Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2011

Faut-il avoir peur de Marine Le Pen?

Marine le pen.jpgIl n'y a pas si longtemps, au printemps, les médias (journaux, radios, télés confondus) se sont jetés comme des morts de faim sur les résultats d'un sondage qui laissait accroire que Marine LE PEN pourrait se retrouver au second tour de l'élection présidentielle, et pour nous décrire une situation catastrophique pour notre pays.

Bien évidemment, il faut compter avec l'effet d'aubaine qui les motivait à parler de ce sujet "vendeur" et donc susceptible de faire monter leur audience ou leur chiffre d'affaires. On notera que depuis l'affaire DSK, nos amis journalistes s'interessent bien moins au FN, tout occupés qu'ils sont à nous vendre les frasques de l'ex directeur du FMI et les dissensions internes du PS. La fille au pull bleu marine, malgré son physique avantageux, est beaucoup moins sexy que la femme de chambre du Sofitel et elle a du lui céder sa place dans le manège des une médiatiques.

Profitons de cette période de calme pour réfléchir plus sereinement sur le danger que Marine Le Pen  et son parti représentent pour le pays. En ce qui me concerne, je ne crois pas une seule seconde en son avenir politique, et je ne pense pas qu'il soit raisonnable de lui donner un rôle plus important que celui, limité, auquel elle peut prétendre. En voici les raisons principales:

1- Le programme du FN est totalement inapplicable (sortie de l'Euro, retour au franc dévalué, réinstallation du protectionisme....). La France ne peut se permettre un tel repli sur soi qui serait catastrophique pour elle.

2- Marine Le Pen, aussi jolie soit-elle, n'a pas les qualités de son père (culture, tribun, charisme). Serait-elle d'ailleurs là où elle est sans porter ce nom, d'un homme critiquable certes, mais remarquable aussi à bien des égards (pour son courage, sa grande culture, son sens des facéties....) ?

3- La candidature FN fait un peu penser à celle de Coluche en son temps: elle représente un défouloir pour les électeurs exaspérés par la façon de gouverner de notre classe politique, mais elle ne soulève pas un enthousiasme réel, tant son programme n'est pas un programme de gouvernement.

C'est pourquoi la France n'a pas à s'inquiéter de la menace Marine; en revanche, la classe politique, elle, a toutes les raisons d'en avoir peur car elle est capable de jouer les trouble fetes dans leur petit jeu d'alternance et dans le pire des cas, elle pourrait même arriver à évincer l'un des deux prétendants majeurs de la finale de la course, sans qu'il soit tres clair lequel des 2 prétendants en serait la victime.

Car ne l'oublions pas, notre classe politique, l'UMPS comme l'appelle Marine, c'est un peu comme Coca Cola et  Pepsi Cola: leurs représentants ne cessent de dire du mal l'un de l'autre mais au fond, ils sont tous les deux des colas, et ils ont un,e saveur similaire. Ce qu'ils redoutent par dessus tout, c'est qu'un troisième larron, Orangina ou une marque Distributeur pour l'exemple, viennent évincer l'un des 2 leaders des rayons des grandes surfaces et réduisent leur achalandage, menacant de facto leur part de marché. Cela oui, ça leur fait peur!....

C'est pourquoi , ils nous assènent à longueur de journée que ce parti n'est vraiment pas fréquentable: ils ne veulent pas qu'un non membre du club (Sciences Po & ENA) ne vienne piétiner leurs plate bandes.

Mais, finalement, ce FN avec tous ses excès, les sert bien, car il les protège ainsi de l'émergence d'un vrai mouvement populaire qui aurait l'intelligence de reprendre un certain nombre d'idées raisonnables du FN sur le plan sociétal, tout en préconisant un programme économique viable et crédible qui assurerait l'avenir de nos enfants, sans hypothéquer celui-ci par l'endettement massif tel qu'on le connait actuellement. En fait, tant que le FN canalise l'hostilité et le mécontetement du peuple, l'UMPS peut dormir tranquille......

18:59 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fn, front national, umps, marine le pen, euro | | | Digg! Digg | | |  Facebook

18/05/2010

La Grèce, l'Euro et les méchants spéculateurs

Il faut sauver le soldat Grèce.

Oui bien sur, il a menti, il a trafiqué les chiffres, il n'a pas respecté sa parole: en un mot, il se l'est coulé douce sur le dos de l'Europe, mais il est européen comme nous, alors on ne peut pas le laisser tomber; cette pilule là a bien du mal à passer auprès de nos amis Allemands, travailleurs, sérieux et dont la bonne gestion est bien mal récompensée.

Fallait-il laisser tomber la Grèce comme les Américains ont laissé tomber Lehmann Brothers avec les conséquences que l'on sait? Je ne prétends pas avoir la réponse car je ne suis pas suffisamment bien informé pour donner un avis autorisé sur une décision aussi cruciale. Mais ce qui est sûr, c'est qu'une fois de plus ce sauvetage arrime à point nommé pour quelques banques qui s'étaient un peu trop imprudemment engagées dans le bourbier grec. Ainsi la Société Générale ou la BNP ont-elles vu leur cours de bourse remonter de plus de 20% au lendemain de l'annonce officielle du sauvetage de leur créditeur, et donc de leurs avoirs.

NB: Cela ne lasse pas de m'interpeller: quand on sait à quel point nos banques françaises peuvent être grippe-sous avec nous, pauvres clients de leurs agences provinciales, je n'ai jamais compris comment elles peuvent aller perdre autant d'argent à l'étranger, que ce soit chez Bernard Madoff ou chez nos amis grecs; il y là quelque chose qui m'échapppe et que j'aimerais que nos énarques dirigeants viennent m'expliquer.

Alors bien sûr, il y a l'euro, le responsable de tous ces maux: mail il n'y a pas besoin d'avoir fait les grandes écoles pour comprendre que si en 10 ans  les coûts de production ont augmenté de 5% en Allemagne et de 45% en Grèce, cela pose un problème de compétitivité aux Grecs. Autrefois, ce différentiel se serait corrigé par le biais de la dévaluation du drachme grec face au deutschmark allemand et aurait rendu la Mercedes et la BMW plus chère pour le consommateur grec; ce renchérissement freinait ses apétits pour les belles voitures allemandes. et donc limitait le déficit commercial. Mais depuis 10 ans, grâce à l'euro, pourquoi se priver?

La BMW dont je rêve depuis toujours et dont le prix s'exprime en euros a augmenté de 5% mais mon salaire, lui, a augmenté de 45%: Assez de ma petite Fiat ou de ma Dacia de pauvre, je me laisse aller au plaisir de conduire enfin une belle voiture; et d'ailleurs cela ira mieux avec mon nouveau standing (ma nouvelle Télé Samsung et mon I-Phone Apple) que j'ai pu m'offrir grâce à l'euro fort. Voila ce que se sont dit des millions de consommateurs grecs....

Faut-il plaindre les Grecs? en tout cas, qu'ils ne comptent pas sur moi; ils ont bien profité de la situation, et finalement ce n'est que justice qu'ils ne puissent plus déjeuner chez Lenôtre au prix du Mac Do. Car s'ils vont devoir maintenant faire des efforts, ce qui est pris est pris; et ils pourront probablement se souvenir de ces 10 premières années du Millénaire comme celles de l'eldorado.

L'euro est une bonne idée, et j'y souscris entièrement; à condition que l'on fasse respecter une discipline commune sur la gestion des finances publiques. Sinon c'est la fuite en avant avec les conséquences que l'on voit sous nos yeux.

Pour vivre à la frontière suisse, je me rappelle très bien avoir vu le Franc Suisse s'échanger à 1 Franc contre 1 Franc Français avant les évènements de Mai 68, pour plus de 4, 50 Francs au moment du passage à l'Euro. Soit une perte de 75% de la valeur de la monnaie française en 45 ans.

Nous avons tout simplement payé la gestion laxiste de notre pays par rapport à celle plus sérieuse de nos amis suisses. La même chose s'appliquait autrefois aux pays du Sud de l'Europe (rappelons nous de la lire) vis à vis du mark. Le passage à l'euro nous a été quand même bien bénéfique à nous, tous les pays de la zone Euro qui avons laissé filer notre déficit (le déficit de la France est à 8.5% du PIB alors qu'elle s'était engagée à ce qu'il ne dépasse pas 3%), et nous devrions lui être reconnaissants de ce surcroit de pouvoir d'achat gagné sans effort.

Donc l'euro n'est pas responsable; c'est un bel outil qu'on a laissé dans les mains d'ouvriers peu scrupuleux: résultat il est bien endommagé, à tel point qu'on se demande si certains pays ne vont pas devoir en changer). Les Anglais, prévoyants en diable l'avaient bien anticipé, refusant de rejoindre cette nouvelle aventure européenne, qui ne s'était pas donnée les moyens de discipliner les aventuriers, au risque de faire chavirer la chaloupe.

Alors bien sûr, il y a les méchants spéculateurs, ceux par qui le drame est arrivé. Mais même si je ne les défends pas, loin de là, il ne faut pas se méprendre: une situation déséquilibrée finit toujours par provoquer la chute; les hedge funds n'ont fait que précipiter l'issue.

Sachons saisir l'occasion de cette grave crise pour relancer l'Europe; faisons en sorte que chacun dans son pays se sente vraiment européen et non plus français ou grec à bénéficier des subsides allemands, ou encore anglais à profiter des avantages qu'offre l'Europe sans en payer le juste prix. Face aux défis mondiaux qui nous attendent et à la montée en puissance de grands blocs affamés, il est temps pour les vieux pays de notre continent de comprendre que nous sommes tous dans la même barque Europe et qu'il faut que tous nous actionnons les rames dans le même sens, sinon nous coulerons. Si la crise grecque pouvait provoquer cette prise de conscience, alors elle n'aurait pas été en vain.

PB