Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2011

An example of the "nice" behaviour of France & England towards China

China collateral victim of the annexation of Savoy by France, in 1860?

 

1860 is a very sad year for Savoy. In that year, the Savoyards lost their independence and became French against their will. Through a series of occult maneuvers (secret negotiations of Plombieres* between Napoleon III and Cavour in 1858 to set the terms of the annexation), and dirty tricks (shamelessly rigged plebiscites in April 1860 validating the annexation of Savoy to France).  1860 was also a disastrous year for China.  In that year China was the victim of unspeakable abuse, perpetrated by the governments of two of the great powers of the time: France and Great Britain. 1860 ended with the sack and destruction of the Imperial Summer Palace near Beijing, one of the great jewels of humanity.  What is the relationship between the two events, except the year? I'll make an assumption that seems justified, but that needs to be researched and confirmed. If among the readers of this article, there are people who have information about these events, please do not hesitate to contact me.

 

Preparations for the Franco-British expedition of 1860.
An expeditionary force of 20,000 men was sent to China (12 000 Anglo-Indians and 8000 French).  To send its 8,000 men to China, France had to put together up a huge and costly logistics (13 warships, 100 transports). Men and ships left France in December 1859. On the British side, the expedition was much simpler and less costly as almost the entire expeditionary force came from the British colonies in India.

 

Why did the British mount this operation?
China represented a captive market, very important and very profitable for the British, where they could sell huge quantities of opium grown in India. England was then a narco-trafficking state, and intended to defend its economic interests regardless of the havoc that opium wrecked on the Chinese population.

How did this happen? Why did Britain use all means available to force China to buy her poison? We must look back a few decades. Great-Britain, had been the dominant sea power since the 17th century, using this dominance to impose the British products wherever it could. China was different and could not be swayed.

The many trade delegations sent to the Emperor by the British to try to persuade or intimidate him to buy their products, were rejected every time. This stubbornness irritated the British as they imported a lot of products from China (particularly tea, silk, pearls, porcelain ...) and the Chinese government required payment in silver money.

The only commodity that the British managed to sell in China was opium. Opium was  grown in India (a British colony at the time). Opium was sold by a private company, the East Indian Company, protected by the British government. Initially, in the 1800s, opium returned in fraud, in relatively modest quantity. Then, little by little, the demand increased, the volumes grew and the business became very profitable. The British wanted to export freely (without restriction or limit) their poison. The Emperor of China was opposed to this trade, at first timidly and then more and more actively as the trade began to empty his coffers and make a growing number of his subjects dependent.

 

* Small spa town in the Eastern part of France, where Napoleon III used to go to treat his gout attacks

Finally the Emperor decided to ban all imports of opium into China and destroyed a shipment of opium in the port of Canton. That was enough for the British. They attacked China in 1830: the first Opium War.

China was not prepared to resist the British invasion. She was quickly defeated and forced to negotiate with the British narco-traffickers. China lost Hong Kong which became a British colony, had to open many Chinese ports to British ships, accept the free importation of opium, and pay very heavy war reparations to Great Britain.
This peace treaty imposed by Great Britain was resented by the Emperor of China, who tried not to apply it in all ways possible. This is what caused the second Opium War. The British blamed the Chinese for not respecting the agreements signed previously and, in 1860, decided to mount a punitive expedition. This time the British wanted to give a serious lesson to the Emperor of China and bring him to strictly enforce the confiscatory treaties previously signed.

We understand that for the British, China represented extremely important business and financial interests. It was not the case for France, which at the time had virtually no presence in this region.

 

Why did Napoleon III sent troops to participate in this distant expedition decided by the British?
The official argument was that he had to avenge the murder of two French Catholic missionaries, committed two years before. This was a very thin pretext to justify an operation of this magnitude: expensive, risky and far-away! We will see later what the real reasons which led Napoleon III to cozy up to the British for this shameful operation were.

Once again we quickly need to go back in history.
Following the disasters of the French Revolutionary and Napoleonic Wars (Napoleon the First) which drenched Europe in blood for nearly 25 years, the victors (mainly the British, Austrians, Prussians, Russians) redrew the borders of Europe with the treaties of Paris [1814] and the Treaty of Vienna [1815].
Savoy, with the very active support of the British and Russians regained the autonomy it had before the French invasion of 1792: re-entering a greater Savoy “federation" which also included Piedmont, Nice, Sardinia, and newly Liguria, former Republic of Genoa.

The new configuration of Europe was designed and intended primarily to safeguard British interests. Britain made sure that no power was too strong and sought to minimize the nuisance power of France. This was to avoid any repetition of an attempted military hegemony of France over Europe. To do this, Britain set up new frontiers of France, using Britain’s friends: creation of the state of the Netherlands, then Belgium, overhaul of Switzerland (with new cantons such as Geneva , Neuchatel, Valais, Jura bishoprics being entrusted to the canton of Bern), State of Savoy. Thus France, on its northern borders, east and south, was surrounded by friendly countries and allies of the British, a kind of cordon sanitaire.

When Napoleon III came to power, he never stopped wanting to get rid of the Treaties of Paris and Vienna. To achieve his ends, he sought to break the power of the victors of 1815. Surely this was one of the reasons which led Napoleon III to be allied with the British and the Ottoman Empire against the Russians at the time of the Crimean War of 1856.

 

In doing so Napoleon III fuelled the rivalry between Russia and Britain, attracted the sympathy of the British and again became a power of his own. This rapprochement with the British was paid dearly by the blood of countless French, British, Russian and Ottoman soldiers who fell during the Crimean campaign (known from 200 to 300 000 deaths) particularly during the siege of Sevastopol and Malakoff.

As a price for his participation to the dirty Crimean war, Napoleon III thought he could now count on a benevolent neutrality from the British, which would enable him to act more as he pleased in Europe and regain some lost territory in 1815.

 

Napoleon III started implementing this strategy with Savoy and Nice: in 1858 he seeked to appropriate himself, without consulting the victors of Waterloo (Russia, Great Britain, Prussia, Austria) in violation of existing treaties. To achieve his ends, Napoleon III proposed to the Duke of Savoy (Victor Emmanuel II), in exchange for the cession of Savoy and Nice, to help militarily to create a Kingdom of Northern Italy (Piedmont, Liguria, Lombardy, Veneto), expelling the Austrians from Lombardy and Veneto, territory that had been entrusted by the Treaty of Vienna in compensation for Austrian territories in Germany and ceded to Prussia. But things did not go as planned. The French military campaign against the Austrians in Lombardy turned to slaughter (battles of Solferino and Magenta). Napoleon III had to stop his offensive at the border of the Veneto region, because of very negative and hostile reactions of Prussia and England. Napoleon III tried to calm the British as he wanted to avoid at all costs another military alliance of Austria, Prussia and Great Britain against  him.

This is where I introduce an hypothesis which needs to be confirmed. I have read in an American or English book for which I unfortunately have lost the reference that Napoleon III would have found a way to mollify the British: making a large contingent of soldiers available for the operation that Britain was preparing against China. Indeed the British were desperately short of ground troops. Just while preparing this new war against China, a serious revolt had broken out in India, the first rebellion of Indian soldiers against the British masters: the Indian Mutiny, which was to be put down quickly to avoid a full Indian uprising. The proposal of Napoleon III arrived at the right time and was accepted by the British. Coincidentally, from that moment on, the British were much more accommodating and left the annexation of Savoy and Nice to be, without formally approving it ...

 

Conduct of the Anglo-French military campaign of 1860 in China.

The operation was to use military force to bend the Emperor of China’ will and oblige him to open his country to the opium trade under British monopoly. The Chinese army, although valiant, was poorly equipped compared to the Anglo-French. The Anglo-French quickly reached Beijing and to bend the Emperor’s will, they decided to strike a decisive blow by attacking the Summer Palace, one of the symbols of the power of the Emperor of China. The Summer Palace was looted and ransacked thoroughly for four days (October 6 to October 9, 1860).

The Anglo-French troops behaved like true barbarians of yesteryore: they scooped up the all treasures they could find, gold, precious stones, pearls, jade, silk, carvings, paintings, rare books, porcelain ... and what could not be stolen was smashed and destroyed. To complete this deed, the British decided (the French did not associate with this decision) to burn all that was still standing. The fire lasted for one week (October 18 to October 24, 1860) and necessitated the involvement of 2000 incendiaries, Anglo-Indian soldiers.

 

For the Chinese, the wound is still open, they consider this crime as inalienable. One can understand why: if a horde of barbarians had from afar and looted, ransacked and burned the castle of Versailles or the palace of Westminster before quietly returning home the French or the British would certainly remember it. Many stolen items are still in British and French museums and private collections. In Paris and Beijing in early 2009, much was made of the auction of two magnificent bronzes stolen from one of the pavilions of the Summer Palace: these pieces were part of the YSL-Berge collection up for auction at Christie's ...

 

The old Summer Palace was never rebuilt. It has become a place of pilgrimage, meditation and remembrance for the Chinese people. For them, the ruins illustrate the double standards of many Western governments, who claimed to be the defenders of civilization, while in fact destroying, ruining other civilizations without a moment’s hesitation.

 

What was the Summer Palace *?

Rather than the Summer Palace, it would be more accurate to speak of an Imperial city for the summer. Indeed it was a real city which stretched in a huge park of 25 to 30 square kilometers, about 3000 hectares. In this park were scattered over 200 houses and palaces, where the court and its guests lived for nearly nine months a year. The park is a huge garden, with rivers, ponds, hills, forests, created by the best architects and gardeners of the time.
This huge, beautiful complex had cost a fortune to the Empire, even more than Versailles to France. It was built over a period of 150 years which ended around 1760. All that was most beautiful and valuable in China could be found in the 200 houses. There were statues in gold and silver, decorations with jade beads. There were several pagodas, porcelain floors. There were beautiful fabrics, tapestries, silk carpets, porcelain vases of inestimable value. There was a library of over 10,000 works all more valuable than each other all were destroyed in the fire.
Écouter

In conclusion:

The dictator Napoleon III trying to persuade the British to accept the annexation of Savoy to France, had not hesitation in participating to an ugly military campaign against one of the world’s most ancient and brilliant civilizations. I hope that this article (with others) will have shown the harm done by the unscrupulous and imperialist policies of France's Second Empire which claimed Savoy and China amongst other nations as their victims.

* called 'Yuanming Yuan' in Chinese, which means 'Garden of Perfect Brightness'.

This article is courtesy of my good friend, Bernard Fauvelais, whom I met in Hong Kong and who now lives in Annecy.

18:10 Publié dans Asie - Hong Kong - Thaïlande, English, Histoire, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg | | |  Facebook

le sac du Palais d'été de Pékin : quel déshonneur pour l'Europe!

Ci-dessous un article fort interessant écrit par mon ami Bernard Fauvelais, qui, bien que d`origine parisienne, a épousé  avec passion la cause Savoisienne; même si je ne partage pas toutes ses idées, je le rejoins totalement sur la façon ignominieuse dont les Occidentaux se sont conduits avec la Chine au XIXéme Siécle. A ce titre, je pense qu'il est du plus grand interet de montrer, à travers cet exemple, comment les pays "civilisés" d'Occident se sont conduits avec cette autre grande civilisation qu'est la Chine. On laissera à chacun le soin de décider qui sont les barbares dans cet épisode mal connu de notre oeuvre civilisatrice.

 

La Chine victime collatérale de l’annexion de la Savoie par la France, en 1860?

 

Pour la Savoie l’année 1860 est une bien triste année. C’est l’année où les Savoisiens se sont retrouvés Français malgré eux, par un enchaînement de manoeuvres occultes (négociations secrètes de Plombières* entre Napoleon III et Cavour en 1858 pour fixer les modalités de l’annexion), et de coups tordus (plébiscites d’avril 1860 honteusement truqués pour faire valider par les Savoisiens et Niçois l’annexion de leur pays à la France). Mais 1860 a été aussi une année calamiteuse pour la Chine. C’est l’année où elle a été victime d’une agression inqualifiable, perpétrée par deux gouvernements indignes, ceux de la France et de la Grande-Bretagne, qui s’est terminée par le sac et la destruction du Palais Impérial d’Été près de Pékin, considéré à l’époque comme un des joyaux de l’humanité.

Quel est le rapport entre les deux événements, à part l’année? Je vais émettre une hypothèse qui me semble fondée mais qui demande à être approfondie et confirmée. Si parmi les lecteurs de cet article, il se trouve des personnes qui ont des informations à ce sujet, je serai ravi de les recevoir et d’en discuter avec eux.

 

Les préparatifs de l’expédition franco-britannique de 1860.

Un corps expéditionnaire de 20 000 hommes fut envoyé en Chine (12 000 Anglo-Indiens et 8 000 Français). La France, pour acheminer ses 8 000 hommes en Chine, a du mettre sur pied une énorme et très coûteuse logistique (13 navires de guerre, 100 bâtiments de transport). Tout est parti de France à partir de Décembre 1859. Côté anglais, c’était beaucoup plus facile et moins coûteux, car presque tout partait de leur colonie indienne.

 

Pourquoi les Anglais ont-ils monté cette opération?

La Chine représente pour les Anglais un marché captif très important et très juteux, pour écouler des quantités énormes d’opium cultivé aux Indes. L’Angleterre est alors un état narco-trafiquant, elle entend défendre ses intérêts économiques, quels que soient les ravages que l’opium fait subir à la population chinoise.

Comment en est-on arrivé là? Pourquoi la Grande-Bretagne cherche par tous le moyens à forcer la Chine à acheter son poison? Pour le comprendre il faut se reporter quelques décennies en arrière. La Grande-Bretagne, puissance maritime dominante depuis le 17e. Siècle, en profite pour imposer les produits anglais (agricoles, manufacturés) partout où elle le peut. En ce qui concerne la Chine, elle tombe sur un "os". Malgré leurs nombreuses délégations commerciales envoyées au fil du temps chez l’Empereur, pour essayer de le séduire, de l’intimider, le convaincre de leur acheter leurs produits, c’est à chaque fois une fin de non recevoir. Cela irrite de plus en plus les Anglais, d’autant qu’ils importent toujours plus de produits de Chine (en particulier du thé, de la soie, des perles, de la porcelaine...) dont le prix est exigé en métal d’argent par le gouvernement chinois.

La seule marchandise que les Anglais réussissent à vendre en Chine est l’opium, qu’ils cultivent aux Indes (colonie Anglaise à l’époque). L’opium est commercialisé par une compagnie privée, l’East Indian Company, protégée par le gouvernement anglais. Au début, dans les années 1800, l’opium rentre en fraude, en quantité relativement modeste. Puis, petit à petit, la demande augmente, les volumes s’accroissent et ce commerce devient très rémunérateur. Les Anglais veulent pouvoir exporter librement (sans restriction et sans limite) leur poison. L’Empereur de Chine s’oppose à ce commerce, d’abord timidement et ensuite de plus en plus activement, car cela commence à vider ses caisses et à rendre dépendant un nombre croissant de ses sujets.

 

 * Petite ville de cure dans les Vosges, ou Napoleon III avait l’habitude de se rendre pour soigner ses crises de goute.

 

Finalement l’Empereur décide d’interdire toute importation d’opium en Chine et fait détruire une cargaison d’opium dans le port de Canton. C’en est trop pour les Anglais. Ils attaquent la Chine en 1830: c’est la première guerre de l’opium.

La Chine n’est pas préparée pour résister à l’invasion anglaise. Elle est vite défaite et forcée de négocier avec les narco-trafiquants anglais. Elle perd Hong Kong qui devient une colonie anglaise, doit ouvrir de nombreux ports chinois aux navires anglais, accepter l’importation de l’opium, et payer de très grosses indemnités de guerre à la Grande-Bretagne.

Ce traité de paix imposé par la Grande-Bretagne est très mal vécu par l’Empereur de Chine, qui cherche par tous les moyens à ne pas l’appliquer. C’est ce qui provoque deux autres guerres de l’opium. Les Anglais reprochent aux Chinois de ne pas respecter les accords signés précédemment. C’est ainsi qu’en 1860 ils décident de monter une expédition punitive, pour donner une sérieuse leçon à l’Empereur de Chine et l’amener à appliquer à la lettre les traités confiscatoires signés précédemment.

On comprend que pour les Anglais, la Chine représente des intérêts commerciaux et financiers extrément importants. Ce n’était pas du tout le cas pour la France, qui n’avait à l’époque pratiquement pas de présence dans cette partie du monde.

 

Pourquoi Napoleon III a-t-il envoyé des troupes participer à cette expédition lointaine décidée par les Anglais?

La thèse officielle, c’était qu’il fallait venger le meurtre de deux missionnaires catholiques français, commis deux ans auparavant. Cela semble un prétexte bien mince pour justifier une opération d’une telle ampleur, si onéreuse, si risquée, si lointaine! On verra plus loin les vraies raisons qui, je crois, ont poussé Napoleon III à s’acoquiner avec les Anglais pour cette honteuse opération.

Ici encore un retour sur l'histoire s'impose.

Suite aux désastres des guerres révolutionnaires françaises et des guerres napoléoniennes (de Napoléon 1er) qui ont mis à feu et à sang l’Europe pendant près de 25 ans, l’aventure s’est terminée par la défaite de la France, vaincue par l’Europe coalisée. Les vainqueurs (principalement les Anglais, les Autrichiens, les Prussiens, les Russes) redessinent les frontières de l’Europe par les deux traités de Paris de 1814 et par le traité de Vienne de 1815.

La Savoie, grâce au soutien très actif des Anglais et des Russes, retrouve l’autonomie qu’elle avait avant l’invasion française de 1792: elle réintègre un État "fédéral" qui comprend aussi le Piémont, Nice, la Sardaigne, et nouvellement la Ligurie, ancienne République de Gênes.

Cette nouvelle configuration de l’Europe a été pensée et voulue surtout par les Anglais, qui ont cherché à ce qu’aucune puissance ne soit trop forte, et aussi à réduire le plus possible le pouvoir de nuisance de la France. Il s'agit d'éviter que ne se reproduise une tentative militaire d’hégémonie de la France sur l’Europe. Pour ce faire, la Grande-Bretagne a mis en place, aux nouvelles frontières de la France, des pays amis: création de l’état des Pays-Bas, puis de la Belgique, refondation de la Suisse (agrandie des nouveaux cantons de Genève, Neuchatel, Valais, les évêchés du Jura étant confiés au canton de Berne), du Bade-Wurtenberg, des États de Savoie. Ainsi la France, sur ses frontières Nord, Est et Sud, est entourée de pays amis et alliés des Anglais, une sorte de cordon sanitaire l’entoure.

Quand Napoleon III arrive au pouvoir, il n’a de cesse de vouloir s’affranchir des traités de Paris et de Vienne. Pour arriver à ses fins, il a cherché à rompre le bloc des vainqueurs de 1815. C’est sûrement une des raisons qui ont amené Napoleon III à s’allier aux Anglais et à l’Empire ottoman, contre les Russes, au moment de la guerre de Crimée de 1856.

 

En agissant ainsi il attise les rivalités russo-anglaises, s’attire la sympathie des Britanniques et redevient une puissance. Ce rapprochement avec les Anglais a été chèrement payé , par le sang d’innombrables soldats français tombés pendant lacampagne de Crimée (on parle de 200 à 300 000 morts) en particulier pendant le siège de Sébastopol et Malakoff.

Suite à cette sale guerre, Napoléon III a pensé qu’il pouvait désormais compter sur une bienveillante neutralité de la part des Anglais, ce qui devait lui permettre d’agir plus à sa guise en Europe, pour retrouver une partie des territoires perdus en 1815.

Cette stratégie est mise en oeuvre avec la Savoie et Nice, que Napoléon III cherche à s’approprier dès 1858, sans que les vainqueurs de Waterloo (Russie, Grande-Bretagne, Prusse, Autriche) soient consultés, ce qui violait les traités en vigueur. Pour arriver à ses fins, Napoléon III propose au Duc de Savoie (Victor Emmanuel II), en échange de la cession de la Savoie et de Nice, de l’aider militairement à créer un Royaume d'Italie du Nord (Piémont, Ligurie, Lombardie, Vénétie) en expulsant les Autrichiens de Lombardie et de Vénétie, territoires qui leur avaient été confiés par le traité de Vienne en compensation de territoires autrichiens situés en Allemagne et cédés à la Prusse. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. La campagne militaire française en Lombardie contre les Autrichiens tourne à la boucherie (batailles de Magenta et Solferino). Napoléon III doit arrêter son offensive à la frontière de la Vénétie, à cause des réactions très négatives et hostiles de la Prusse et de L’Angleterre. Napoléon III essaye de calmer les Anglais, car il veut éviter à tout prix une alliance militaire entre les Autrichiens, la Prusse et la Grande Bretagne contre lui, qui pourrait lui être fatale.

C’est là que je lance une hypothèse qui demande a être confirmée. Je l'ai déjà lue dans un ouvrage anglo-saxon dont j'ai malheureusement perdu la référence. Napoléon III aurait alors trouvé un moyen pour amadouer les Anglais: mettre à leur disposition un important contingent de soldats pour la campagne que la Grande-Bretagne préparait contre la Chine. En effet les Anglais manquaient cruellement de troupes terrestres. Au moment même où se préparait cette nouvelle guerre contre la Chine, une grave révolte éclatait aux Indes, la première rébellion de soldats indiens contre les maîtres Anglais: la révolte des Cipayes, qui devait être matée rapidement pour éviter que toute l’Inde ne s’embrase. La proposition de Napoléon III arrive donc au bon moment et est acceptée par les Anglais. Comme par hasard, à partir de ce moment, les Anglais se sont montrés beaucoup plus accommodants et n’ont plus pensé à une alliance militaire contre la France. Ils ont laissé l’annexion de la Savoie et de Nice se faire, sans toutefois l'approuver officiellement...

Déroulement de la campagne militaire anglo-française de 1860 en Chine.

L'opération consistait à utiliser la force pour faire plier l’Empereur de Chine et l’obliger à ouvrir son pays sans restrictions au commerce de l’opium sous monopole anglais. L’armée chinoise, bien que valeureuse, est très mal équipée, comparée à celle des Anglo-Français. Elle est enfoncée très vite. Les Anglo-Français remontent rapidement jusqu’à Pékin. Pour faire plier l’Empereur, ils décident de frapper un grand coup en s’attaquant au Palais d’Été, symbole de la puissance de l’Empereur de Chine. Le Palais d’Été est pillé de fond en comble pendant quatre jours (6 Octobre au 9 Octobre 1860).

Les Anglo-Français se comportent comme des barbares: ils font main basse sur des trésors inestimables, or, pierres précieuses, perles, jade, soie, sculptures, tableaux, livres rares, porcelaine... Ce qui ne peut être emporté est fracassé, détruit. Pour parachever leur méfait, décision est prise par les Anglais (les Français ne s’associent pas à cette décision) de brûler tout ce qui est encore debout. L’incendie dura une semaine (18 Octobre au 24 Octobre 1860) et nécessita la participation de 2000 incendiaires, des soldats anglo-indiens.

Pour les Chinois, la plaie n’est toujours pas refermée, ils considèrent ce crime comme imprescriptible. On peut imaginer pourquoi: c’est comme si, pour les Français, une horde de barbares venue de très loin avait pillé, saccagé et brûlé le Château de Versailles et s’en était retournée tranquillement chez elle une fois le méfait accompli. De nombreux objets volés se trouvent toujours dans les Musées anglais et français et dans des collections privées. À Paris et à Pékin, début 2009, on a beaucoup parlé de deux magnifiques bronzes volés dans un des pavillons du Palais d’Été: ces pièces faisaient partie de la collection Bergé-YSL mise en vente aux enchères chez Christie's...

Le Palais d’Été n’a jamais été reconstruit. C’est devenu un lieu de pèlerinage, de recueillement et de mémoire pour le peuple chinois. Pour eux ces ruines illustrent bien le double langage de nombreux gouvernements occidentaux, qui se prétendent défenseurs de la civilisation alors que, dans les faits, ils détruisent sans aucun état d’âme la civilisation des autres...

Qu’était le Palais d’Été* ?

palais d'été,pékin,chine,savoie,napoléon iii,guerre de l'opium

Le plan de l'ancien Palais d'été

Plutôt que de Palais d’Été, il serait plus juste de parler de ville impériale d’été. En effet il s’agissait d’une véritable ville qui s’étendait dans un parc immense de 25 à 30 kilomètres carrés, environ 3000 hectares. Dans ce parc étaient disséminés plus de 200 pavillons et palais, où résidaient la cour et les invités pendant près de neuf mois par an. Le parc est un immense jardin, avec des rivières, des étangs, des collines, des forêts, créés par des architectes et des jardiniers.

Ce gigantesque ensemble a coûté fort cher à l’Empire, encore plus cher que Versailles pour la France. Il a été bâti au fil du temps, sur une période d’environ 150 ans qui se termina vers les années 1760. Tout ce qu’il y avait de plus beau et de plus précieux en Chine se trouvait dans les 200 pavillons. Il y avait des statues en or et en argent massif. Des décorations avec du jade, des perles. Il y avait des pagodes en porcelaine de plusieurs étages. Il y avait de magnifiques étoffes, tapisseries, tapis en soie, des vases en porcelaine d’une valeur inestimable. Il y avait une bibliothèque de plus de 10 000 ouvrages tous plus précieux les uns que les autres.

palais d'été,pékin,chine,savoie,napoléon iii,guerre de l'opium

 

palais d'été,pékin,chine,savoie,napoléon iii,guerre de l'opium

palais d'été,pékin,chine,savoie,napoléon iii,guerre de l'opium

Les vestiges de l'ancien Palais d'été

 

En guise de conclusion.

Le dictateur Napoléon III, très probablement pour faire accepter aux Anglais l’annexion de la Savoie et de Nice à la France, n’a pas hésité à participer à une campagne indigne, contre une des plus anciennes et brillantes civilisations humaines, la civilisation chinoise. J’espère que ce petit article contribuera avec d’autres à montrer le rôle nocif et sans scrupules de la politique impérialiste et agressive de la France du second Empire, dont la Savoie, Nice et la Chine ont été, avec d'autres nations, les victimes.

* appelé ‘YUANMING YUAN’ par les Chinois, ce qui veut dire ‘Jardin de la clarté parfaite’.

NB: Je tiens à dire que ma propre vision de Napoléon III est beaucoup plus nuancée, car je considère qu'à la différence du roi soleil qui est porté aux nues, le traitement réservé à l'empereur est injuste car, pour moi, il fut un bon dirigeant pour la France. L'annexion pacifique de la Savoie en étant une preuve supplémentaire si on se place du coté français.

01/04/2011

Genève - le Hong Kong Européen ou bien le Singapour de l'Europe? Choisissez!...

Natif de Saint-Julien en Genevois, mais ayant vécu près de 20 ans en Asie dont je peux dire que j'ai une une bonne connaissance pour l'avoir visité de long en large pour le travail et lors de virées touristiques, je ne peux m'empécher de comparer Genève aux deux phares de cette région que sont Hong Kong et Singapour.

hong-kong.jpg

A ce titre, et à l'inverse de ce que pense mon ami Antoine Vielliard, nouvellement élu Conseiller Général du Canton de Saint-Julien-en-Genevois et au coté duquel je siège dans le Conseil Municipal de Saint-Julien, je crois profondément que l'avenir de Genève est bien de se positionner comme havre d'accueil pour les multinationales désireuses de s'implanter en Europe. C'est d'ailleurs dans cet esprit que je milite pour l'établissement d'une école chinoise internationale sur le territoire du Genevois.

singapour.jpg

Quand je vois à quel point ce positionnement a été bénéfique pour les habitants de Singapour et de Hong Kong, et de façon induite pour leurs voisins, tant à Johore Baru en Malaysie qu'à Shenzhen en Chine, je ne peux que me réjouir de la politique menée par la Cité de Calvin d'attirer les multinationales sur le Canton de Genève. D'ailleurs Antoine Vielliard lui même en est l'un des bénéficiaires puisqu'il travaille pour l'une des plus grosses d'entre elles, PROCTER & GAMBLE.

Natif de la banlieue Genevoise, Antoine est bien la preuve que ces multinationales qu'il décrie tant peuvent être bénéfiques aux habitants originaires de la région. C'est d'ailleurs la présence de ces grandes sociétés internationales qui expliquent en grande partie que le canton de Genève et la région frontalière française ont si bien traversé la crise. Ceux qui ont de la mémoire se souviennent à quel point la crise des années 93-94 fut autrement douloureuse pour les entreprises et les habitants de notre territoire; mais cela était justement bien avant que Genève ne s'engage dans cette voie de se "singapouriser".

Alors bien sur, on pourra regretter la détérioration de notre niveau de vie du fait des bouchons et de l'urbanisation galopante, ou encore la chèreté du coût de la vie, mais cela me parait des souffrances de nantis, à comparer avec l'exode et la paupérisation que connaissent certaines régions, dues à leur faiblesse économique et au manque d'emplois.

Pour ma part, en tant qu'élu et responsable de la vie publique, je préfèrerai toujours avoir à régler des problèmes de surchauffe économique plutôt que des problèmes de pénurie. Arrêtons de nous plaindre, nous sommes des privilégiés qui avons la chance de vivre dans l'une des plus belles régions du monde, forte d'une économie saine et dynamique, avec une population riche de ses différences culturelles et ethniques qui a l'un des plus forts pouvoirs d'achat du monde entier. Les problèmes que nous connaissons proviennent de là: nous attirons les moins bien lotis qui considèrent notre territoire comme un eldorado, et comme il est libre à tout Européen de s'installer où bon lui semble dans l'UE, il n'est pas étonnant que nombre d'entre eux choisissent d'y élire domicile et d'y tenter leur chance, tout comme les Américains l'ont fait en Californie au XIX ème siècle.

Pour illustrer mon propos, et lancer le débat, que j'espère Antoine sera prompt à reprendre, je vous propose un article fort interessant sur l'attractivité de la Suisse Romande paru dans un magazine économique "L'Entreprise"

 

Article Geneve1.JPG

Article Geneve2.JPG

Article Geneve3.JPG

Article Geneve4.JPG

Pour compléter cet article, on trouvera ci dessous un guide succint sur l'implantation en Suisse Romande. Pour ceux de mes lecteurs, investisseurs potentiels, qui souhaitent en savoir plus sur les différents organismes qui peuvent les aider dans leur démarche, ils peuvent me contacter par mail à l'adresse indiquée en haut à gauche de ce blog, avec leurs questions, (english accepted), auxquelles je m'efforcerai de répondre dans les meilleurs délais

 

Article Geneve5.JPG

01/02/2011

L'opportunité chinoise: Un exemple positif de plus

Un exemple de plus de ce que j'avance, à savoir que la Chine, loin d'être une menace pour notre région, peut être une véritable opportunité.

SCAIME en est un bon exemple qui devrait faire méditer nos responsables et élus sur le bien fondé de rendre notre région accueillante à nos amis chinois.

Scaime.JPG

14:33 Publié dans Asie - Hong Kong - Thaïlande, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chine, scaime, fibre optique | | | Digg! Digg | | |  Facebook

10/01/2011

Un con qui marche ira toujours plus loin que deux intellectuels assis

Voila ce que m'inspire de nombreuse émissions de la  Télévision Française, genre talk-shows,  où l'on assiste à des pugilats dialectiques et sans conséquences, entre des experts ou des idéologues nantis qui viennent, en plus de faire la promotion de leurs livres, films ou autres oeuvres culturelles, nous expliquer leur vision du monde qu'ils ne regardent d'ailleurs pour la plupart que par la lorgnette de leur statut de franchouillards nantis.

raffarin.jpgC'est pour cela qu'il me parait nécessaire de marquer d'une croix blanche l'intervention de Jean-Pierre Raffarin lors de l'émission "Face aux Français". Sous la férule de l'animateur Guillaume Durand, et  face à l'acteur Pierre Arditi, parfait dans le rôle du franchouillard nanti, conformiste et beau parleur, l'ancien Premier Ministre a su s'élever au dela de l'idéologie bien-pensante dominatrice pour se faire l'écho d'une évidence qu'il est temps qu'on se mette en tête: qu'on le veuille ou non, l'Asie, et plus particulièrement la Chine, jouera un rôle essentiel dans notre vie et surtout celle de nos enfants. Il ne sert à rien de faire la politique de l'autruche, en refusant de voir la réalité, il s'agit tout simplement de s'y préparer et de s'adapter en conséquence pour donner les meilleures chances et les meilleurs outils possibles à nos enfants pour affronter l'avenir.

Alors qu'il était attaqué sur son trop grand interet vis à vis de l'Empire du Milieu, j'ai particulièrement apprécié l'exemple qu'il a donné en remerciant Jean-Jacques Servan-Schreiber qui avait écrit en son temps, dans les années 60, "le Défi Américain", dans lequel il prévenait la jeunesse française que son avenir serait fortement imprégné et influencé par l'Amérique. Cet avertissement  fut utile à l'Ancien Premier Ministre qui nous expliqua vouloir faire de même avec la jeunesse actuelle.

Je pense que Mr Raffarin joue aussi un rôle important dans la "dédiabolisation" de la Chine que les médias français nous décrivent à longueur de journée comme l'ennemi tricheur (l'affaire d'espionnage chez Renault), profiteur du malheur des autres ( dans quel but la Chine est-elle venue au secours de la Grece, du Portugal et de l'Espagne...) , affameur de l'Afique et pollueur du monde.

A l'inverse du discours officiel des médias bien pensants, qui n'ont que les droits de l'homme à la bouche, je rejoins mon camarade d'école dans son admiration pour ce grand peuple de culture plus que millénaire; il est une chance pour le monde et non pas l'inverse. Les chinois, avec leur stature internationale de premier plan recouvrée, auront un grand rôle à jouer dans l'équilibre du monde, et je suis persuadé qu'ils seront des acteurs fondamentaux dans la résolution pacifique des grands problèmes de notre planète. Car comme je le disais plus haut, leur pragmatisme les conduit à faire plus qu'à s'asseoir autour d'une table pour deviser de ce qu'il conviendrait de faire: ils le font, tout en sachant bien qu'on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs.

Nous ferions bien de nous inspirer de leur exemple!.....

09/01/2011

Les leviers de commande sont partis à l'est

Un dimanche soir de décembre, dans l'émission 7 à 8, j'ai vu un reportage sur l'ouverture du palace Shangri-La à Paris. Cette chaine asiatique qui appartient au milliardaire singapourien Kuok ouvre en effet son premier hotel dans la capitale française, prêt à recevoir les riches Asiates qui viennent visiter notre pays.

Ce qui était particulièrement singulier dans ce reportage était de voir que tout, y compris dans les moindres détails, se décidait en Asie. On y voit une décoratrice expliquer que tout objet décoratif, une fois posé dans les chambres, est photographié, et la photo envoyée à Hong-Kong pour validation par le siège du bon emplacement de l'objet par rapport au feng shui et à l'harmonie recherchée.

Voila une première illustration de ce que j'annonce depuis longtemps: les leviers du pouvoir sont passés aux mains de nos amis asiatiques, et nous allons de plus en plus assister au spectacle de Français obéissant à des Chinois ou des Coréens. C'est cela la manifestation de notre déclin: le fait que notre destin nous échappe et que nous devenons les exécutants de décisions qui sont prises ailleurs, par des gens qui, ayant une autre culture, pensent différemment de nous.

Après avoir fait subir cette "humiliation" aux peuples colonisés d'Afrique, à nous de connaitre cet état de fait: Nos enfants sont-ils en voie de devenir les "Mamadous" de leurs maîtres Asiatiques? L'avenir le dira, mais cette crainte est malheureusement la dure réalité à laquelle nous a conduit notre impéritie. Sans sursaut rapide de l'Occident, je crains que pour nos enfants et petits enfants, ce nouveau rapport de force ne devienne la règle.

18:30 Publié dans Asie - Hong Kong - Thaïlande, Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : asie, shangri-la, colonisation, feng shui | | | Digg! Digg | | |  Facebook

08/01/2011

La Corée du Sud - Un exemple à méditer

Drapeau Corée.jpg

Lundi soir sur France 2, l'excellente émission "un oeil sur la planéte" était consacrée à la Corée du Sud: un documentaire très bien fait et très complet qui appréhendait plusieurs aspects de la vie coréenne, que ce soit au niveau économique, social, militaire ou encore religieux. 

Passée en cinquante ans d'un des pays les plus pauvres de la planète au rang de 13ème puissance économique, en multipliant son PIB par 400, la Corée est un excellent exemple de ce qui se passe actuellement en Asie, avec une foi en l'avenir intarissable et la volonté de se donner les moyens d'obtenir cet avenir florissant.

Le pays du matin calme fut longtemps replié sur lui même avec un régime politique très autoritaire, justifié en partie par la menace militaire de la Corée du Nord. De cette période difficile, où les conditions de vie étaient particulièrement austères, les Coréens ont nourri un esprit conquérant et une volonté farouche de s'en sortir par eux-même. Ajoutez à cela un nationalisme fort issu des humiliations subies, en particulier de la part du Japon, et vous avez là une nation toute entière portée vers la conquête et la volonté d'être reconnue comme l'une de meilleures au monde. 

C'est dans cet esprit que se sont constituées quelques "chaebols" qui comptent aujourd'hui parmi les plus importantes et innovantes du monde comme SAMSUNG, LG ou autres HYUNDAI.... Dans un pays où l'exigence éducative est à mille lieues de ce dont on se contente en France, on découvre une population qui embrasse avec plaisir les bienfaits de la technologie et qui relève avec confiance les défis de l'avenir. A titre d'exemple c'est en Corée que l'internet à haut débit est le plus répandu et le plus performant au monde.

Mais bien sur, cette progression phénoménale est aussi liée à la capacité de travail de ces gens , qui travaillent 40% de plus que les français. Quant aux partisans de la décroissance, ce n'est pas là que vous en trouverez beaucoup. Non, les Coréens sont persuadés que ce n'est que par le travail et la connaissance que l'on peut s'en sortir. C'est pourquoi ces 2 valeurs règnent en maître absolu sur la conscience collective.

Ce qui est cependant frappant, c'est que cette volonté de progresser, d'aller de l'avant et d'améliorer les conditions de vie, ne détourne pas pour autant les Coréens d'une vie spirituelle. L'activité religieuse y est en effet beaucoup plus développée là bas que chez nous, avec une croissance significative de la religion chrétienne.

Pour moi qui a connu la Corée en 1986, que de chemin parcouru!... Je suis persuadé que le syndrome Jeux Olympiques a joué à plein en ouvrant ce pays au monde, comme il l'avait déjà fait 24 ans plus tôt au Japon et qu'il le fera pour la Chine à la fin de cette décennie.

Un exemple de plus du basculement du centre de gravité du monde vers l'est.

Pour ceux dont la curiosité a été éveillée par cet article et qui souhaiteraient revoir l'intégralité de l'émission, cliquer ici

 

13/07/2010

L'Europe vue de Chine

Ci dessous une vidéo pour apprendre le mandarin et pour entendre quelques vérités sur notre système économique et social.

Bien entendu, vous aviez compris que ceci est une parodie, et que les sous titres sont fantaisistes; mais je la trouve amusante, car pour nous français qui aimont donner des leçons à tout le monde, c'est un peu l'arroseur arrosé.

10:32 Publié dans Asie - Hong Kong - Thaïlande, Humour, Politique Française | Lien permanent | Commentaires (2) | | | Digg! Digg | | |  Facebook