Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2015

Comprendre le monde et comment l'évolution technologique le transforme - Conférence de Marc Halévy

Pour tous ceux qui s'interrogent sur la crise de notre monde et sur l'avenir de nos sociétés, je ne saurai trop recommander de voir et écouter la conférence qu'a faite Marc Halévy lors de la 20ème Université Hommes-Entreprises.

On y trouvera réponse à un certain nombre de nos interrogations et peurs légitimes par rapport à la crise actuelle et quelques pistes pour déchiffrer ce qui nous arrive et ce qui va nous arriver dans un futur proche.

Marc Halévy est un physicien et philosophe français, né à Bruxelles le 3 mai 1953, spécialisé dans les sciences de la complexité tant du point de vue théorique fondamental que du point de vue de leurs applications à l'économie et à la prospective

A méditer!....

PS. Un grand merci à mon ami Bernard Fauvelais qui m'a fait découvrir cette conférence.

14:01 Publié dans Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marc halevy; université hommes-entreprises, technologie | | | Digg! Digg | | |  Facebook

27/03/2015

Et si le "Genevois" s'exportait comme le" French Geneva County"

Lundi 23 mars au soir se tenait la commission Economie de la CCG. Lors de cette réunion, a été entériné le besoin pour notre territoire de se doter d'un nom, à la fois en français mais aussi en anglais, si on veut attirer ici touristes et investisseurs étrangers.

Je supporte à 100% cette initiative qui aurait du être faite il y a longtemps; c'est indispensable dans une démarche marketing cohérente de dénommer par une marque reconnue le produit que l'on cherche à promouvoir.

Nous étions nombreux à penser que la meilleure appellation pour définir notre territoire était "Le Genevois", une appellation habilement utilisée par l'Office du Tourisme pour promouvoir notre territoire comme destination touristique de premier choix (voir la vidéo publiée sur ce blog dans un article plus bas)

Où cela se complique, c'st dans la dénomination anglaise qui doit être parlante et bien situer notre territoire sur la carte. Aucune mention n'est parfaite, mais il est cependant indispensable de définir cette appellation anglaise si on souhaite pouvoir communiquer à l'international.

Après moult réflexion, je souscris à l'idée que la meilleure dénomination est "French Geneva County" car cette appellation me semble la mieux à même de nous positionner par rapport à Genève. De plus le mot "county" qui signifie en anglais "comté" nous renvoie à notre histoire où jusqu'en 1401 notre territoire faisait partie du "Comté de Genève" ou encore appelé "Comté du Genevois".

Par ailleurs, si marque il y a, il est important de capitaliser sur celle-ci et de ne pas se disperser vers des appellations qui n'apportent pas de cohérence et d'unité au territoire. C'est pourquoi j'ai suggéré que les grands équipements touristiques ou économiques du territoire reprennent cette notion géographique dans leur appellation.

Ainsi je propose qu'on ne parle plus de "Archamps Technopole" mais bien plutôt de "Technopole du Genevois - Archamps". De la même façon, il serait judicieux de promouvoir le "Village d'entreprises du Genevois - Le Chable-Beaumont " plutôt que le "village d'entreprises du Grand Chable". Idem pour l'"Ecoparc du Genevois - Cervonnex", plutôt que l'"Ecoparc de Cervonnex"

Au final, je suggère même que l'on appelle l'Office du Tourisme "Office du Tourisme du Genevois - St-Julien-en-Genevois" plutôt qu'"Office du Tourisme de St-Julien-en-Genevois"

Blason Comté de Genève2.JPG

Quant à la charte graphique, il me semble intéressant d'uniformiser celle-ci, en particulier au niveau des couleurs. Dans cette optique, il me parait judicieux d'utiliser les couleurs bleu et jaune qui sont les couleurs historiques d'origine du Comté de Genève et accessoirement celles de la ville centre du territoire, St-Julien-en-Genevois.

 

Les appellations pourraient alors se décliner comme suit

Ecopark du Genevois
---------------------------
     Cervonnex

Technopole du Genevois
--------------------------------
       Archamps

Office du Tourisme du Genevois
------------------------------------------
Saint-Julien-en-Genevois

etc.....

cela pourrait alors se traduire par:

French Geneva County's Ecopark
-------------------------------------------
    Cervonnex

French Geneva County's Technopole
------------------------------------------------
       Archamps

French Geneva County's Tourist Bureau
----------------------------------------------------
Saint-Julien-en-Genevois

 

D'autre part, je crois qu'il serait utile d'utiliser un logo qui symbolise bien que notre territoire  s'inscrit dans le Grand Genève. Pour cela, je suggère d'utiliser un jet d'eau stylisé qui fasse référence à Genève et de lui adjoindre un Salève stylisé qui, avec le Vuache , me parait être le meilleur symbole de la partie française de notre territoire.

La CCG a décidé de faire appel à la population pour décider du choix final. Si vous soutenez mon choix, je vous invite à en parler autour de vous et à appeler vos contacts à voter pour ce binôme quand le moment du vote sera venu.

Bien sûr, je ne prétends pas avoir la science infuse et la réponse parfaite à cette problématique. Cependant je pense qu'il y a là des pistes de réflexion intéressantes sur lesquelles les pros de la communication pourront travailler afin de créer une identité solide et bénéfique pour notre territoire. Je pense aussi que c'est notre avenir qui est en jeu et que le sujet mérite réflexion et débat au sein de la population; les idées et propositions novatrices et audacieuses sont les bienvenues.

 

18/11/2014

Quel avenir pour la Savoie dans la nouvelle région Rhône-Alpes Auvergne?

Nous sommes à un tournant historique pour notre avenir, et il est important que chaque Savoyard soit bien conscient de ce qui se passe et de ce qui est en jeu avec la mise en place de la nouvelle réforme territoriale dont le gouvernement actuel a fait son cheval de bataille?

Sans revenir à mes interrogations sur le bien fondé de cette réforme (voir mon article précédent), je souhaite ici m'interesser uniquement aux conséquences désastreuses que pourrait avoir cette réforme sur notre avenir à nous savoyards.

Je suis un St-Juliennois, Haut-Savoyard, et c'est ainsi que je me définis dans mon identité. Français, je sais que je ne le suis que depuis 150 ans et qu'auparavant mes ancètres savoisiens se sont souvent battus avec la nation qui est désormais la mienne. De la même façon, je n'oublie pas que nous n'étions pas français en 1793 (même si notre territoire était alors occupé par les troupes françaises) et donc nous ne pouvons être traité de peuple régicide. Tout cela pour dire que si j'accepte et n'ait pas de problème avec le fait d'être français, je souhaite que les spécificités de mon peuple et de ma terre soient respectées. Par ailleurs, je me sens en revanche farouchement européen, et quand je voyage en Italie, en Suisse ou dans n'importe quel pays d'Europe, je sens, malgré les différences évidentes, une communauté d'esprit et de culture bien plus forte avec ces voisins qu'elle ne le sera jamais avec nos amis américains par exemple. Enfin, je me sens aussi citoyen du monde, convaincu que les grands problèmes de l'humanité (écologie, économie...) doivent désormais être résolus pacifiquement, à l'échelle du monde et de la planète.

Ce qui nous menace aujourd'hui avec la réforme territoriale, c'est que les grandes compétences qui sont aujourd'hui aux mains du département (routes, économie, tourisme, etc...) vont passer dans celles d'une super région Rhône-Alpes Auvergne dont le centre de décision sera à Lyon. Et comme nous serons à l'extrémité de ce grand territoire, j'ai bien peur que nous soyons oubliés, ou traités comme la dernière roue du carrosse.

Une conférence débat a eu lieu samedi dernier à Cruseilles, organisée par La Salévienne et animée par les 2 présidents des Conseils Généraux de la Savoie, Mr Hervé Gaymard et de la Haute-Savoie, Mr Christian Monteil.

Ces deux hommes sont venus nous expliquer les dangers qui menacent notre identité de savoyards à travers cette réforme qu'ils ne souhaitent pas, et comment ils envisagent d'en limiter les effets nocifs en nous proposant de fusionner les 2 départements dans une collectivité territoraile Savoie - Mont-Blanc qui  garderait l'essentiel des prérogatives et compétences dévolues actuellement aux départements et ainsi mieux défendre les interets de notre territoire au sein de la nouvelle grande région. Il ne s'agit en rien de fusionner les 2 départementys pour ne garder que la partie sociale que le gouvernement entend laisser aux départements, mais bien de créer une nouvelle entité à mi chemin entre le département et la région. Collectivuité qui tiendrait compte de la particularité savoyarde qui doit être reconnue comme l'est celle des Alsaciens, des Corses et des Bretons.

Disons le tout net, je n'étais à l'origine pas favorable à ce rapprochement entre nos deux départements qui ont souvent rivalisé et qui ont des interets divergents. Mais avant d'être un Rhône-Alpin Auvergnat, je suis avant tout un Savoyard et entre deux maux, il faut choisir le moindre. Dans une situation telle qu'aujourd'hui, je m'opposerais à la fusion de nos deux départements. Toute initiative qui permettra de nous rendre plus forts et de nous aider à atteindre cet objectif doit donc être soutenu.Dans la nouvelle région aux compétences élargies, je considère que c'est notre devoir à nous savoyards de faire bloc et de défendre nos droits.

Oui nos droits! Car historiquement ceux ci sont différents de ceux des autres départements par le seul fait que nous avons choisi de notre plein gré de rejoindre la France en 1860 en vertu d'un traité par lequel un certain nombre de droits nous ont été concédés. Il est donc légitime de les faire respecter. A titre anecdotique et pour preuve de notre spécificité, je rappelle que nos deux départements sont les seuls départements métropolitains à ne pas avoir un nom correspondant  à un nom de rivière ou de montagne.

Notre situation géographique à la porte des Alpes, de l'Italie et de la Suisse nous confère là aussi une spécificité que personne ne peut nier. Serait -il opportun de confier à Lyon ou à Paris le soin de négocier en notre nom avec Turin ou Genève, je ne le pense pas!

Notre économie elle aussi est spécifique. Avec 40% de son PIB provenant de l'industrie, la Haute-Savoie est dans le top 3 des départements français les plus industrialisés (en pourcentage de l'industrie sur le PIB total). Et cela malgré le fait que le tourisme et l'agriculture de montagne jouent eux aussi un rôle important.

Notre département est riche. Nul doute que cette réforme aura pour conséquence de nous retirer un peu plus des dividendes de notre labeur, alors que la péréquation qui nous pénalise en faveur des autres départements de France est déja l'une des plus élevées. Faut-il accepter de se laisser tondre la laine sur le dos sans rien dire? Non, il est temps que les savoyards, trop sages et conciliants pendant des décennies, se mobilisent pour défendre leurs intérets.

Faudra t-il accepter en Haute Savoie du Nord que nos accords transfrontaliers avec Genève puissent être négociés et mis en place par des gens qui n'ont aucune connaissance de notre histoire et de nos liens étroits tant historiques qu'économiques avec la Cité de Calvin?
Et qu'adviendra t-il des fonds frontaliers qui ont permis jusqu'à présent à notre territoire de financer les investissements nécessaires à l'accroissement démographique lié à l'attractivité de Genève?

Je vous le dis amis savoyards, nous devons nous mobiliser derrière Christian Monteil et Hervé Gaymard pour appuyer leur démarche et faire en sorte que notre Savoie que nous aimons tant ne soit pas noyée dans le fourre-tout Rhône-Alpin & Auvergnat. C'est notre avenir et celui de nos enfants qui est en jeu. Et c'est autrement essentiel pour notre futur que de savoir qui demain sera le prochain Président de la République à Paris.

car j aime a respirer
l air pur de nos montagnes
je suis la liberté la liberté

24/10/2014

Une proposition pour résorber le chomage

Ce matin, j'écoutais Mr Thierry Le Paon de la CGT répondre aux questions de Thomas Sotto sur Europe 1 à propos d'instaurer un contrat de travail unique et j'étais désespéré de constater à quel point notre pays restera dans une impasse tant que l'idéologie et le dogmatisme prévaudront chez nos responsables sur le pragmatisme et la volonté de trouver des solutions aux problèmes qui nous appauvrissent.

Tout le monde le sait, la situation actuelle fait la part belle à ceux qui ont un travail mais pénalise grandement ceux qui sont à la recherche d'un emploi. C'est ce qui explique en grande partie le chomage de masse qui accable la France en ce moment, alors que partout ailleurs la situation de l'emploi s'amèliore.

Comme j'aime à le répéter, le mieux est l'ennemi du bien et l'adage s'applique particulièrement sur le problème de l'emploi. En effet à force de sur-protéger les salariés avec un CDI hyper protecteur, l'effet pervers est que cela décourage les employeurs d'embaucher, et notamment les petites entreprises, ou alors de ne le faire que par le biais de CDD.

Loin de moi l'idée de vouloir fragiliser la situation des salariés mais si on veut que cesse le scandale des embauches en CDD à 90%, et tenter de résorber le chomage, il est urgent de trouver une solution.

Celle que je propose est simple et tient compte de la distinction indispensable à faire entre les grandes entreprises solides et les TPE qui sont paranos à l'idée d'embaucher de façon inopportune. Si les petites entreprises, principalement les artisans, ont si peur d'embaucher, c'est qu'ils savent qu'une mauvaise embauche ( un mauvais employé ou au mauvais moment) peut les mettre au tapis. D'où la préference généralisée de rester petit plutôt que d'embaucher.

Face à cette situation, je propose de permettre aux TPE qui ont moins de 5 ans d'existence et moins de 5 salariés de pouvoir débaucher sans aucune formalité. Cette facilité de débauche devrait permttre selon moi une embauche immédiate de plus de 100 000 jeunes ou chomeurs. En effet si le recrutement s'avère improductif, l'artisan pourra alors facilement et sans frais ajuster sa masse salariale à sa situation financière. Cela est d'autant plus opportun quand l'entreprise est la plus fragile, à savoir dans les 5 premières années de son existence et quand sa main d'oeuvre est peu nombreuse.

D'après ce que je sais les Allemands avaient mis en place une loi de ce type dans les années 2000 et on voit que le chomage chez nos voisins est près de la moitié de ce qu'il est chez nous.

Une mesure simple et facile à mettre en place. Mr Valls qui vous dites l'ami de l'entreprise, pourquoi ne pas essayer et tester cette proposition auprès des représentatnts de l'Artisanat, la plus grande entreprise de France.

05/05/2014

Mieux connaître notre territoire - l'ARC qu'est ce que c'est

On parle beauxcoup du Grand Genève qui est le nouveau nom qu'a pris le Projet d'Agglomération Franco Valdo Genevois. Ce projet consiste à harmoniser le développementéconomique et humain de notre territoire commun des 2 cotés de la frontière.

A ce tître l'ARC qui rgroupe les interets de la partie française, joue un rôle prépondérant face au canton de Genève. Son rôle est cependant mal connu de ses habitants. Aussi ai je trouvé interessant de vous faire découvrir comment fonctionne ce syndicat.

Pour en savoir plus sur l'ARC et son fonctionnment, cliquer ici

20/04/2014

L'expo universelle de 1900

C'est en se plongeant dans les images de cette exposition universelle universelle tenue à Paris en 1900 que l'on mesure le déclin relatif de la France par rapport au reste du monde.

À voir ces photos ou ces films, on comprend à quel point Paris était la ville lumière qui dominait le monde de toute son élégance et de son panache. On est aussi estomaqué par l'audace de nos aïeux à qui rien ne faisait peur. Il suffit pour s'en convaincre de voir les performances architecturales qui prévalurent pour la construction de bâtiments destinés à n'être qu'éphémères.

 

Expo 1900.jpg

 

Site de l'exposition universelle de 1900

Expo 1900 Entrée.jpg

La Porte Monumentale - Entrée vers l'Exposition depuis la Place de la Concorde

Expo1900 Palais de l'electricité.jpg

Le palais de l'Electricité avec le Château d'Eau situés au bout du Champ de Mars

Expo 1900 Trocadero.jpg

Le Palais du Trocadero érigé pour l'Expo universelle de 1879 et démoli en 1935 pour laisser place au Palais de Chaillot construit à l'occasion de l'Exposition de 1937

 

 

Expo 1900 Italie.jpg

Pavillon de l'Italie

Expo 1900 Hongrie.jpg

Pavillon de la Hongrie

Expo 1900 Russie.jpg

 Pavillon de la Russie

Expo 1900 Turquie.jpg

Pavillon de l'Empire Ottoman

Quelles merveilles que ces pavillons italiens, russes ou belges! Et que dire de ces palais du Trocadéro ou du palais de l'Electricité. Sans parler du Petit et du Grand Palais construits sur le site du Palais des Industries construit seulement 45 ans plus tôt. Pas étonnant que cette Exposition ait attiré plus de 50 millions de visiteurs en 6 mois.

 

Palais_de_l'industrie.jpg

 Le Palais de l'Industrie construit par Napoléon III en 1855 fera place au Petit Palais et au Grand Palais construits sur son emplacement pour l'Expo Universelle de 1900

 

Cette foi en l'avenir et cette croyance au progrès ne font que m'émerveiller face à la tiédeur actuelle de nos entreprises où le principe de précaution règne en maître. Que dire aussi de cette invitation à déjeuner du Président Émile Loubet aux 36000 maires de France à laquelle plus de 20000 répondirent favorablement? Il n'y avait pourtant ni avion ni TGV à cette époque!

Ce sont des années où rien ne semblait impossible! C'est aussi l'époque où dans notre région, on entreprenait la construction du Tramway du Mont-Blanc (TMB), un train qui devait conduire ses passagers au sommet du Mont-Blanc. L'imagination était vraiment au pouvoir.

Si nous voulons sortir de cette spirale du déclin dans laquelle nous nous noyons, il est grand temps que nous retrouvions l'audace de nos aïeux et que nous reprenions confiance dans l'avenir.

En Cliquant sur le lien ci-après, vous pouurez voir des images se l'Expo 1900 tournées par les Frères Lumière; un authentique bijou offert par l'INA.

http://www.ina.fr/video/CAB8301052601

PS: Plus de photos des bâtiments de cette extraordinaire expo universelle de 1900 en cliquant sur le lien : http://lartnouveau.com/belle_epoque/paris_expo_1900... ou ici

 

16:26 Publié dans Culture, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo universelle 1900, paris | | | Digg! Digg | | |  Facebook

30/01/2014

La France n'attire plus les investisseurs internationaux

Excellente chronique d'Axel de Tarlé ce matin sur l'antenne d'Europe 1 à propos de l'investissement étranger dans le monde.

Alors que l'investissement étranger dans l'ensemble des pays du globe était en croissance de 11% en 2013, la France a vu les investissements étrangers à destination de son territoire national chuter de 77% alors que dans le même temps, l'investissement étranger en Allemagne s'accroissait de 350%.

La France n'est plus dans le top 20 des pays attractifs pour les investissements étrangers, et c'est dramatique.

Pendant longtemps, la France a accueilli des grandes entreprises étrangères qui sont venues s'installer sur notre territoire et contribuer ainsi à la création d'emploi et au soutien de notre balance commerciale. Je parle ici des Goodyear, Continental, Dunlop etc.....

Avec la fiscalité trop élevée qui frappe les entreprises en France et les complications de notre droit du travail, on ne part déja pas avec un avantage. Quand on y ajoute les rodomontades de notre ministre du redressement productif et les images désastreuses des séquestrations de dirigeants comme cela a été le cas récemment on peut comprendre que tout est fait pour éloigner l'investisseur étranger qui aurait la vélléité de s'installer en France.

Ce ne serait pas si grave si notre pays connaissait le plein emploi. Mais dans la situation actuelle, c'est consternant et c'est l'ensemble des tavailleurs de notre pays qui en patit. Quand les Français cesseront-ils de casser le beau jouet qu'ils ont entre les mains, et comprendront-ils qu'on ne peut pas vivre seuls dans le monde en méprisant les règles économiques.

12:23 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe 1, axel de tarlé, investissement étranger | | | Digg! Digg | | |  Facebook

15/11/2013

Angoulème - Comment le festival de la BD a redynamisé cette ville

Angoulême, dont le nom est indissociablement lié à la Bande Dessinée depuis 1974 accueillera du 30 janvier au 2 février 2014 la 41 éme édition de son célèbre Festival de la Bande Dessinée. ( pour plus d'infos, cliquez sur www.bdangouleme.com)

 

Festival Angouleme.jpg

 

 

Cette ville, devenue la capitale française  de la Bande Dessinée, offre un panorama exceptionnel donnant accès à la visite de musées,site culturel et visites, plusieurs activités et loisirs, tout ce qui peut satisfaire un week-end entre amis,un voyage en amoureux, des vacances en famille redécouvrant un passé précieux.

 

L'événement majeur du Festival International de la Bande Dessinée qui enrichit Angoulème depuis 40 ans propose expos, rencontres, projections et exclusivités en 4 jours d'animations et d'événements non stop qui feront vibrer la ville et  toute la planète bande dessinéedu 30 janvier au 2 février 2014 . Comme chaque année ce seront 4 jours d'expositions de qualité, de rencontres privilégiées avec des auteurs de bande dessinée et des espaces consacrés aux maisons d'Editions.

 

Cet événement exceptionnel est le reflet d'une compétition officielle décernant les 9 prix du palmarès dont le prix du Fauve d'Angoulême - Prix Jeunesse, le seul décerné par un jury spécifique, qui sera dévoué à un groupe de sept jeunes (8 à 12 ans) participants au Festival et le prix de la BD alternative 2014, premier prix en France créé en 1982, qui récompense la meilleure édition aussi bien de petits magazines, communément appelés fanzines, que de revues de BD ou de collectifs édités par et pour des fans de Bande Dessinée. Ce prix prestigieux récompense les meilleures publications du moment venant de l'Europe entière permettant ainsi de se faire connaitre au public.

 

Festival Angouleme2.jpg

 

 

Ce qui est remarquable, c'est qu'autour de ce Festival, Angoulème a su créer toute une activité économique qui a donné une identité remarquable à cette ville et qui profite aux commerçants de la cité. A titre d'exemple, la municipalité continue d'oeuvrer à améliorer cette image et à la pérenniser en ajoutant ou en rénovant les fresques murales qui ornent la ville.

 

Festival Angouleme3.jpg

une fresque murale dédiée à Kiroukou

 

 

Pour capitaliser sur l'attractivité que constitue le Festival pour la ville, les responsables de la cité charentaise ont su aller plus loin en créant la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l'Image (CIBDI)

 

La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image est un établissement public de coopération culturelle (EPCC) à caractère industriel et commercial (EPIC), créé, administré et financé par le Département de la Charente, l’Etat (ministère de la Culture et de la Communication), la Ville d’Angoulême et la Région Poitou-Charentes.

Le 1er janvier 2008, le CNBDI (Centre national de la bande dessinée et de l’image) et la maison des auteurs se sont unis pour former la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, sous la forme d’un EPCC (établissement public de coopération culturelle)

Cité : cet ensemble est réparti sur trois sites : la maison des auteurs, sur les remparts de la ville, le Vaisseau Mœbius en contrebas au bord de la Charente, et le musée de la bande dessinée, dans les chais situés sur l’autre rive et reliés au Vaisseau Mœbius par une nouvelle passerelle qui enjambe le fleuve.

Internationale : tout comme le festival qui anime Angoulême chaque fin de mois de janvier, la Cité est devenue la référence française en matière de bande dessinée, accueillant auteurs, chercheurs et amateurs du monde entier et exportant savoir et savoir-faire.

Bande dessinée et image : plus que jamais, face à l’évolution des pratiques et la convergence des disciplines, la bande dessinée à Angoulême va de pair avec le cinéma d’animation, le jeu vidéo, les médias interactifs… Ces dimensions sont considérablement développées au sein du nouvel établissement.

 

Etablissement public : deux associations (CNBDI et Maison des auteurs) ont laissé place à un EPIC (établissement public à caractère industriel et commercial) qui en reprend les missions, les actifs et les personnels. L’établissement est régi par les règles de comptabilité publique et administré par les représentants des collectivités publiques impliquées.

 

Coopération : un EPCC (établissement public de coopération culturelle) est la manifestation de la volonté commune de plusieurs collectivités publiques de financer et promouvoir une activité culturelle donnée dans un bassin déterminé. La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image est le fruit de l’étroite collaboration entre le Département de la Charente (qui la finance à 39%), l’Etat (26,5%), la Ville d’Angoulême (24.5%) et la Région Poitou-Charentes (10%), qui ont voulu que soit créée cette institution destinée à pérenniser les actions entreprises depuis trente-cinq ans à Angoulême en faveur de la bande dessinée et de l’image.

 

Culturelle : la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image constitue le volet culturel du dispositif déployé en Charente pour la conservation, la diffusion, l’étude, la promotion et l’aide à la création en matière de bande dessinée et d’image, le volet économique étant assuré par Magelis, syndicat mixte du pôle image.

Au sein de la Cité Internationale, l'une des pièces maitresses est le Musée de la BD installé dans d'anciens chais rénovés.

Festival Angouleme 4.jpg


le musée en chiffres

 

Les travaux ont été réalisés entre janvier 2007 et mars 2009, sous la maîtrise d’ouvrage de Magelis (Syndicat mixte du Pôle Image).

Le nouveau musée est composé d’une partie ancienne datant du milieu du XIXème siècle (les Chais proprement dits) et d’une partie moderne construite au début des années 2000.
C’est le cabinet Bodin et associés qui a été retenu pour réaliser les nouveaux bâtiments du musée de la bande dessinée. Le cabinet Bodin et associés a été créé en 1983 par Jean-François Bodin, architecte qui avait collaboré avec Andrée Putman sur le musée d’art contemporain de Bordeaux. Il a été lauréat du concours pour le château des ducs de Bretagne de Nantes (1994 et 1999), lauréat du concours pour le musée national d’art moderne - le centre de création industrielle, et la bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou (1996), et lauréat du concours pour le parcours muséographique des collections permanentes du musée d’art Moderne de Paris (2005).

les surfaces d’accueil

La construction d’un étage permet de totaliser une surface de 4 068 m² (hors circulations et locaux techniques).
- surface d’exposition permanente : 1 330 m²
- surface d’exposition temporaire : 390 m²
- librairie : 266 m² d’espace public, 81 m² bureau et réserve.
- salle de conférence : 90 m² (70 places), avec sonorisation et vidéoprojecteur.
- centre de ressources documentaires : 125 m²
- atelier de médiation pour les groupes : 150 m², équipé d’une quinzaine de postes informatiques.
La Caisse d’Epargne est le mécène de l’espace Ecureuil, salle de médiation culturelle de la Cité.

les espaces de réserve

- une réserve arts graphiques (132 m²) où seront conservés les planches et dessins originaux dans des meubles à plan, ainsi que quelques tableaux.
- une réserve périodiques (230 m²) : journaux et revues y seront conservées dans des armoires roulantes.
- une réserve albums (188 m²), également équipée d’armoires roulantes.
- une série de réserves spécifiques (une réserve objets dérivés, une réserve photo et multimédia, une réserve cadres, une réserve de transit).
- une série d’espaces de stockage et de travail dédiés à des tâches spécifiques (salle de réunion, local de quarantaine, local de stockage, atelier de conservation préventive).

 

On l'aura compris, la ville d'Angoulème a su saisir au bond l'opportunité qui lui était donnée avec le Festival de la BD pour en faire une attraction majeure qui profite à l'ensemble des habitants de la ville.

 

Cet exemple peut-il être reproduit ailleurs? J'en suis pour ma part convaincu et c'est dans cet esprit que je proposerai à la population Saint-Juliennoise le projet d'un musée de la guitare pour faire écho au festival Guitare en Scène.

 

Pour ceux qui souhaitent se rendre à Angoulême, ville splendide pour son paysage et sa culture,sachez que cette ville se trouve à 445 km de Paris, facilement accessible par autoroute pour qui entreprend un voyage en voiture et  joignable à travers la SNCF laquelle met en place des offres promotionnelles pour participer au Festival.

 

Dédier quelques jours de vacances pour visiter le charme d'Angoulême et son Festival "événement International de la Bande Dessinée", et en profiter ensuite pour visiter Paris  de manière à y visiter également plusieurs expo de BD ou librairies spécialisées est tout à fait possible si vous réservez déjà des offres hôtelière dans la ville lumière.