Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2015

Raymond Devos: Pour jongler avec les mots, il fait la course en tête

L'un des meilleurs sketchs de Raymond Devos que je vous invite à découvrir pour réaliser combien ce talentueux humoriste de l'absurde était un magicien de la maîtrise du langage et de la façon de jongler avec  les double sens des mots. A comparer avec l'indigence de ceux que l'on appelle humoristes aujourd'hui.

 

Où courent-ils?

19:19 Publié dans Culture, Humour, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : raymond devos, humour | | | Digg! Digg | | |  Facebook

18/05/2012

Chroniques gouvernementales à la façon de l'almanach Vermot - Pour les amateurs de (mauvais) calembours!....

Parce que le modem de sa connection avec la France ne fonctionne pas, la sauce béarnaise de Bayrou ne plait plus. Mélenchon voit rouge quand il fait front, de gauche bien sur; car, sur l'autre front, national celui là, le score de Marine le peine. L'UMP bien que tres adroite avec Nicolas ne permet pas que sarkommence. Ne reste plus aux François qu'à croire aux lendemains qui chantent, sous la pluie en l'occurence.

Car depuis qu'il a pris ses fonctions, François Hollande mouille vraiment la chemise! surtout sur les Champs Elysées où, ayant opté pour une investiture sans impair ni imper, il a pris l'eau dans sa nouvelle DS5 (la DSKatre ayant eu un accident à New York l'an dernier). Après avoir débarqué du Ferry sans Jules, le gai DelaNoé l'a sauvé du déluge de grèle en l'abritant dans son hotel de ville ou il put vraiment enfiler le costume de président, le troisième de la journée dit-on, tant son nouveau statut l'avait rendu plus vieux.

Le président Hollande nomme ensuite le super Ayrault qui doit l'aider à ne pas mettre le pays- bas, avant de s'envoler vers l'Allemagne qui, dès son décollage, a pour lui un vrai coup de foudre, ce qui le fait immédiatement redescendre sur terre. Comme quoi le septième président de la Vème République n'est pas encore au septième ciel. Même si à Berlin, l'ange est là qui l'attend, impatiente, Angela, comme la mère qu'elle veut être pour lui. Car aussi franc soit Hollande, si la France semblait avoir hérité d'un président poissard, l'Allemagne ne voulait pas laisser passer sa chance, elle, hier.

Retour à Paris: Sur la rive gauche, Jean-Marc erre aux abords de la rue de Varenne, la nouvelle bite (DSK n'est pas loin d'Anne aux seins clairs) d'amarrage du porc de Nantes qui n'entend pas faire un travail de cochon comme son prédecesseur. Agacé par ce Ayrault socialiste qui vient lui prendre son autel Matignon, François se sent soudain gauche sur ce perron quand sa femme Pénélope, toujours adroite, et bien que galloise, lui glisse à l'oreille: "Fillons à l'anglaise", à quoi il répond "Oui, fuyllons vite".

En effet, comme Martine n'était pas chaude hier, le président lui a préféré une PAC Air-Eau pour tenir l'hotel Matignon au chaud. L'amère de Lille, première sectaire du Parti Socialiste refuse alors tout ministère. Mais si elle renonce au fromage de Hollande, ce n'est pas pour gouter au brie. Son temps libre, c'est de l'or pour cette fille à papa! Elle a décidé de jouer Martine, au bridge...

A l'hotel Beau Veau, c'est l'halal_ie pour Claude Guéant, chassé par Manuel, le toréador catalan d'Evry. La police, elle, est heureuse, car pour la discipline, laisse aller, c'est une valse!.... Reste que les Brèles se demandent à quel temps elle se danse cette Vals, à 3 temps, 100 ans ou 1000 temps? en tous cas, ça a  l'air beaucoup plus charmant...

Conscient que notre économie est malade, le président n'a pas voulu lui faire sentir le Sapin. il nomme à Bercy un franc comtois qui aime les comptes francs qu'il espère entendre bientôt lui dire, tel  César " Veni, Vidi, Vici" avec le même applomb qu'il  se préente "Pierre, Mosco, Vici".

Ayant entendu dire qu'Aure, elle lit Philipetti, le Président la nomme illico à la culture; de même que pour les affaires sociales, il charge Marisol d'ensoleiller et de réchauffer les relations frigides des partenaires soucieux avec un bon vin de Tourraine, Santé !

Etranger aux affaires depuis qu'il fut le plus jeune Premier Ministre de la France, rien de plus normal que de confier à Laurent Fabius les Affaires Etrangères. On n'allait quand même pas laisser Fafa sur le quai de la gare. Ce fils d'antique ère sera mieux au Quai d'Orsay.

Pour l'éducation et ses 60000 postes en plus, il va falloir que nous Peillon, et pas vingt, cent euros par tête; car si François Hollande se paye notre tête, Vincent lui, il a la classe, et pas seulement d'école.

Garde des sots, Christianne Taub ira à la Justice, voguant sur son Battho depuis sa Guyanne natale jusqu'à la place Vendôme.

Depuis les 2% d'Eva à la présidentielle, l'écolo git, c'est pas Joly! C'est pourquoi, le choix que les coloc à terre ont fait pour le logement, c'est Cécile. Ma fille, lui a dit François vertement, "du flot des spéculateurs immobiliers tu devras nous protéger et leur en faire croquer des vertes et des pas mures". Avec elle dans les murs, ça ne va pas être tous les jours Noel, ma mère!

A l'écologie et au développement durable, une Bricq réfractaire aux gaspillages. Espérons qu'elle nicole pas trop d'énergie dans la chasse aux gaspis.

Au redressement productif, comme Audrey a pulvoir avec ses lunettes parnauramiques, pas d'angoisse: Arnaud monte, bourre et redresse les torts de quiconque se sent à l'abandon.

Quant aux agriculteurs, ce n'est plus la vache folle qui les menace, mais bien plutôt Stéphane Le Foll. S'il ne fait pas le fou, peut-être fera -t-il oublier Bruno Le Maire. L'avenir le dira.

Et pour finir, la porte parole de ce nouveau gouvernement c'est la jolie Najat, une belle qu'a c'est manifeste des dons pour vallaud riser l'action de ce nouveau gouvernement.

 

Une dernière pensée pour Nicolas Sarkozy qui est parti en vacances dans le sud. Qu'il prenne soin de lui car si Carla Brunit facilement , lui qui ne boit pas de vin, c'est quand même dommage quand on s'appelle Nicolas, il va désormais devoir renoncer à son eau favorite. En effet l'eau landaise, qui prend sa source à Tulle, en Correze, lui donne depuis le 6 mai une vraie crise de foi. Depuis ce jour funeste, il est convaincu que Dieu l'a abandonné.

 

03:29 Publié dans Humour, Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : calembours, politique, humour, almanach vermot | | | Digg! Digg | | |  Facebook

04/04/2011

Le monde selon Apple en 2041

Un peu d'humour pour commencer la semaine!....

 

11:41 Publié dans Humour, Technologie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : apple, humour, iphone | | | Digg! Digg | | |  Facebook

24/10/2010

Taxer les riches pour aider les pauvres - Une bonne idée?

A longueur de jours, dans tous les médias démagogues, on nous rabat cette vérité simplissime, évidente, absolue, incontournable: Il suffit de taxer les riches pour aider les pauvres!..... Comment ces imbéciles qui nous gouvernent n'y ont-ils pas pensé plus tôt? C'est tellement évident. Et ainsi euréka, plus de pauvres!....

Ca parait tentant, mais sommes nous surs que cette politique simpliste produise l'effet souhaité? A lire l'article ci dessous,  il semble qu'au contraire l'effet pervers de cette politique égalitariste soit plutôt d'appauvrir tout le monde, y compris les pauvres.....comme le démontre la mise au point de Jean-Philippe Delsol, administrateur de l'IREF (Institut de Recherches Economiques et Fiscales), rédigée en septembre 2010.

En France, la réforme des retraites prévoit d’ores et déjà l’augmentation d’un point du taux d’imposition pour la tranche qui concerne les revenus les plus élevés. Confondant les finances de l’Etat et celles de la Sécurité Sociale, cette disposition aurait pour but de compenser le coût - soit environ 585 millions d’euros - du bouclier fiscal. Et le bouclier lui-même pourrait être désormais soumis à la condition que son « bénéfice » soit réinvesti dans des PME.
Aux Etats Unis, le débat est plus significatif et porte sur la question de savoir s’il faut ou non reconduire les exonérations d’impôts prévues par la majorité du Président Bush jusqu’au 31 décembre 2010 au profit d’environ trois quarts des foyers américains, mais surtout des plus aisés d’entre eux. Obama a pour sa part déjà tranché en faisant savoir qu’il voulait que s’éteigne le dispositif actuel pour le remplacer par des mesures provisoires et ponctuelles d’amortissement accéléré des investissements des PME.
Alors même que la croissance économique reste incertaine et que les déficits publics s’envolent, l’augmentation des impôts, et surtout sur les plus riches, peut-elle contribuer à l’assainissement des finances publiques et, par là, à la dynamique économique, ou au contraire ces mesures risquent-elles d’entraver le redressement des pays concernés ?
Selon une formule ancienne attribuée à l’économiste Barthélémy de Laffemas à la fin du XVIème siècle, « les hauts taux tuent les totaux ». Pufendorf faisait même remonter cette expression à Hésiode pour signifier qu’au-delà d’un certain niveau, variable selon les pays et les circonstances ou les époques, une augmentation des taux d’imposition contribue à réduire le produit de l’impôt, non à l’accroître. Avant même qu’Arthur Laffer reprenne avec succès cette formule en traçant sa fameuse courbe dans les années Reagan, l’ingénieur polytechnicien Arsène-Jule Emile Dupuit (1804-1866) en avait conceptualisé le principe scientifiquement dans les Annales des Ponts et Chaussées, n°116, datées de l'année 1844 : « Si l'on augmente graduellement un impôt depuis 0 jusqu'au chiffre qui équivaut à une prohibition, son produit commence par être nul, puis croît insensiblement, atteint un maximum, décroît ensuite successivement puis devient nul ».
Dans un article récent du Wall Street Journal (3 août 2010), Arthur Laffer a rappelé l’évolution inversement proportionnelle des taux d’impôt d’une part et du produit de l’impôt et de la croissance du PIB tout au cours du XXème siècle aux USA. Il souligne également que plus les taux d’impôt sur le revenu des plus riches baisse, plus ceux-ci concourent au produit de l’impôt.
Car lorsque les taux d’impôt sont trop élevés, les gens aisés déploient tous les moyens possibles pour réduire leur assiette imposable en même temps que cet excès de taxation décourage nombre d’entre eux d’entreprendre ou pour le moins de travailler plus.
Ces constatations sont vérifiées pour les baisses d’impôt des présidents Harding et Coolidge dans les années 20, comme pour celles des président Kennedy dans les année 60 ou du président Reagan dans les années 80. Les taux marginaux supérieurs d’imposition furent alors réduits respectivement de 73 à 25%, de 91 à 70% et de 50 ou 70% à 15 ou 35%. Et le produit des impôts des 1% de contribuables les plus fortunés passa respectivement de 0,6% en 1920 à 1,1% du PIB en 1928, de 1,3% en 1960 à 1,9% en 1968, de 1,5% en 1978 à 3,3% en 2007. A contrario, lorsque les présidents Hoover puis Roosevelt portèrent les taux supérieurs d’imposition sur les revenus à 63% en 1932 puis 79% en 1936, la contribution des 1% des foyers les plus aisés furent quasiment stables, passant de 1,1% du PIB en 1928 à 1% en 1940, mais dans le même temps la Grande Dépression continuait de détruire la société américaine que seule l’économie de guerre allait sauver. Durant les hausses d’impôts des années Nixon, Ford et Carter, entre 1968 et 1981, la contribution fiscale des 1% les plus riches fut réduite de 1,9% à 1,5% du PIB.
Certes, la baisse de la fiscalité sur les plus hauts revenus accroît sans doute les inégalités, mais seulement parce que les déciles les plus modestes s’enrichissent moins que les plus fortunés. Vaut-il mieux que tous s’appauvrissent pour éviter plus d’inégalité ou faut-il accepter que certains s’enrichissent plus que d’autres proportionnellement pour permettre que tous s’enrichissent ? A part les adeptes du nivellement par le bas, dont les marxistes de toutes obédiences ont démontré l’inanité et le caractère purement idéologique, chacun admettra qu’il est préférable de miser sur le développement pour tous plutôt que sur une égalité finalement nuisible d’abord aux plus pauvres. Ceux qui ne sont pas convaincus pourront s’en remettre à la théorie de la justice de John Rawls : « Ceux qui ont été favorisés par la nature, quels qu’ils soient, peuvent tirer avantage de leur chance à condition seulement que cela améliore la situation des moins bien lotis. ….Ainsi, nous sommes conduits au principe de différence si nous voulons établir le système social de façon à ce que personne ne gagne ni ne perde quoi que ce soit, du fait de sa place arbitraire dans la répartition des atouts naturels ou de sa position initiale dans la société, sans donner ou recevoir des compensations en échange. » Le seul problème, avec John Rawls, c’est qu’il n’a pas su calculer cet optimum de justice fiscale (mais comment aurait-il pu le faire ?) ce qui a autorisé les gouvernements à augmenter sans cesse la pression fiscale sur les plus riches !
Si la raison l’emporte sur la démagogie, les gouvernements de France, des Etats Unis et d’ailleurs devront éviter des hausses d’impôts à la charge des plus riches qui finalement coûteront plus qu’elles ne rapporteront, et feront peser un fardeau supplémentaire sur les contribuables les plus démunis.

A la suite de cet excellent article, si politiquement incorrect, je me permettrai d'ajouter que j'ai moi même pu vérifier l'exactitude de cette théorie sur une variable similaire: les droits de douane.

En effet, lorsque je vivais et travaillais en Thailande, j'ai pu me rendre compte que l'imposition de droits de douanes excessifs sur les produits importés conduisait les importateurs à utiliser toutes sortes de stratagèmes pour contourner cette taxation jugée prohibitive. Quand le gouvernement eut enfin pris conscience de cet état de fait et abaissa le niveau d'imposition à un niveau jugé raisonnable par les acteurs économiques, ceux-ci acceptèrent de payer normalement cette taxe et on assista alors à une remontée significative des revenus douaniers, sans pour autant favoriser l'accroissement du volume des biens importés: cela s'appelle une bonne gouvernance économique.

Afin de démontrer l'absurdité de la politique démagogue, si typique de notre pays, qui consiste à dire "les riches paieront" au prétexte qu'il faut tendre irrémédiablement vers l'égalité, je souhaite montrer ici à quel type de société conduirait notre souci d'égalitarisme forcené s'il était conduit jusqu'à son terme.

Ainsi, n'est-il pas intolérable, n'y a t-il pas là une injustice absolue à ce que certains d'entre nous soient moches quand d'autres sont insolents de beauté. Et c'est un calvaire quotidien pour les moches qui doivent subir la tyrannie des beaux. Qui ne s'est pas fait éconduire par une dulcinée au prétexte qu'elle avait trouvé plus beau que soi; quelle actrice de talent, mais au physique ingrat, n'a t-elle pas dû laisser sa place à une beauté écervelée dont la plastique était, elle, avantageuse . Nous vivons sous la tyrannie du beau!... Même cause , mêmes effets: jetons vite du vitriol sur ceux que la nature a favorisés afin de les mettre au même niveau que les défavorisés de l'apparence. C'est la seule solution applicable: il ne serait pas supportable de vouloir embellir les plus moches, car cela favoriserait les riches moches au détriment des moches pauvres qui ne pourraient s'offrir les bénéfices de la chirurgie esthétique.  Non vraiment, la seule vraie égalité , c'est que tout le monde soit moche.

Mais ne nous arretons pas en si bon chemin: Assez avec les grands qui, de toute leur hauteur, humilient les petits!... Mieux que les talonnettes pour rehausser les courts sur pattes et dont tout le monde se moque (n'est ce pas Nicolas!...), la solution c'est bien d'élaguer quelques centimètres de ceux qui mesurent plus de 1.85 M (la taille légale avant raccourcissement devant d'ailleurs être décidée par une loi votée à l'Assemblée Nationale)

Et que dire de ces salopards de gens en bonne santé qui vont pouvoir profiter de leur retraite plus longtemps que les malheureux malades, condamnés à disparaitre prématurément!... Non non, ce n'est pas tolérable, il faut égaliser tout cela: en même temps cela résoudra notre problème de retraite et le gouvernement pourra retirer sa loi sur le recul de l'age légal de la retraite, à la grande satisfaction des syndicats. Oui à la retraite à 60 ans, mais à 66 ans et 125 jours (selon la loi votée en Congrès par les deux Chambres réunies), si vous êtes toujours en bonne santé, on vous administrera, à votre choix, le virus de la peste, du choléra ou de toute autre bonne vieille maladie mortelle, afin que vous ne dépassiez pas l'age maximum fixé par la loi sur l'égalité ( en 2020, l'age légal de la mort a été fixé à 72 ans et 65 jours.)

Voila le monde que nous préparent les égalitaires à tout crin!.....

Trève de plaisanterie, il serait temps que l'on accepte nos différences; certains sont plus grands, d'autres plus intelligents, d'aucuns courent plus vite.... Qui peut croire une seule seconde que freiner Ushain BOLT fera courir Christophe LEMAITRE plus vite. Bien au contraire!.... cela s'appelle l'émulation. D'ailleurs c'est toujours quand la concurrence est relevée que tombent les records du monde....

Il est grand temps d'en finir avec cette philosophie perverse de l'égalitarisme. Place à celle de l'équité! Donnons à chacun les mêmes chances, autant que faire se peut et laissons ensuite le mérite  de chacun (travail, persévérance, talent) déterminer son destin. Je ne condamne pas celui qui ne veut travailler que 35 heures, c'est un choix de vie. En revanche, il doit accepter de gagner moins que celui qui travaille 45 heures. cela s'appelle l'équité. De la même façon, celui qui a sacrifié ses loisirs à l'étude doit-il être récompensé; d'une certaine manière, c'est la morale que Jean de la Fontaine nous transmet dans la fable de "La cigale et la fourmi".

L'équité, voila la vraie justice sociale! Mais malheureusement ce n'est pas ce mot magnifique qui orne le fronton de nos édifices publics!....

06/12/2009

Nicolas, l'as des as

Picture 4.png

23:34 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nicolas sarkozy, président français, politique, humour | | | Digg! Digg | | |  Facebook