Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2013

La métamorphose d'Annemasse

Il y a quelques mois,, Annemasse Agglo organisait une exposition fort bien faite sur les projets à venir à Annemasse et dans les communes avoisinantes de l'agglomération.

Outre le fond qui était particulièrement interessant, il faut aussi saluer la forme de celle-ci et l'implication des élus, puisque tant le maire d'Annemasse, Christian Dupessey que Robert Borrel ont mouillé la chemise pour faire de cette exposition un vrai succès populaire.

Ce que montre cette exposition, c'est que l'agglomération Annemassienne va subir une véritable métamorphose, dont l'arrivée du CEVA en gare d'Annemasse est bien entendu un point essentiel, faisant passer le trafic voyageurs de cette gare de 300 000 à 4 000 000 une fois que le RER transfrontalier sera opérationnel. Mais ce n'est pas tout puisque viennent s'ajouter au CEVA la prolongation du tram de Moellessullaz au quartier du Perrier ainsi que l'instauration d'un BHNS pour desservir la gare depuis le site ALTEA et le Perrier.

Je pense sincèrement qu'aucune autre ville française ne subit un changement d'une telle ampleur en si peu de temps. Rappelons que l'inauguration du CEVA est prévue fin 2017-début 2018, et qu'à terme la gare d'Annemeasse devrait devenir la 5ème gare la plus fréquentée en Rhône Alpes. Et n'oublions pas  que le plan de mobilité n'est qu'un des éléments de la croissance fulgurante de la ville, puisque les projets intègrent la construction de quartiers complets, avec l'arrivée de nouveaux équipements publics.

A ce rythme, Annemasse est en voie de devenir  une véritable concurrente d'Annecy en Haute Savoie, ce qui ne va pas sans créer des problèmes entre les deux villes qui sont sous l'obédience de camps politiques opposés. Espérons que les Haut-Savoyards sauront se rassembler en vue d'un destin commun florissant plutôt que de raviver les antagonismes entre le nord et le sud du département.

20/09/2012

Conférence : A qui profite Le Grand Genève

Saluons l'initiative de La Tribune de Genève qui organisait hier soir à l'espace Louis Simon de Gaillard une conférence publique sur le Grand Genève, afin de comparer les vues françaises et suisses sur ce grand projet transfrontalier appelé à mettre de l'ordre dans le développement de notre bassin de vie.

6 conférenciers étaient appelés à exprimer leur point de vue face aux questions de l'animateur Mr Pierre Ruetschi, rédacteur de La Tribune de Genève.

 

grand genève,tribune de genève,Pierre Ruetschi,Bernard gaud,christian dupessey,antoine vielliard,etienne blanc,david hiler,eric staufer

 

Coté français

Mr Bernard Gaud, Président de la CCG et Président en exercice de l'ARC
Mr Christian Dupessey, Maire d'Annemasse et Conseiller Régional de Rhône-Alpes
Mr Antoine Vielliard, Conseiller Général de Haute Savoie et conseiller municipal à St Julien en genevois

Coté suisse

Mr David Hiler, Conseiller d'Etat (Vert)
Mr Eric Stauffer, Député et Conseiller Administratif d'Onex (MCG)
Mr Daniel Rosselat, Syndic de Nyon

David Hiler a rappelé en préambule que Genève avait connu une croissance très, voire trop, forte ces dernières anées avec 30000 emplois créés entre 2005 & 2008. Cette croissance incontrôlée est à l'origine de nombre des problèmes qui touchent le territoire du Grand Genève, d'autant plus que, David Hiler ne l'a pas caché,  Genève n'a pas, et de loin, tenu ses engagements en matière de construction de logements (2500 par an avaient été envisagés pour Genève au moment de la signature du premier Projet d'Agglo). Ce laxisme genevois a été rendu possible par le filet de sauvetage que représente la France voisine qui elle a construit les logements dont Genève manque de plus en plus cruellement. A tel point que Bernard Gaud l'a rappelé, 2/3 des nouveaux logements crées dans la première couronne en France sont achetés par des Suisses. Le président de la CCG a aussi affirmé que la France construisait mieux désormais, en limitant le mitage de son territoire.

L'attractivité de Genève a attiré une nouvelle population venant d'Europe, qui est venue, au grand dam de Mr Staufer, se substituer à la population frontalière " de souche", faisant grimper les traversées de la frontière à 550000 passages/jour, pour une population frontalière travaillant à Genève de 90000 frontaliers, dont 25000 de nationalité suisse qui se sont installés en France voisine dans les 10 dernières années. David Hiler prévient cependant qu'il faut s'attendre à un fort ralentissement de la croissance dans les années qui viennent, en partie à cause de la crise mais surtout tant l'accroissement du coût de la vie a rendu Genève désormais moins attractive pour les multinationales.

C'est d'ailleurs un point sur lequel il y a eu unanimité: la croissance des dernières années a été trop forte, entrainant un changement trop rapide dans le mode de vie des habitants. Mr xxx a d'ailleurs signalé que le Canton de Vaud avait refusé l'installation de nouvelles entreprises "exterieures" sur son territoire afin de "protéger" les entreprises locales et de ne pas handicaper leur développement à l'avenir. Dans le même temps, le district de Nyon a construit 7500 logements depuis 10 ans, alors que Genève a été suffisamment " maligne" pour préserver sa campagne, grace à sa législation. Le résultat: une augmentation de 6% des emplois pour seulement 2.5% de logements.

Tout le monde s'accorde à reconnaitre que la pénurie de logements à Genève est à l'origine des principaux probèmes de notre territoire: l'absence de logements à Genève oblige les résidents genevois à s'installer en France voisine, ce qui, combiné avec leur fort pouvoir d'achat exacerbé par un taux de change anormalement favorable, a généré une hausse intolérable des prix de l'immobilier dans le Genevois français , le Pays de Gex ou le Chablais, forçant les résidents de la première couronne qui ne travaillent pas en Suisse, soit à aller travailler à Genève, soit à émigrer vers la deuxième ou troisième couronne, créant par la même des problèmes de circulation de plus en plus sévères.

S'il y a accord sur le diagnostic, on ne peut s'empècher de constater que les solutions proposées ne sont pas foison. Dans cette optique, on peut noter la proposition de Mr Etienne Blanc, député maire de Divonne qui rappelle que 400 000 fançais traversent chaque jour les diverses frontières européennes de notre pays pour travailler hors de France, alors que seulement 10 000 étrangers font le chemin inverse. Pour pallier ce problème spécifiquement français dans notre région, il préconise l'instauration d'une zone franche d'activités de 40 km² autour de l'aéroport de Genève, avec un droit fiscal et social spécifique, mais sur le territoire français. Idée qui suscite une grande méfiance en France, et même en Haute-Savoie,  dès que l'on s'éloigne du territoire du Grand Genève.

Pour David Hiler, le manque de solutions provient en partie d'une forte opposition des habitants envers la construction de nouveaux logements, tandis qu'Antoine Vielliard fait remarquer que nous sommes probablement la seule agglo au monde qui met sa périphérie au dela d'une ceinture verte qu'est la campagne genevoise; ceinture verte qui devient chaque jour un peu plus asphyxiée par les voitures qui la traversent pour relier les "banlieues françaises" à la ville centre.

Face à ce problème de mobilité croissant, chacun s'accorde à privilégier les transports en commun, avec cependant des désaccords sensibles:

David Hiler trouve ridicule de prolonger les trams vers les banlieues périphériques françaises, leur préférant largement le train, comme cela se fait avec le canton de Vaud. C'est pourquoi s'il est un farouche partisan du CEVA, il est beaucoup plus réservé sur les projets de tram vers St Julien ou St Genis-Pouilly. Eric Staufer villipende quant à lui le maire d'Annemasse qui a supprimé le parking autour de la gare d'Annemasse, ce à quoi Mr Dupessey répond que les parkings se feront plus loin (Reignier, La Roche.....) puisque le CEVA irriguera non seulement Annemasse mais toute la Haute-Savoie. Quant à Antoine Vielliard, il fait remarquer que l'étalement urbain couvre près de 100 kms autour de Genève, alors que l'un des problèmes cruciaux est lié au financement des infrastructures, sachant que le 1% patronal qui finance de nombreux transports en France défavorise la région frontalière puisque les entreprises suisses qui emploient des frontaliers en sont exonérées. Il demande ainsi que les frais de fonctionnement des transports transfrontaliers soient financés à hauteur de ce qu'est la ponction fiscale: soit 80% pour Genève et 20% pour la France.

La parole ayant été donnée au public, j'en ai profité pour proposer à nos amis suisses de plancher sur un projet qui m'est cher: la crétion d'une gare de pré-embarquement pour l'aéroport à Bardonnex, avec un service de bus express sur l'autoroute pour relier la gare de préembarquement à l'aéroport. Je peux dire avec fierté que cette idée a suscité un vif interet tant chez Mr Hiler que Mr Staufer, et j'espère qu'à partir de là, on pourra mener les études en vue d'avancer sur un projet hautement symbolique en terme d'aménagement trans-frontalier de notre territoire. Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur ce projet que j'ai imaginé il y a déja 3 ans, je vous invite à cliquer sur le lien ci-après: une gare de préembarquement à Bardonnex

Pour conclure, je ne peux que me féliciter de cette initiative de La Tribune de Genève, qui au vu de la nombreuse assistance présente (pres de 400 personnes) a montré que le sujet interessait grandement la population du Grand Genève, puisque tel est désormais le nom de notre bassin de vie. D'autre part, il est essentiel de tisser des liens trans frontaliers et de se parler entre Français et Suisses pour trouver des solutions gagnant-gagnant plutôt que de monter les populations les unes contre les autres de part et d'autre de cette frontière qui depuis 15 ans fond comme neige au soleil.

17/02/2011

Annemasse: une ville ambitieuse et dynamique

Je suis stupéfait par le développement que connait actuellement Annemasse. Rappelons à cet égard les projets qui débordent des cartons de cette agglomération, probablement la plus dynamique de Haute-Savoie, et peut-être même de la région Rhône-Alpes.

- Le CEVA, sorte de RER régional, permettra une liaison ultra rapide entre Annemasse, et plus loin le Chablais, avec Genève-Centre et l'Aéroport de Cointrin grace à l'intégration des réseaux français et suisse.
- Le tram, prolongé de Moellessullaz au Perrier, permettra une irrigation encore plus profonde du tissu urbain de l'agglomération annemassienne.
- Un BHNS (Bus à Haut Niveau de services) reliera le quartier du Perrier au site ALTEA, dans la zone industrielle de Ville-la-Grand et Juvigny en passant par le centre ville  et la gare d'Annemasse, avec une interconnexion avec le tram au niveau de la place Deffaugt

- Le projet Etoile-Gare
- Le futur quartier Chablais-Gare avec sa tour Signal
- La requalification du quartier du Perrier dans le cadre d'un dossier ANRU

- L'aménagement de la place de la Libération
- La construction à Findrol du futur Centre Hospitalier Public  Annemasse -Bonneville
- La construction au Brouaz d'une clinique privée de 300 lits
- Le redéveloppement du Centre Nautique.

Annemasse-Etoile.JPG

Annemasse-ZAC Etoile-Sud-Ouest.jpg

Annemasse-Annemasse agglo.jpg

Annemasse-Tour Signal.jpg

Annemasse-Place de la Liberation.jpg

Annemasse-Piscine.jpg

 

On ne peut être qu'ébahi de ce dynamisme à tout crin qui propulse la cité frontalière comme un acteur économique, et surtout commercial, majeur de notre région. On pourra à ce sujet lire la plaquette consacrée au transport en cliquant sur ce lien

Annemasse-CHIAB.jpg

Maquette du Centre Hospitalier Annemasse - Bonneville

D'autre part, on ne saurait parler d'Annemasse sans parler des efforts extraordinaires qui ont été faits depuis 15 ans pour transformer cette ville, autrefois si moche, en une ville agréable, avec des espaces verts, des fleurs, et un centre-ville commercial et convivial. Sans compter les très nombreux équipement tant éducatifs, que sportifs et culturels qui sont venus agrémenter la vie de ses habitants. En attirant aussi plusieurs grandes enseignes commerciales nationales (Sephora, Darty, Boulanger, Leroy-Merlin..... et même la FNAC actuellement en construction), Annemasse est aussi devenu un pôle commercial de première importance, sans pour autant condamner son commerce de centre-ville.

Annemasse-Espace Vert.jpg

Annemasse-Robert Borrel.jpg

Je tenais ici à exprimer mon admiration pour le travail réalisé par 2 des principaux protagonistes de ce bouleversement: Christian DUPESSEY, le maire actuel,  et surtout Robert BORREL. Ils ne sont pas du même bord politique que moi, mais force est de reconnaître leur talent.

Annemasse-Dupessey.jpg

Bravo Messieurs!....

05/01/2011

Les voeux du Maire de St Julien-en-Genevois

Mairie de Saint-Julien.jpg

Hier soir, 4 janvier, le maire de St Julien s'est livré à un exercice qu'il semble affectionner; en effet devant un aréopage de personnalités, au nombre desquels on relevait le sénateur Hérisson, le conseiller général Georges Etallaz, le maire d'Annemasse Christian Dupessey et bon nombre d'élus de la CCG, ainsi que le sous-préfet et plusieurs représentants des administrations d'Etat,  Jean-Michel Thénard a présenté pour la 10 ème fois consécutive ses voeux de bonne année à la population de la ville et du canton.

Exercice dans lequel il se complait, tant il aime rappeler tout le bon travail que son équipe et lui ont fait dans l'année; cela lui donne aussi l'occasion de faire un inventaire des actions menées et de faire partager sa vision de l'avenir de notre ville.

On regrettera la longueur du discours et le manque de perspectives autour de quelques axes forts de ce qu'il veut faire de notre belle commune, mais je serai mal venu de lui jeter la pierre, puisqu'il s'est adressé à moi personnellement pour apporter ma pierre à l'édifice.

Nul doute que de bonnes choses ont été et sont faites; mais loin de la complaisance, il est de notre devoir d'opposants de rappeler à la majorité ce qui pêche, et de proposer, aussi souvent que nécessaire, des solutions alternatives pour le bien de la cité. Ce ne sera pas le cas dans cet article, car je tiens à rester dans l'humeur festive de la nouvelle année.

Saluons en tous cas la bonne humeur dans laquelle s'est déroulée cette présentation des voeux et la qualité du buffet offert aux quelques cent convives qui s'étaient rassemblés dans les salons d'honneur de la mairie.

Meilleurs voeux à Saint-Julien pour 2011