Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2017

Décryptage de la méthode Antoine Vielliard - Calomniez, il en restera toujours quelque chose

Voici le texte (in extenso en bleu)publié sur le blog officiel du maire de St-Julien, Antoine Vielliard. Lui si prompt à menacer toute personne qui ne se plierait pas à ses volontés d'un procès en diffamation se permet d'affirmer des choses qui pourraient relever d'un tel procès. En tous cas, les citoyens de Haute-Savoie jugeront.
Pour ma part j'ai décidé de sortir du silence que je m'étais imposé pour alerter nos concitoyens Saint-Juliennois sur les dérives verbales auxquelles se laisse emporter le premier édile de la ville.
Vous trouverez donc en bas de cet article mes commentaires sur les différents passages de son texte.

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------

Duby-Muller et Monteil refusent de subventionner les écoles des Jardins de l'Europe en 2017

Lundi dernier, nos deux conseillers départementaux ont réuni les maires du canton de St Julien pour la répartition des fonds frontaliers cantonaux. Une réunion qui devait avoir lieu il y a quelques semaines et qui a "curieusement" été repoussée le lendemain des élections législatives. Une coïncidence étonnante ! Personne ne saura jamais si les deux étaient liés. En revanche, chacun observera que des maires qui ne s'étaient pas engagés dans la campagne des conseillers départementaux de 2015 et qui ont obtenu peu ou pas de subventions depuis, se sont considérablement engagés dans la campagne des législatives et attendent probablement des subventions significatives pour leurs projets. Dans quel pays est-on ? Il est temps de se moderniser.

Dès la publication de la délibération, qui conformément à l'opacité habituelle n'a pas été communiquée, je me livrerai à une analyse de corrélation entre les subventions attribuées et le score de Virginie Duby-Muller aux législatives afin de mesurer l'ampleur du clientélisme dans l'utilisation des fonds publics. Lorsque des élus attribuent des subventions en fonction de leur propre score électoral plutôt qu'en fonction de l'utilité publique, ce sont les habitants qui en pâtissent tous les jours dans leur mobilité, leur emploi, leur logement et leurs impôts.

Lundi dernier, Virginie Duby-Muller et Christian Monteil ont proposé d'attribuer une subvention de seulement 125'000 euros à la commune de St Julien pour financer l'école maternelle des jardins de l'Europe. Une subvention de seulement 3% du montant de la dépense. Une subvention particulièrement faible en comparaison des subventions attribuées aux autres projets d'écoles des autres communes. Manifestement, les conseillers départementaux se moquent de vous, les 15'000 St Juliennois qui pourtant représentez un tiers des habitants du canton et qui payez des impôts au conseil départemental. Ils se moquent également des 4000 frontaliers de la commune qui contribuent à hauteur de près de 5 millions d'euros au budget départemental au travers des fonds frontaliers.

A titre de comparaison, les conseillers départementaux subventionnent plus volontiers la rénovation de l'église de Thairy que l'école maternelle des Jardins de l'Europe : cela en dit long sur leur sens de l'intérêt général et de l'utilité publique, de l'avenir, sur leurs valeurs, sur leur décence.

Pour cette subvention insultante pour les habitants, nous savions que nous aurions dû parler du Conseil Départemental dans chaque édition du bulletin municipal où le projet serait mentionné, mettre leur logo partout, et les inviter à l'inauguration pour qu'ils aient leur photo dans le journal quand bien même ils s'évertueraient à mépriser les élus, les agents et les entreprises de la commune qui font les travaux, comme Christian Monteil l'a fait lors de la dernière visite de chantier de l'entrée ouest.

Mais les Saint-Juliennois ne pourront même pas compter sur le soutien du Conseil Départemental pour la réalisation de l'école maternelle des Jardins de l'Europe. Nous avons reçu ce jour un courrier de Virginie Duby-Muller et Christian Monteil, nous informant que suite au recours de la famille David, ils estimaient que les travaux ne pourraient commencer cette année et que donc ils reportaient l'examen de la subvention à l'an prochain. Bien sûr, ils ont nécessairement lu dans la presse que les marchés ont été attribués pour moitié au conseil municipal de juin et que l'autre moitié sera attribuée au conseil municipal de juillet. Les travaux commenceront en septembre prochain, que la famille David le veuille ou non, avec ou sans le soutien du conseil départemental car les enfants sont déjà là. Le conseil départemental le sait parfaitement puisqu'il perçoit déjà les impôts des parents. De toute façon, le prétexte est absurde puisque l'information sur le recours de la famille David est public depuis le lundi 12 juin, et que la décision initiale sur l'attribution de la subvention date du 19 juin, avant le contre ordre qui lui date du 23 juin. Par ailleurs, les collectivités ont habituellement 3 ans pour consommer les crédits votés et que c'est ce qui se passera avec la plupart des subventions proposées lundi 19.

Les conseillers départementaux ne proposent aucune autre subvention au service des Saint-Juliennois qui pourtant représentent 30% des habitants du canton et près de 50% des frontaliers qui financent ces fonds.

Mais alors, si ce n'est pas le recours des David qui était déjà connu, que s'est il passé le 19 juin qui justifie ce changement de décision ? D'abord j'ai dit ce que je pensais de cette subvention ridicule sur son montant et insultante pour les contribuables et les frontaliers, ensuite j'ai interpellé les conseillers départementaux au sujet du projet absurde de l'ATMB de rendre payante la section d'autoroute entre Annemasse et Saint-Julien. De toute évidence, nos conseillers départementaux n'ont jamais aimé la contradiction et préfèrent largement la soumission au détriment du débat public.

Bref, une fois de plus, Virginie Duby-Muller et Christian Monteil se moquent des Saint Juliennois. A vrai dire, ils se moquent aussi de la liberté d'expression et de la démocratie. Ils se moquent aussi de l'ensemble des habitants de la communauté de communes du Genevois comme lorsque, sur la recommandation de Christian Monteil, l'Etat a choisi d'ouvrir une borne biométrique pour les cartes d'identité à Seyssel plutôt que dans le Vuache. Je publierais prochainement la répartition des crédits par commune. Nous pourrons alors largement analyser "l'utilité publique" de projets que soutiennent nos conseillers départementaux. L'évolution de la répartition géographique des crédits. Une répartition qui intéressera également le canton de Genève et la Chambre Régionale des Comptes qui s'intéressent au respect des engagements du traité de 1973.

Voilà maintenant deux ans que nos conseillers départementaux sont élus. Ils ont financé des fontaines, des rénovations de mairie et d'autres projets moins utiles aux habitants que la mobilité, le logement et l'emploi. Ils ont aussi financé des écoles dans de très nombreuses autres communes plutôt que de se concentrer sur les projets importants à l'échelle du canton. Mais où sont les projets structurants pour le canton de St Julien ? Rien. Nada. Après 2 années de mandat au Conseil Général de Haute-Savoie, nous avions bouclé ou quasi bouclé les financements du rond point du pont de combe à Archamps, du carrefour des mouilles à Neydens, de l'entrée ouest à Saint-Julien et de l'échangeur de Viry... depuis aucun autre projet structurant n'a été bouclé mais le saupoudrage et le clientélisme repartent de plus belle au détriment des habitants. Que font nos conseillers départementaux d'utile avec l'argent public qui leur est confié ?

Ce qu'il y a eu d'intéressant à la réunion des maires du 19 juin, c'est que l'on a pu observer physiquement, que les maires sont de plus en plus nombreux à souhaiter un débat ouvert sur les enjeux du territoire au service des habitants et refusent d'être traités comme des caniches dont on achèterai la conscience à coup de subventions publiques au détriment des intérêts des habitants et au profit du seul intérêt électoral de ceux qui attribuent les subventions.

En fait ce qu'il y a d'étonnant dans tout cela, ce n'est pas le clientélisme. Chacun connait les pratiques de Virginie Duby-Muller et de Christian Monteil. Ce qu'il y a d'étonnant, c'est qu'ils croient encore que cela pourrait passer, que les élus vont se taire, que les habitants vont accepter cela. Ils croient encore qu'au XXIème siècle on peut se comporter comme des suzerains moyen-âgeux qui demanderaient allégeance à leurs vassaux. On est pourtant en 2017.

Dans tous les cas, si la délibération qui sera votée par le Conseil Départemental n'est pas conforme au traité franco-suisse de 1973 sur la compensation financière genevoise, la commune déposera un recours au tribunal administratif pour en demander l'annulation.

 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A travers l'examen de son texte, je vais tenter ici de décrypter comment le Maire s'y prend pour instiller le doute et calomnier de façon insidieuse ceux qui soit ne consentent pas à suivre ses directives , soit qui lui font de l'ombre.

La méthode consiste à laisser entendre que certains élus (bien sur il ne précise pas lesquels) seraient soumis à nos deux conseillers départementaux pour en obtenir récompense, alors que lui bien sur veille au grain et est là pour garantir la transparence et l'honnêteté  .
Le message subliminal est le suivant: Heureux sont les Saint-Juliennois d'avoir un maire chevalier blanc qui pourfend les méchants et défend les opprimés. Grace lui soit rendue de nous protéger des vilains.

Bien entendu, M. le maire de Saint-Julien ne présente aucune preuve de ce qu'il avance, alors que lui ne se prive pas de calomnier. On notera qu'aucune  de ses attaques ou de ses calomnies n'est circonstanciée ou documentée.

Ce qui est curieux dans ses attaques virulentes envers Mme Duby-Muller, c'est qu'il occulte totalement la réélection brillante de celle-ci à son poste de député il ya moins d'un mois. Les électeurs doivent être bien stupides pour l'avoir réélue malgré tous ses défauts.
D'autant plus que lui, M. Vielliard a été sanctionné au premier renouvellement de son siège de Conseiller Départemental en 2015 en subissant l'humiliation d'être éliminé du second tour par le candidat du Front National.

S'il manie avec intelligence la calomnie ou s'il sait jouer avec brio du flou juridique (ne dit-il pas lui même sur son blog que "ce qui n'est pas interdit est autorisé", sans aucune notion d'éthique ou de morale), il ne tolère pas que l'on puisse mettre en doute sa façon de faire. Ainsi quand M. le Maire utilise les panneaux électoraux  publics à des fins de propagande municipale, ou qu'il poste ses affiches 48 heures avant les autres candidats au moment des élections, il menace d'un procès tous ceux qui à bon droit s'étonnent de ce(s) méthode(s)
Peut être d'ailleurs que le seul fait de mettre M. Vielliard face à ses contradictions me vaudra un procès de sa part. Qu'il sache alors que je l'attends avec impatience afin de mettre sur la place publique et aux yeux de tous ses méthodes. Méthodes qui m'ont d'ailleurs conduit à démissionner du Conseil Municipal il y a 2 ans pour ne plus avoir à faire avec lui.

 

M. le maire oublie fort opportunément ( étonnant de la part d'un homme aussi brillant et intellectuellemnt honnête) la subvention de 13.5M€ accordée par le Conseil Départemental pour le financement de l'accès Ouest de la ville.Il oublie aussi les 175000€ et les 25000€ dont a bénéficié la commune de la part des 2 élus qu'il insulte pour la rénovation des vestiaires du foot à St-Julien.
Un nouvel exemple parmi tant d'autres de la façon mensongère dont M. Vielliard présente les faits 

Là c'est vraiment l'hôpital qui se moque de la charité; tous ceux qui ont la chance ou le privilège de côtoyer le maire ( Mme David par exemple, les élus de la minorité, de nombreux responsables d'association) peuvent en témoigner.
Il faut en effet savoir que notre maire aime intimider ceux qui lui résistent en les menaçant de procès, ou pire en les intimidant physiquement, comme en fut victime avant les élections une élue de la minorité.

Bien évidemment le fait de ne pas subventionner ce que M. Vielliard a  décidé  est inacceptable. Que les conseillers départementaux ne lui soient pas soumis est purement inacceptable à ses yeux.
Il oublie que son excellent travail lors des 3 années où il fut conseiller départemental lui a valu un camouflet cinglant de la part des électeurs du canton qui ne l'ont même pas qualifié pour le second tour aux élections de 2015 où il remettait son mandat en jeu. M. Vielliard, c'est comme dans la chanson de Charles Aznavour, ce n'est pas son talent qui est en doute, c'est le public qui n'a rien compris. 

 

Ce que les citoyens doivent savoir, c'est qu'il faut du temps entre l'initition d'un projet et son financement puis sa réalisation. Le Rond Point du Pont de Combes et le pasage souterrain de Neydens furent initiés par le conseiller Départemental prédecesseur de M. Vielliard , M. Georges Etallaz, alors que l'instigateur du projet d'Acces Ouest est la munaicipalité de M. Thenard qui a précédé celle de M. Vielliard, et que l'échangeur de Viry a été initié par la CCG sous la présidence de Bernard Gaud.
On peut donc légitimement s'interroger. S'il n'y a rien de financé en ce moment, c'est peut etre que pendant les 3 ans où M. Vielliard était aux manettes, il n'a pas été capable d'initier de projets dignes d'interet. Hypothèse qui expliquerait sa déculottée en mars 2015 lors de sa candidature au renouvellement de son mandat.

Il est vrai que s'il y a un domaine dans lequel notre maire excelle c'est bien dans les procédures juridiques qu'il intente à tout va ou dont il est l'objet ( recours de Mme David, mise en cause de l'agenda lors des élections cantonales....)

La frustration que connaît M. Vielliard ( rejet de sa candidature à l'investiture En Marche, et succès de ceux qu'il a pris pour "ennemis") ne justifie pas une telle conduite indigne d'un maire aux responsabilités importantes. Qu'il écrive moins sur son blog et se consacre plus à sa ville, tout le monde y gagnera. Quoiqu'il en soit,  il est grand temps que les Saint-Juliennois ouvrent les yeux sur la véritable personnalité de leur maire et qu'ils se posent LA bonne question . En 2020, voudront-ils en reprendre pour 3 ans ou, comme le dit l'un de mes amis, décideront-ils de tirer la chasse.

PS. Que mes lecteurs me pardonnent s'il y a des fautes d'orthographe dans le texte analysé, mais je n'ai pas voulu y changer la moindre virgule.

10/07/2015

Les petits papiers du maire en vedette dans le journal de David Pujadas

On connaissait les petits papiers de Régine, on a découvert mardi les petits papiers de M. Vielliard. En effet dans l'interview qu'il donne à la rédaction de FR2 et qui a été diffusée dans le Journal de 20 heures de la chaine publique mardi 7 juillet 2015, on découvre le maire en train de coller des post it sur les murs pour analyser les proposition de la population pour faire des économies.

J'ai trouvé cela plutôt amusant: imagine t-on De Gaulle ou Churchill demander à la population des idées pour défendre le pays. Mais bon, autres temps autres moeurs, voila l'époque de la démocratie dite "participative", ce qui pour moi n'est qu'une vaste fumisterie.

Quoiqu'il en soit, je soutiens le maire dans son action de réduire les dépenses, mais là encore, ne plaisantons pas:

57% des dépenses proviennent des dépenses de personnel. C'est donc là qu'il faut tailler dans le vif. Nous subissons la gestion laxiste sur ce point de la précédente municipalité. Mais sauf erreur quand depuis 2012, j'ai systématiquement voté contre toute création de poste de fonctionnaire, je n'ai pas le souvenir d'avoir été suivi par M. Vielliard. Il lui est facile de mettre en cause la précédente municipalité, mais n'oublions pas qu'il ne s'est jamais opposé à ces dépenses qu'il conteste aujourd'hui.

D'autre part, quand les finances sont au plus mal, je pense que c'est un tres mauvais signal envoyé à la population que d'allouer 76 € par mois à l'ensemble des membres du Conseil Municipal (soit 30000 € par an). L'exemple devrait venir d'en haut! Or notre maire fait tout le contraire puisque jusqu'ici, la fonction de Conseiller Municipal avait toujours été bénévole.

Dernier point: une façon simple de couvrir le déficit est de vendre les bijoux de famille. Cela est d'autant plus facile que malgré mes demandes répétées lors du mandat précédent, il n'a jamais été possible d'avoir la liste des biens mobiliers et immobiliers appartenant à la commune. La vente de ces biens devrait impérativement être discutée en Conseil Municipal afin que chacun se rende compte de la façon dont on couvre le déficit de fonctionnement ou que l'on recrèe de l'autofinancement.

Cliquez sur le lien ci dessous pour voir le reportage sur St-Julien à 20:40 de la video du journal.

http://pluzz.francetv.fr/videos/jt20h_,124888907.html

PS: A propos M. Pujadas, St-Julien n'est pas dans l'Ain mais en Haute-Savoie.....

 

 

17:40 Publié dans Saint-Julien, Vie Municipale | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : antoine vielliard, fr2, st-julien | | | Digg! Digg | | |  Facebook

22/05/2015

Rencontre des élus du canton de Saint-Julien-en-Genevois

Souvent une photo en dit plus qu'une longue démonstration. 

Il y a quelques jours, les nouveaux Conseillers Départementaux de notre canton Virginie Duby-Muller et Christian Monteil conviaient les élus de ce territoire pour une rencontre amicale afin de mieux faire connaissance. On notera avec amusement à quel point notre maire, Antoine Vielliard, à droite sur la photo, se sent bien parmi ses confrères. Lui qui prône à chaque occasion son souhait d'apporter de la convivialité dans la vie publique devait sans doute réfléchir comment s'y prendre pour que les élus s'entendent comme larrons en foire, ce qui explique probablement son isolement et son air absent.

Rencontre élus.JPG

 Cliquer sur la photo pour une meilleure lisibilité

14:24 Publié dans Humour, Saint-Julien, Vie Municipale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : canton de st-julien, antoine vielliard | | | Digg! Digg | | |  Facebook

07/05/2015

Réponse à Antoine Vielliard à propos des adultes responsables et du Pont Manera

Je reproduis ci-dessous l'article publié par Antoine Vielliard , maire de St-Julien-en-Genevois, posté sur son blog "Portevoix" le 30 avril 2015 sur lequel je voudrais faire quelques commentaires et apporter ma contribution.

 

St-Julien,Antoine Vielliard,FCPE,La Salèvienne,Pont Manera

jeudi, 30 avril 2015

Pour un débat public entre adultes responsables

Le débat public en France est à un niveau affligeant. Trop d'élus, de syndicalistes ou de responsables associatifs se complaisent dans une totale infantilisation irresponsable plutôt que d'avoir le courage de la responsabilité. Pour les décideurs cette infantilisation est bien pratique. Elle permet de s'affranchir du travail d'écoute : il devient inutile de perdre du temps à écouter des irresponsables. Malheureusement, c'est tout le pays qui perd avec cette attitude généralisée de déresponsabilisation infantilisante : ensemble nous pourrions construire des solutions plus pertinentes et plus efficaces.

On l'observe à l'échelle nationale lorsque des parlementaires UMP reprochent au gouvernement socialiste de faire des économies de dépenses. Pourtant, chacun connait la situation budgétaire et l'endettement de la France. Le retour aux équilibres publics devrait faire l'objet d'un consensus généralisé de tous ceux qui estiment que la stabilité de la France exige le retour aux équilibres budgétaires. Loin de cela, les députés UMP dénoncent partout les économies socialistes.... et dans les minorités municipales socialistes, certains dénoncent des mesures d'économies rendues nécessaires par les baisses de dotation décidées par le gouvernement socialiste. Soyez adultes, vous n'en serez que plus crédibles.

On peut aussi s'étonner lorsqu'une association de parents d'élèves crie au scandale et tente sans succès une mobilisation générale de la ville contre la contribution des familles qui gagnent plus de 2000 euros par mois aux coûts de l'accueil périscolaire. Une contribution très partielle puisqu'elle ne couvre que le tiers des coûts du service. L'essentiel du coût reste supporté par les contribuables, dont une partie d'entre eux ont à peine les moyens de vivre et n'ont pas d'enfants dans les écoles. Bien sûr, personne ne s'attend à ce que les parents soient heureux de payer plus. Bien sûr personne ne s'attend à ce qu'ils soutiennent une telle mesure. Mais mesurent-ils le discrédit qu'ils font porter à leur propre cause aux yeux de tous les contribuables de la commune en faisant de ce sujet une révolte ? On peut s'étonner de la disproportion des moyens de protestation mis en œuvre par cette association de parents d'élèves. Des moyens de protestation qui n'ont pas été mis en œuvre depuis 15 ans alors que la commune n'a toujours pas construit une salle de classe supplémentaire, alors que la commune a toujours refusé de revoir sa carte scolaire pour assurer une meilleure mixité sociale, alors que la commune transporte toujours les enfants de maternelle pour aller à la cantine, alors que la commune a perdu en route quelques enfants lors de la mise en place des rythmes scolaires. Est-on dans le dialogue entre adultes responsables ou dans l'activisme partisan ? Bien sûr, l'association de parents d'élève ne fait aucune proposition pour alléger le poids financier qui pèse sur les contribuables de St Julien ni pour réduire les coûts publics colossaux des inscriptions de confort (36000 euros par an pour les contribuables de St Julien). Elle se contente de protester c'est plus facile que de proposer.

Hier matin, j'ai découvert avec surprise qu'une société savante de St Julien comparait la destruction malheureusement nécessaire du pont Manéra aux destructions gratuites de patrimoine mondial de l'humanité par les terroristes de DAECH. Il fallait oser ! 9 alternatives ont été étudiées. Toutes sont irréalisables pour des raisons écologiques, pratiques ou techniques. La municipalité a du se résoudre à la décision de la destruction du pont Manéra faute d'alternative. Nous avons consulté des spécialistes qui ont relevé que a) rares sont ceux qui connaissent ce pont et ont eu l'opportunité de le voir depuis 40 ans, b) son architecture est banale. Nous proposons de le documenter, de le scanner, de le nettoyer, de le photographier, de l'archiver et de reconstruire son arche pour un surcoût total de 300 000 euros pour les St Juliennois. La Salévienne ne fait pas de contre proposition. Ou tout au plus celle de maintenir le pont pour en faire un axe de mobilité douce... un axe qui serait perché à 7 mètres de hauteur au dessus de la route, qui nécessiterait des pentes inaccessibles et qui se heurterai en cul de sac sur une voie ferrée ! Bien sûr, une société savante d'histoire est au dessus de telles considérations pratiques. Une société savante se préoccupe peu du temps de parcours d'une ambulance pour rejoindre l'hôpital de St Julien à partir de l'entrée de ville. Une société savante se préoccupe peu des problèmes d'accessibilité de la ville que rencontre ses habitants et ses usagers matins, midis et soirs. Elle se contente de protester contre la destruction d'un pont que nous aurions, comme elle, souhaité pouvoir conserver. Bien sûr, personne ne s'attend à ce que des passionnés de patrimoine soutiennent un projet qui oblige à détruire un vieux pont, mais au minimum, et par respect de l'histoire, pourraient-ils éviter de comparer un projet utile qui contraint à une destruction regrettable à des destructions gratuites de patrimoine mondial de l'humanité !

Pour résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés, chacun devra y mettre un peu du sien dans la recherche de solutions collectives. Cela suppose qu'on sorte des dialogues de sourd et que chacun prenne en compte aussi les contraintes des autres au delà de son seul nombril. Si chacun se comporte de manière irresponsable et infantile, alors les décideurs continueront d'être libres de décider tous seuls. D'assumer seuls la tâche de la responsabilité, mais seuls, ils seront forcément moins efficaces et moins pertinents.

Nous souhaitons au contraire associer chacun, responsabiliser chacun. Nous souhaitons informer chacun. Pour être libres, il faut être responsables.

Concernant les 2 premiers paragraphes de l'article, je tiens à dire que je vous rejoins complètement M. le maire sur vos remarques à propos de l'infantilisation des élus, des syndicalistes ou des responsables associatifs; j'y ajouterai même en tout premier les médias qui ramènent souvent les débats au plus bas niveau avec des y a qu'à ou des faut qu'on, souvent sans se préoccuper des conséquences de leur action....

Je ne vous suis en revanche pas du tout sur votre conclusion qui vous conduit à dédouaner les élus qui n'écoutent pas les "irresponsables" et n'en font donc qu'à leur tête.
Peut être prêchez vous là pour votre paroisse! En effet, il suffit de se remémorer comment a été prise la décision unilatérale d'inverser le sens de circulation de la Grande Rue par notre municipalité dont vous êtes à la tête. Faisant fi de l'opposition des commerçants et de nombreux habitants, ceux que vous voyez probablement comme des "irresponsables" , vous avez décidé que ce serait comme ça, un point c'est tout!... Alors que cette mesure n'apparaissait nullement dans votre programme de campagne. Un tel déni d'écoute et de prise en compte des avis contraires augure mal du sens démocratique du nouveau maire que vous êtes désormais. A vous lire, on comprend mieux votre justification: ceux qui s'opposent à vous sont au choix des irresponsables, voire des incompétents...

Oui le sectarisme est mauvais, qu'il soit de gauche comme de droite, et il serait grand temps effectivement que nos élus, privilégiant pour une fois le pragmatisme à l'idéologie , recherchent ensemble les meilleures solutions aux problèmes de notre pays, de notre département, de notre commune. Quand Manuel Valls critique l'attitude négative et contre-productive de l'opposition UMP, il a raison! Mais pourquoi diable le Parti Socialiste ne s'est-il pas appliqué cette doctrine quand il était dans l'opposition (TVA sociale, etc....)

Pareillement, j'aurais aimé que vous  M. Vielliard vous appliquiez à vous même cette méthode lors de la dernière campagne départementale en reconnaissant le bon travail de M. Monteil, tout en proposant des améliorations ici ou là,  plutôt que de vous discréditer en dénigrant systématiquement votre adversaire et en cherchant à le disqualifier par tous les moyens (vol d'un agenda, accusations à la limite de la diffamation....) Les électeurs ne s'y sont cependant pas trompé et ont flairé le double discours, vous renvoyant M. le maire à vos chères études (de marché?). Une leçon à méditer sans doute.

J'en viens maintenant au 3ème paragraphe de votre billet. Je vous soutiens M. le maire dans votre décision de transférer une partie du coût des activités périscolaires du contribuable à l'utilisateur. Cela me parait une décision équitable, et quand l'argent manque ou se fait rare, il faut bien trouver des solutions et entre deux maux, choisir le moindre!

Mais votre problème cher M. Vielliard est fort similaire à celui de M. François Hollande. Il y a un gouffre entre ce que vous avez l'un et l'autre promis lors de votre campagne ( "mon ennemi c'est la finance" vs "avec moi tout ira mieux dans le meilleur des mondes") et ce que vous devenez obligés de faire une fois aux affaires, quand la réalité vous rattrape. Dans ce cas bien précis, l'irresponsable c'est vous M. Vieliiard qui avez promis des choses dont vous saviez fort bien qu'elles seraient impossibles à tenir. Si autrefois Paris valait bien une messe pour Henri IV, pour vous St-Julien vaut bien aujourd'hui un programme démagogique irréalisable. Le problème est que vous avez constitué votre équipe autour de ces promesses que vos équipiers ont peut-être pris pour argent comptant. Las, ils réalisent aujourd'hui qu'ils se sont fourvoyés, puisque vous revenez sur vos promesses de campagne. Qui sème le vent, ....

Rien d'étonnant donc à voir certains membres de votre équipe municipale abandonner leurs fonctions après avoir réalisé que vous les avez roulé dans la farine puisque vous ne concrétisez pas les promesses que vous leur aviez faite! Y en aura t-il d'autres dans le futur? C'est fort possible, l'avenir le dira; mais cela ne vous affecte pas le moins du monde puisque vous l'assumez pleinement en affirmant droit dans vos bottes, dans une phrase d'anthologie qui fait sourire, en parlant de votre équipe municipale : "Notre force c'est notre faiblesse".

Et que dire de la claque électorale reçue lors des élections départementales à l'occasion desquelles la population du canton vous a envoyé un message fort en vous éjectant de votre poste de conseiller départemental  après seulement un demi mandat de 3 ans comme conseiller général, et un an seulement comme maire de la ville. Cela ne vous interpelle t-il pas sur le rejet de votre méthode? Et cela ne vous encourage t-il pas à vous corriger? Visiblement pas puisque vous avez trouvé la solution en qualifiant ceux qui ne vous suivent pas aveuglément d'"irresponsables"

J'ajouterai, et je suis sûr que les amis de MM. De Smedt et Thénard abonderont dans mon sens, qu'avec vous, c'est l’hôpital qui se fout de la charité. Reprocher à une association d'être dans "l'activisme partisan" alors que pendant 6 ans vous n'avez cessé de faire vôtre cette attitude de critique systématique pendant les Conseils Municipaux à l'époque où nous siégions ensemble sur les bancs de l'opposition, c'est un peu fort de café. Je veux rappeler ici que c'est cette attitude  non constructive de votre part, uniquement destinée à  promouvoir votre future campagne électorale, qui m'a fait me désolidariser de vous et mener une liste face à vous lors des dernières élections municipales.
En effet, en 6 ans entre 2008 et 2014, je n'ai pas souvenir d'une proposition concrète que vous ayez pu faire pour améliorer la qualité de vie des habitants à St-Julien, alors que dans le même temps vous nous avez conduit à quitter par deux fois la séance du Conseil Municipal faute de quorum, pour embarrasser la municipalité en place et ainsi faire parler de vous. Mais force est de constater que votre stratégie fut la bonne puisque vous avez été élu...., comme François Hollande d'ailleurs.

Quand je lis dans votre prose, à la dernière ligne de ce paragraphe "Elle se contente de protester, c'est plus facile que de proposer", je ne peux m’empêcher de rire: c'est exactement ce que vous n'avez cessé de faire lors de toutes vos campagnes, que ce soit contre M. Thénard ou M. Etallaz, puis M. Monteil. Cessez de nous prendre pour des enfants M. le Maire, ça ne prend plus....Nous sommes peut être des adolescents irresponsables, mais nous ne sommes pas non plus que des imbéciles!

J'en viens maintenant au cœur de ma réponse, l'attaque frontale que vous faites envers la Salèvienne que vous tentez de ridiculiser en la traitant de "société savante" qui selon vous mettrait sur le même plan la destruction du pont Manera décidée par vous à celle menée par DAECH envers le patrimoine de l'humanité. On trouvera ci-dessous l'article de La Tribune de Genève auquel vous faites allusion et chacun pourra constater à quel point vous caricaturez leur position.

J'ai pour ma part le plus grand respect pour cette société savante (eh oui, c'est bien le nom par lequel on appelle ce genre d'organisations) qui oeuvre avec beaucoup d'abnégation et de bénévolat en faveur de la promotion de la connaissance de l'histoire de notre territoire et de la préservation de notre patrimoine. La plupart de ses membres sont des gens honorablement connus et vivant de longue date dans notre canton. Vous ne pouvez mépriser ces gens là, et feriez mieux de vous intéresser à leurs actions plutôt qu'à les dénigrer. Le patrimoine, il faut en tenir compte, nous le devons à nos enfants!...

D'ailleurs, quel changement d'attitude de votre part! Il y a 15 mois, on vous entendait partout déplorer haut et fort, à juste titre d'ailleurs, la disparition de la Villa Taponnier. Il suffit de se reporter à l'article publié sur votre blog le 20 juillet 2012 (voir sa reproduction en fin de cet article), pour constater avec quelle vigueur vous défendiez alors la préservation du patrimoine de notre ville. Mais à l'époque, auriez vous voté la dépense municipale pour racheter celle-ci face aux horribles promoteurs qui détruisaient le patrimoine commun des Saint-Juliennois? De plus, dois je rappeler que cette villa était un patrimoine privé datant des années 1930 alors que le pont Manera est lui un patrimoine public qui a plus de 250 ans et qu'en l’occurrence le vilain destructeur cette fois-ci c'est vous!

Mais bien sûr, si Pascal pouvait dire au XVII ème Siècle "vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà" vous avez, cher Antoine, mis cet adage au gout du jour en vous affirmant:  "défendeur du patrimoine dans l'opposition, destructeur de ce même patrimoine aux affaires". Un nouvel exemple de ce double langage auquel vous nous avez désormais habitués.

Pour en venir au fond de l'affaire, et cela vous surprendra peut-être, je suis de votre coté! Face aux impératifs de recréer un accès Ouest dont la ville a impérativement besoin, il faut malheureusement parfois se résoudre à des décisions difficiles et qui ne font pas plaisir. Et oui, j'adhère au principe que l’intérêt de la population actuelle prime sur la protection du patrimoine, dans certaines limites cependant. Je confirme aussi pour avoir participé aux travaux en commission urbanisme qu'il n'y a pas vraiment d'alternative possible et que le seul itinéraire viable est celui qui a été retenu, du temps d'ailleurs de votre prédécesseur, et pour lequel le Conseil Municipal avait en son temps voté à l'unanimité. Vous ne faites donc que chausser les pantoufles de M. Thénard en mettant en oeuvre ce projet initié par la municipalité précédente.

Ceci étant dit, je pense que si l'on accepte la triste exigence de la démolition du pont, il faut retravailler et mieux étudier la possibilité de reconstruire ce pont et de préserver ainsi le chef d'oeuvre architectural qu'il représente pour notre ville. Rappelons que ce pont date de 1780, et que son architecture est loin d'être banale comme vous le dites; selon le responsable du patrimoine de notre département Joël Serralongue, il s'agit d'une commande royale émise par le Roi de Sardaigne à l'époque où le Royaume Sarde tentait de concurrencer Genève en développant la ville de Carouge dont Manera fut l'un des principaux concepteurs et architectes.

Toutes choses étant égales par ailleurs, et sans bien sûr vouloir comparer l'incomparable, je tiens à rappeler ici que quand Nasser a voulu faire le barrage d'Assouan en Egypte, ce qui faisait disparaître ce chef d'oeuvre de l'humanité qu'était le temple d'Abou Simbel, on a reconstruit celui-ci à l'identique un peu plus loin. Dans la même veine, on vient d'inaugurer en Ardèche une réplique de la grotte Chauvet afin de préserver l'originale.
En réfléchissant un peu, il y a surement une solution qui donnerait satisfaction aux nécessités de la vie actuelle tout en préservant un élément important de notre patrimoine Saint-Juliennois.

Puisque vous reprochez à La Salèvienne de ne pas faire de contre-proposition, j'annonce officiellement ici que d'ici la fin de ce mois, je présenterai une proposition détaillée de ce qu'à mon sens il convient de faire pour concilier les deux impératifs, le tout dans une enveloppe budgétaire compatible avec les finances de notre commune.

Je le ferai, non pas pour promouvoir un quelconque intérêt personnel, je suis désormais retiré de la vie publique, mais bien pour l’intérêt supérieur de ma ville.

J'espère que le fait d'avoir été des adversaires politiques lors de la dernière campagne municipale ne vous empêchera pas d'y prêter attention et, si nécessaire, de me convoquer avec l'architecte conseil de la ville  M. Antoine Grumbach et les représentants de la Salèvienne pour en discuter plus avant, une fois que la proposition sera sur la table. 

Sincères Salutations

 

Pierre Brunet
Ancien Conseiller Municipal 

Ci dessous l'article de La Tribune de Genève qui a fait sortir le maire de ses gonds

 

Pont Manera TDG1.JPG

Pont Manera TDG2.JPG

Cliquer sur l'image pour un meilleur confort de lecture 

Et pour finir sur une note d'humour, je vous invite à lire ci-dessous  les commentaires de Mme Estelle Daval, de l'association La Ville est à Vous sur le billet d'humeur de M. le Maire Antoine Vielliard.

"En tant qu’irresponsable et infantile parent d’élève, voici ce que m’inspirent les propos tenus sur son blog par notre maire, Antoine Vielliard, à l’encontre de la FCPE de Saint-Julien et de la Salévienne sous le titre "Pour un débat public entre adultes responsables" :

DU BON USAGE DE LA DÉMOCRATIE SOUS LE RÈGNE D’ANTOINE « L’OMNISCIENT », PATRIARCHE DE SAINT-JULIEN ET SAINT PATRON DE LA CONVIVIALITÉ

Face à l’obscurantisme d’archaïques groupuscules dont la mission, hormis celle de nuire au prince, est de défendre des principes d’un autre âge tels que le service public et la transmission du savoir, notre Antoine municipal a, dans son infinie mansuétude, pris de son temps précieux pour éclairer son bon peuple sur les principes de la démocratie.

Ces pauvres âmes égarées sur les voies diaboliques du scepticisme ont en effet eu l'outrecuidance de douter des choix de notre respecté bourgmestre et de critiquer ses nobles pratiques en matières de débat public.

Honte à ces sujets irresponsables qui estiment que l’écoute, dont Sire Antoine a fait un des piliers de la démocratie locale avec la transparence et la convivialité, passe avant tout par les bases du savoir-vivre comme d'apporter une réponse à leurs missives.

Pauvres candides qui pensent que l’Égalité, cette poussiéreuse valeur républicaine, doit s’appliquer sans concessions à tout ce qui concerne l’éducation et qui, incapables de proposer d’arbitraires solutions au maintien de l’équilibre budgétaire de notre belle cité, n’ont rien trouvé de mieux que demander une réflexion collégiale.

Et que dire de cette hermétique société savante fondue d’histoire locale et de patrimoine qui, sortie de ses anciens grimoires, use d’immorales figures de style pour faire part de son mécontentement et a le culot de prétendre que plus loin on regarde vers le passé, plus loin on voit vers l’avenir; et de croire que la réflexion nécessite un temps de retrait et de réserve mais aussi que la confrontation des idées est indispensable à la prise de décision.

Qui sont-ils pour oser mettre en doute les compétences décisionnelles et les méthodes de concertation orientées de notre édile passé maître dans l’art de la fourberie mentale et pour ainsi fustiger la domination technocratique qui guide ses choix ?

Et bien, figurez-vous que n’ayant aucune réponse à leurs impertinentes requêtes, ces insubordonnés coquins, ignorants de l’intérêt général, ont eu l’audace d’utiliser ce dangereux outil qu’est le droit de pétition, symbole de la souveraineté populaire et des droits du citoyen.

Ces enfantillages ont, vous le comprendrez, fâché tout rouge notre premier magistrat !

Comment ne pas être reconnaissant à ce bienfaiteur de la collectivité qui souhaite juste adapter les méthodes de gestion des entreprises privées aux affaires de la cité en faisant le choix de l’efficacité au détriment de l’éthique ?

Comment ne pas croire aux bonnes paroles prêchées par ce chantre de l’orthodoxie économique dont les modèles formalisés ont été érigés en vérité absolue. Et tant pis si les solutions sont socialement inadaptées !

Mais qu’ont-ils donc à rejeter les principes d’un nouvel hygiénisme qui cherche à nous élever vers un ordre moral bienveillant, soucieux de notre sécurité, de notre bien-être, de notre insertion heureuse dans une ville conviviale où chacun a sa place (et doit surtout y rester) ?

Comment ne pas applaudir les visions eucharistiques de ce Monsieur Propre du comportement sociétal et ne pas entendre ses sermons qui tendent à une normalisation sans limites d’où serait évacuée toute parole alternative ?

Rappelons à ces brebis perdues, victimes de la pensée critique et du libre arbitre, que dans sa grande générosité, notre bailli sera clément et prendra toutes les dispositions nécessaires pour les ramener sur le droit chemin du prêt-à-porter intellectuel afin d’en faire d’obéissants et responsables sujets".

Estelle Daval
Journaliste

Ci-dessous copie du post de M. Antoine Vielliard sur son blog Portevoix en date du 20 juillet 2012 dans lequel il peste et fustige ceux qui détruisent le patrimoine de Saint-Julien. Aurait-il perdu la mémoire depuis qu'il est devenu maire? 

vendredi, 20 juillet 2012

Une villa construite par Alphonse Laverrière sera prochainement détruite à St Julien en Genevois

Photo de la maison tapponier.jpgDans quelques semaines sera détruite la villa Taponier au 1 avenue de ternier à St Julien-en-Genevois. Une villa construite en 1939 par l'architecte Alphonse Laverrière. Un architecte de renomée internationale connu pour la conception du tribunal fédéral de Lausanne, de la gare de Lausanne ou encore du mur des réformateurs au parc des bastions à Genève.

Cette villa est remarquable par son architecture sobre et allongée. Elle appartient au patrimoine architectural de la commune. Elle sera réduite à un tas de pierre dans quelques semaines. Allez la voir avant qu'il ne soit trop tard ! Faites des photos ! Une nouvelle promotion immobilière la remplacera : "Venez vivre l'exception" prétend la publicité ! En l'occurence il s'agit surtout de détruire l'exception.

Petit à petit le patrimoine architectural de la commune disparait tout comme les espaces naturels de respiration. La commune aurait pu protéger ce patrimoine en définissant une zone de bâti remarquable ou en fixant des règles d'urbanisme qui correspondent au bâti actuel. Loin de faire cela, le Plan Local d'Urbanisme a fixé des densités d'habitations modernes. En raison des règles d'urbanisme de la commune, les propriétaires et les promoteurs vont toucher le jackpot pour la destruction de cette villa.

Il y a 50 ans, St Julien en Genevois et Carouge avait beaucoup de similarités : deux communes qui ont longtemps été du même côté de la frontière. Mais depuis 50 ans Carouge a préservé son coeur de ville et construit des tours espacées par des espaces verts pour loger ses nouveaux habitants. St Julien a détruit son patrimoine et construit maintenant des immeubles qui se font face, séparés par des rangées de parking et sans espaces verts pour que le regard s'échappe et les enfants jouent. Ces quartiers vieilliront mal, leurs habitants aussi.

Oui ! Il faut construire des logements ! Oui ! Il faut densifier : c'est à dire construire dans les villes. Mais cela n'autorise pas tout. Cela ne doit plus autoriser de détruire le patrimoine architectural qui fait l'identité des villes. Les habitants ont besoin de savoir où ils habitent : ils ne vivent pas sur une partition de musique ni dans des îles grecques comme le nom des promotions pourrait le faire croire. Ils vivent en Haute-Savoie dans le Genevois français. Ils ont le droit de vivre dans des logements qui ont du caractère et une identité et pas dans des rectangles incipides concus par milliers aux quatre coins de la France comme d'autres produisent des pots de yaourts.

Les habitants ont le droit aussi d'avoir des espaces de respiration naturels. Il y a 40 ans lorsque le Favernay a été construit à côté de l'hôpital on avait prévu des espaces verts pour les enfants. Des espaces qui servent maintenant aussi aux voisins du nouveau quartier de Paisy pour lesquels les documents d'urbanisme de la commune n'ont rien prévu. Les enfants ont toujours besoin de jouer sur l'herbe et pas seulement sur des aires de jeu construites au milieu d'un carrefour sur les délaissés existants.

La densification prévue dans le projet d'agglomération doit être une densification de qualité pour être une réussite. Nous en sommes loin. Dans certaines communes le seul paysage que l'on voit ce sont des immeubles séparés par des parkings. Des cités nouvelles si inhumaines que des extraterrestres pourraient penser en arrivant que les habitants de ces communes sont les voitures qui décident de l'urbanisation et qui, la nuit venue, rangent leurs conducteurs dans les logements attenants.

Les promoteurs, avec des marges qui dépassent les 50%, ont largement les moyens d'assumer les coûts de règles d'urbanisme plus strictes qui préservent les espaces naturels et le bâti remarquable.

 

 

 

 

 

25/03/2015

Analyse et commentaires sur le 1er tour des élections départementales dans le canton de St-Julien-en-Genevois

 elections départementales st-julien,christian monteil,virginie duby-muller,antoine vielliard,thierry merle,nicolas bailly,haute-savoie

 Virginie Duby-Muller & Christian Monteil célèbrent leur excellent résultat du 1er tour

elections départementales st-julien,christian monteil,virginie duby-muller,antoine vielliard,thierry merle,nicolas bailly,haute-savoie

Résultats du 1er tour - Canton élargi de St-Julien-en-Genevois

Cliquez sur le tableau pour un meilleur confort de lecture

Comme l'indique le tableau ci-dessus, le meilleur binôme a (presque) gagné; il faudra encore attendre le résultat de dimanche prochain pour sabrer le champagne mais il n'y a pas grand suspense.

J'en suis ravi pour notre canton et je me réjouirai profondément pour notre département si Christian Monteil est reconduit dans ses fonctions de Président du Conseil Général de la Haute-Savoie début avril.

Quelques jours après le scrutin, une fois l'émotion passée et les passions retombées, quels enseignements peut-on tirer des résultats de ce scrutin. Puisque ce blog traite de St-Julien, je me suis focalisé sur les résultats du canton originel formé des 17 communes qui constituent la CCG.

Christian Monteil & Virginie Duby-Muller (UMP)

On ne pouvait rêver mieux comme binôme pour notre canton; avec à la fois l'expérience des responsabilités ( Député + Président du Conseil Général) et de vraies qualités humaines et d'investissement dans la vie des habitants. Tous ces atouts ont permis à ce binôme de terrasser le Conseiller Général sortant, de surcroît maire de la ville chef lieu du nouveau canton. Une belle réussite même si on notera que le maire de St-Julien a réussi à remporter la première place (de 45 voix seulement) dans sa ville.

Je suis particulièrement content pour Christian Monteil, un homme que j'apprécie pour son empathie et son sens du collectif ( probablement une réminiscence de ses années de rugby); lors de cette campagne, il a été la victime d'attaques indignes et malfaisantes dont je suis sûr qu'il a été blessé. Mais malgré tout, il a su garder son sang froid et sa bonhomie légendaire. Tout en l'admirant pour sa constance et son abnégation, je vous invite à prendre conscience de la violence qui sévit dans le monde de la politique : il faut une vraie carapace pour y faire face.

Je voudrais saluer ici  l'audace et le courage de Virginie Duby-Muller qui , malgré les mises en garde et avertissements reçus de son propre camp, est allée au bout de ses convictions et a rallié M. Monteil pour constituer ce binôme de qualité et gagner le plus grand canton du département. Une fois de plus, elle a prouvé que c'est une femme de cœur  qui est loyale à ses convictions et à ses valeurs, quoiqu'il puisse lui en coûter. Elle mérite notre admiration et j'espère de tout cœur qu'elle sera notre député pour de très longues années. Je considère qu'elle a joué un rôle essentiel dans la victoire du binôme car elle a mieux qu'épaulé Christian Monteil. Elle l'a soutenu lors des attaques nauséabondes dont il a été victime et elle lui a apporté sa réputation de travailleuse infatigable pour laquelle elle est unanimement reconnue et appréciée dans l'est du nouveau canton. 

Le score global de 42,74% réalisé par le binôme lors de ce premier tour doit beaucoup au résultat des cantons de Seyssel et Frangy où le score du binôme UMP-DVD est proche de 50% (49.33%). La victoire y est nette grâce à la notoriété et à la compétence de M. Monteil qui ont été reconnues et validées sur son territoire d'origine. Quant au score réalisé sur le seul canton de St-Julien (38.63%), il s'apparente au score global réalisé par les 2 candidats de la droite en 2011 (25.02+12.25=37.27%).

Nicolas Bailly & Magalie Luho (FN)

La campagne menée par M. Bailly et Mme Luho n'a été en réalité que la traduction locale d'une campagne nationale menée par Marine Le Pen. Sans réelles propositions locales pour notre canton, ils ont obtenu 20,14 % des voix contre seulement 12.65%  obtenu par le candidat frontiste en 2011. Une belle progression donc, en ligne avec la situation de leur parti au plan national. Cela  prouve à quel point le Front National est désormais ancré dans les villages de France. Le score du binôme frontiste est en effet spectaculaire dans l'espace rural de notre canton, d'autant plus que ce binôme souffrait d'un manque criant de notoriété. Leur campagne discrète a été de bonne tenue, ce qui est tout à leur honneur.Malgré cela, je ne les vois pas créer la surprise au second tour et ce serait un bon résultat pour eux s'ils frôlaient les 25-30%.

Le tableau ci-dessous met en évidence la progression significative du Front National dans chacune de nos communes.

elections départementales st-julien,christian monteil,virginie duby-muller,antoine vielliard,thierry merle,nicolas bailly,haute-savoie

Un clic sur le tableau vous en permettra une meilleure lecture

PS: Je fais amende honorable pour avoir sous estimé la candidature du binôme frontiste. En effet dans un précédent article, j'avais écrit à tort que les 2 principaux candidats étaient les binômes menés par MM. Monteil et Vielliard. Les électeurs m'ont donné tort: il est vrai que je pensais que M. Vielliard aurait fait un score plus élevé, et surtout beaucoup plus proche de celui du binôme de tête.

Thierry Merle (PS) & Christine Gauthier 

Le score décevant de ce binôme, 17,4% peut s'expliquer par plusieurs raisons :

Il est bien connu que notre territoire n'est guère favorable aux idées de gauche, mais cette situation de départ a été renforcée par les deux phénomènes suivants:

Le désamour dont pâtit le Parti Socialiste au niveau national a incontestablement joué un rôle prépondérant dans le faible score du binôme conduit par Thierry Merle.

Le manque de notoriété des deux candidats a incontestablement joué en leur défaveur car ceux qui connaissent les deux personnes du binôme sont quasi unanimes à vanter les qualités humaines des deux personnalités candidates. Ils ont mené une campagne sympathique, proche des gens, qui leur a valu un bon accueil, même au sein des camps de leurs adversaires.

Voila comment on en arrive à ce résultat incontestablement en dessous du potentiel de la gauche dans notre canton. Cependant le score n'est pas si mauvais grâce à l'unité des forces de gauche, ce qui n'avait pas été le cas en 2011 avec 3 candidats (PS, PC & EELV) qui se présentaient divisés au suffrage des électeurs. Rappelons que cette division avait conduit la représentante du PS à ne faire que 10.46% des voix sur le canton alors qu'à l'époque son parti tenait la mairie de St-Julien-en-Genevois.

Antoine Vielliard (Modem) & Mylène Duclos

elections départementales st-julien,christian monteil,virginie duby-muller,antoine vielliard,thierry merle,nicolas bailly,haute-savoie

Un clic sur le tableau vous en permettra une meilleure lecture

Le maire de St-Julien devait faire face à un adversaire dont il connaissait la qualité et qui était favori de par son expérience, sa notoriété et sa réputation. Incontestablement, et non sans raison, il en avait peur. Face à cette situation qu'il a estimé trop défavorable pour lui, Antoine Vielliard a choisi une campagne négative décriant son adversaire principal plutôt que de mettre en avant ses propres propositions. Indubitablement cette stratégie n'a pas payé; pire, elle a catalysé sur lui une détestation qui selon moi n'existait pas à ce niveau dans la population avant le début de la campagne électorale. A mon sens , il a perdu non seulement son siège, mais il a gravement entaché son image, ce qui pourrait lui nuire à l'avenir.

S'il a tenu sa ville, y réalisant 30,37% des voix contre 28,78% en 2011, il y a cependant perdu 16 points  en un an puisqu'il avait obtenu 46% des voix au premier tour des municipales. Est ce le signe d'une sanction de sa gestion de la ville? un certain nombre d'éléments permettent d'abonder dans ce sens, même si il faut relativiser cette sanction du fait que la sociologie des votants aux cantonales est assez différente de celle des municipales. Un avertissement sans frais donc pour notre maire qui sera cependant sous surveillance dans les mois qui viennent, compte tenu des divisions qui commencent à percer dans son propre camp et au sein de son équipe municipale.

On peut cependant voir à quel point son job de conseiller général a été sanctionné à la lecture de ses résultats dans les bourgs et villages du seul canton de St-Julien dont il était pourtant le Conseiller Général sortant. Ainsi en 2011 il a réalisé 16,19% des voix pour 7 candidats présents contre seulement 19,69% 3 ans plus tard alors qu'il est le Conseiller Général sortant et qu'il n'y a que 4 candidats. Un tel score est incontestablement un désaveu sans discussion de sa politique et de ses nouvelles promesses. Pour info, en 2011, le Conseiller Général sortant Georges Etallaz avait lui réalisé 25.02% face à 6 adversaires et non pas 3 et alors qu'il avait à affronter un candidat issu des rangs de son camp (qui réalisa 12.25%)

La bonne nouvelle pour les habitants de St-Julien est que, débarrassé de ses responsabilités départementales, il pourra mieux se consacrer à la gestion de sa ville. J'attends aussi de lui qu'il change de comportement et qu'il devienne plus positif au lieu de se cantonner dans l'attaque de ses opposants. Peut-être finalement que cet échec lui sera profitable, qui sait?

Pour ma part, si je l'ai critiqué de façon aussi virulente lors de cette campagne, c'est que j'ai été offusqué de son comportement vis à vis de M. Monteil. Maintenant que le rideau est tiré, j'espère que la convivialité et les relations respectueuses pourront se réinstaller. A la différence de ceux qui critiquent depuis leur canapé ou des frustrés agressifs et couards qui déversent leur bile sur le clavier de leur ordinateur sans avoir le courage de s'exposer à la vindicte publique, je respecte l'engagement de M. Vielliard et son exposition aux critiques, puisqu'il prend des décisions. De plus, je crois qu'il a sincèrement le souci de la chose publique. Cependant au vu des dernières élections à St-Julien, je ne souhaite qu'une chose: qu'il cesse de perdre ses valeurs quand les élections approchent et que sa carrière politique est en jeu. La fin ne justifie pas tous les moyens et c'est particulièrement vrai lors des élections locales. En politique, il y a des hauts et des bas; cela ne mérite pas de trahir ses propres valeurs de tolérance et d'humanisme. Comme je l'ai souvent dit ou écrit, la politique n'est pas la guerre!....

 

23/03/2015

Antoine Vielliard boit la tasse - Christian Monteil & Virginie Duby-Muller en bonne position pour gagner le canton de St-Julien

A l'un de mes amis qui me faisait remarquer ce matin qu'Antoine Vielliard semble ne plus marcher sur l'eau dans le canton de St-Julien, je lui ai répondu (avec humour) qu'il s'était converti à la plongée sous marine (Le Pen) puisque notre Conseiller Général sortant a été battu par le candidat du Front National et s'est donc vu disqualifié de concourir au second tour de l'élection départementale. Une claque sévère et sans appel pour le Conseiller Général sortant!...

Je ne saurai mentir et dissimuler ma satisfaction de voir que les électeurs de notre canton ont enfin pris la mesure de ce qu'est M. Vielliard. Malgré une campagne à l'agenda chargé de coups bas et d'accusations tendancieuses relayées localement par une feuille de chou nauséabonde et putride, le bon sens l'a emporté et les électeurs de notre canton ont sévèrement sanctionné le maire de St-Julien en l'éliminant dès le premier tour.

La sanction est d'autant plus spectaculaire que M. Vielliard, frais émoulu de son élection de maire de St-Julien il y a tout juste 1 an, n'a devancé le binôme Duby-Muller - Monteil que d'une quarantaine de voix dans notre bonne ville de St-Julien, passant de 46% des votes exprimés au premier tour des municipales en mars 2014 à 30% hier.

Une bonne façon qu'ont choisie les électeurs pour lui rappeler que la transparence et la concertation qu'il prône à longueur de temps, il ferait bien de les appliquer réellement dans sa conduite de la politique de notre ville. Quant à ses résultats dans le reste du canton, il ne me parait pas élégant de tirer sur une ambulance et donc, je n'insisterai pas. Ceux qui sont intéressés pourront consulter les résultats commune par commune dans la Presse locale. Le seul commentaire que je ferai est que cette nouvelle situation laisse cependant augurer d'une redistribution des forces au sein de l'intercommunalité de la CCG.

Ceci étant dit, je me réjouis pour notre canton et ses habitants que le meilleur binôme, tant par sa qualité humaine que par sa compétence, soit arrivé largement en tête et j'espère vivement que M. Monteil et Mme Duby-Muller seront largement élus dimanche prochain.

Je forme dès à présent des vœux pour que le troisième tour soit lui aussi favorable à notre binôme, et que M. Christian Monteil soit réélu Président du Conseil Général. Il a prouvé sa compétence et son habileté à mener au mieux les destinées de notre beau département et mérite d'être reconduit dans ses fonctions.

Merci à tous, et mobilisons nous dimanche pour apporter au Président Monteil à à notre député Duby-Muller une victoire nette et sans bavures.

14/01/2015

Une page se tourne - J'ai démissionné ce soir du Conseil Municipal de St-Julien

Ci-dessous le texte que j'ai prononcé lors du Conseil Municipal du 14 janvier pour y annoncer ma démission.

 

Mr le Maire, chers collègues,

 

La Presse s'est récemment fait l'écho d'agissements que je réprouve avec la plus grande fermeté :

 Navré je suis, d'apprendre que le maire de notre commune fait l'objet d'une plainte pour vol par une employée du Conseil Général.

 Choqué je suis, de découvrir que son frère fait l'objet de plaintes pour harcèlement et injures envers notre député, Mme Virginie Duby-Muller.

 Scandalisé je suis, de lire dans la Presse que notre maire ose mettre ma conduite sur le même plan que celle, indigne et méprisable, de son frère.

 

Depuis 7 ans je siège au Conseil Municipal sans en tirer le moindre bénéfice, pour servir de mon mieux les intérêts des Saint- Juliennois. Je n'accepte pas que cet engagement me vaille de voir mon nom  sali dans la Presse par le maire de notre commune et je ne saurai servir plus longtemps sous son autorité.

 J'ai donc le regret de vous annoncer ma décision de démissionner de mon mandat de Conseiller Municipal. Cette démission sera effective le 31 mars 2015 à minuit.

 Je vous remercie de votre attention.

 

NB: C'est l'un de mes co-listiers, de la liste St-Julien un nouvel horizon, qui prendra ma place au sein du Conseil, et j'ai toute confiance dans le fait que les intérêts de notre commune et de ses habitants seront bien défendus par mon successeur.

Rem. Je remercie M. Michel De Smedt, leader de l'opposition de la liste Un vrai Cap pour St-Julien, pour les mots amicaux qu'il a eu la gentillesse et l'élégance de dire ce soir à mon endroit.

Pierre Brunet


Conseiller Municipal de St-Julien-en-Genevois

12/01/2015

Réponse à Antoine Vielliard qui me met en cause dans une interview donné à La Tribune Républicaine

J'ai déjà posté un article sur ce blog concernant les agissements d'Antoine Vielliard, maire de St-Julien, au Conseil Général de la Haute-Savoie tels que relatés par le Dauphiné Libéré en date du 20/12/2014. Malgré la désolation que m'inspire une telle attitude, je ne pensais pas m’appesantir plus avant sur ces faits navrants, que je juge pour ma part indignes d'un élu de la République.

Ce qui motive ce nouveau billet est l'article que je viens de découvrir sur internet dans lequel M. Vielliard me met en cause et, faisant preuve d'une outrecuidance inouïe, m'accuse selon les termes de cet article d'avoir insulté sa famille. Je ne peux bien évidemment pas laissé passer un tel mensonge et je vais donc m'en expliquer ici.

Ceux que cela intéresse pourront lire cet article signé Steve Blanc paru il y a quelques jours dans le journal La Tribune Républicaine que je reproduis ci-dessous (texte en bleu) 

Une plainte déposée contre Antoine Vielliard et une autre contre son frère

Ambiance délétère entre C.Monteil, A.Vielliard et V.Duby-Muller à l'approche des Départementales...

Drôle d'ambiance sur fond d'élections départementales. Le maire de Saint-Julien-en-Genevois, Antoine Vielliard, fait l'objet d'une plainte déposée par l'une des collaboratrices de Christian Monteil*, président du conseil général de Haute-Savoie et candidat - avec la députée de la 4e circonscription, Virginie Duby-Muller - aux Départementales de mars prochain dans le tout nouveau canton de Saint-Julien-en-Genevois, Frangy et Seyssel, là où se présente également le premier édile de la cité frontalière.


« Il y a de nombreux agents du conseil général qui m'ont dit qu'ils étaient choqués des consignes qu'ils avaient sur le canton de Saint-Julien par l'utilisation des moyens publics dans une campagne électorale, confie A. Vielliard, je n'avais pas d'éléments factuels et voulais en parler avec l'une des chargées de mission du président du conseil général. Son bureau était ouvert et je voulais lui laisser un mot pour en parler. Son agenda était ouvert sur le bureau avec effectivement que des rendez-vous de campagne et aucun pour le conseil général. Conformément au Code de procédure pénale, j'ai fait une photocopie pour la transmettre au procureur de la République. J'ai reçu de sa part une lettre dans laquelle elle reconnaît travailler sur la campagne et qu'elle a le droit ».

Harcèlement 
« Il met en avant l'article 40 du Code de procédure pénale mais il ne dit pas ça !, tempête Virginie Duby-Muller, il dit que tout dépositaire de l'ordre public qui a connaissance d'un crime ou délit doit en informer le procureur de la République, mais pas de voler des documents ».
Celle qui juge que « cela me pose des questions en terme de moralité » a, elle aussi, déposé plainte. Pas contre Antoine Vielliard mais contre son frère. 
« Depuis le mois de mars et mon soutien à Pierre Brunet aux municipales à Saint-Julien, j'ai reçu, sur le formulaire de contact de mon site Internet, un premier mail plutôt insultant auquel j'ai voulu répondre mais l'adresse était bidon
, détaille la députée, j'en ai reçu un deuxième, puis un troisième dans lesquels j'étais attaquée en tant que femme. J'ai donc déposé une première plainte au commissariat d'Annemasse et les insultes continuaient, m'obligeant à porter trois fois plainte ».

Au final, l'enquête a permis de remonter à l'auteur qui, il y a un mois, lui a écrit. « J'ai reçu une lettre manuscrite de l'auteur qui s'excusait et qui n'était autre que le frère d'Antoine Vielliard, dévoile-t-elle, étant donné le caractère récurrent de ses agissements, je ne compte pas retirer ma plainte. » Ce que regrette A. Vielliard. « Il a adressé une longue lettre d'excuses à Virginie Duby-Muller qui souhaite maintenir sa plainte, libre à elle. S'agissant de Pierre Brunet, je n'ai pas porté plainte mais juste déposé une main courante pour que les faits soient consignés » .
Celui qui dit avoir « appris les faits fin octobre » trouve cela « tout à fait regrettable et dénonce toutes les insultes ; autant celles que ma famille a dû subir de Pierre Brunet que les réponses d'un membre de ma famille à Virginie Duby-Muller ».


STEVE BLANC
* Il n'a pas répondu à notre appel.

Dans les dernières lignes de cet article, si la retranscription de M. Blanc est correcte, M. Vielliard fait allusion au fait qu'il aurait déposé une main courante contre moi. Je pense pour ma part que voilà un nouvel exemple de l'hôpital qui se moque de la charité car c'est plutôt moi qui serait en droit de porter plainte pour diffamation envers M. Vielliard à la lecture de ce qu'il annonce dans cet interview.

Je récuse en effet absolument l'accusation qu'il semble porter contre moi d'avoir injurié sa famille. En effet la seule mention que j'ai pu faire de celle-ci lors de la campagne électorale est d'avoir signalé  que 7 membres de sa famille étaient domiciliés à son domicile à Saint-Julien et inscrits sur les lignes électorales comme tels.  Fait incontestable qui peut être vérifié de façon officielle et sans difficulté, en consultant les listes électorales de la commune.

Voici l'extrait de ma profession de foi de second tour auquel semble faire allusion M. le maire de St-Julien où je fais allusion à sa famille. Je la retranscris ci-après afin que chacun puisse juger du bien fondé de son accusation envers moi d'insulter sa famille. Où peut-on lire la moindre insulte ou injure envers quiconque?

"Contrairement à ce qu’a martelé depuis plusieurs semaines le candidat MODEM arrivé en tête, il n’a pas été élu au premier tour , malgré ses méthodes discutables ( 7 personnes de sa famille domiciliées à son domicile alors qu’il est célibataire, affichage de ses affiches électorales 48 heures avant les autres, etc…) et la désinformation qu’il a orchestrée  autour de notre liste."

Si mentionner une vérité indiscutable est une injure, je suis inquiet pour notre démocratie et surtout je m'interroge sur les méthodes qu'utilisent certains politiciens prêts aux méthodes les plus contestables pour combattre et discréditer les gens qui s'opposent à eux.

Ainsi, que dire de l'agression en public par M. Vielliard envers l'une de mes co-listières , entre les 2 tours, qui l'a suffisamment choquée pour qu'elle dépose une main courante contre lui à la gendarmerie de St-Julien.

En conclusion, je n'accepte en aucune manière que ma conduite puisse être de près ou de loin assimilée par M. Vielliard à celle, indigne et méprisable, de son frère! Comment peut-on en effet mettre sur le même plan la révélation d'une vérité (par moi) avec des insultes répétées et anonymes envers une élue de la République (par son frère). Le mensonge est d'autant plus évident que le maire semble indiquer dans cet interview que son frère ne faisait que répondre à Mme Duby-Muller. Mensonge évident et indiscutable puisque son frère insultait notre députée de façon anonyme. Elle ne pouvait donc en aucun cas l'avoir pris à partie, ne sachant à qui elle avait à faire. Il faut en effet savoir que ce n'est qu'à la suite d'une enquête que le nom de son harceleur fut démasqué comme étant celui du propre frère de M. Vielliard , confondu par l'adresse IP de son ordinateur.

Tous ces mensonges ne sont pas conformes à mon éthique et je m'en ouvrirai de façon officielle auprès de notre maire lors du prochain Conseil Municipal.

Pierre Brunet
Conseiller Municipal d'opposition

NB: L'article original auquel je fais allusion peut être consulté en cliquant sur le lien:

http://www.latribunerepublicaine.fr/Actualite/Faits_Divers/article_1848364.shtml