Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2012

Noire Finance - Un documentaire à voir absolument

Hier soir, l'excellente chaine ARTE diffusait un documentaire en 2 parties, intitulé "Noire Finance".

Le premier épisode; nommé La grande pompe à phynances retrace l'histoire de la monnaie depuis 1929, jusqu'à l'abandon de l'értalon or en 1971 par Nixon, en passant par les accords de Bretton Woods...

Dans la seconde partie, Le bal des vautours, est décrit le mécanisme de la crise financière initiée aux USA avec la crise des subprimes, ainsi que les rôles joués par chacun (Goldman Sachs, AIG, le gouvernement Américain.....)

Un must absolu à voir, ou revoir ci dessus ou sur www.arte.com pour tous ceux qui veulent comprendre comment la plus grave crise financière depuis 1929 nous est tombée dessus à partir de 2007.

Un exemple de plus de la chance que nous avons en France de bénéficier d'une télévision de grande qualité, pour peu que les téléspectateurs se donnent la peine de fuir la télé réalité ou les séries américaines.

19:05 Publié dans Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noire finance, arte, crise financière | | | Digg! Digg | | |  Facebook

06/09/2011

La crise financière? Circulez y'a rien à voir - Heureusement qu'il ya DSK

Jour après jour, la Bourse chute, sans que les Grands Medias ne s'en émeuvent; à un point qu'il me parait nécessaire d'illustrer ce phénomène tragique à travers le cours de nos 3 plus grandes banques nationales

Credit Agricole: 35 € en juin 2007 - 5.60 € aujourd'hui - soit une perte de valeur de 84%

Société Générale: 142 € en juin  2007 - 18.93 € aujourd'hui - soit une perte de valeur de 86.7%

BNP Paribas: 90 € en juin 2007 - 29.66 € aujourd'hui - soit une perte de valeur de 67%

Mais cela ne semble interpeller personne dans la classe médiatique; après tout si les riches sont moins riches, bien fait pour eux!.... Quant aux petits porteurs qui ont vu leurs économies fondre comme neige au soleil, ils n'avaient qu'à pas jouer aux riches ( n'est ce pas Mr Jacques Brel)

Cependant, il faut savoir que si, comme dans les pays anglo saxons, nos retraites étaient indexées sur les cours de bourse, puisque chez eux les fonds de pension privés investissent une grande partie de leurs actifs en bourse, cela signifierait que notre retraite à venir aurait perdu plus des 2/3 de ce que l'on pouvait en attendre il y a seulement 4 ans. Pareil traumatisme est difficilement imaginable pour la génération des Papys Boomers Français qui heureusement bénéficient de la protection du système par répartition. Mais pourrons nous faire l'économie d'une remise à plat de notre système et échapper à la dure réalité de l'économie? j'en doute fort. Cela mériterait, je pense, des émissions et des débats pour éclairer la lanterne de nos concitoyens.

Mais bien évidemment de telles questions sont triviales par rapport au retour de DSK ou au procès de Jacques Chirac, qui interessent bien plus nos amis journalistes qui nous bassinent avec leurs balivernes au lieu de s'interesser aux problèmes de fond de notre société.

Je dois avouer ma consternation par rapport à l'excitation médiatique autour du retour de DSK; et l'image qui m'est spontanément venue à l'esprit en voyant sa voiture entourée des motos des paparazzis sur l'autoroute, est celle de Lady Diana, dont on sait comment tout ce cirque s'est conclu. Et comme si ce n'était pas assez, voila que dans la pourtant bonne émission C dans l'Air, des experts es communication viennent nous rabattre les oreilles de la stratégie à venir de DSK dans les mois à venir.

Trop c'est trop!... Messieurs les journalistes, vous nous cassez les c..... comme le disait si justement Florent Pagny dans sa chanson. Interessez vous et informez nous sur ce qui compte, et cessez de nous prendre pour des gogos. A quand la grève générale du journal de 20:00 ou l'ensemble des citoyens, dans un geste de protestation, tournera le bouton pour éteindre la télé ou pour regarder des programmes moins débiles que ces journaux d'information; Je comprends mieux le succès de Plus Belle La Vie qui passe à la même heure; finalement c'est d'un niveau autrement plus élevé!

18:44 Publié dans Politique Française, Société | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : dsk, crise financière, médias, c dans l'air, florent pagny | | | Digg! Digg | | |  Facebook

17/08/2011

Eurobonds, Angela - Tu veux ou tu veux pas?

La Gauche accuse Nicolas Sarkozy d'avoir perdu son chapeau (sic François Hollande) parce qu'il n'a pas réussi à faire accepter à l'Allemagne de recourir à l'émission d'Eurobonds pour sauver l'Euro et l'Europe.

Je trouve cela incroyable.

Primo, je rappelle que l'Euro s'échange actuellement à environ 1.40 US$ alors qu'il a été introduit à 1.17 US$; pas si mal pour une monnaie soi disant en perdition!.... Bien sur, notre monnaie a perdu de sa valeur contre le Franc suisse, qui comme l'or, fait office de valeur refuge en ces temps d'incertitude et de crainte de retour de l'inflation. Mais souhaitons nous vraiment que l'euro soit trop fort? surement pas!....

Deuxio: La France n'est pas seule à décider de ce que l'on peut faire ou pas en Europe; il serait temps de comprendre que ce que Français veut, d'autres européns peuvent ne pas le vouloir, et parfois à juste titre. Dans le cas des Eurobonds, mettons nous à la place des Allemands: compte tenu des dérives des déficits de l'ensemble des pays d'Europe du Sud, France comprise, on peut comprendre que ceux-ci soient réticents à mettre leur situation financière au profit de voisins qui n'ont qu'un seul slogan à la bouche: "l'Allemagne paiera". On se croirait revenu à l'entre deux guerres avec les réparations liées à la première guerre mondiale. N'oublions pas où cela nous a conduit!....
Je comprends tres bien la position allemande et elle est NORMALE. Qui d'entre nous serait prêt au sein de sa propre famille à mettre l'ensemble de son patrimoine en danger, constitué par le travail, l'effort et l'épargne, pour sauver de la faillite un ou plusieurs de ses cigales de frères et soeurs. Alors ne demandons pas l'impossible à nos amis allemands et essayons plutôt de trouver des terrains d'entente raisonnables sur ce qu'il convient de faire pour que notre espace commun d'Européen puisse se soortir de cette crise au plus vite et dans les meilleures conditions. En un mot: Solidarité oui, Spoliation non.

Quand notre gauche va t-elle enfin se montrer raisonnable et soutenir le Président quand il va dans le bon sens. Elle ne ferait que renforcer sa crédibilité pour contester ses décisions quand celles ci le méritent. A surjouer l'opposition sytématique, elle va à l'encontre de ses propres interets car les Français ne sont pas si stupides pour ne pas reconnaitre là une attitude politicienne et non pas une attitude d'hommes d'Etat. Elle pourrait bien payer cette posture en 2012, en convainquant les français que déciodément, on ne peut pas faire confiance à ces doux réveurs qui prennent leurs désirs (d'avenir?) pour la réalité.....

18:53 Publié dans Economie, Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crise financière, angela merkel, eurobonds | | | Digg! Digg | | |  Facebook

13/08/2011

La crise financière - Sa signification réelle

Ne nous y trompons pas, cette crise, essentiellement américaine et européenne, est le tournant de l'Histoire qui sert de révèlateur au basculement du centre du pouvoir de l'Occident à l'Orient.

Les pays occidentaux sont en train de payer tous les excès des 30 dernières années, où nous avons fait la politique de l'autruche en refusant de mener une politique "raisonnable" et où "apres moi le déluge" pouvait servir de mot d'ordre à toute une génération.

Eh bien, le déluge nous a rattrappé, et on voit, ce n'est que le début, qu'on ne peut pas jouer impunément avec les grandes règles de gestion. Après la crise des subprimes qui avait puni ceux qui avaient prété de façon inconsidérée à des gens insolvables, pour empocher des gains à court terme, voila la crise des états souverains qui ont dilapidé leur richesse à tort et à travers, en privilégiant le Court Terme aux interets à Long Terme de leur pays. C'est bien là les limites de la démocratie qui est trop souvent la nourrice de la démagogie.

Apres la crise de 2008, on nous avait promis une gouvernance irréprochable, mais qu'ont fait les gouvernements pour amender les excès du système, si ce n'est que creuser leur déficits en jouant aux pompiers de service pour éteindre l'incendie de la crise de confiance bancaire. Le problème, c'est qu'aujourd'hui, ces mêmes gouvernements n'ont plus d'eau et que les flamèches de l'incendie sont là, prêtes à tout emporter grace à quelques manipulateurs des marchés pour qui l'interet général n'est qu'un mot vide de sens comparé aux opportunités de s'enrichir que génère cette crise sans précédent.

Quant à la Bourse, elle se déconsidère de plus en plus, jour après jour, en faisant du yo-yo et avec une volatilité rarement atteinte, prête à avaler comme un seul homme, et sans retenue aucune, n'importe qu'elle rumeur; il ne faudra pas s'étonner que de plus en plus de sociétés ne se détournent de la Bourse, recherchant d'autres sources de financement, et que les petits porteurs désabusés ne tirent un trait à tout jamais sur ce gigantesque casino où des croupiers traders manipulent les cours comme d'autres les les billes de la roulette.

Non décidément, ce capitalisme là me débecte, et il finira par crever s'il ne se réforme pas rapidement. D'ailleurs nombreux sont les petits patrons, ceux qui mouillent le maillot pour créer de l'emploi et de la vraie richesse à être écoeurés de la dérive de notre système qui privilégie les joueurs de foot, les stars de cinéma et de la finance. Où se recruteront les agriculteurs et artisans de demain, quand on assiste à un tel spectacle?

L'Occident est à bout, place à l'Asie et à ses valeurs!......

09:32 Publié dans Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crise financière, bourse | | | Digg! Digg | | |  Facebook

10/08/2011

Crise Financière - Où est Mme Lagarde?

Depuis 10 jours, une tornade finacière s'est abattue sur le monde avec un décrochement significatif des bourses, la dégradation de la note des USA, l'envolée de l'or et du Franc Suisse, mais le FMI, par la voix de sa Directrice Générale reste muet. Cela est quand même curieux.....

Alors que chaque chef de l'etat déploie des trésors d'imagination pour rassurer les marchés, le FMI est aux abonnés absents. Quelle signification apporter à ce silence? Il serait temps que Mme Lagarde sorte de son silence et s'exprime au nom du FMI.

Quant aux inquiètudes des chefs d'Etat, il n'est pas facile de savoir quelle attitude adopter! on le voit bien aujourd'hui avec la réunion de crise organisée, en plein milieu de ses vacances, par Nicolas sarkozy: elle a surtout eu l'effet de donner du crédit à une mécgante rumeur que la note de la France allait être abaissée par l'une des grandes agences de notation, et finalement cette réunion aura probablement fait plus de mal que de bien. Il est indispensable que nos responsables réfléchissent bien à chacun de leurs gestes et comment ceux-ci peuvent être interprétés par les marchés.

18:40 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : crise financière, fmi, christine lagarde, nicolas sarkozy | | | Digg! Digg | | |  Facebook