard; c'est mon choix et c'est de mon seul plein gré que j'ai décidé de me porter candidat à la mairie. Non pour faire élire la liste socialiste comme veut le faire croire Mr Vielliard, mais bien pour la conquérir.

Mais cette tentative de conquête n'est pas justifiée par une quelconque ambition personnelle ou la volonté de préparer ma retraite comme il le laisse parfois entendre. Non, ma candidature est motivée par mon souhait de construire un vrai projet et par une ambition forte pour ma ville, celle où je suis né, où j'habite et où je travaille. Que je sache, alors que notre projet de ville, concret, détaillé et argumenté est en ce moment même distribué aux habitants de Saint-Julien, je n'ai pas encore vu le moindre début de proposition de la part du candidat Vielliard qui se contente d'incantations et de voeux pieux.

Quant à ses revirements de position sur le PLU, auquel il s'est dans un premier temps fortement opposé pour finalement s'abstenir jeudi soir, il suffit de s'adresser aux Conseillers Communautaires qui ont assisté à son esclandre lors du dernier Conseil pour savoir à quel point il est difficile de suivre les cheminements de sa pensée.

Pour conclure, non Mr Vielliard je ne me présente pas à la demande de l'UMP pour fairé élire la liste socialiste: je me présente pour conduire un projet ambitieux pour Saint-Julien et éviter que le désaveu actuel des Socialistes au niveau national, ne profite à un candidat dont le seul moteur est son ambition personnelle.

Mon équipe de rassemblement, avec des gens de sensibilités politiques différentes est soudée et tournée vers un seul objectif: trouver des solutions intelligentes et réalistes pour améliorer la vie des Saint-Juliennois. Je ne vous permets pas d'insulter leur engagement, qu'ils ont rendu public, alors que vous continuez à garder l'anonymat de la vôtre sous le prétexte que "la majorité des St-Juliennois savent à peine qu'il y a des élections municipales. Ils en ignorent la date." selon vos propres mots dans un commentaire du 14 décembre sur votre blog.

Quelle impudence vis à vis des habitants de notre ville, alors même que vous déployez une énergie considérable à les faire s'inscrire sur les listes électorales. Une nouvelle preuve de votre double discours qui ne prend plus. A force de travestir la vérité, vous vous faites prendre en flagrant délit, et cela j'espère que les électeurs ne l'oublieront pas lorsqu'il sera temps pour eux de décider à qui ils veulent confier les rènes de notre ville.

Pierre Brunet
Candidat à la mairie de St-Julien

29/11/2013

Soirée UMP à Cranves Sales avec Christian Jacob

UMP Cranves Sales1.JPG

 

Hier soir a eu lieu une réunion UMP organisée par notre député Virginie Duby-Muller dans la salle des Sociétés à Cranves Sales où le maire Bernard Boccard nous a fort civilement donné l'hospitalité. L'invité d'honneur était Christian Jacob, le chef de file  des députés UMP à l'Assemblée Nationale venu nous précher la bonne parole du parti sur quelques sujets essentiels du moment, et tout particulièrement l'économie.

 

Christian Jacob.jpg

 

J'ai ainsi découvert que Mr Jacob était à l'origine un agriculteur qui s'est "égaré" en politique, ce qui me l'a tout de suite rendu sympathique. Il nous a d'ailleurs tenu un discours très terre à terre, mettant en évidence les lacunes de ce gouvernement socialiste qui s'empètre dans des réformes à contresens de ce qui devrait être fait, privilégiant le matraquage fiscal(+ 70 Mards d'impôts) alors qu'il faudrait en priorité s'attaquer à la réduction des dépenses publiques qui représentent aujourd'hui 57% du PIB, quasiment un record mondial.

Christian Jacob a exprimé le souhait que la Droite revienne sur 3 grandes lois socialistes marquées dans le temps comme suit:

1981: la retraite à 60 ans
1988: l'instauration du RMI
1997: la mise en place des 35 heures

3 réformes qui ont contribué à dévaloriser la valeur travail et à plonger notre pays dans le déclin économique.

Il a aussi critiqué la mise en oeuvre du CICE qui, au final, profite en premier à la Poste et à la Grande Distribution et surtout affirmé que ce dont la France avait le plus besoin était une bonne cure de SIMPLIFICATION.

Il s'est ensuite interrogé sur le fait que si notre système éducatif est aussi bon, comment se fait-il que le chomage des jeunes en France soit de 26% pour les moins de 25 ans alors qu'il n'est que de 7% en Allemagne. Mr Jacob a proné la possibilité d'aller vers l'apprentissage dès 14 ans, en faisant remarquer que le taux de placement dans les filières professionnelles est de 90% contre seulement 50% dans l'enseignement général.

A un moment où la dépense publique atteint 1000 Milliards d'euros, il a insisté sur la nécessité de réduire le nombre des fonctionnaires et de simplifier le mille feuilles administartif qui offre 5 niveaux de resonsabilités (état, région, département,intercommunalité, commune), ce qui est fort couteux et ralentit considérablement la mise en oeuvre des actions.

Enfin, il a réitéré la position de l'UMP qui ne ferait jamais d'alliance avec le FN dont le programme économique était complétement nul, rejoignant sur certains sujets le Front de Gauche en pronant par exemple  le maintien ou le retour de la retraite à 60 ans.

En résumé : Un bon orateur, une bonne salle, une bonne soirée.

 

UMP Cranves Sales 2.JPG

Christian Jacob entouré de Bernard Boccard, Bernard Accoyer, Virginie Duby-Muller, Sophie Dion, Pierre Hérisson, Jean-Claude Carle et Martial Saddier

 

00:59 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, christian jacob, virginie duby-muller | | | Digg! Digg | | |  Facebook

20/06/2013

Municipales 2014 à St Julien - Les grandes manoeuvres ont commencé

A lire la Presse, pas toujours très bien renseignée d'ailleurs, on comprend que les grandes manoeuvres se précisent en vue de la constitution des listes pour l'échéance municipale de l'an prochain.

Qu'en est-il pour St Julien? Voici le décryptage que je vous propose:

La municipalité sortante, socialiste, reste accrochée à la décision du maire sortant Jean-Michel Thenard qui a promis à ses co-listiers de leur donner une réponse avant la fin juin sur sa décision de repartir ou pas. Une alternative est déja prête puisqu'un adjoint au maire a fait acte de candidature pour conduire la liste si Mr Thenard décidait de ne pas se représenter pour un 3ème mandat. Ce même candidat a cependant clairement annoncé qu'il se rangerait derrière Mr Thenard si celui-ci décidait de repartir, ce qui ne manque pas de désoler certains co-listiers qui préféreraient voir le maire céder la place et cet adjoint conduire la liste.

Mais Mr Thenard a, à mon avis très envie de mener à bien les grands projets qu'il a entrepris, au premier rang duquel bien sur le tramway; et pour plusieurs raisons, je pense qu'il envisage fortement de briguer un troisième mandat. Réponse sous peu.

Sous l'étiquette centriste, mais en réalité de centre gauche, le candidat Modem Antoine Vielliard se prépare depuis plusieurs mois, en constituant une équipe, profitant du fait qu'à ce jour, il est perçu comme le leader de l'opposition au Conseil Municipal. Cela lui confère un avantage non négligeable car ainsi il cristallise sur son nom les électeurs et aspirants conseillers municipaux qui veulent se débarrasser de Mr Thenard.

Il a décidé de passer la vitesse supérieure en lancant il y a quelques jours son grand sondage sur le PLU, qui n'est en fait qu'une façon habile de faire parler de lui auprès des électeurs rétifs à la municipalité actuelle, et de renforcer sa position de premier opposant au maire actuel.

A l'extrème droite, il semble que le FN se prépare à monter une liste, dans la droite ligne de sa stratégie de conquête pérenne de l'électorat qui se retrouve derrière les idées de Marine Le Pen. Selon les informations parues récemment dans le Dauphiné Libéré, cette liste serait presque prête, (ce qui me surprendrait), et serait, selon mes sources, conduite par un habitant d'une grande résidence située sur l'Avenue de Genève.

Quant à l'UMP, de nombreuses rumeurs courent, non vérifiées, qui laissent entendre que cette formation a l'intention de présenter sa propre liste. Je peux aujourd'hui confirmer le bien fondé de cette rumeur et dire qu'effectivement la Droite Républicaine modérée entend constituer une liste de rassemblement autour d'une équipe motivée pour défendre un  projet de ville ambitieux et concret, en vue de solutionner au plus vite les problèmes qui se posent aux Saint-Juliennois et de fixer un cap pour l'avenir.

N'ayant jamais caché que mes convictions politiques se situaient proches de cette famille politique et que je réfutais tout sectarisme, de droite comme de gauche, j'invite les personnes qui se retrouvent dans ces idées et qui souhaitent mettre leurs compétences et leur enthousiasme au profit de notre ville,  à prendre contact avec moi à l'adresse mail ci-après: pierre.brunet74160@gmail.com afin d'être tenues informées des prochaines étapes.

Bonne chance à tous! La politique n'est pas la guerre. Je souhaite de tout coeur que cette campagne reste digne, proposant idées contre idées des alternatives fructueuses pour nottre ville, et qu'elle permette aux St Juliennois de faire leur choix en toute connaissance de causes.

28/11/2012

La stature Gaullienne de François Fillon - Un rassembleur qui a du courage

de gaulle2.jpg

Nouveau rebondissement aujourd'hui dans la guerre des chefs qui oppose Jean-François Copé et François Fillon pour la présidence de l'UMP.

Alors qu'on avait cru à une possible sortie de crise suite à l'intervention de Nicolas Sarkozy, l'autoproclamé président Copé a émis un ultimatum aussi inacceptable que méprisant envers l'ancien Premier Ministre, le sommant de déposer la seule arme valable qui lui fait peur, sans lui même ne s'engager à rien , si ce n'est à la tenue d'un vague référendum auprès des militants, sans aucun cadre précis et sans calendrier.

François Fillon eut-il accepté un tel diktat d'un président aussi illégitime qu'irrespectueux, il aurait alors cessé d'avoir mon soutien, car il n'aurait pas été digne des plus hautes fonctions que je souhaite pour lui à l'avenir.

Mais un pilote automobile qui ne craint pas de mettre sa vie en danger dans des bolides vrombissants ne s'effraie pas d'aussi peu. En effet, Mr Copé, il ne suffit pas de s'agiter en bras de chemise à une tribune en fustigeant les chapardeurs de petits pains au chocolat pour prouver qu'on est un chef. La vraie force, c'est la force tranquille, celle qui permit en son temps à François Mitterrand de régner sur la France pendant 14 ans.

J'avais beaucoup de sympathie pour Mr Copé, et j'estimais qu'il ferait un meilleur chef de parti que Mr Fillon, ce dernier étant sans conteste le plus présidentiable des deux. La grande majorité des militants étant d'ailleurs d'accord avec ce point de vue, ce que j'ai pu vérifier auprès de nombreux militants supporters de JF Copé pour cette élection.

Le problème, c'est que Mr Fillon ne faisait pas confiance à Mr Copé pour organiser une primaire impartiale en 2016, si celui ci s'emparait du Parti. C'est la raison principale de son entrée dans la bataille pour la présidence. On voit aujourd'hui à quel point il avait raison de se méfier.

Ce matin donc, JF Copé a émis son ultimatum, persuadé que la plupart des grandes voix du Parti se rangeraient derrière lui, tant la prolongation de ce duel homérique nuit aux interets de l'UMP et met la réélection des caciques du parti en danger. JF Copé espère gagner à l'usure, de guerre lasse: le problème, c'est qu'à la surprise générale, il y a en face un teigneux qui se bat intelligemment et qui fronce les sourcils, qu'il a épais, mais qui ne lache rien. Un vrai chef de guerre lui aussi!....

Ce sur quoi, François Fillon pèche, c'est sur la communication auprès des médias. Probablement qu'il ne veut pas descendre au même niveau que les époux Balkany, la fille mère Mme Dati ou l'élégant Karoutchi.... Quant à Mme Tabernot, cette anti-gaulliste notoire, quelle drôle d'idée que de lui confier un rôle de premier plan au sein du parti qui se réclame comme l'héritier du Général.

Parlons en d'ailleurs du Général! En juin 1940, si le Général De Gaulle avait écouté les sondages,(ils n'existaient pas à cette époque), il ne serait jamais parti à Londres et il n'aurait pas lancé son appel du 18 juin, tant il était minoritaire dans l'opinion française. Il aurait dû se ranger derrière le maréchal Pétain, son ancien mentor. Mais cet homme avait une certaine idée de la France et des valeurs de la République.  C'est pourquoi malgré tous les obstacles et les risques (rappelons qu'il fut condamné à mort par coutumace par le gouvernementr français) il a fait ce qu'il estimait être son devoir , et il est entré en résistance.

Contrairement à tous ces observateurs, aveuglés par leur court-termisme , il y a certains esprits capables de s'élever au dela du clapot des vagues pour comprendre où va le courant. Je regrette que si peu de journalistes ne soient capables d'un tel recul: la plupart ne faisant que répéter ce qu'ils ont entendu sur une autre antenne (ex: Jean François Coppé siffle fin de la récré,......). Quant aux politiciens, hormi quelques rares esprits qui comprennent les enjeux mais qui sont partie prenante de la lutte pour en tirer un bénéfice, peu trouvent grace à mes yeux. Quant à la gauche, elle est assez mal placée pour venir donner des leçons de morale et la porte parole Nakat Valaud Belkacem ferait bien de garder ses commentaires pour elle ! Un peu de décence s'il vous plait.

Deux exceptions notables:Lionel Tardy, le député d'Annecy qui s'est révélé dans cette crise! mais il est vrai que Lionel n'est pas énarque ou haut fonctionnaire, c'est un chef d'entreprise qui a créé une belle entreprise et qui ensuite a pu mettre au service de son pays ce qu'il a appris dans l'arène économique.

Et Xavier Bertrand qui ce matin a exprimé un avis qui l'honore et qui fait preuve d'une grande sagesse. Son avis mériterait d'ête écouté car il a fait preuve d'un réel sens du compromis et d'un pragmatisme de bon aloi

C'est dans les circonstances exceptionnelles qu'on voit les grands hommes, ceux qui sont capables de voir plus loin que le bout de leur nez et leur interet personnel à court terme. De prendre des risques pour défendre ce à quoi ils croient!

Ce qui est en cause dans le combat que mène François Fillon, c'est un combat pour le respect des règles, une certaine éthique morale en politique et  l'honneteté vis à vis des électeurs. Sont-ce des valeurs perdues? Pour ma part, pas de politique valable sans une exigence morale vis à vis de l'autre, qu'il soit opposant ou partenaire!....

Alors quoi, on lui reproche la mise en danger de l'UMP, et on se gausse de sa dégringolade dans les sondages. Comme si cela donnait raison ou tort à son action. L'UMP survivra, j'en suis certain! Ce n'est pas demain qu'un homme de droite sociale comme moi ira rejoindre le camp des centristes qui recherchent systématiquement le compromis quand la période exige une détermination et le courage de prendre des mesures fortes. Je l'ai dit à François Fillon à Samoens lors de la fête départementale de la Haute savoie, le gouvernement de Nicolas sarkozy a manqué de courage, en particulier à propos de la TVA sociale qu'il fallait instaurer dès 2008. Il en a convenu, concédant qu'il n'avait pas eu toute liberté pour imposer certaines mesures pour lesquelles le Président Sarkozy redoutait la contestation dans la rue. Je pense que désormais il est déterminé à faire ce qui doit être fait pour l'interet général de notre pays. Et sa nouvelle attitude me semble être une preuve de sa nouvelle inflexibilité.

François Fillon, pour lequel j'ai depuis longtemps  de la sympathie et chez qui je devinais une force véritable, ne me déçoit pas. Mieux, il m'enthousiasme!... Dans ce bras de fer mélange d'une partie de bridge et de poker menteur, il avance ses pions avec calme et lucidité. Il prouve à tous qu'il a l'étoffe d'un chef. Et sans prédire l'issue de la guerre, il m'a convaincu de lui apporter, à la mesure de mes moyens les forces dont il aura besoin  sur le champ de bataille, face à un Copé usurpateur d'abord, puis face à la gauche des Montebourg, Hamon ou autres "gauchistes". Enfin un homme qui incarne les valeurs auxquelles je crois! Sobre, sans chi chi, mais déterminé à faire progresser notre pays, avec élégance mais sans faiblesse.

Les médias oublient de rappeler  que mardi soir, François Fillon, malgré une courte défaite de 98 voix, avait eu l'élégance de reconnaitre sa défaite. Ce n'est que le lendemain qu'il a repris le combat, quand le pot aux roses des 1000 bulletins de l'étranger fut découvert. Convaincu une fois pour toutes  qu'il avait été grugé par un usurpateur sans foi ni loi, qui avait dès le départ décidé de prendre le parti à la hussarde, il ne s'est pas couché et il est lui aussi entré en résistance.

A long terme, François Fillon fait le bon choix; il doit y avoir un minimum de règles et de rectitude morale dans la politique; sinon personne n'y croira plus, et le Front National sera de plus en plus fort. Rappelons nous la qualification honteuse de la France au Mondial 2010 grace à la fameuse main de Thierry Henry contre l'Irlande. Malgré de nombreux appels à rejouer le match par les gens respectueux de l'esprit sportif, la FFF avait privilégié ses interets finaciers en prenant la qualification, même si le résultat était entaché d'opprobre. On connait le résultat quelques mois plus tard à Knysna: une équipe couverte de honte qui a détourné les Français du foot pendant plusieurs années.

Je ne vois pas pour quelle raison, on devrait laisser l'usurpateur Copé occuper la place; cet homme, avec de telles valeurs jusqu'au boutistes conduira l'UMP à sa perte. En ce qui me concerne, en tant qu'adhérent, j'exige qu'un nouveau vote transparent et irréprochable soit réalisé d'ici fin janvier. A l'issue de ce vote, je me rangerai sans problème et sans amertume derrière le vainqueur, quel qu'il soit, ne dut il n'être gagnant que d'une seule voix, puisque telle est la règle de la démocratie.

Si la direction du parti s'y refuse et reste en place avec un immense soupcon d'illégitimité, alors, sans déchirer ma carte, je cesserai de payer ma cotisation annuelle à un parti qui ne respecte pas un minimum les règles de la morale et de l'éthique politique. Et j'en appelle à tous ceux qui pensent comme moi à faire de même, et à le faire savoir

UMP,Copé,Fillon,Lionel Tardy,Xavier Bertrand

 

19:30 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, copé, fillon, lionel tardy, xavier bertrand, de gaulle | | | Digg! Digg | | |  Facebook

27/11/2012

Référendum UMP - Sortie de crise possible?

Nouveaux coups de théatre aujourd'hui!....

François Fillon menace de créer un groupe à l'Assemblée Nationale. Cela a au moins le mérite de faire bouger les lignes, car Jean-François Copé se voit menacé de n'être que le roitelet de l'UMP au lieu du trone régalien qu'il recherche.

Face à cette menace, et à cette pantalonnade qui ridiculise la droite, Nicolas Sarkozy prend ses responsabilités en appelant chacun des 2 protagonistes à la raison.

Première bataille gagnée par Fillon: Copé propose (ou accepte) l'idée d'un  référendum auprès des militants sur l'opportunité de revoter; Depuis 10 jours, c'est la première reculade à laquelle qu'il consent. Mais comme on le sait, l'enfer est dans les détails, et le camp Fillon a interet à bien ficeler les conditions de ce référendum et ses conséquences avant de retirer la menace du groupe dissident. Car c'est bien cette menace là qui a fait bouger Copé, jusque là inflexible.

Cette partie de poker menteur peut lasser les électeurs, mais elle permet aussi de mettre en évidence les qualités de stratège de chaque camp. Or en politique, c'est aussi important!.....On le voit bien lors des négociations européennes.

Quant à Lionel Tardy, député de Haute-Savoie, il a su saisir cette opportunité pour se faire connaître médiatiquement!... Bien vu de sa part, surtout si le camp Fillon ressort vainqueur du duel.

18:16 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, poker menteur, copé, fillon, sarkozy, lionel tardy | | | Digg! Digg | | |  Facebook