Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2015

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le patois - Réponse à Reignier les 12 & 13 septembre 2015

Pour les amoureux du patois qui souhaitent en savoir plus sur cette langue (certains diront dialecte), notez sur votre agenda les dates du 12 & 13 septembre 2015. C'est lors de ce week end que se tiendra à Reignier un rassemblement international pour traiter de l'histoire et d'autres caractéristiques du Francoprovençal, communément appelé le patois.

Arvi pa, à R'gny

 

Fete du Patois.JPG

24/04/2015

Comprendre le monde et comment l'évolution technologique le transforme - Conférence de Marc Halévy

Pour tous ceux qui s'interrogent sur la crise de notre monde et sur l'avenir de nos sociétés, je ne saurai trop recommander de voir et écouter la conférence qu'a faite Marc Halévy lors de la 20ème Université Hommes-Entreprises.

On y trouvera réponse à un certain nombre de nos interrogations et peurs légitimes par rapport à la crise actuelle et quelques pistes pour déchiffrer ce qui nous arrive et ce qui va nous arriver dans un futur proche.

Marc Halévy est un physicien et philosophe français, né à Bruxelles le 3 mai 1953, spécialisé dans les sciences de la complexité tant du point de vue théorique fondamental que du point de vue de leurs applications à l'économie et à la prospective

A méditer!....

PS. Un grand merci à mon ami Bernard Fauvelais qui m'a fait découvrir cette conférence.

14:01 Publié dans Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marc halevy; université hommes-entreprises, technologie | | | Digg! Digg | | |  Facebook

20/04/2015

Avis aux utilisateurs de voitures immatriculées en Suisse qui résident en France

La loi sur les admissions temporaires de véhicules dans l'Union Européenne change à partir du 1er mai 2015, et les personnes qui habitent en France mais conduisent des véhicules immatriculés en Suisse sont ainsi impactées et doivent donc se conformer aux nouvelles dispositions douanières édictées par l'Union Européenne à compter du 1er mai 2015.

JO UE part1.JPG

JO UE part2.JPG

La même chose est indiquée par une circulaire de syndicat professionnel à ses adhérents

JO UE part3.JPG

NB: Cliquez sur les images pour un meilleur confort de lecture

10/04/2015

Jeudi du Patrimoine - 23 avril 2015

20150410-Jeudi du Patrimoine.JPG

14:07 Publié dans Culture, Saint-Julien, Société, Vie Municipale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : st-julien, jeudi du patrimoine | | | Digg! Digg | | |  Facebook

01/04/2015

Marché Eco-Bio - samedi 11 avril à St-Julien

Marché Bio.JPG

13:57 Publié dans Infos Pratiques, Loisirs, Saint-Julien, Société, Vie Municipale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marché eco-bio, st-julien | | | Digg! Digg | | |  Facebook

26/03/2015

La FCPE écrit au maire de St-Julien-en-Genevois

Pour l'information de tous, je publie ci dessous le facsimilé de la lettre que vient d'adresser la Fédération des parents d'élève FCPE à notre maire.

Sans me prononcer sur le fond, j'attire votre attention sur les derniers paragraphes de ce courrier. On y découvre la preuve de ce que j'avance depuis plusieurs mois et qui m'ont en partie conduit à démissionner. Le manque de transparence et de concertation qui est de mise dans les décisions prises par la Municipalité. Un nouvel exemple du grand écart que M. Vielliard pratique entre ses promesses de campagne et ce qu'il fait, une fois élu. Si malheureusement il nous faudra faire avec au niveau communal, nous pouvons nous réjouir d'avoir échappé au pire au niveau départemental grâce à la prise de conscience, mieux vaut tard que jamais, des électeurs du canton.

Pierre Brunet

 

                                                                                            Saint-Julien-en-Genevois, 20 mars 2015

Monsieur le Maire,

Comme vous le savez  notre association est présente dans toutes les instances qui lui sont ouvertes pour participer à la réflexion et à l’élaboration de projets où l’enfant et plus largement la famille sont au centre des intérêts.

Aujourd’hui des projets d’envergure s’initient, des décisions essentielles sont sur le point d’être prises. A l’heure où le travail entamé sur le PEDT engage une collaboration solide entre tous les partenaires, il nous semble inimaginable de ne pas être concertés et parties prenantes de l’avenir qui est en train de s’écrire pour nos enfants. C’est pourtant le cas dans des problématiques fortes telles que la remise en question de la gratuité des TAP, la nouvelle tarification des services municipaux en direction des familles*,  l’élaboration du futur groupe scolaire de Chabloux et la politique de la ville.  A aucun moment les parents, au travers d’une association investie dans tous les établissements scolaires publics de la ville de Saint-Julien-en-Genevois et reconnue d’utilité publique, n’ont été invités à intégrer les groupes de travail sur ces problématiques, alors même qu’ils devraient être des interlocuteurs légitimes.  Nous déplorons de manière générale une concertation qui n’en porte que le nom, se réduisant à une information argumentée donnée une fois que tout a été décidé.  C’est fort dommageable car  lorsqu’un vrai partenariat s’exerce, les résultats sont probants et rapides. Le seul exemple en date mais notoire, le groupe de travail sur les études initié par votre chargé des rythmes scolaires.

Ce préalable posé, nous souhaitons vous interpeller sur votre volonté de remettre en question le principe de gratuité des TAP.

Pour rappel, dans le St-Julien Info (bulletin municipal) de septembre 2014 vous avez affirmé ceci :

« Equitable et gratuit

Quelles que soient les écoles, la volonté est de tendre vers une même offre en fonction des contraintes et de la disponibilité des intervenants et de garder le principe de la gratuité. »

Au vu de la nouvelle réglementation que vous souhaitez mettre en œuvre dès la prochaine rentrée scolaire, cette volonté n’est apparemment plus d’actualité. 

Lever le principe de gratuité pour tous c’est :

  • Désolidariser ce temps construit dans une dimension de complémentarité avec le temps scolaire (gratuit) et ses objectifs, la réforme ayant pour objet fondamental de favoriser la réussite et la valorisation de tous les enfants par des approches différentes (culturelles, sportives...).
  • C’est induire des discriminations sociales. 
  • C’est à court terme prendre le risque d’impacter négativement la dynamique de mixité sociale sur des temps construits aussi pour faire se retrouver ensemble la diversité de la population. A plusieurs reprises en conseil d’école, nous avons alerté sur un glissement des inscriptions d’une catégorie de la population vers la Présentation de Marie, dû à la mauvaise organisation des TAP et à une école publique qui lorsque l’on cumule les services périscolaires payants,  coûte finalement plus chère aux familles que l’école privée.

Tarifer ce temps d’éveil à soi, de découvertes d’activités sportives, artistiques et culturelles qui dépasse les habitudes et le cadre social, c’est nier ce pourquoi il a été fait en le repoussant dans un autre temps, celui qui garde les enfants parce que les parents ne peuvent pas venir les récupérer.

Revenir sur cette volonté que nous avons cru motivée par l’intérêt de l’enfant, c’est remettre en question des valeurs que vous avez porté haut 7 mois en arrière, et même avant.

A force d’interpeller tous les interlocuteurs possibles, nous avons obtenu une réponse : la nécessité de faire des économies ; d’où cette question simple.

Si ce besoin est réel, nous pouvons l’entendre, voire même le comprendre, mais pourquoi le faire porter sur  des secteurs qui touchent principalement à l’éducation, au vivre ensemble, à la famille ? N’est-ce pas dans ce domaine qu’il faut au contraire pérenniser les moyens, voire les faire croître, remettre l’humain au centre du projet pour ne pas avoir plus tard à payer une facture bien plus élevée ?

N’y a t- il pas d’autres leviers possibles que de choisir de rendre payant tous les services, y compris ceux qui touchent à l’universalité du droit à un système d’éducation gratuit – référence à l’article 17 de la charte de protection  de l’enfance qui comporte un droit général à l’éducation - ?

Aujourd’hui près de 80% des villes ont choisi de préserver la gratuité des TAP. Ce taux se maintient à 75% pour les villes de plus de 10 000 habitants. Il reste conséquent et significatif de la valeur portée par cette gratuité dans notre pays.

Pour soutenir la réforme le fonds d’amorçage de l’état va se maintenir jusque 2016. L’élaboration d’un PEDT et sa mise en œuvre permettra de pérenniser cette aide à la hauteur des projets et des besoins de la ville. Celui de Saint julien- en- Genevois sera acté d’ici la fin de l’année scolaire. La CAF peut également participer au financement de ces temps à la condition que les activités périscolaires soient organisées selon la réglementation des accueils de loisirs. Des aides peuvent donc financer en grande partie les TAP.

 

Par votre volonté, Il serait également possible de revisiter le montant de la subvention versée à l’établissement scolaire privé de la commune en se limitant lors de la prochaine convention à rester dans le montant de l’enveloppe obligatoire. La diminution de la dotation  reversée  par l’état aux collectivités locales oblige à trouver des compromis.

D'un côté, vous ferez peut-être le choix de maintenir ce financement, alors que d’un autre côté vous envisagez d’augmenter  pour une partie de la population la tarification des services publics à la famille sans diminuer dans des proportions équivalentes le taux d’effort en direction des structures privées, au risque  de créer un déséquilibre de traitement au désavantage de l’école de la république.

L'actualité récente nous a rappelé à quel point l'école est un socle fondamental, qui permet à chacun d'apprendre les valeurs essentielles du vivre ensemble.

Ces valeurs républicaines, aujourd'hui si fragiles, doivent être transmises à tous nos enfants quel que soit leur milieu familial et social.  Mettre en place des barrières économiques à l'enseignement public et laïque, c'est prendre le risque de stigmatiser une partie de la population et d’accroître un sentiment d'exclusion déjà fort.

 

En conséquence de quoi nous vous demandons donc de garder les TAP gratuites pour tous.

 

 

Nous finirons sur ces mots. Il y a peu, comme d’autres associations nous avons reçu de votre part une invitation à nous rencontrer dans le cadre des élections départementales. Une rencontre proposée pour selon vos propres mots  « travailler avec plus de transparence et de collégialité ».

Nous abondons dans ce sens et souhaitons continuer à être des partenaires constructifs dans les projets qui donnent du sens à notre engagement, mais que penser quand vous nous considérez de moins en moins légitime dans les sujets d’éducation ? 

Vous êtes  aujourd’hui  mandaté pour construire l’avenir de Saint-Julien-en-Genevois. C’est le Maire de notre ville que nous interpellons, celui qui se dit être : «  un homme de terrain, fervent défenseur de la démocratie participative et proche de ses administrés ».

Pour preuve votre engagement n°21 : impliquer les Saint-Juliennois dans les décisions qui les concernent.

«  Comme nous l’avons fait au cours des dernières années……nous continuerons d’impliquer les habitants sur les décisions qui les concernent. »  « Cela suppose d’abord de mieux  informer les habitants en amont par plus de transparence…… . » « Nous vous consulterons sur les enjeux majeurs de la commune car nous sommes convaincus que vos remarques et vos observations nous aideront à améliorer les projets. »  «  Pour notre part, nous sommes convaincus que si 33 élus peuvent donner des impulsions, il revient à toute la ville de se mobiliser pour améliorer la convivialité à Saint-Julien et que cette mobilisation ne pourra se faire que par une adhésion sur les grandes orientations municipales. »

Nous vous demandons de tenir ces engagements qui sont les vôtres pour construire ensemble l’avenir de tous les enfants de cette ville. En attendant, tous les bénévoles de cette association continueront au quotidien à œuvrer pour le droit à l’éducation pour tous.

 

En espérant que la voix de l’enfant sera enfin entendue…

 

Collectif des parents de l’école primaire.

                                                                                                                                                                                                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* hormis de manière indirecte dans la commission extra-municipale de la MIEF.

                 

 

16:02 Publié dans Saint-Julien, Société, Vie Municipale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fcpe, st-julien, tap | | | Digg! Digg | | |  Facebook

02/03/2015

Le conflit des générations s'invite aux enfoirés

 

Les fidèles lecteurs de ce blog savent que l'une de mes principales prédictions pour l'avenir de notre pays est que l'on ne coupera pas à un sérieux conflit inter-générationnel, tant une réelle désespérance se fait jour dans notre jeunesse, en même temps qu'une jalousie point envers les seniors parmi les jeunes adultes. 

Ce qui n'arrange rien dans cette opposition et cette incompréhension est que la génération des baby-boomers a le sentiment que les jeunes ne font pas grand chose pour s'en sortir, alors qu'eux ont fait ce qu'il fallait pour en arriver là où ils sont. A titre d'exemple, il suffit de comparer le niveau de culture générale entre les 2 générations pour donner un peu de crédit à ce que pensent les "vieux".

Le plus paradoxal est que la polémique naisse d'une chanson écrite par Jean-Jacques Goldman, l'un des hommes les plus respectables et les plus admirables de cette génération. Polémique qui l'a même obligé à faire du rétro-pédalage alors que justement je pense que cette chanson a le mérite d'ouvrir un débat, auquel de toutes façons, on n'échappera pas.

La génération des baby-boomers, devenue depuis celle des papy boomers, a eu une chance insensée, et est sans conteste une génération bénie, dont il n'y a pas d'équivalent dans l'histoire de l'humanité. Au nombre de ces chances, on peut citer pèle-mêle:

* L'absence de guerre majeure.

*Les progrès de la médecine et l'allongement extraordinaire de l’espérance de vie qui lui ont fait gagner plus de 20 ans de vie, en bonne santé de surcroît.

* Le plein emploi et l'accroissement continu du niveau de vie qui lui a permis de vivre dans un confort inimaginable pour elle quand elle était adolescente (réduction du temps de travail, voyages etc....)

* L'inflation qui a permis à cette génération de s'endetter et de se créer un capital à bon compte

* Le poids démographique et financier de cette génération qui lui a permis de truster les places et l'influence au sein des médias (ex: Michel Drucker)

* La domination absolue du monde occidental et l"exploitation" du tiers monde au point que nos pays d'Europe et d'Amérique du Nord étaient le centre du monde économique et culturel.

Nombre de ces chances sont en train de s'évaporer, d'autant plus que la génération des papy boomers a trouvé un moyen d'encore mieux vivre en s'endettant sans compter et en léguant une dette de 2000 Milliards d'euros à la jeunesse qui est appelée à la rembourser: remboursement  d'autant plus inéluctable que ceux qui détiennent cette dette sont la plupart du temps à l'étranger, voire en dehors de l'Europe, et que ces créanciers n'entendent pas nous en faire cadeau.

On peut donc comprendre le ressentiment légitime que la jeunesse peut nourrir envers ses aînés. Mais, cela étant dit, ce n'est pas cela qui fera changer les choses!... Il est temps que la nouvelle génération prenne ses affaires en mains, quitte à s'opposer aux privilèges que tentent de prolonger les classes âgées en utilisant souvent des arguments fallacieux.

Quelques exemples:

Ce sont aux jeunes de se battre aujourd'hui pour, le plus vite possible:

* repousser l'age de la retraite, afin que la charge qui pèse(ra) sur ses épaules soit amoindrie.

* faire cesser l'endettement public pour contenir le niveau de la dette qu'elle aura à rembourser

* réduire la sur-protection de l'emploi qui favorise ceux qui sont dans la place au détriment de ceux qui voudraient y entrer.

* demander une prise en charge partielle des soins par ceux qui en bénéficient au risque de voir le système imploser.

S'ils ne se bougent pas, alors oui, leur avenir sera blême car ils subiront de plein fouet les conséquences de leur résignation. Tandis que face à leur mouvement, il sera nécessaire pour les seniors d'accepter des compromis indispensables pour maintenir la paix et l'harmonie sociale. En attendant, on n'a jamais vu les privilégiés abandonner leurs privilèges sans qu'ils y soient contraints. C'est pourquoi je suis d'accord avec JJ Goldman, même si cela va contre mes intérêts égoïstes de papy boomer, quand il dit aux jeunes "Bougez vous" Cessez de subir et faites vous entendre!... La jeunesse devrait saisir la balle au bond et se mettre en marche!...

27/02/2015

Drone de drame ou drame de drone

Drone.jpg

 

Depuis quelques mois, une vingtaine de vols de drones non identifiés ont été observés en France sur des sites de centrales nucléaires d'abord, puis les 26 et 27 janvier derniers, à proximité du site militaire nucléaire de l’Ile Longue, dans la rade de Brest, et enfin ces derniers jours au dessus de Paris (Ambassade américaine, Tour Eiffel, Tour Montparnasse, Invalides et Concorde).

On aimerait penser que cela n'est qu'anecdotique et qu'il ne faut y voir qu'un drôle de drame, mais j'ai bien peur qu'en lieu et place du film de Marcel Carné avec Louis Jouvet, il ne faille y voir le générique d'un film catastrophe à venir.

Je dois avouer ma profonde inquiétude liée à la recrudescence de ces survols et à leur caractère organisé et coordonné. On ne peut plus vraiment prétendre qu'il ne s'agit là que de plaisantins qui s'amusent à narguer les autorités. J'y vois pour ma part une action organisée et conçue par des esprits brillants qui jusqu'à présent ont réussi à déjouer les efforts de la police, et je crains que ce ne soit là le signe avant-coureur d'une action d'envergure envers des sites ciblés et potentiellement vulnérables dont l'attaque aurait des conséquences très dommageables sur notre vie et notre économie.

Le quasi silence des grands médias autour de ces survols inexpliqués et leur insistance unanime à minimiser l'importance de ces "événements" ne fait qu’accroître  mon interrogation et attiser mon inquiétude: on dirait qu'il y a derrière ce "silence" des consignes gouvernementales pour dédramatiser le phénomène et ne pas affoler la population. Raison de plus de s’inquiéter!... Cela signifierait en effet que les autorités compétentes sont elles même fort inquiètes et prennent la menace très au sérieux.

La Police ne le cache d'ailleurs pas et certaines voix reconnaissent qu'il y a là de nouveaux défis pour elle: "Il faut le reconnaître, pour l'instant avec les drones, on n'est pas forcément au point sur nos moyens d'action". "Face à ce phénomène nouveau, les forces de l'ordre tâtonnent, cherchent la parade", a confié récemment à l'AFP le criminologue et spécialiste de la sûreté aérienne Christophe Naudin.

Faut-il y voir une menace potentielle pour notre sécurité? La question a clairement été posée lors du survol de plusieurs centrales nucléaires, même si on y répondit opportunément en créditant ces actions à des organisations de type Greenpeace ou équivalent. Mais le recrudescence des vols et le choix des cibles ne permet plus d'écarter aussi facilement la possibilité d'une vraie menace. Et pour cause, le choix des sites "visités" ainsi que l'heure à laquelle ces vols ont eu lieu ont de quoi inquiéter, d'autant plus que selon les connaisseurs, le survol de nuit nécessite souvent une programmation, et donc une vraie compétence de professionnels.

Alors bien sur on nous rassure:  Les appareils utilisés ont une envergure insuffisante pour transporter un engin explosif qui puisse faire des dégâts significatifs, et même si le drone est programmé pour s'écraser sur une cible, il n'y a pas de risques majeurs. On ajoute toutefois que la menace pourrait-être bien réelle si ces vols servaient à faire du repérage pour agir en espion et pointer les failles d'un système de sécurité.

Mais a t-on vraiment pris la mesure du risque? On rappellera ici que ce n'est qu'avec de simples couteaux que les terroristes ont pris le contrôle des avions qui se sont écrasés sur le World Trade Center. L'imagination des esprits malfaisants est sans limite lorsqu'il s'agit de créer l'horreur!... A t-on imaginé la possibilité d'une utilisation potentiellement catastrophique de gaz sarin par exemple? Non plus dans le métro comme cela fut fait il y a quelques années à Tokyo, mais par la voie d'une dispersion aérienne. On utilise bien les drones dans l'agriculture pour diffuser des pesticides sur les champs!... Qu'à Dieu ne plaise on puisse jamais connaitre la dispersion d'un tel gaz mortel sur les Champs Elysées, ce serait l'imminence d'un nouveau monde qui transformerait à jamais notre façon de vivre et aurait des conséquences incalculables sur la société et sur les affaires du monde.

Sans faire de catastrophisme, le pire n'est jamais sûr, on ne peut à mon sens mésestimer la menace que présente l'utilisation malveillante de ces drones qui sont appelés à devenir de plus en plus performants. Plutôt que nier la réalité de la menace, il faut selon moi en être conscient et réfléchir aux meilleurs moyens de combattre un outil qui dans de bonnes mains peut être un outil de progrès, mais malheureusement comme souvent avec  les hommes, peut aussi se transformer en arme de destruction massive.

Ouvrons l'oeil!....

18:04 Publié dans Politique internationale, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : drones, world trade center | | | Digg! Digg | | |  Facebook