Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2013

France - Chine: amis ou ennemis

Voila le titre de l'excellente émission C'EST DANS L'AIR consacrée aux relations franco-chinoises suite à la réception par le Président Hollande de grands patrons chinois à l'Elysée.

Les participants se sont mis d'accord sur le fait que la Chine fait peur. Et ils mettent cette peur sur le type de régime, communiste et dictatorial, qui dirige ce pays.

Mais la France Napoléonnienne, pays des Droits de l'Homme, ne faisait elle pas peur à ses voisins? et probablement pour de bien meilleures raisons à l'époque que nous n'en avons d'avoir peur d'un pays qui jusqu'à présent a èté beaucoup plus victime des étrangers, qu'il n'a lui même exercé une menace envers eux . Il suffit de mentionner la guerre de l'opium, ou le massacre de Nankin pour comprendre que les Chinois ont bien plus de raisons de se méfier de nous Occidentaux ou Japonais, que l'inverse.

Rares sont les leaders politiques français qui ont compris comment traiter avec la Chine. Jean-Pierre Raffarin , avec son bon sens paysan, est l'un de ceux la; et je me réjouis que François Hollande soit désormais disposé à aborder ce sujet crucial avec intelligence et pragmatisme.

Pour traiter avec la Chine, il est essentiel de faire preuve d'humilité et de politesse. Respectons les chinois, prouvons leur qu'on les aime, et nous obtiendrons beaucoup plus d'eux qu'en jouant au matamore. Qui peut encore croire que les chinois puissent avoir peur de la France? Réveillons nous et revenons à la raison.

Heurter la chine en lui faisant perdre la face ne débouchera que sur des problèmes accrus pour nous. Il est illusoire, pour brosser l'amour propre  insupportable et mal placé des français dans le sens du poil, d'irriter et de narguer un géant. Les Chinois l'ont bien compris et nous donnent une leçon: lorsque l'Union Européenne veut imposer des mesures douanières contre les panneaux solaires chinois, la chine choisit de riposter contre les vins européens (visant essentiellement la France) plutôt que contre les machines outils ou les voitures (ce qui pénaliserait l'Allemagne)

Il est grand temps que la France se conduise comme la moyenne puissance qu'elle est devenue et qu'elle arrete de se prendre pour ce qu'elle n'est plus. Quand un nain rentre dans un magasin, il évite de provoquer le colosse qui est à coté de lui. Il a tout à gagner à se mettre dans ses bonnes graces plutot qu'à le narguer.

Dans un article précédent, j'ai déja recommandé à nos hommes politiques de bien traiter leurs interlocuteurs chinois, ce qu'avait tres bien fait Jacques Chirac en faisant éclairer la Tour Eiffel en rouge pour accueillir le Président Chinois, s'ils souhaitent obtenir des gestes d'amitié de ce grand peuple, appelé à devenir le plus grand marché du monde.

Notre stratégie devrait consister à faire de la France le meilleur ami de la Chine en Europe. Nul doute que ce serait la politique que ménerait Charles de Gaulle aujourd'hui, lui qui avait eu l'intelligence d'être le premier à reconnaitre la chine de Mao, donnant ainsi à la France une cote d'amour que ses successeurs se sont évertués à rèduire à néant au nom d'une prétendue exemplarité de la France sur les droits de l'homme. 

Le régime chinois n'est pas parfait, loin de là, mais je ne pense pas que ce soit le système français avec ses Cahusac, Tapie et autres Gueant qui ait quoique ce soit à lui dire. Balayons devant notre porte avant de vouloir donner des leçons à nos voisins.

Depuis longtemps, le régime chinois s'est inspiré du système singapourien, prenant conseil de Lee Kwan Yew qui a rèussi en 50 ans à métamorphoser un pays d'une grande pauvreté en l'un des plus riches du monde et des plus agréables à vivre. Nos amis chinois ont beaucoup plus à gagner de suivre un tel exemple que d'écouter les jérémiades de nos élites.

Cessons de les heurter! Au contraire! Ce dont il s'agit est de les convaincre que nos deux grands peuples, riches d'une histoire exceptionnelle, ont tout pour devenir les meilleurs amis du monde. C'est dans la coopératiom et l'amitié que l'on s'enrichit mutuellement de ce que l'autre a à offrir, et surement pas dans la confrontation, surtout quand elle est perdue d'avance...

10/04/2013

Margareth Thatcher - la Dame de Fer tire sa révérence

Margareth Thatcher, Churchill, Falklans,

Après son grand ami  Ronnie (Ronald Reagan), c'est donc au tour de Maggie de tirer sa révérence, et avec le baisser de rideau, le temps de faire le bilan de son action.

Alors bien sûr, les bons esprits retiendront son coté inflexible, sa dureté, en un mot sa force. Cela contraste évidemment fortement avec notre leader actuel, Flamby, que l'Express qualifie en couverture de son magazine hebdomadaire de "Mr Faible".

Les époques troublées et de crise profonde requièrent des leaders forts. On notera d'ailleurs que ces 3 leaders ont en commun d'avoir été victimes d'attentats contre leur personne: cela ne les a pas fait fléchir....

Margareth Thatcher, Churchill, Falklans,Ce fut le cas de De Gaulle en France pendant la seconde guerre mondiale, puis lors d la guerre d'Algérie. Alors que la nation sombrait dans la déroute, avec l'exode sur les routes, il eut le courage de s'opposer au découragement ambiant et de dire non, refusant l'inéluctable défaite.

 

 

Margareth Thatcher, Churchill, Falklans,Ce fut le cas de Ronald reagan, qui après Jimmy Carter et la défaite au Vietnam, récupérait une nation qui doutait d'elle-même et à laquelle il sut rendre confiance en elle. Quand les syndicats d'aiguilleurs du ciel (privilégiés s'il en est) allaient trop loin, il n'hésita pas à les affronter et à les mettre au pas

 

 

Ce fut enfin le cas de Mme Thatcher qui, en la circonstance, et bien qu'elle fut femme, montra au monde entier qu'elle en avait dans la culotte. Il fallait du courage pour aller défendre les Malouines en plein milieu de l'Atlantique face à la lache aggression de la dictature argentine. Mais quelle fierté pour les Anglais qui arboraient alors les tee shirts "The Empire strikes back3. Il lui en a fallu du courage pour oser s'opposer aux trade unions qui paralysaient et asphyxiaient le pays, et aussi à l'IRA qui terrorisait la Grande Bretagne. Inflexible, elle ne recula pas et assuma son devoir de prendre les bonnes décisions  pour son pays, quitte à être impopulaire sur le moment.

Mais elle fut aussi intelligente, et comprit ce qui était faisable et ce qui ne l'était pas. Ainsi la leçon de l'attaque sur les Falklands lui dicta t-elle sa conduite en Chine à propos de Hong Kong. Elle avait compris que si le Royaume Uni pouvait s'opposer et envoyer des troupes face à l'Argentine qui tentait de s'accaparer les Malouines, elle ne pourrait en aucun cas le faire face à la Chine. En conséquence, elle négocia avec Deng Xiao Ping une retraite honorable, évitant à son pays une situation potentiellement délicate ou humiliante.

Peut être fut-elle brutale dans ses combats, et surement devint elle insupportable, même pour ses amis, à la fin de son mandat, ce qui poussa même son propre parti à la congédier. Mais face à l'adversité, il faut savoir ce que l'on veut. Ce que l'Histoire retiendra, et j'en suis moi même témoin pour l'avoir vécu, c'est qu'elle a sorti son pays du déclin inéxorable qu'il avait entrepris après la guerre. Alors que la France gaulliste avait connu les 30 glorieuses, l'Angleterre travailliste avait subi 30 piteuses années de déclin et d'appauvrissment. S'il ne fallait lui accorder qu'un seul mérite, c'est bien celui d'avoir stoppé cette spirale infernale et d'avoir remis ce grand peuple au travail. Ce que lui doivent les Anglais est incommensurable, et nul doute qu'elle fut le plus grand leader britannique en temps de paix. D'ailleurs, il n'y a que 2 statues de Prime Ministers du XXème Siècle aux Communes: Celle de Winston Churchill, le plus grand homme d'Etat de ce siècle, et la sienne.

Désolé pour les ames sensibles, mais c'est mon opinion, et je n'ai qu'un souhait, c'est que notre pays trouve sa Maggie, le plus vite possible.

19:30 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : margareth thatcher, churchill, falklands, reagan, de gaulle | | | Digg! Digg | | |  Facebook

15/03/2013

Hollande dans les traces de De Gaulle

photo.JPG

Pas facile de jouer au Grand Homme

08:01 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hollande, de gaulle | | | Digg! Digg | | |  Facebook

28/11/2012

La stature Gaullienne de François Fillon - Un rassembleur qui a du courage

de gaulle2.jpg

Nouveau rebondissement aujourd'hui dans la guerre des chefs qui oppose Jean-François Copé et François Fillon pour la présidence de l'UMP.

Alors qu'on avait cru à une possible sortie de crise suite à l'intervention de Nicolas Sarkozy, l'autoproclamé président Copé a émis un ultimatum aussi inacceptable que méprisant envers l'ancien Premier Ministre, le sommant de déposer la seule arme valable qui lui fait peur, sans lui même ne s'engager à rien , si ce n'est à la tenue d'un vague référendum auprès des militants, sans aucun cadre précis et sans calendrier.

François Fillon eut-il accepté un tel diktat d'un président aussi illégitime qu'irrespectueux, il aurait alors cessé d'avoir mon soutien, car il n'aurait pas été digne des plus hautes fonctions que je souhaite pour lui à l'avenir.

Mais un pilote automobile qui ne craint pas de mettre sa vie en danger dans des bolides vrombissants ne s'effraie pas d'aussi peu. En effet, Mr Copé, il ne suffit pas de s'agiter en bras de chemise à une tribune en fustigeant les chapardeurs de petits pains au chocolat pour prouver qu'on est un chef. La vraie force, c'est la force tranquille, celle qui permit en son temps à François Mitterrand de régner sur la France pendant 14 ans.

J'avais beaucoup de sympathie pour Mr Copé, et j'estimais qu'il ferait un meilleur chef de parti que Mr Fillon, ce dernier étant sans conteste le plus présidentiable des deux. La grande majorité des militants étant d'ailleurs d'accord avec ce point de vue, ce que j'ai pu vérifier auprès de nombreux militants supporters de JF Copé pour cette élection.

Le problème, c'est que Mr Fillon ne faisait pas confiance à Mr Copé pour organiser une primaire impartiale en 2016, si celui ci s'emparait du Parti. C'est la raison principale de son entrée dans la bataille pour la présidence. On voit aujourd'hui à quel point il avait raison de se méfier.

Ce matin donc, JF Copé a émis son ultimatum, persuadé que la plupart des grandes voix du Parti se rangeraient derrière lui, tant la prolongation de ce duel homérique nuit aux interets de l'UMP et met la réélection des caciques du parti en danger. JF Copé espère gagner à l'usure, de guerre lasse: le problème, c'est qu'à la surprise générale, il y a en face un teigneux qui se bat intelligemment et qui fronce les sourcils, qu'il a épais, mais qui ne lache rien. Un vrai chef de guerre lui aussi!....

Ce sur quoi, François Fillon pèche, c'est sur la communication auprès des médias. Probablement qu'il ne veut pas descendre au même niveau que les époux Balkany, la fille mère Mme Dati ou l'élégant Karoutchi.... Quant à Mme Tabernot, cette anti-gaulliste notoire, quelle drôle d'idée que de lui confier un rôle de premier plan au sein du parti qui se réclame comme l'héritier du Général.

Parlons en d'ailleurs du Général! En juin 1940, si le Général De Gaulle avait écouté les sondages,(ils n'existaient pas à cette époque), il ne serait jamais parti à Londres et il n'aurait pas lancé son appel du 18 juin, tant il était minoritaire dans l'opinion française. Il aurait dû se ranger derrière le maréchal Pétain, son ancien mentor. Mais cet homme avait une certaine idée de la France et des valeurs de la République.  C'est pourquoi malgré tous les obstacles et les risques (rappelons qu'il fut condamné à mort par coutumace par le gouvernementr français) il a fait ce qu'il estimait être son devoir , et il est entré en résistance.

Contrairement à tous ces observateurs, aveuglés par leur court-termisme , il y a certains esprits capables de s'élever au dela du clapot des vagues pour comprendre où va le courant. Je regrette que si peu de journalistes ne soient capables d'un tel recul: la plupart ne faisant que répéter ce qu'ils ont entendu sur une autre antenne (ex: Jean François Coppé siffle fin de la récré,......). Quant aux politiciens, hormi quelques rares esprits qui comprennent les enjeux mais qui sont partie prenante de la lutte pour en tirer un bénéfice, peu trouvent grace à mes yeux. Quant à la gauche, elle est assez mal placée pour venir donner des leçons de morale et la porte parole Nakat Valaud Belkacem ferait bien de garder ses commentaires pour elle ! Un peu de décence s'il vous plait.

Deux exceptions notables:Lionel Tardy, le député d'Annecy qui s'est révélé dans cette crise! mais il est vrai que Lionel n'est pas énarque ou haut fonctionnaire, c'est un chef d'entreprise qui a créé une belle entreprise et qui ensuite a pu mettre au service de son pays ce qu'il a appris dans l'arène économique.

Et Xavier Bertrand qui ce matin a exprimé un avis qui l'honore et qui fait preuve d'une grande sagesse. Son avis mériterait d'ête écouté car il a fait preuve d'un réel sens du compromis et d'un pragmatisme de bon aloi

C'est dans les circonstances exceptionnelles qu'on voit les grands hommes, ceux qui sont capables de voir plus loin que le bout de leur nez et leur interet personnel à court terme. De prendre des risques pour défendre ce à quoi ils croient!

Ce qui est en cause dans le combat que mène François Fillon, c'est un combat pour le respect des règles, une certaine éthique morale en politique et  l'honneteté vis à vis des électeurs. Sont-ce des valeurs perdues? Pour ma part, pas de politique valable sans une exigence morale vis à vis de l'autre, qu'il soit opposant ou partenaire!....

Alors quoi, on lui reproche la mise en danger de l'UMP, et on se gausse de sa dégringolade dans les sondages. Comme si cela donnait raison ou tort à son action. L'UMP survivra, j'en suis certain! Ce n'est pas demain qu'un homme de droite sociale comme moi ira rejoindre le camp des centristes qui recherchent systématiquement le compromis quand la période exige une détermination et le courage de prendre des mesures fortes. Je l'ai dit à François Fillon à Samoens lors de la fête départementale de la Haute savoie, le gouvernement de Nicolas sarkozy a manqué de courage, en particulier à propos de la TVA sociale qu'il fallait instaurer dès 2008. Il en a convenu, concédant qu'il n'avait pas eu toute liberté pour imposer certaines mesures pour lesquelles le Président Sarkozy redoutait la contestation dans la rue. Je pense que désormais il est déterminé à faire ce qui doit être fait pour l'interet général de notre pays. Et sa nouvelle attitude me semble être une preuve de sa nouvelle inflexibilité.

François Fillon, pour lequel j'ai depuis longtemps  de la sympathie et chez qui je devinais une force véritable, ne me déçoit pas. Mieux, il m'enthousiasme!... Dans ce bras de fer mélange d'une partie de bridge et de poker menteur, il avance ses pions avec calme et lucidité. Il prouve à tous qu'il a l'étoffe d'un chef. Et sans prédire l'issue de la guerre, il m'a convaincu de lui apporter, à la mesure de mes moyens les forces dont il aura besoin  sur le champ de bataille, face à un Copé usurpateur d'abord, puis face à la gauche des Montebourg, Hamon ou autres "gauchistes". Enfin un homme qui incarne les valeurs auxquelles je crois! Sobre, sans chi chi, mais déterminé à faire progresser notre pays, avec élégance mais sans faiblesse.

Les médias oublient de rappeler  que mardi soir, François Fillon, malgré une courte défaite de 98 voix, avait eu l'élégance de reconnaitre sa défaite. Ce n'est que le lendemain qu'il a repris le combat, quand le pot aux roses des 1000 bulletins de l'étranger fut découvert. Convaincu une fois pour toutes  qu'il avait été grugé par un usurpateur sans foi ni loi, qui avait dès le départ décidé de prendre le parti à la hussarde, il ne s'est pas couché et il est lui aussi entré en résistance.

A long terme, François Fillon fait le bon choix; il doit y avoir un minimum de règles et de rectitude morale dans la politique; sinon personne n'y croira plus, et le Front National sera de plus en plus fort. Rappelons nous la qualification honteuse de la France au Mondial 2010 grace à la fameuse main de Thierry Henry contre l'Irlande. Malgré de nombreux appels à rejouer le match par les gens respectueux de l'esprit sportif, la FFF avait privilégié ses interets finaciers en prenant la qualification, même si le résultat était entaché d'opprobre. On connait le résultat quelques mois plus tard à Knysna: une équipe couverte de honte qui a détourné les Français du foot pendant plusieurs années.

Je ne vois pas pour quelle raison, on devrait laisser l'usurpateur Copé occuper la place; cet homme, avec de telles valeurs jusqu'au boutistes conduira l'UMP à sa perte. En ce qui me concerne, en tant qu'adhérent, j'exige qu'un nouveau vote transparent et irréprochable soit réalisé d'ici fin janvier. A l'issue de ce vote, je me rangerai sans problème et sans amertume derrière le vainqueur, quel qu'il soit, ne dut il n'être gagnant que d'une seule voix, puisque telle est la règle de la démocratie.

Si la direction du parti s'y refuse et reste en place avec un immense soupcon d'illégitimité, alors, sans déchirer ma carte, je cesserai de payer ma cotisation annuelle à un parti qui ne respecte pas un minimum les règles de la morale et de l'éthique politique. Et j'en appelle à tous ceux qui pensent comme moi à faire de même, et à le faire savoir

UMP,Copé,Fillon,Lionel Tardy,Xavier Bertrand

 

19:30 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, copé, fillon, lionel tardy, xavier bertrand, de gaulle | | | Digg! Digg | | |  Facebook

07/04/2010

La Russie dans l'Union Européenne: pourquoi pas!

L'Europe est aujourd'hui divisée sur l'opportunité de faire rentrer la Turquie au sein de l'Union Européenne. Certains y sont favorables, bien que l'essentiel de ce pays soit en Asie, d'autres y sont opposés pour la même raison officielle et aussi parce que, sans vouloir l'avouer, ils craignent d'intégrer un grand pays musulman à une Europe de tradition chrétienne.

Ceci étant dit, je suis étonné qu'il n'y ait pas aujourd'hui en Europe un mouvement d'opinion en faveur de l'entrée de la Russie dans l'Union Européenne; il ne s'agirait ni plus ni moins, comme le disait en son temps le Général de Gaulle, de réaliser l'Europe de l'Atlantique à l'Oural.

C'est en imaginant cette option que l'on se rend compte de l'immense intéret que présenterait une telle adhésion:

Pour l'Europe tout d'abord:

UE.jpgEn s'adjoignant le territoire de la Russie, l'UE deviendrait, et de loin, le premier bloc mondial en terme géographique.
La Russie apporterait à l'Europe ses richesses naturelles qui rendraient l'Union complétement autonome pour nombre de produits, au premier rang desquels figurent le gaz et le pétrole.
La Russie, de race blanche et de culture et tradition chrétiennes s'assimilerait facilement dans l'Union et, en rejoignant l'UE, ne serait plus une menace pour l'Europe, mais bien plutôt, un atout.
Cet immense territoire sous-équipé représenterait un marché colossal pour les entreprises Européennes qui sont à l'étroit dans l'UE.
Tout comme l'Union Européenne a permis d'apporter la paix sur notre continent, l'intégration de la Russie au sein de l'UE permettrait probablement de repousser à jamais les dangers d'un conflit avec ce peuple de grande culture.

 

Pour la Russie:russie.jpg

En intégrant l'UE, la Russie obtiendrait l'accès aux océans et obtiendrait de facto la possibilité de faire partie d'un ensemble riche et peuplé.
Elle trouverait en Europe des capitaux et des technologies pour développer son industrie.
La Russie pourrait remédier au plus grand danger qui la guette: sa décroissance démographique.
Elle s'ancrerait dans une tradition démocratique que son peuple accueillerait avec ferveur.

 

On voit bien l'interet commun d'un tel projet qui nécessitera probablement des décades avant de voir le jour. C'est pourquoi, dans un premier temps, il serait judicieux de négocier un statut spécial et privilégié pour la Russie vis à vis de l'UE en attendant que l'évolution des esprits permette une adhésion pleine et entière de ce grand pays à la Communauté Européenne.

Ne révons pas, de nombreux obstacles nous attendent sur cette route:

En tout premier lieu, la crainte que suscite un tel rapprochement chez nos amis Américains qui verraient revenir l'Europe dans la cour des Grands, alors qu'ils se préparent à diriger le monde dans un duopole avec la Chine (ou un triumvirat si l'on inclut l'Inde). C'est bien pourquoi, ils nous poussent par tous les moyens à accueillir la Turquie au sein de l'Union, repoussant par là même le danger que l'Europe se tourne plutôt vers la patrie de Pouchkine. Il est temps pour les Européens de copmprendre que si l'Amérique est notre amie, nous n'avons pas pour autant les mêmes intérets. L'exemple récent du contrat des avions ravitailleurs montre à l'évidence que les Américains privilégient leurs propres intérets à ceux de leurs amis Européens, et c'est bien normal.

Il faudra aussi vaincre les réticences de nos amis d'Europe de l'Est, qui, récemment intégrés à l'UE pensent s'être mis à l'abri de leur grand voisin oriental. Il faut accepter que compte tenu de leur histoire au XXème Siècle, ils ne verront pas d'un oeil bienveillant l'arrimage de l'Europe à l'ogre Russe. Mais ceci ne me parait pas plus insurmontable que l'inimitié qui régnait entre Français et Allemands à l'issue de la 2ème guerre mondiale et que la vision de Grands Hommes d'Etat comme DE GAULLE et ADENAUER ont permis de surmonter.

On peut aussi compter sur l'hostilité de la Chine qui n'appréciera pas que cette Union Européenne élargie puisse lui faire de l'ombre.

tour eiffel.jpgEnfin, au sein même des 2 entités, on trouvera de nombreux opposants à cette vision d'avenir; Chez nous, l'opposition risque de rassembler dans un même camp les souverainistes et les Atlantistes. En Russie, les nostalgiques de la Grande Russie pourraient refuser de considérer les avantages de l'union, y voyant là une sorte de déchéance.sainte basile.jpg

Toutefois, quels que soient les obstacles qui ne manqueront pas d'apparaître, je suis convaincu que c'est dans cette direction que réside l'avenir de l'Europe; C'est par la paix et avec l'adhésion des peuples que se fera cette union qu'ont tenté par la force, et sans succès, Napoléon et Hitler en leur temps. C'est pourquoi il serait souhaitable que dans les deux entités, dès maintrenant, se constituent des courants d'opinion en faveur de cette solution historique et que le débat puisse s'ouvrir.