Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2013

L'Europe, cette mal aimée!...

Si l'Europe est aujourd'hui si impopulaire, c'est peut-être bien parce que nos députés européens appliquent un peu trop la méthode du "faites ce que je dis, pas ce que je fais". C'est effectivment tellement facile de voter des lois auxquelles on sait qu'on ne sera pas assujetti.

Et devinez quelles sont les personnalités politiques les plus connues parmi les députés européens français qui siègent au parlement Européen de Strasbourg? Eh oui, il s'agit bien de Jean-Marie et Marine LE PEN auxquels je fais allusion. Cela donne à réflèchir, n'est ce pas?

L'exemplarité doit venir d'en haut, comme dans toute organisation. Sinon, il n'y a pas d'adhésion, et c'est la rupture entre les leaders et le peuple, ce qui n'est jamais souhaitable...

11:22 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, parlement européen, députés européens, le pen | | | Digg! Digg | | |  Facebook

08/04/2012

Le club des cinq et la Presidentielle 2012

Club5.jpg

Non il ne s'agit pas d'une nouvelle aventure des héros de Enid Blyton, mais bien du cirque que nous offrent les 5 principaux candidats a l'élection présidentielle, qui font la couverture du magazine Le Point cette semaine. Mais quand on voit le niveau desespérant de cette campagne, qui n'est guère plus haut que celui de ces livres pour adolescents, on ne peut qu'etre inquiet pour l'avenir de notre pays et on ne peut pas s'étonner du taux d'abstention record prévu par les sondages.

Dans ce cirque élyséen, le psy que j'aime être à l'occasion a essayé de dècrypter les postures et l'identité profonde de chacun des protagonistes et d'en tirer quelques conclusions pour le résultat du scrutin.

num%C3%A9risation0001[1].jpg

Le magicien Sarko

Depuis qu'il est entré en campagne, le Président candidat s'est transformé en illusioniste, essayant de faire oublier son bilan pour se présenter comme un candidat tout neuf tout beau qui a un vrai programme pour la France. Cela se traduit par une nouvelle idée sortie de son chapeau de magicien a chaque meeting, dont on se demande bien sur pourquoi il ne l'a pas mise en place lors de son quinquennat passé. Le second problème, c'est qu'on a l'impression qu'il improvise face à l'imminence de sa défaite (ou devrais je dire déroute?) et que ces mesures sont prises sous la contrainte de l'urgence, sans avoir été bien ficelées; la conséquence de cette improvisation est qu'elle nous donne le tournis et que Nicolas Sarkozy qui avait surmonté ses travers depuis 18 mois et endossé enfin le costume de Pésident perd en crédibilité. Cette surenchére  permanente le met au même niveau que ses adversaires qui nous promettent que "demain on rase gratis"; ce n'est pas pour rassurer nos partenaires européens ni les marchés financiers, et cela ne laisse rien augurer de bon pour l'avenir.

Le caméléon Hollande

Tout comme le reptile qui change de couleur selon son environnement pour mieux surprendre ses adversaires, le candidat du Parti Socialiste se fait l'ennemi de la finance au Bourget devant un parterre socialiste, et devient un grand libèral à Londres parmi les grands argentiers du monde. En réalité François Hollande a choisi  de montrer les émotions qui lui semblent les plus appropriées, les plus adéquates, compte tenu de la situation, du contexte, et de l'înterlocuteur, pour séduire; c'est un calculateur intelligent qui a décidé d'annihiler sa personnalité pour ne pas risquer de déplaire. Il s'autocensure, ne proposant rien, tant il est convaincu que le seul rejet de Sarkozy suffira à le faire élire. De ses années comme secretaire du Parti Socialiste et du consensus mou, il a gardé cette image de mollesse (Fabius ne l'avait-il pas surnommé Flamby); mais il s'en moque si ce compromis lui permet d'en arriver a ses fins, comme dans le deal récemment conclu avec les Verts sur le nucléaire. S'il n'enthousiasme pas grand monde, il fait preuve d'une grande intelligence politique et le Président du Conseil Général de Corrèze  est en voie de reussir son pari....

Le prophète Bayrou

De tous les candidats, François Bayrou  est le seul qui ose dise à peu près la verité mais, on le sait bien, nul n'est prophète dans son pays et c'est pourquoi ce catholique pratiquant prèche dans le désert; désert dont il a fait une longue traversée depuis 5 ans. Mais comment expliquer que cet homme politique qui trone comme le plus populaire des hommes politiques n'arrive pas à cristalliser sur son nom les intentions de vote au premier tour. Est ce parce que la marque Bayrou est démodée, ce que contredisent les bons sondages dont il est crédité comme homme politique, ou plutôt parce que les Français ne veulent pas entendre ce Cassandre qui leur promet des jours difficiles et qui les incite à l'effort. Lui qui tient le discours le plus raisonnable de tous les candidats  ne cesse de baisser dans les sondages. C'est à désespérer! Et à se demander si le faible niveau de la campagne n'est pas finalement le reflet de ce qu'attend le peuple de France qui se plaint de ce qu'il n'a pas mais qui refuse d'écouter quand on lui offre un débat de haute facture; ce peuple si fier de lui se satisfait plus des joutes oratoires qui l'amusent et le distraient plutot que de chercher à s'informer pour faire le bon choix pour l'avenir de ses enfants

La vierge Marine

Marine Le Pen, relativement nouvelle aux premiers ròles de la politique nationale,  est une femme ambitieuse qui se voit un avenir plus grand que celui de trublion  de la République , rôle dont semblait se contenter son Jean-Marie de pére. Convaincue de mettre ses pas dans la lignée historique de son modèle Jeanne d'Arc, la blonde Marine brandit l'étendard de la revolte du peuple francais face aux envahisseurs etrangers. Si Jeanne voulait bouter les Anglais hors de France et libérer le pays de leur joug, Marine veut rendre le pays aux francais en expulsant les étrangers indésirables et en s'opposant à l'Europe qui nous a mis en esclavage en nous privant du choix de notre destin national. Avec ses propositions simplistes et dangereuses sur le plan économique, qui portent auprés des "damnés de la terre", saura t-elle faire aussi bien que son papa il y a 10 ans?

L'imposteur Melenchon

Présent en politique depuis plus de 25 ans, le sènateur Melenchon voudrait nous faire croire qu'il incarne la révolution et qu'il est le seul représentant du peuple. D'ailleurs n'a t-il pas pris la Bastille? Et le pire, c'est que ça marche auprès des médias, qui malgré les invectives dont il les agresse, font chaque jour un peu plus sa promotion. Peu importe que son électorat soit en majorité composé de nantis, cadres ou cadres supérieurs bobos! par le seul fait qu'il se soit autoproclamé le défenseur du peuple en promettant de faire tomber les têtes qui dépassent et de chasser les élites, et en reprenant les mêmes ficelles qui assurèrent en son temps le succés médiatique de Georges Marchais, le tribun Jean-Luc  est devenu le chouchou de ces mêmes élites médiatiques qui bien entendu ne se donnent pas la peine d'analyser les conséquences désastreuses que son programme aurait pour notre pays, et plus particulièrement pour les plus faibles.

 

Conclusion

Nul ne sait à ce jour qui sortira vainqueur de ce maelström politico-médiatique, mais ce qu'on peut dire sans grand risque de se tromper, c'est que, face à la dure réalité économique et financière qui va vite se rappeler à nous, tout ce qu'on entend en ces jours de campagne, ne sera bientot plus, comme le chantait Dalida,  que "paroles, paroles..." et que comme le disait notre ex président Jacques Chirac," les promesses n'engagent que ceux qui les croient"

28/10/2011

Sarkozy et la crise - ses opposants sont-ils crédibles?

Sarkozy 2.jpgHier soir, Nicolas Sarkozy est venu devant les Français pour leur expliquer la crise et les enjeux qui se jouaient aujourd'hui, déterminants pour l'avenir de notre pays et de ses habitants. Pour ma part, je l'ai trouvé convainquant, même si bien sur, il n'a pas manqué l'occasion de mettre en avant ses efforts inlassables pour sauver, non seulement l'Europe, mais le monde..... C'est bien évidemment de bonne guerre, à 6 mois d'une élection cruciale,  d'autant plus qu'il doit faire face à une mauvaise foi incroyable de la part de ses opposants.

Il suffisait de regarder le débat sur FR2 après la presation télévisée du Président pour entendre Marine LE PEN, Jean-Luc MELENCHON et Manuel VALLS dire pis que pendre de sa politique, souvent d'ailleurs avec des arguments contradictoires, et peu étayés.

Bien sûr que tout n'est pas parfait, mais face à la lacheté des uns (les Socialistes) et aux promesses utopistes et dangereuses des autres (les 2 extremes), Nicolas Sarkozy a bien du mérite à ne pas tout laisser tomber et à partir faire de l'argent dans le privé.

En effet, ce matin même, on apprenait qu'en Espagne, où pourtant ce sont les Socialistes qui sont au pouvoir, le taux de chomage avait dépassé 21% (contre 8.5% chez nous). Et que dire  de la préservation, tant bien que mal, de nos retraites et de notre pouvoir d'achat, alors que dans plusieurs pays de la zone euro, les salaires des fonctionnaires ou les retraites ont été baissés. sans parler bien sur de la situation à laquelle doivent faire face les Grecs.

J'ai particulièrement apprécié le passage où le Président a dit qu'il ne céderait pas au chantage de ceux qui ont le plus de capacités de nuisances (je traduis: les fonctionnaires, les cheminots, les postiers....) et qui sont souvent ceux qui ont le mieux traversé cette crise, et qu'il priviligierait ceux qui ont le plus besoin d'aide, au premeir rang desquels les ouvriers; tenez cet engagement Mr le Président, il vous honore, et même si vous deviez perdre en mai 2012, tout comme le XV de France, défait par les All Blacks, vous pourrez sortir la tête haute avec le sentiment d'avoir fait le maximum pour votre pays. Et nous verrons bien alors ce dont ils sont capables ceux qui vous traitent aujourd'hui plus bas que terre.

Ce n'est en effet pas se défausser que de dire aux Français que la crise de la dette provient de loin: aucun budget en équilibre depuis 1974, soit 37 ans à creuser un trou qui devient sans fonds. Ce n'est pas non plus s'exonérer de toute responsabilité que de dire à quel point le choix de la retraite à 60 ans par MITTERRAND et l'instauration des 35 heures par le Gouvernement JOSPIN ont été une calamité pour la France. Il aurait peut-être fallu plus de courage pour oser revenir sur ces acquis, avant qu'ils ne coulent le bateau France. Ce courage que les Sociaux-Démocrates allemands de SCHROEDER ont eu, mais ce qui leur a couté les élections....

Mardi soir sur FR2, j'ai regardé avec passion l'émission APOCALYPSE: HITLER qui retrace dans le détail comment Hitler est parvenu au pouvoir. Chaque français aurait dû voir ce documentaire: il montre comment la République de Weimar, démocratique, a réussi, tant bien que mal, à surmonter la crise terrible des années 1929-1932, avec en particulier l'épisode calamiteux de l'hyper-inflation. Mais cela n'était pas assez pour les extremistes des 2 bords (communistes et Nazis)  qui, se nourissant de la misère du peuple allemand, s'entre-déchiraient dans les rues et promettaient à ce peuple des lendemains qui chantent. On sait comment cela a fini.....

Peuple de France, ce que nous vivons aujourd'hui n'est pas si éloigné de ce que vivaient nos aieuls dans les années 30. Puisse ta sagesse te garder ne pas céder aux sirènes de l'Apocalypse, en  acceptant volontairement des efforts librement consentis, pour traverser ce mauvais pas, et en acceptant de renoncer pour un temps aux privilèges que l'Abondance des 50 derbnières années a permis. Sinon, nous pourrions nous réveiller dans quelques années avec une gueule de bois dont nul n'a encore conscience de la gravité extrème qui nous menace.

J'ai salué Manuel VALLS lors des Primaires; je me suis même déplacé pour mettre son nom dans l'urne des Primaires Citoyennes. Aussi quelle ne fut pas ma tristesse et ma déception de constater son attitude hier soir, faite de sectarisme et de mauvaise foi, dans le discours convenu auquel nous ont habitué les caciques socialistes depuis 10 ans; alors que je n'excluais pas de voter socialiste, une telle attitude, à l'opposé de la solidarité  et de l'unité nationales requises par la crise gravissime qui nous frappe au coeur, me conduit à rejeter cette hypothèse, tant le sectarisme m'est insupportable.

Garder notre AAA est une nécessité vitale, et montrer au monde que les partis politiques de gouvernement, tant UMP que PS, sont responsables et d'accord pour s'accorder sur des mesures de bon sens , comme la règle d'or du budget, est une des façons de rassurer les marchés. L'inverse ne conduirait qu'à un remake de 1983, mais avec des conséquences autrement plus graves pour notre pays.

François BAYROU l'a bien compris qui s'est repositionné à droite, à la fois pour des raisons de convictions personnelles et bien entendu aussi, pour des raisons politiques. Il a en effet intégré que François HOLLANDE, candidat autrement plus sérieux que Ségolène ROYAL, serait au second tour de la Présidentielle, arrivant probablement en tête du premier tour; la seule option qui lui reste s'il veut se qualifier au second tour est donc de devancer Nicolas Sarkozy au premier tour, et pour ce faire droitiser son discours.
Même si je constate que Nicolas Sarkozy a beaucoup déçu ses électeurs, y compris moi, je ne pense cependant pas que ceux ci le lacheront au profit d'un "traitre" qui depuis 5 ans n'a de convicttions réelles que celles qui lui permettraient d'accèder à son rève inavouable: le pouvoir suprème. C'est dommage pour lui car je considère que Mr BAYROU a la stature d'un chef d'état, mais ses manoeuvres par trop politiciennes ont écoeuré trop d'électeurs de droite pour qu'ils lui pardonnent.

Comme Churchill, qui en 1940, promettait du sang de la sueur et des larmes à son peuple, notre futur leader doit, sans peur, avoir le courage d'entreprendre les réformes indispensables au renouveau de notre pays. Et pour cela, le plus crédible est sans conteste Nicolas Sarkozy, qui ,ayant enfin revétu les habits de Président, et débarrassé du souci de sa réélection au terme de son second mandat, pourrait mettre celui-ci à profit pour imposer les vraies réformes dont notre pays a besoin.

19:01 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, valls, crise, apocalypse:hitler, le pen, melenchon | | | Digg! Digg | | |  Facebook