Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2011

Hulot a du culot: il se lance dans la bataille présidentielle

Nicolas Hulot a donc franchi le Rubicon, en faisant acte de candidature à l'élection présidentielle. C'est courageux de sa part, mais sait-il bien vers quoi il s'engage?

On sait déja qu'il a renoncé à ses émoluments de  TF1 (on parle de 30000 € par mois), ce qui n'est pas un mince sacrifice, et ce qui prouve la qualité de son engagement.

Malheureusement, je suis pessimiste pour lui, car la politique est un milieu sans pitié, que je compare sans excès de langage avec une mare aux crocodiles où le moins aguerri se fait manger par les plus gros ou les plus ambitieux. J'ai bien peur que ce ne soit ce qui arrive à notre écolo de Nicolas qui n'est pas préparé aux joutes et aux coups bas de cette engeance carnassière.

S'il fait prendre conscience aux Français de la responsabilité écologique de notre société envers sa descendance et qu'il ne sombre pas dans le malthusianisme stérile qui prone la décroissance, alors son effort sera méritoire; mais j'ai mes doutes qu'il arrive à faire passer son message sans que celui-ci ne soit travesti et brouillé par des gens mal intentionnéss, et je crains qu'au final, il n'ait oeuvré contre ses propres convictions.

Pour moi, la prise de conscience écologique est une nécessité évidente, qui se joue tous les jours; mais comme le dit Claude Allegre, cette nécessité ne doit pas aller contre l'homme mais au contraire s'inscrire dans une démarche qui recherche le progrès pour l'humanité.

Et surtout, il est essentiel que tous comprennent que cette prise de conscience doit être mondiale ou ne pas être. A quoi cela sert-il de fermer les centrales nucléaires françaises, et  perdre ainsi notre compétitivité électrique,  si c'est pour garder un risque identique avec des centrales nucléaires installées en Belgique qui menacent bien plus la population Lilloise que les centrales de la vallée du Rhône.

J'illustre toujours mon propos et ma pensée  par cette anecdote qui remonte aux années 70. A cette époque, le gouvernement français, soucieux de préserver l'environnement, et au premier chef les rivières, avait décidé d'interdire la production sur le sol national de lessives aux "enzymes gloutons". Mais comme il n'avait pas interdit leur vente et que les consommateurs français étaient accros à ces lessives, le résultat fut qu'on permit aux lessives venues de l'étranger de prendre le marché et de pousser au déclin notre propre industrie nationale qui ne pouvait lutter. Conséquence de cette politique à courte vue: des rivières aussi polluées qu'avant et un secteur de notre industrie dévasté.

J'espère que de telles erreurs ne se reproduiront pas à une plus grande échelle car cela serait dramatique pour notre économie et l'avenir de nos enfants.

C'est pourquoi, je milite pour que l'écologie devienne un enjeu du G20 afin qu'un code de bonne conduite soit instauré au niveau mondial; mais il faut le faire de façon intelligente sans que les Occidentaux nantis n'en viennent à interdire aux pays émergents la croissance qui leur permettra d'améliorer leur niveau de vie et de bénéficier des mêmes avantages que nous avons dans nos pays développés. Une telle démarche serait vouée à l'échec, comme on l'a vu à Copenghague fin 2009.

Vaste programme me direz vous!.... Mais c'est bien pour cela que je considère que l'un des plus grands faits d'arme de Nicolas Sarkozy est la création du G20, un embryon de gouvernance mondiale qui est appelé à jouer un rôle déterminant dans la conduite des affaires du monde; et les décisions écologiques prises en son sein auront beaucoup plus de conséquences sur notre vie en France que n'importe qu'elle décision que l'on pourrait prendre au niveau national. N'oublions jamais cela!.....

En attendant, bon courage Nicolas.....

18:45 Publié dans Politique Française, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nicolas hulot, écologie, g20, nucléaire | | | Digg! Digg | | |  Facebook

15/10/2010

Le plus long tunnel du monde: en Suisse

Percée finale du "tunnel du siècle" au coeur des Alpes suisses

Une fraiseuse géante doit achever vendredi de percer le "tunnel du siècle", une galerie de 57 km à 2.000 m sous terre, au coeur des Alpes suisses, faisant entrer la Suisse dans le livre des records et donnant une nouvelle impulsion au trafic ferroviaire européen.

Le tranquille village alpin de Sedrun (centre-est), sous lequel les trains circuleront, s'apprête à vivre ce moment historique en présence de 200 invités, des journalistes du monde entier et les mineurs qui ont participé aux travaux.

Un spectacle visuel et sonore est prévu à 13H00 (11H00 GMT), suivi par une bénédiction du tunnel.

photo tunnel1.jpg

A 14H00 heure locale, la fraiseuse de 9,5 m de diamètre devait se mettre en marche, brisant quelques minutes plus tard le dernier tronçon de roche et permettant aux mineurs situés de par et d'autres du mur de se serrer les mains. Le ministre suisse des Transports, l'ambassadeur de l'UE en Suisse, Michael Reiterer, et le directeur général des Chemins de fer suisses, Andreas Meyer, devaient assister à cette poignée de main.

En travaux depuis près de 15 ans, le tunnel ferroviaire, le plus long du monde, ne devrait ouvrir qu'en 2017 mais il fait déjà la fierté des Suisses. "Le Gothard: le tunnel de tous les superlatifs", titre La Tribune de Genève. "La Suisse fait ce qu'elle a promis à l?Europe: percer sous les Alpes le plus long tunnel ferroviaire du monde, pour offrir une voie rapide sur l'axe de transit nord-sud", selon le journal Le Temps.

 

24 millions de tonnes de roches ont été excavées: cinq fois le volume de la grande pyramide de Khéops. 2.000 ouvriers de dix nationalités ont travaillé en permanence sous terre.

photo tunnel 2.jpg

Le Gothard devrait décongestionner le trafic routier européen.

"Le tunnel du siècle" permettra de relier dès 2017 Zurich à Milan en 2 heures 40, soit une heure de moins qu'actuellement. Les trains de passagers pourront circuler à 250 km/h. Les convois de marchandises atteindront 160 km/h. 300 trains pourront emprunter le tunnel quotidiennement, bien plus qu'avec l'ouvrage actuel, construit il y a 128 ans et long de 15 km.

Au livre des records, le tunnel, qui aura coûté aux Suisses 10 milliards de francs (7,5 milliards d'euros), détrônera le tunnel japonais du Seikan (53,8 km), reliant les îles d'Honshu et d'Hokkaido.

Le tunnel sous la Manche, reliant la France à la Grande-Bretagne, est quant à lui long de 49,9 km.

Située au coeur de l'Europe mais ne faisant pas partie de l'UE, la Suisse a adopté en 1994 par référendum "l'initiative des Alpes" qui oblige le gouvernement à transférer le fret transalpin de la route vers le rail.

L'écologie, ça ne se discute pas: ça se fait. Une fois de plus nos voisins et amis Suisses nous donnent une leçon de pragmatisme et de réalisme. Pas de bla bla: des résultats......

11:50 Publié dans Architecture & Urbanisme, Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tunnel du gothard, ecologie, fret rail, suisse | | | Digg! Digg | | |  Facebook

08/06/2010

Nouvelle réglementation thermique: ça devient sérieux

La réglementation thermique 2010/2012 constituera pour les professionnels du bâtiment, et notamment ceux du génie climatique, une véritable révolution. Alors que pour le passage de la RT 2000 à la RT 2005, le niveau des consommations avait été abaissé de 10 à 15% en moyenne, cette fois-ci il sera divisé par deux. Pas question donc d’adapter ce qui existe déjà, il va falloir innover. Tant au niveau de la fabrication des matériaux et des matériels que de la conception des ouvrages et des systèmes énergétiques. Quant à la mise en œuvre, elle deviendra cruciale. Un chiffre à lui seul illustre bien les enjeux. Il s’agit du seuil de consommation à ne pas dépasser de 50 kWh/m².an, exprimé en énergie primaire. Un seuil qui sera modulé en fonction de paramètres tels que la situation géographique du bâtiment.

On sait que la réglementation thermique devrait être applicable aux constructions neuves à partir du 1er janvier 2013, pour le résidentiel, et de l’été 2011 pour les bâtiments tertiaires et publics. La RT 2010/2012 se calera peu ou prou sur les exigences actuelles des bâtiments basse consommation type BBC. Trois grandes valeurs devront être respectées : un nouveau coefficient BBIOmax définissant un niveau d’efficacité d’énergie minimale du bâti, une consommation maximale Cmax de 50 kWh/m² en moyenne, un niveau de confort d’été Tic qui ne devra pas dépasser un niveau maximal Ticréf.

Comme quoi, la prise de conscience écologique est bien là.