Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2014

Quand la France se prend à jouer aux grandes puissances

Mistral.jpg

Quand nos gouvernants auront -ils enfin compris que nous ne sommes plus en mesure de vouloir faire un bras de fer avec les autres grandes puissances de la planète? Le dernier exemple en date, funeste, est la décision du Président Hollande de surseoir à la livraison des 2 porte hélicoptères Mistral à la Russie. A l'heure où l'Etat n'arrive plus à financer l'essence pour les voitures de la Gendarmerie et de la Police, je trouve cela risible. Et je suis bien sur que cela doit bien faire rire Vladimir Poutine.

D'accord, ne livrons pas ces deux bâtiments qui ont fait l'objet d'un contrat et qui sont en partie payés. La Russie ne manquera pas de nous attaquer devant les tribunaux commerciaux internationaux et de nous faire payer une amende pour refus d'honorer un contrat. Cela ne fera qu'aggraver notre dette!... Vous me direz qu'avec 2000 milliards de dettes 1ou 2 milliards supplémentaires, qui s'en soucie....

Que ferons nous alors de ces deux bateaux. Les Américains et l'OTAN qui nous ont poussé dans cette voie seront-ils prêts à nous les racheter? J'en doute fort, tout comme je suis sûr qu'ils sont ravis de voir l'un de leurs principaux concurrents de ventes d'arme se décrédibiliser ainsi sur le marché mondial.

Et nos chantiers navals? Est ce ainsi qu'on va leur assurer du travail pour l'avenir?

Une fois de plus, la vanité nationale conduit le pays à se fourvoyer dans une impasse funeste dont il ne sortira rien de bon. Revenez sur terre Monsieur le Président, et au lieu de sans arrêt agresser Poutine, cherchons à trouver des points d'accord qui nous permettront peut être un jour de réaliser l'Europe de l'Atlantique à l'Oural chère au Général de Gaulle et qui pour ma part consiste en la seule vraie solution d'avenir pour l'Union Européenne.

18:00 Publié dans Politique Française, Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hollande, mistral, poutine, russie | | | Digg! Digg | | |  Facebook

26/05/2014

Elections Européennes - Décryptage

Que nous disent les résultats de ces élections européennes?

1- l'attrait pour l'Europe est beaucoup plus fort à l'est qu'à l'ouest, avec des taux de participation bien plus élevés et des scores élogieux pour les partis pro-européens dans les pays qui ont subi le joug soviétique et qui comprennent mieux que nous que l'Europe est avant tout un gage de paix et de sécurité.
Il est bien dommage que nos sociétés occidentales repues et n'ayant plus le souvenir de la guerre, ne sachent plus prendre en compte à sa juste valeur ce bienfait essentiel de l'Union Européenne.

2- le rejet des partis de gouvernement n'est réellement significatif qu'en France. Ce phénomène ne se retrouve pas dans les autres pays européens. Ainsi si l'UMP et le PS ne réunissent à eux deux que 35% des suffrages en France , le SPD et la CDU en récoltent 65% en Allemagne. ce qui montre que la classe politique n'est nulle part aussi fortement rejetée que dans notre propre pays. Ce qui devrait conduire celle-ci à faire une profonde introspection de son comportement avant qu'elle ne soit balayée par un mouvement encore plus fort. La lacheté de nos politiciens qui depuis 30 ans n'ont pas su trouver le courage de mener des réformes courageuses et de prendre des mesures de bon sens face à l'évolution de la société se paie aujourd'hui: et de façon d'autant plus forte auprès des jeunes et des classes populaires qui se sont tournés en masse vers le Front National.

Si l'exaspération est de plus en plus forte chez nous au point qu'un quart de l'électorat est prêt à faire le pari de l'inconnu et à se donner au Front National , c'est que le discrédit des grands partis est total. Le dernier exemple étant bien évidemment le grand écart scandaleux entre les promesses du candidat Hollande et la politique à l'opposée du Président Hollande. Le Président s'est moqué du peuple, il l'a trompé, voire trahi, il en paie les conséquences.

3- le rejet massif de l'Europe par la Grande Bretagne avec un score du parti UKIP de 30% est la manifestation évidente que ce pays ne sera jamais véritablement européen, au sens que ce mot prend sur le continent. Il devient urgent d'en tirer les conséqueces et de se poser la question s'il ne serait pas préférable de laisser la Grande Bretagne sortir de l'Europe et négocier avec elle un partenariat similaire à celui qui existe avec la Suisse, plutôt que de continuer à lui faire des concessions qui ne font qu'affaiblir notre volonté d'aller de l'avant sur le continent.

4- il est temps que l'Europe soit incarnée. Pour cela, il lui faut un chef, élu démocratiquement et reconnu par tous, qui incarne l'Union, tout comme Barak Obama incarne les Etats Unis d'Amérique. Ce n'est pas faire injure à Mrss Juncker ou Schultz que de dire qu'ils n'ont ni la notoriété ni le charisme pour faire réver les Européens. On se prend à imaginer ce que pourrait être l'Europe avec un homme du calibre de Nicolas Sarkozy à sa tête. Nul doute qu'il ferait faire un pas de géant à l'Union Européenne comme entité politique, économique , militaire et commerciale. Voila un vrai défi pour lui, à sa vraie mesure plutôt que d'envisager un hypothétique retour sur la scène nationale.

5- Il est grand temps de revenir aux bases de ce qui a fait l'Union: l'envie de vivre ensemble, en paix, enrichis de nos diversités (culturelles, historiques, culinaires etc...) et plus forts de nos valeurs communes issues de la civilisation européenne qu'il est essentiel de prémunir et de faire rayonner. Il suffit de comparer le cinéma américain avec les cinémas des différents pays européens pour comprendre à quel point nous sommes proches et en même temps fort différents de nos amis transatlantiques.

Il convient de redonner ce gout à notre jeunesse en lui proposant un projet européen qui ne se borne pas pas à constituer un ensemble de normes qui fait fi de nos différences et qui rencontre une hostilité croissante. A quand un grand projet spatial ou culturel qui démontre à tous qu'unis nous pouvons rivaliser avec les grandes puissances que sont les Etats Unis ou la Chine. Et pourquoi pas, après la monnaie commune une langue commune, mais pas unique, qui permette à tous les peuples du continent de se parler et de se comprendre. Je ne serais d'ailleurs pas hostile à ce que cette langue soit l'anglais. On pourrait même envisager que comme cela est le cas au Canada, tous les écrits publics soient systématiquement rédigés en 2 langues : la langue européenne commune et celle du pays concerné.  A l'horizon 2040, il n'y aurait plus de traducteurs et chacun des repésentants des pays de l'Union serait tenu de s'exprimer dans la langue commune au sein des instances européennes.

C'est comme cela que l'Europe se fera! Cela peut sembler utopiste mais ce ne l'est surement pas plus que d'avoir une monnaie ommune ou de s'être réconcilié avec les allemands apres 60 ans de guerre et d'animosité. Il suffit d'avoir un peu de volonté. C'est d'ailleurs bien là que le bas blesse car l'attitude de la Fance qui par son arrogance et sa conduite est un frein véritable à cette intégration européenne que j'appelle de mes voeux.

Français depuis 1860, la domination centralisée originaire de Paris nous a conduit, nous savoyards, à 3 guerres en 70 ans contre ls Allemands. La "domination" de Bruxelles nous a offert la paix pendant le même laps de temps. En tant que provincial, je ne rechigne pas plus à des directives venant de Bruxelles qu'à celles venant de Paris, pourvu qu'elles soient démocratiques et de bon sens. Et je préférerais vivement pouvoir négocier des accods avec le canton de Genève ou l'Italie voisine sous les auspices bienveillants et décentralisés de l'Union Européenne que sous les diktats de Paris.

Je suis reconnaissant à l'Europe de nous forcer à mener enfin une politique économique sérieuse, en refusant la facilité de la dévaluation et en nous contraignant à une amélioration de la compétitivité. Cependant, je regrette que l'Europe n'incite pas plus les pays de la zone euro à miser sur le progrès. C'est par ce biais que notre économie s'en sortira par le haut. Il suffit de voir le succès d'Airbus ou d'Ariane Space pour comprendre quelle doit être notre ambition.

Puisse le résultat d'hier conduire nos dirigeants à se réviller et à refonder une nouvelle Europe, une Europe qui nous fasse réver et qui nous promette un avenir radieux. Sinon, ce sera le repli sur soi, avant de plonger dans un déclin irrémédiable qui sera le glas de notre jeunesse.

24/06/2013

l'Europe et la France nous rejouent "tu veux ou tu veux pas"

Nouvelle passe d'armes entre Mr Barroso et le gouvenement français à travers les échanges verbaux entre le président de la Commission Européenne et l'un des ministres les plus médiatiques de l'équipe Ayrault: le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg.

Ce que cet incident confirme, c'est que la division en France n'est plus entre la Droite et la Gauche mais bien plutôt entre les pro Europe et les anti. Et ce qui complique tout, c'est que cette division traverse les différents courants y compris dans les 2 grands partis de gouvernement.

Si pour beaucoup, les 2 extremes ne sont pas si éloignées l'une de l'autre, c'est que tant l'extreme droite que l'extreme gauche sont viscéralement hostiles à  l'Europe. Si un tel rejet ne me surprend pas de la part de l'Extrème Droite nationaliste, cela devient particulièrement étrange concernant l'Extreme Gauche, elle qui chantait au XXème Siècle "Travailleurs de tous les pays, unissez vous" au son de l'Internationale. Un revirement à 180° qui séduit aussi la gauche du Parti Socialiste (Mrss Hamon, Montebourg.....)

Jean Jaures doit se retourner dans sa tombe à les entendre.!...

Car enfin mes beaux messieurs, connaissez vous la chance extraordinaire qu'a connu notre continent depuis pres de 70 ans? l'absence de guerre. Rien que cela devrait vous conduire à modérer vos propos envers cette Union Européenne qui pour vous est source de tous nos maux, et qui pour moi, a joué un rôle prépondérant dans cette paix si chèrement acquise.

Que l'Union Européenne soit perfectible, je suis le premier à le penser! Mais pour cela, il faudrait que les peuples qui la composent cessent de se comporter comme des enfants gatés qui veulent tout le gateau pour eux seuls. Dans une grande famille, il doit y avoir des règles de conduite, afin de faire accepter par tous la solidarité essentielle à la vie commune. Or, il est regrettable que la France, qui fut l'un des pays fondateurs de cette Europe soit l'une des nations qui n'a de cesse de se conduire en enfant unique égoiste et de critiquer à tout bout de champ cette Europe qu'elle accuse de tous ses maux.

L'Europe ne nous fait plus réver, c'est un constat! Il est temps de la réinventer si nous ne voulons pas qu'elle soit ensevelie par les nationalismes populistes qui se développent dans chacun de nos pays. S'ils devaient réussir,  je prédis qu'alors le destin de notre continent s'assombrira pour longtemps.

Ne rien faire et accepter les dérives actuelles, c'est un manque de lucidité et un manque de courage de la part de nos gouvernants. Et rappelons nous Munich, la lacheté débouche rarement sur un avenir radieux.

10/04/2013

Margareth Thatcher - la Dame de Fer tire sa révérence

Margareth Thatcher, Churchill, Falklans,

Après son grand ami  Ronnie (Ronald Reagan), c'est donc au tour de Maggie de tirer sa révérence, et avec le baisser de rideau, le temps de faire le bilan de son action.

Alors bien sûr, les bons esprits retiendront son coté inflexible, sa dureté, en un mot sa force. Cela contraste évidemment fortement avec notre leader actuel, Flamby, que l'Express qualifie en couverture de son magazine hebdomadaire de "Mr Faible".

Les époques troublées et de crise profonde requièrent des leaders forts. On notera d'ailleurs que ces 3 leaders ont en commun d'avoir été victimes d'attentats contre leur personne: cela ne les a pas fait fléchir....

Margareth Thatcher, Churchill, Falklans,Ce fut le cas de De Gaulle en France pendant la seconde guerre mondiale, puis lors d la guerre d'Algérie. Alors que la nation sombrait dans la déroute, avec l'exode sur les routes, il eut le courage de s'opposer au découragement ambiant et de dire non, refusant l'inéluctable défaite.

 

 

Margareth Thatcher, Churchill, Falklans,Ce fut le cas de Ronald reagan, qui après Jimmy Carter et la défaite au Vietnam, récupérait une nation qui doutait d'elle-même et à laquelle il sut rendre confiance en elle. Quand les syndicats d'aiguilleurs du ciel (privilégiés s'il en est) allaient trop loin, il n'hésita pas à les affronter et à les mettre au pas

 

 

Ce fut enfin le cas de Mme Thatcher qui, en la circonstance, et bien qu'elle fut femme, montra au monde entier qu'elle en avait dans la culotte. Il fallait du courage pour aller défendre les Malouines en plein milieu de l'Atlantique face à la lache aggression de la dictature argentine. Mais quelle fierté pour les Anglais qui arboraient alors les tee shirts "The Empire strikes back3. Il lui en a fallu du courage pour oser s'opposer aux trade unions qui paralysaient et asphyxiaient le pays, et aussi à l'IRA qui terrorisait la Grande Bretagne. Inflexible, elle ne recula pas et assuma son devoir de prendre les bonnes décisions  pour son pays, quitte à être impopulaire sur le moment.

Mais elle fut aussi intelligente, et comprit ce qui était faisable et ce qui ne l'était pas. Ainsi la leçon de l'attaque sur les Falklands lui dicta t-elle sa conduite en Chine à propos de Hong Kong. Elle avait compris que si le Royaume Uni pouvait s'opposer et envoyer des troupes face à l'Argentine qui tentait de s'accaparer les Malouines, elle ne pourrait en aucun cas le faire face à la Chine. En conséquence, elle négocia avec Deng Xiao Ping une retraite honorable, évitant à son pays une situation potentiellement délicate ou humiliante.

Peut être fut-elle brutale dans ses combats, et surement devint elle insupportable, même pour ses amis, à la fin de son mandat, ce qui poussa même son propre parti à la congédier. Mais face à l'adversité, il faut savoir ce que l'on veut. Ce que l'Histoire retiendra, et j'en suis moi même témoin pour l'avoir vécu, c'est qu'elle a sorti son pays du déclin inéxorable qu'il avait entrepris après la guerre. Alors que la France gaulliste avait connu les 30 glorieuses, l'Angleterre travailliste avait subi 30 piteuses années de déclin et d'appauvrissment. S'il ne fallait lui accorder qu'un seul mérite, c'est bien celui d'avoir stoppé cette spirale infernale et d'avoir remis ce grand peuple au travail. Ce que lui doivent les Anglais est incommensurable, et nul doute qu'elle fut le plus grand leader britannique en temps de paix. D'ailleurs, il n'y a que 2 statues de Prime Ministers du XXème Siècle aux Communes: Celle de Winston Churchill, le plus grand homme d'Etat de ce siècle, et la sienne.

Désolé pour les ames sensibles, mais c'est mon opinion, et je n'ai qu'un souhait, c'est que notre pays trouve sa Maggie, le plus vite possible.

19:30 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : margareth thatcher, churchill, falklands, reagan, de gaulle | | | Digg! Digg | | |  Facebook

06/01/2012

Hosni Moubarak mérite t-îl la mort?

Quel bel exemple de progrès nous donne l'Egypte "libérée"!

moubarak.jpg

Peut être Moubarak n'est il pas exempt de reproche dans la gestion de son pays; mais que je sache, il a toujours été traité correctement et respectueusement par les autres chefs d'Etat de la planête, au premier rang desquels les leaders des grandes démocraties occidentales, et il a su préserver la paix civile dans son pays. Lors des émeutes qui l'ont renversé, il a refusé le jusqu'auboutisme meurtrier d'un Kadhafi ou la fuite honteuse d'un Ben Ali. Si cela est un crime, alors peut-étre cela justifie  t-il la peine capitale!  C'est surement ce que pensent les moralistes bien pensants qui condamnent aujourd'hui Assad en lui reprochant de tuer son peuple, alors que face à leur vindicte, il ne tente probablement que de "sauver sa peau" en ne passant pas la main. Il sera d'autant plus ferme dans l'écrasement de l'opposition si la peine capitale envers Moubarak est exécutée. D'autre part, on aimerait bien entendre les mêmes donneurs de leçon s'élever contre le drame humain que la dictature nord coréenne fait vivre à son peuple,

Je n'ai jamais aimé les régicides, y compris quand ils sont français! ce n'est pas aujourd'hui que je vais commencer. Qu'apportera la condamnation d'un homme de 84 ans, si ce n'est de flatter ce qu'il y a de plus bas dans la nature humaine. A ce rythme là, on pourrait bien vite regretter ce bon vieil Hosni.....

17:02 Publié dans Politique internationale, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : moubarak, révolution égyptienne, assad, khadafi, ben ali | | | Digg! Digg | | |  Facebook