Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2010

Le tourisme savoyard se porte bien: tant mieux!

Tourisme Savoyard.JPG

10:32 Publié dans Haute-Savoie, Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tourisme, savoie-mont blanc, pays de savoie | | | Digg! Digg | | |  Facebook

14/06/2010

Le raft: une experience inoubliable

Je vous ai annoncé que la Haute-Savoie était un bon spot pour faire du rafting sur plusieurs rivières (La Dranse, le Giffre, l'Arve, et juste de l'autre coté du tunnel du Mont-Blanc, la Dorea Baltea...). Mais rien ne vaut la descente du Zambeze depuis les "Victoria Falls" au Zimbabwe. Je suis heureux de l'avoir fait en 1988, l'une des journées les plus mémorables de ma vie. En,effet, outre la montée d'adrénaline due au danger, le site est en tous points remarquable, avec la rivière qui coule entre des falaises de plus de 200 m de haut. L'organisation, anglo-saxone, est top, et cette journée de rafting vous garantit des souvenirs inoubliables.

Pour vous mettre l'eau à la bouche, je vous propose une courte vidéo de ce qui vous attend, si un jour vous décidez de tenter l'aventure. Croyez moi, ça en vaut la peine. J'ajoute que j'étais fier et soulagé  d'avoir réussi la descente sans que le zodiac ne se retourne (flip en anglais).

  

19:24 Publié dans Sport, Tourisme | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rafting, victoria falls, zambeze, dorea baltea | | | Digg! Digg | | |  Facebook

05/06/2010

Allonger la saison touristique en Haute-Savoie: comment faire?

Je suis tombé le week-end dernier sur une émission parlant de Randolac, et à cette occasion, j'ai entendu les professionnels du tourisme parler de leur problématique concernant l'allongement de la saison touristique dans notre région des Pays de Savoie.

Il faut savoir que la saison d'hiver démarre à Noel pour se terminer, selon l'altitude des stations, soit fin mars, soit fin avril, pour un total de 3 à 4 mois. Le vrai problème est que, malgré les nombreux efforts consentis par les stations ces dernières années, la saison d'été se réduit d'année en année. Les professionnels s'interrogent donc sur les possibilités d'inverser cette tendance, afin de permettre aux infrastructures existantes d'être mieux amorties sur l'ensemble de l'année et aussi de créer des emplois pérennes plutôt que saisonniers.

S'il ne semble pas utile de s'attarder sur la saison d'hiver qui se porte bien, surtout depuis le début de ce 21ème siècle, il va falloir faire preuve d'imagination pour , dans un premier temps relancer la saison d'été, puis par la suite développer le tourisme dans l'intersaison (en particulier au début de l'automne).

La baisse de fréquentation en été crée une spirale infernale qui se caractérise comme suit: la faible fréquentation induit une faible rentabilité pour les commerces restant ouverts, et donc un encouragement pour ceux-ci à ne pas ouvrir; cette faiblesse de l'offre nuit alors à la demande car les touristes ne sont pas ravis de séjourner dans des stations où la plupart des commerces et des activités sont fermés, et donc ils désertent la montagne de plus en plus.

Il faut bien admettre que le climat joue un rôle déterminant dans cette désaffection des visiteurs en été, d'autant plus que peu d'activités indoor sont offertes, en cas de pluie. C'est donc un risque que prennnet les touristes qui optent de passer leurs vacances à la montagne, et ce risque, il faut bien le reconnaître, de moins en moins de personnes sont prêtes à l'assumer.

Je n'ai évidemment pas de solutions miracles, mais je souhaite indiquer ici quelques pistes sur lesquelles un débat et une réflexion pourraient se faire.

La mise en place d'une assurance météo, où l'office du tourisme pourrait s'engager à dédommager les touristes en cas de mauvais temps (participation à la note d'hotel ou aux frais de location); bien évidemment une telle solution devra impliquer tous les acteurs de la station afin que cela soit réalisable, mais pourquoi pas?

La mise à disposition d'un équipement internet tres sophistiqué pour que les jeunes puissent s'y adonner en cas de pluie; ceci est cohérent avec l'équipement en tres haut débit de notre département. On pourrait par exemple envisager des tournois de jeux internet inter stations avec un équipement de premier ordre, comme cela se fait déjà dans certains pays d'Asie (Corée, Thailande..)

Une relance des camps de vacances (colonies de vacances) tels que nous avons pu les connaitre il y a une trentaine d'années me parait aussi quelque chose de souhaitable.

L'exemple des Carroz d'Araches avec l'organisation de soirées musicales , comme c'est le cas pour la cinquième année consécutive avec les Choeurs de France, montre que de tels événements rencontrent le succès.

Enfin, l'organisation de stages d'initiation à des jeux de société (bridge, échecs,....) pourraient attirer un certain public ainsi que des stages d'initiation civique où on mettrait sur pied des semaines d'initition des jeunes à leur prochaine vie d'adulte (droit, administration, formation fiscale.....), voire encore des stages de remise à niveau scolaire en participation avec des sociétés du secteur (Academia etc....); tout cela pourrait concourrir l'utilisation des infrastructures qui existent et qui souvent restent inoccupées pendant de longs mois.

C'est à mon sens, en cherchant des solutions et des propositions qui limitent les désagréments du mauvais temps qu'on trouvera les moyens de faire revenir une population touristique plus nombreuse dans nos stations. Le Conseil Général et les différentes instances du tourisme haut-savoyard ne perdraient pas leur temps en créant un comité ad-hoc, chargé de formuler des propositions en vue de la réalisation de cet  objectif qui serait favorable à tous les acteurs économiques de la région.

19:46 Publié dans Economie, Haute-Savoie, Loisirs, Tourisme | Lien permanent | Commentaires (2) | | | Digg! Digg | | |  Facebook

03/06/2010

Le Village de marques à Bellegarde: c'est reparti!...pour de bon...

Après de nombreuses tentatives infructueuses, il semble bien que cette fois soit la bonne, et que l'autorisation de procéder à l'établissement d'un village de marques, du type "Factory Outlet" sur les hauteurs de Bellegarde soit acquise. La CNAC (Commission Nationale d'Aménagement Commercial) vient en effet de trancher  en faveur du projet.  Les promoteurs du "Village des Alpes" devraient donc pouvoir déposer leur permis de construire d'ici la fin de l'année pour une inauguration prévue dans 3 ans.

bellegarde.jpg

A titre d'information, voila comment était présenté le projet en 2006, avant que celui-ci ne soit bloqué par plusieurs recours.

Le Village des Alpes de Bellegarde sur Valserine est, aujourd’hui en France, l’un des plus importants projets de centre de marques. Il réunit 134 boutiques, l’usine Lejaby, une maison du tourisme et des espaces de détente et de loisirs sur une superficie de 22 hectares. L’investisseur britannique « Bergerac Estates » qui bénéficie d’une solide réputation dans le milieu européen avec une quarantaine de réalisations, investit près de 100 millions d’euros à Bellegarde, pour créer ce village de 134 boutiques avec à la clé 600 emplois directs et la moitié de temps partiel (les 65 emplois de l’usine Lejaby seront maintenus sur le nouveau site). Sur le concept qui a fait la renommée des centres de marques de Troyes ou de Romans, le Village des Alpes proposera des articles de grandes marques, en fin de série ou en retour de vente, à des prix de 30 à 50 % inférieurs à ceux du marché orientées vers les sports et loisirs de nature et de montagne. Les articles proposés sont issus des collections précédentes et complètent l’offre commerciale de centre ville qui bénéficie des nouvelles collections. Ce centre de marques de quatrième génération, construit selon une architecture de type montagne s’articule autour d’une place de village et de son clocher, pour desservir des rues adjacentes et les boutiques. Les matériaux nobles employés, pierre, tuiles et bois facilitent son intégration dans le paysage. Un formidable enjeu pour le bassin Bellegardien qui explique que les élus du bassin Bellegardien ont accueilli ce projet à l’unanimité. Ce projet territorial d’envergure est capable de redynamiser le tissu économique régional par ses retombées indirectes. Plus d’un million et demi de visiteurs sont attendus dès la première année, pour dépasser les trois millions dès la cinquième année. Les chiffres prouvent que 10% de cette fréquentation vient consommer en centre-ville ! Le Village des Alpes vise une clientèle potentielle de 4 millions d’habitants située à moins de 90 minutes de route mais aussi et surtout la clientèle de passage sur l’autoroute A40, axe principal de circulation en direction des Alpes, de l’Italie et du Sud de la France avec 21 millions d’automobilistes par an. Fort de ce potentiel, le Village des Alpes s’inscrit en révélateur de potentiel touristique. Il valorise les attraits touristiques du département de l’Ain, été comme hiver, grâce à la maison du Tourisme située dans le Village.

Depuis le temps, le projet a été réexaminé dans ses moindres détails: Ses concepteurs l'ont redessiné, repensé, réenvisagé, remanié. Et aussi largement revu à la baisse. « On a réduit le périmètre de 30%. Le projet peut paraître moins "inquiétant" maintenant. On s'est également calqué sur les lois actuelles environnementales, notamment en terme d'insertion paysagère», indiquait récemment Michel de Souza, le président de la Communauté de communes. Quoiqu'il en soit, plus d'infos sur l'état final du projet devraient être bientôt disponibles dans les journaux locaux.

Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle pour notre territoire? Rappelons que ce village ne sera qu'à une petite demi-heure de voiture de Saint-Julien et de Genève. Pour ma part, je pense que cette nouvelle implantation ne pourra qu'accroître l'attractivité de notre région et viendra s'ajouter aux nombreux atouts touristiques et économiques qui font de Saint-Julien un point d'ancrage majeur pour attirer les investisseurs internationaux.

30/05/2010

Interview de Jacques FALDA, Organisateur de Guitare en Scène

 

GES JPG.JPG

 

 

Dans 2 mois, jour pour jour, aura lieu la 4 ème édition du festival Guitare-en-Scène à Saint-Julien-en-Genevois. A cette occasion, j'ai eu envie d'en savoir plus sur ce festival qui enflamme notre ville, et j'ai décidé de demander à son créateur, Jacques Falda, de nous dévoiler les coulisses du festival, qui aura lieu cette année les 30, 31 juillet & 1er août au Stade des Burgondes. La billetterie est ouverte sur le site officiel du festival www.guitare-en-sene.com

 

Photo Jacques Falda.jpg

 

Bonjour Jacques, Guitare en Scène (GES) fête cette année sa 4 ème édition: Expliquez nous un peu ce qui vous a motivé à monter cet évènement.

C'est une réunion entre copains, en 2006, qui est l'élément fondateur de l'aventure Guitare en Scène; nous nous étions réunis à 200 potes pour jouer de la musique et de cette réunion s'était dégagé quelque chose de magique; nous avions redécouvert cet esprit de partage que seule la musique peut offrir; et de là a germé l'idée de reproduire l'événement en plus grand, en invitant des musiciens reconnus. Quand la mairie nous a proposé le site des Burgondes pour organiser l'événement, nous nous sommes alors vus dans l'obligation de revoir à la hausse nos ambitions afin d'être en ligne avec le lieu. Et de là est partie l'idée du festival, avec une organisation professionnelle, comme dans une entreprise, afin de garder en tête l'ambition folle et inavouée qui nous taraudait: "Faire de Guitare-en-Scène le festival de référence des plus grands guitaristes mondiaux"

 

Avant de parler de ce qui nous attend fin juillet, parlez nous un peu des 3 dernières éditions, et de ce que vous en avez retiré.

L'envie était là, mais nous n'avions à l'origine aucune idée de ce dans quoi nous nous lancions. En effet nous avons mis les pieds dans un univers qui a ses propres codes, qu'il nous a fallu apprendre et comprendre; l'envers du décor est définitivement beaucoup plus difficile que ce que nous envisagions au départ, et il a fallu apprendre vite et s'appuyer sur une grande organisation pour venir à bout des obstacles; obstacles dont la plupart du temps d'ailleurs, on n'est pas maître: une tournée d'artiste qui s'annule (comme cette année avec Buddy GUY, une météo in-habituellement hostile (le déluge de 2008), et j'en passe.... Ce que j'en ai retiré, avec toute l'équipe, c'est qu'il faut avant tout rester humbles, et que la réussite ou l'échec dépend souvent de facteurs que nous ne maitrisons pas; mais il est essentiel de faire preuve de persévérance et de travail, tout en gardant un moral à toute épreuve. Comme on dit, tout ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort, et cela s'est vérifié pour nous aussi; les difficultés et les épreuves permettant un resserrement autour d'un noyau dur et provoquant la dispersion et l'abandon des moins convaincus ou des moins passionnés.

 

 

Pourquoi un changement de dates cette année?

Quand nous nous sommes lancés, nous pensions qu'il serait difficile d'attirer des artistes dans un nouveau festival, sans aucune notoriété, au moment de la grande saison des festivals (juillet & aout); nous avons donc choisi la période de début septembre qui nous paraissait plus propice à faciliter la venue d'artistes à Saint-Julien. Avec l'expérience, nous nous sommes rendus  compte qu'au contraire, cette période devenait un handicap, en dehors de la période clé des grandes tournées d'artistes. De plus, nous avons constaté, à notre grand désespoir, qu'au niveau de la météo, nous mettions le festival en péril (plusieurs commentateurs nous avaient d'ailleurs déjà enterrés). C'est pourquoi, tout naturellement, nous avons décidé de reprogrammer le festival à une période plus propice à son rayonnement, et c'est ainsi que la date de fin juillet a été retenue.

 

Je sais que GES est l'un des rares, voire le seul partenaire, du Festival de Montreux: comment en êtes vous arrivé là?

Au départ, il y a mon amitié avec  Xavier Oberson, l'une des chevilles ouvrières du Festival de Montreux. Ce que je crois ils ont apprécié dans notre entreprise, outre son aspect "couillu", et la reconnaissance de notre passion, portée par un grand sens du professionalisme, c'est avant tout notre volonté de vouloir faire une manifestation de qualité, pas forcément grand public, privilégiant la qualité du spectacle plutôt que le nombre de spectateurs. C'est ainsi qu'en 2009, après nous avoir supervisé de loin pendant 2 ans, ils ont accepté tout à fait officiellement de devenir les partenaires de GES. Nous leur en sommes très reconnaissants, car ce partenariat nous donné beaucoup de crédibilité dans les milieux de la musique et nous a ouvert des portes pour avoir accès aux artistes de grand renom.

Et l'ami André Manoukian, comment l'avez vous interessé à votre projet?

andre manoukian.jpgLà aussi, c'est une histoire d'amitié. Etant souvent à Chamonix où je pratique le ski extrême, j'ai eu l'occasion de rencontrer André Manoukian, que je ne connaissais pas et dont j'ignorais le renom artistique et médiatique. En apprenant à nous connaître, nous avons alors découvert cette passion commune de la musique et j'ai tout naturellement invité Dédé à venir découvrir à la fois Saint-Julien et le festival. Sans fausse modestie, je crois pouvoir dire qu'il a été bluffé par ce qu'il a vu, et tout naturellement, il nous a gentiment aidé à le faire mieux connaître. J'ajouterai qu'André a lui aussi attrapé le virus, puisqu'il a décidé de se lancer dans une aventure semblable à la mienne;  il a en effet concrétisé un rêve qu'il avait depuis longtemps, et il a mis sur pied un festival de jazz qui marie musique et montagne, et qui se tiendra fin juillet à Chamonix.

Parlons de l'édition 2010: je crois savoir que c'est Paul Personne (en personne si je peux me permettre :) ) qui en est le parrain: en quoi cela consiste t-il?

Paul Personne.jpgGES reste un festival jeune, et nous avons besoin, pour l'installer et le faire briller, de la reconnaissance et de la crédibilité indispensable qui nous permettra de proposer un plateau d'artistes toujours plus qualitatif. Paul, qui est un homme charmant et qui jouit d'une image irréprochable dans les milieux de la musique, a accepté d'être le parrain de l'édition 2010. Ce parrainage crédibilise le festival et nous honore; il est en quelque sorte le gage d'un spectacle de qualité; Paul a promis d'être là pendant les 3 jours que dure le festival, et nul doute que sa présence créera un bon écho parmi tous les amoureux de la guitare en France et au delà.

Quel est le programme de cette année? Qu'est ce qui vous a guidé vers ce choix?

Nous souhaitions revenir à l'écclectisme des deux premières années, car la guitare, ce n'est pas qu'un seul type de musique. Nous avons donc conçu la programmation, en cherchant à mettre la guitare au premier plan de la scène, mais dans des atmosphères différentes. C'est ainsi qu'après une première soirée Blues-Funky tendance Blues portée par Marcus Miller, la soirée du samedi sera consacrée au rock métal, voire Heavy Metal avec en tête d'affiche le groupe MOTOR HEAD, et que le festival cloturera sur une note Jazz-Bossa le dimanche, avec deux artistes de grand talent que sont Aldi Meola (à la tête d'un band de 7 musiciens) et Gilberto Gil.

 

compo musiciens.JPG

 

En dehors des têtes d'affiche, que nous réservent les Tremplins?

Comme chaque année, nous souhaitons donner leur chance à des groupes régionaux ou à de futurs talents encore méconnus; c'est ainsi que les épreuves de sélection ont lieu en ce moment, pour une finale qui se tiendra le 23 juillet sur la scène de la Cour 1603. Le vainqueur sera invité à jouer au cours du festival, au coté de quelques groupes talentueux que nous souhaitons mettre en avant sur une scène régionale dont nous avons souhaité relever le profil cette année.

Je crois savoir que la Municipalité vous a confié l'organisation des "Musicales" un programme d'animation musicale de la ville pour faire le lien entre les 2 festivals: 1 Brind'Zik ( 15-16 juillet) et Guitare en Scène (30-31 juillet & 1er août): comment cela va t-il se passer?

Cela n'était pas prévu à l'origine, mais nous avons souhaité montrer notre attachement à Saint-Julien en acceptant de prendre la responsabilité de l'animation de la deuxième quinzaine de juillet en organisant une dizaine d'évènements dans la ville et dont le point d'orgue sera bien sur la finale des tremplins le 23 juillet. Nous avons souhaité y associer d'autres associations de la ville, comme l'Ecole de Musique, pour faire de cette quinzaine le festival OFF de Guitare en Scène, et mettre la musique à l'honneur dans notre cité frontalière.

L'argent étant le nerf de la guerre, quels sont vos soutiens?

Dès l'origine, ce sont les soutiens privés qui ont permis à GES d'exister. Je rappelle d'ailleurs que GES est une association à but non lucratif et que le but n'est pas de gagner de l'argent. Aujourd'hui encore, et malgré un budget de 600 000 € (dont 30% provient de la billetterie), 75 à 85% du support financier est d'origine privée. Il faut noter cependant que le Conseil Général, réalisant l'intérêt que notre département peut tirer de cette manifestation, a décidé de nous soutenir, tout comme la municipalité de Saint-Julien qui partage ses subventions entre nous et 1Brind'Zik.

Vous parlez de nombreux supports privés, du Conseil Général et de la ville de Saint-Julien; êtes vous satisfait du soutien que vous apporte la Municipalité? En quoi pourrait-elle faire mieux?

La Municipalité nous donne ce qu'elle estime être juste, et l'on prend ce qu'on nous donne. Je regrette cependant, en tant que Saint-Juliennois de naissance et de coeur que la ville ne rebondisse pas plus sur l'évènement, et qu'elle n'ait pas mieux su intégrer le festival au sein d'un projet de ville. Ce serait certainement bon pour Saint-Julien puisqu' à l'occasion du festival, on accueille la radio et la télé Suisse Romande (RSR & TSR) ainsi que des médias régionaux et nationaux comme TV8 Mont-Blanc, FR3, France Inter ou d'autres.....

Pour conclure et avant de vous quitter, j'ai une question plus personnelle: que pensez vous de mon idée, développée plus haut sur ce blog, de créer un musée de la guitare et une scène permanente pour les groupes du canton sur le site de la Ferme David? Seriez-vous prêt à vous y associer pour en faciliter la réussite?

Cela rejoint ce que je viens  de vous dire; un tel projet, permettant une synergie constante pendant l'année, entre la vie culturelle et économique de la ville avec le festival GES ne peut à mon sens qu'être bénéfique pour les deux parties; GES bénéficiera de la présence de ce musée en s'établissant comme son fer de lance, et la ville trouvera une exposition médiatique et touristique accrue grâce à la combinaison de ces deux évènements centrés sur la guitare; j'y suis donc très favorable. Quant à la seconde partie de votre question, il n'est pas question pour GES de se lancer dans la gestion fonctionnelle quotidienne du musée, cela relève des compétences de la ville. En revanche, nous serions tout à fait prêts à apporter notre expertise et nos contacts, sous la forme d'un accord de consultants auprès du musée, pour aider celui-ci dans sa programmation, lui permettre de s'enrichir de pièces de collection, et l'assister dans l'organisation d'expositions temporaires; en résumé, nous lui ferions profiter de notre expérience pour l'aider à se faire connaitre et à obtenir un rayonnement national ou plus.

Dernière question: Comment voyez vous l'avenir?

Guitare-en-Scène, c'est avant tout l'histoire d'un groupe de passionnés de musique et de guitare en particulier, qui se sont réunis autour d'un projet commun. Ce que nous souhaitons, c'est que des jeunes, qui partagent notre passion, nous rejoignent, permettant au festival de s'ouvrir vers de  nouveaux horizons et des artistes plus connus de la jeune génération. Nous serions ravis de pouvoir un jour passer le témoin, nous réservant plutôt un rôle de gardien du temple et d'être les garants de ce que nous avons voulu faire dès le début: Créer un festival qui soit un moment de communion entre des hommes et des femmes qui partagent une même passion.

Merci Jacques, et bonne chance pour les 30, 31 juillet & 1er âoût, en espérant que comme sur ce blog, il y ait ces jours là du Soleil sur Saint-Julien


19/05/2010

Vos ados n'ont peur de rien: le Bun.J Ride est pour eux

C'est sans aucun doute en Haute-Savoie, qu'on trouve le plus grand nombre d'attractions "extrèmes".

L'une des moins connues, mais pas la moins interessante, se trouve à Saint-Jean de Sixt, à 5 kms de La Clusaz: cette attraction, unique au monde, s'appelle le BUN.J RIDE; elle se pratique en toutes saisons et est une combinaison de saut en tremplin et de saut à l'élastique.

Pour découvrir ce qu'est le BUN.J.RIDE, cliquer sur la flèche de lecture, la vidéo ci-après parle pour elle même. Coeurs sensibles s'abstenir

18:42 Publié dans Haute-Savoie, Jeux, Loisirs, Sport, Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bun.j.ride, st jean, la clusaz, sport extreme | | | Digg! Digg | | |  Facebook

14/05/2010

Les Grandes Médiévales d'Andilly: Le Puy du Fou Savoyard

Les Grandes Médiévales d'Andilly se dérouleront sur les 2 week ends des 22-23 mai  et 29-30 mai 2010.

A cette occasion, il faut saluer le travail réalisé par l'association ANDILLY LOISIRS qui a su réaliser en quelques années un spectacle de renommée nationale, dans un décor dédié à l'évènement.

Pour avoir connu les premières éditions près de la cure, en 2000, je ne peux qu'admirer le chemin accompli. C'est tout le talent de Vincent HUMBERT et de son équipe d'avoir su recréer un monde médiéval à la porte de Genève. Le spectacle proposé , et tout particulièrement les joutes à cheval,  y est extraordinaire et l'ambiance est toujours festive.

Le plus remarquable  est l'amélioration constante du spectacle; ainsi, si l'ambiance proposée reste constante dans la bonne humeur grace aux très nombreux bénévoles, la qualité des spectacles de chevaux, de jongleurs, de fauconnerie ne cesse de s'améliorer et de se renouveler. 

Ainsi, d'une année sur l'autre, on découvre chaque fois quelque chose de nouveau, et c'est un plaisir toujours renouvelé de visiter le Petit Pays dans les derniesr jours de mai.

Espérons que cette année le soleil sera de la partie, pour le plus grand bonheur de tous.

 

 

13/05/2010

Découvrez le canyoning avec cette video réalisée sur le canyon de Balme, en Haute-Savoie

Merci à Nunayak Rafting pour ces magnifiques images qui parlent d'elles même sur ce qu'est le canyoning.

00:15 Publié dans Haute-Savoie, Loisirs, Sport, Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : canyoning, haute-savoie, fun, thrill, exciting, sports extremes | | | Digg! Digg | | |  Facebook