Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2012

Compte Rendu du MIPIM 2012

A la mi mars, s'est tenu à Cannes le MIPIM, le plus grand salon immobilier mondial qui rassemble en une semaine les principales villes, métropoles et régions d'Europe ainsi que de nombreux pays du Moyen Orient et d'Asie. Lors de ce salon, chaque exposant montre ses projets phares en terme d'urbanisme et fait la promotion de son territoire auprès des investisseurs étrangers. C'est donc une occasion unique pour un territoire dynamique de faire preuve d'ingéniosité pour démontrer son attractivité.

Si les 2 stands du Grand Paris et du Grand Londres étaient les stands les plus imposants, il faut noter que la plupart des régions et des métropoles européennes étaient présentes sur le salon; avec une participation remarquable de nos amis d'Europe de l'Est, dont on voit bien qu'ils ont de l'ambition et qu'ils aspirent à rattraper les grandes villes d'Europe de l'Ouest.

Comme d'habitude, Geneve et sa région participaient bien évidemment à ce grand rassemblement sur un stand dont l'intitulé est "Lake Geneva Region". Outre la ville de Genève, le Canton de Vaud et les représentants de la France voisine (Pays de Gex, Territoires de l'ARC) se retrouvent ensemble sur ce stand pour montrer au monde les richesses et les atouts que notre territoire offre.

Même si le stand ne faisait pas mauvaise figure parmi ses pairs, je ne peux m'empécher de dire que ce stand faisait plus penser à un club où l'on se rencontre entre soi, qu'à un outil de communication destiné à attirer les investisseurs étrangers. Cela était particulièrement frappant en comparaison des efforst déployés par des agglomérations françaises comme LYON, BORDEAUX ou MONTPELLIER, parmi tant d'autres, qui n'ont pas lésiné sur les moyens technologiques et humains pour mettre en avant leurs atouts.  On avait l'impression d'une ville sure d'elle même et de son attractivité! une ville qui n'a pas besoin de faire beaucoup d'efforts pour attirer les investisseurs. Finalement, c'est plutôt la partie française qui déployait les plus grands efforts pour faire la promotion du territoire.

Ainsi, je fus particulièrement impressionné par les projets d'Annemasse qui avec l'arrivée du CEVA va réellement jouer dans une autre cour: à titre d'exemple si la gare SNCF voit aujourd'hui passer 300 000 visiteurs par an, c'est 4 Millions qui y sont attendus une fois que le CEVA sera opérationnel. Une telle révolution donne bien évidemmnt du crédit au projet d'hotellerie et de centre de convention défendu avec brio par le maire d'Annemasse, Mr DUPESSEY. Et au vu de l'interet suscité par ses interlocuteurs, on peut envisager l'avenir de ce projet d'aménagement avec optimisme.

Autre temps fort du salon: la conférence qui réunissait des intervenants français et suisses pour parler de notre agglomération. On a pu comprendre les difficultés de produire du logement à Genève quand un promoteur suisse de première importance nous a dit qu'il avait vu 12 ans s'écouler entre l'initiative d'un projet et sa réalisation. Mais c'est surtout l'intervention de Bernard GAUD, président de l'Arc, qui m'a paru la plus symptomatique de ce qui se passe dans notre territoire, quand il a affirmé qu'avant d'être français, il était surtout un Genevois, (à prendre au sens géographique du terme).

Il serait temps que nos amis suisses considèrent cette réallité: Nous sommes plus liés économiquement à Genève que nous ne le sommes à toute autre entité. Et Genève serait bien limitée et appauvrie sans nous. Il faut dépasser les clivages démagogiques où chacun accuse l'autre et utilise des arguments qui divisent et sclérosent nos populations. Cela n'apporte rien de bon. Il est préferrable de chercher à fédérer notre territoire  et de nous retrouver dans un grand projet transfrontalier où les interets de chacun sont pris en compte pour une stratégie gagnant-gagnant.

C'est dans ce but que je suis allé à Cannes! pour promouvoir auprès de nos amis suisses ma vision d'avenir de notre territoire et mettre en avant quelques projets qui me tiennent à coeur et qui me paraissent interessants pour notre territoire des deux cotés de la frontière, au premier rang desquels:

 * Etablissement d'une Ecole Chinoise Internationale
 * Mise en place d'une gare de pré-embarquement pour l'aéroport à Bardonnex

NB: On pourra d'ailleurs lire plus en détail ma vision de ces deux projets sur ce blog dans la catégorie Projet d'Agglo Franco-Valdo genevois

01/04/2011

Genève - le Hong Kong Européen ou bien le Singapour de l'Europe? Choisissez!...

Natif de Saint-Julien en Genevois, mais ayant vécu près de 20 ans en Asie dont je peux dire que j'ai une une bonne connaissance pour l'avoir visité de long en large pour le travail et lors de virées touristiques, je ne peux m'empécher de comparer Genève aux deux phares de cette région que sont Hong Kong et Singapour.

hong-kong.jpg

A ce titre, et à l'inverse de ce que pense mon ami Antoine Vielliard, nouvellement élu Conseiller Général du Canton de Saint-Julien-en-Genevois et au coté duquel je siège dans le Conseil Municipal de Saint-Julien, je crois profondément que l'avenir de Genève est bien de se positionner comme havre d'accueil pour les multinationales désireuses de s'implanter en Europe. C'est d'ailleurs dans cet esprit que je milite pour l'établissement d'une école chinoise internationale sur le territoire du Genevois.

singapour.jpg

Quand je vois à quel point ce positionnement a été bénéfique pour les habitants de Singapour et de Hong Kong, et de façon induite pour leurs voisins, tant à Johore Baru en Malaysie qu'à Shenzhen en Chine, je ne peux que me réjouir de la politique menée par la Cité de Calvin d'attirer les multinationales sur le Canton de Genève. D'ailleurs Antoine Vielliard lui même en est l'un des bénéficiaires puisqu'il travaille pour l'une des plus grosses d'entre elles, PROCTER & GAMBLE.

Natif de la banlieue Genevoise, Antoine est bien la preuve que ces multinationales qu'il décrie tant peuvent être bénéfiques aux habitants originaires de la région. C'est d'ailleurs la présence de ces grandes sociétés internationales qui expliquent en grande partie que le canton de Genève et la région frontalière française ont si bien traversé la crise. Ceux qui ont de la mémoire se souviennent à quel point la crise des années 93-94 fut autrement douloureuse pour les entreprises et les habitants de notre territoire; mais cela était justement bien avant que Genève ne s'engage dans cette voie de se "singapouriser".

Alors bien sur, on pourra regretter la détérioration de notre niveau de vie du fait des bouchons et de l'urbanisation galopante, ou encore la chèreté du coût de la vie, mais cela me parait des souffrances de nantis, à comparer avec l'exode et la paupérisation que connaissent certaines régions, dues à leur faiblesse économique et au manque d'emplois.

Pour ma part, en tant qu'élu et responsable de la vie publique, je préfèrerai toujours avoir à régler des problèmes de surchauffe économique plutôt que des problèmes de pénurie. Arrêtons de nous plaindre, nous sommes des privilégiés qui avons la chance de vivre dans l'une des plus belles régions du monde, forte d'une économie saine et dynamique, avec une population riche de ses différences culturelles et ethniques qui a l'un des plus forts pouvoirs d'achat du monde entier. Les problèmes que nous connaissons proviennent de là: nous attirons les moins bien lotis qui considèrent notre territoire comme un eldorado, et comme il est libre à tout Européen de s'installer où bon lui semble dans l'UE, il n'est pas étonnant que nombre d'entre eux choisissent d'y élire domicile et d'y tenter leur chance, tout comme les Américains l'ont fait en Californie au XIX ème siècle.

Pour illustrer mon propos, et lancer le débat, que j'espère Antoine sera prompt à reprendre, je vous propose un article fort interessant sur l'attractivité de la Suisse Romande paru dans un magazine économique "L'Entreprise"

 

Article Geneve1.JPG

Article Geneve2.JPG

Article Geneve3.JPG

Article Geneve4.JPG

Pour compléter cet article, on trouvera ci dessous un guide succint sur l'implantation en Suisse Romande. Pour ceux de mes lecteurs, investisseurs potentiels, qui souhaitent en savoir plus sur les différents organismes qui peuvent les aider dans leur démarche, ils peuvent me contacter par mail à l'adresse indiquée en haut à gauche de ce blog, avec leurs questions, (english accepted), auxquelles je m'efforcerai de répondre dans les meilleurs délais

 

Article Geneve5.JPG

21/05/2010

Une Ecole Chinoise à Genève: un atout immense pour notre territoire

Projet d'ECOLE CHINOISE

Porte Sud de Genève

 

Parmi les quelques propositions que j'ai émises depuis mon élection au Conseil Municipal de Saint-Julien et ma nomination au Conseil Communautaire de la Communauté de communes du Genevois, voici la présentation d'un projet qui me tient beaucoup à coeur tant je suis convaincu de l'intérêt qu'il présente pour Genève et notre territoire. L'idée consiste à implanter sur notre territoire une ECOLE CHINOISE, et je vais ci-après détailler comment j'envisage ce projet.

 

campus Ecole.JPG

 

•1. Concept

Création d'une école Chinoise internationale ayant les vocations suivantes dans l'ordre d'importance :

1-Enseignement du cursus chinois pour les enfants d'expatriés chinois par des enseignants chinois.

2-Enseignement international dans un contexte chinois au sein d'une filière ouverte aux enfants de la région

3-Organisation de stages d'apprentissage de la langue chinoise pour cadres et étudiants européens au moment des vacances.

L'implantation de cette école est cohérente avec le développement économique du bassin lémanique qui concentre déjà un grand nombre d'expatriés de sociétés multinationales avec une forte pratique de la langue anglaise, d'autant que Genève affirme officiellement vouloir attirer les entreprises asiatiques (Voir la newsletter de juin 2009 de l'Agence de Promotion Economique de Genève sur www.whygeneva.ch)

Le niveau d'enseignement offert aux élèves dans cette école chinoise va des classes maternelles ou élémentaires (niveau CP) au lycée (équivalent BAC). Cette école est obligatoirement managée par une structure académique chinoise.

En résumé, l'école s'adresse dans l'ordre:

- aux enfants chinois expatriés
- aux élèves et étudiants européens désireux de se parfaire en mandarin
- aux salariés des entreprises européennes travaillant avec des partenaires chinois (formation continue).

Rem : On pourra envisager la possibilité de la création conjointe adjacente d'un petit centre d'affaires, avec du personnel chinois, pour les sociétés chinoises désireuses de disposer d'un bureau de passage ou de pré-installation en Europe.

 

•2. Principe de fonctionnement

Le fonctionnement envisagé se fait sur le principe d'un campus de type HEC réunissant : Salles d'enseignement, équipements de communication et de formation, infrastructures sportives, hébergement, restauration, transports publics, etc..

•3. Avantage pour le territoire de Porte Sud de Genève

  • Confirmation du rôle de Genève comme ville privilégiée d'implantation des entreprises multinationales (au sein desquelles de plus en plus de nationaux chinois travaillent et sont appelés à travailler)
  • Argument de poids pour favoriser sur le bassin lémanique l'implantation d'entreprises chinoises intéressées par le marché Européen.
  • Création d'emplois pour les gens de la région, puisque les entreprises chinoises s'implantant ici offriront l'essentiel des nouveaux emplois créés à des autochtones.
  • Enrichissement culturel du territoire, établissant notre région comme le trait d'union privilégié entre l'Europe et la Chine.
  • Développement d'une nouvelle activité économique et touristique au travers de l'élaboration de stages d'apprentissage de la langue chinoise pour les cadres et étudiants Européens.

•4. Conclusion

Ce projet est fondé sur l'expérience positive de l'Ecole Japonaise de Düsseldorf (fondée il y a 20 ans et qui a vu ses effectifs croître de 71 à 491 élèves aujourd'hui).

Il s'inspire du constat que, comme tout expatrié, un chef d'entreprise ou un cadre supérieur chinois apprécie que ses enfants, ainsi que ceux de ses proches collaborateurs,  puissent poursuivre leur cursus dans leur langue maternelle, dans un environnement proche de celui de leur culture d'origine, et qui favorise leur intégration dans celle du pays qui les accueille. On notera que ce n'est pas un hasard si Düsseldorf est la ville Européenne dans laquelle on compte le plus grand nombre de sièges sociaux européens de sociétés japonaises.

Rem: Ce projet intègre aussi la volonté de créer une vraie filière de formation de nos jeunes en langue chinoise, ce qui leur donnera un avantage compétitif dans leur avenir professionnel.

 

Ce projet s'inscrit sans ambages dans la volonté de porter des projets transfrontaliers, au sein du Projet d'agglomération Franco-Valdo-Archamps.jpgGenevois et de rééquilibrer les emplois entre la France et la Suisse. D'ailleurs le projet porte un préalable incontournable, celui du soutien politique et technique de Genève puisque les deux territoires en tireront profit, et qu'un tel projet serait difficile à mener à bien par chacune des parties sans concertation.

Selon moi, le site le plus approprié comme lieu d'implantation du campus est celui du site d'Archamps-Technopole (ou alternativement Bardonnex, voire Cervonnex) ; Le site d'Archamps offre en effet de l'espace, dans un cadre magnifique, qui se situe au carrefour de voies de communication majeures, à 10 minutes du centre ville de Genève et 15 minutes de l'Aéroport; avec la possibilité d'un excellent maillage des transports publics tel que proposé par le PACA St Julien - Plaine de l'Aire. Sans compter que dès aujourd'hui, des locaux de grande qualité y sont disponibles pour héberger dans d'excellentes conditions une école (2 amphithéatres de 40 places chacun, et 6 salles de cours sont regroupés dans un bâtiment moderne et aéré)


Remarque: Depuis que j'ai parlé de ce projet, j'ai bien senti que la plupart de mes interlocuteurs, particulièrement au sein de la CCG, me prenaient pour un doux réveur, toujours en quête de projets pharaoniques ou irréalisables. A ces sceptiques indécrottables, je ne répondrai qu'une seule chose:

Cette école existe déjà!....

Fruit de l'initiative et du travail en commun d'expatriés chinois résidant à Genève, et ressentant le besoin que je viens de décrire pour l'éducation de leurs enfants, l'école chinoise EDWIGE regroupe déjà plus de 150 enfants qui peuvent bénéficier de cours dans leur langue maternelle. Initiative purement privée, accueillie et hébergée au sein d'une école de Genève, cette école est ignorée de la plupart des dirigeants de Genève et du territoire genevois, qui ne savent même pas qu'elle existe; preuve s'il en est de la compétence et de la connaissance de ce qui se passe sur leur territoire par nos représentants élus.

Ce que je propose est donc de donner un cadre plus formel et plus représentatif à cette initiative, et d'en faire, avec ses responsables, un des atouts majeurs de la croissance économique de notre territoire. Donnons à l'Ecole Chinoise de Genève un cadre et des moyens pour en assurer le rayonnement; un tel effort ne manquera pas de se traduire par des retombées économiques substantielles pour notre territoire.

C'est par de telles initiatives que l'on assure l'avenir de nos enfants et j'espère qu'à la lecture de ma proposition, les responsables Français et Suisses sauront se mettre en mouvement pour initier un nouveau projet trans-frontalier qui servira, je n'en doute pas, les intérêts de notre population des 2 cotés de la frontière.