Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2010

La jeunesse française ne bat pas en retraite pour sa retraite

ça y est: les lycéens sont dans la rue pour protester contre la réforme des retraites. Cette jeunesse française ne lasse de me surprendre par son immaturité politique et par son aveuglement face aux réalités.

photo retraite.jpg

S'il y a bien une populationqui devrait souhaiter une réforme des retraites, voire même un durcissement de la réforme à mettre en oeuvre, par rapport à celle que le gouvernement propose, c'est bien la classe d'age la plus jeune de notre pays.

La génération des papy boomers les roule dans la farine, et ils n'y voient que du feu!....

sardou.jpgOuvrons la télé, et qu'y voit-on? Michel Drucker ou Patrick Sébastien qui nous serinent les oreilles avec leurs Michel Sardou (à 63 ans il a passé l'age de la retraite), Johnny Halliday ou leurs Années Bonheur.... Ne nous méprenons pas, moi j'aime bien, j'ai plus de 50 ans..... Mais pour nos enfants, ça doit être aussi ch.... que ça l'était pour nous de voir Luis Mariano, Tino Rossi ou Maurice Chevallier quand nous étions gosses. Heureusement pour ma génération, nous avons su nous en dépétrer assez rapidement pour obtenir les programmes qui nous plaisaient, grace à des jeunes comme Daniel Filippachi et son émission SLC; mais quid de la jeunesse actuelle? Ou sont les artistes de leur génération? Il n'y a plus de place pour eux puisque Philippe Bouvard et ses Grosses Têtes monopolisent les ondes....
C'est vrai qu'ils ont SECRET STORY !......

 

De la même façon, les adultes qui ont fait leur vie, et qui ont désormais l'argent, font tout pour empécher les jeunes de prendre leur place. Cela commence avec les politiques, mais c'est une constante dans notre société. Même si le discours bien pensant prêche l'opposé, la réalité est que la société actuelle a un mot d'ordre bien réel: Faites place aux vieux!.... J'ajouterais cependant un bémol à ce constat: Il n'est pas possible pour un vieux de descendre du train en marche, car alors il ne pourra jamais y remonter: Ainsi une période de chomage, même courte après 50 ans, et c'est la fin de la carrière professionnelle. Pas étonnant alors que nos seniors s'accrochent comme ils peuvent, et qu'ils ne soient guère enclins à laisser leur chance aux jeunes: ils savent bien que cela sonnerait le glas de leur propre espérance.

L'un des seuls espaces qui contredit ce que j'avance est celui de la finance, où des jeunes loups tels Jérome Kerviel ont mis la main sur un système que leurs ainés ne comprennent plus, avec d'ailleurs les dérives que cela entraine.

euro millions.jpgCar le problème de la société actuelle est qu'elle refuse l'effort, et surtout qu'elle privilégie le court-termisme: Foin d'investir dans l'avenir, la jeunesse veut tout et tout de suite; c'est vrai qu'il est plus agréable de gagner au loto pour avoir de l'argent que de travailler dur et d'épargner; alors tout le monde se précipite sur les jeux d'argent (Poker, Rapid'O, Euro-Millions.....) qui n'ont jamais été aussi populaires. Le problème c'est qu'à ce jeu là, on ne gagne pas souvent, et que, même, bien souvent on s'appauvrit.

Revenons  en à la retraite! Comment les jeunes peuvent ils cotoyer les vieux dans les mêmes défilés pour soi-disant être solidaires, alors que  leurs interets sont fondamentalement opposés! Qui va payer la retraite de ces jeunes retraités en pleine forme qui non seulement ont le temps, mais en plus ont l'argent pour en profiter. Ce sont les hommes et les femmes en age de travailler, ceci grace au système de la répartition; or, si ce système a été fabuleux depuis la guerre, avec l'augmentation croissante du nombre des retraités, par la conjonction d'un double phénomène que sont l'accroissement du nombre de papys boomers en age de profiter de la retraite et de l'allongement de leur durée de vie, il n'est pas sorcier de comprendre que le système n'y survivra pas, en tous cas pas dans l'état actuel.

La vérité, c'est que de la même façon que les jeunes ont refusé le CPE (dont le but était de les aider à rentrer dans la vie active) et souffrent d'un des taux de chômage les plus élevés en Europe, ils refont la même erreur avec la réforme des retraites (qui a pour but premier de les protéger, et d'alléger leur charge future) et ils creusent leur tombe sans s'en rendre compte. Quand ils se rendront compte de leur méprise, je promets des lendemains tragiques à notre "vivre ensemble" et au modèle français dont nous sommes si fiers.....

Et pourtant, avec les outils qu'ils ont à leur disposition (facebook, twitters etc...) il leur serait si facile de se révolter et de forcer leurs ainés à leur laisser trouver leur vraie place dans la société: mais pour cela, il est vrai qu'il serait temps que la jeunesse se réveille, qu'elle sorte de l'avilissement dans lequel la société de consommation les plonge à son insu, et que comme les autres générations l'ont fait avant elle, elle se retrousse les manches pour se forger son propre avenir, qui sera celui qu'elle voudra bien se donner; car n'oublions pas que d'autres jeunesses, je pense en particulier à celles d'Asie, n'ont pas comme ambition de subir le sort que l'Occident leur avait réservé pendant des siècles, mais bien plutôt de se faire une place au soleil. Le monde est en marche! Il est est essentiel que notre jeunesse lui emboite le pas sous peine de sombrer.

20:05 Publié dans Politique Française, Société | Lien permanent | Commentaires (1) | | | Digg! Digg | | |  Facebook

11/10/2010

La France a son Hugo CHAVEZ: Jean-Luc MELENCHON - A consommer avec modération

Mardi soir dernier, sur France 2 , Luc FERRY et Jean-Luc MELENCHON étaient les invités de la nouvelle émission de Guillaume DURAND. Ceci afin, comme il est de bon ton à la Télé, de faire la promo de leur livre respectif:

"La Révolution de l'amour" pour Luc Ferry

ferry-revolution.jpg

"Qu'ils s'en aillent tous" de Jean-Luc Melenchon

melenchon-aillent.jpg

L'occasion, pendant 90 minutes de mieux découvrir ces deux personnages et leur idéologie. Rien qu'au seul tître de leur bouquin, on pouvait s'attendre à de profondes divergences chez ces deux hommes qui se tutoient et ont fait mine de s'apprécier. Et je dois le dire, on n'a pas été déçu!....

A l'esprit de tolérance et d'ouverture de Luc FERRY, Mr MELENCHON nous a opposé son sectarisme autoritaire nous faisant revivre les pires moments de la gauche, au début des années 80,  lorsque les caciques du PS martelaient à l'encontre de leurs opposants de droite des phrases du style "Vous avez juridiquement tort puisque vous êtes minoritaires". Je vais même plus loin: je dis "Attention Danger!" Ce MELENCHON sympathique et cabot que je croyais connaître s'est révélé un facheux FOUQUIER-TINVILLE prêt, même s'il s'en défend, à faire tomber les têtes qui n'auraient pas l'heur de lui plaire.

Melenchon.jpg

Le seul tître de son livre est tout un programme: Pour paraphraser un autre homme politique extrémiste, de droite celui là, La France de Mr MELENCHON, on l'aime, on obéit à ses diktats, ou on est prié d'aller voir ailleurs!.... Son déni des élites et des leaders est tel que le chantre de la Gauche populiste est prêt à se passer de tous les talents qui ne lui conviendraient pas: cela me rappelle cruellement une époque ou on avait décapité l'équipe de France de ski, geste dont on paya les conséquences pendant 20 ans.

Je n'ose envisager les dégats que causerait ce bon monsieur s'il prenait le pouvoir dans notre pays. Cela ne serait pas loin d'être aussi tragique pour la nation que la révocation de l'Edit de Nantes le fut en son temps.

A cette attitude méprisante envers les élites de ce pays, le trublion et tribun rouge ajoute une inaptitude angoissante à supporter ceux qui auraient le malheur de ne pas opiner du chef avec lui:  Ainsi, indiquant tout de go, sans qu'on l'ait questionné le moins du monde sur le sujet, qu'il destestait Frederic MITTERRAND, il admit dans la même phrase ne pas le connaître; cette sentence sans appel provoquant la surprise de Guillaume DURAND, l'animateur eut le culot de lui dire qu'il trouvait une telle attitude (détester quelqu'un qu'on ne connait pas) un peu cavalière et ridicule. Que n'avait-il pas dit là!... Le sieur DURAND se fit renvoyer dans ses buts illico-presto, le gourou de la gauche ne supportant pas l'outrecuidance de l'animateur qui osait le contredire et le trouver ridicule!.... En mon for intérieur, je me suis réjoui que nous ne fûmes plus au XVIII ème siècle, sinon le pauvre Guillaume DURAND était bon pour l'échaffaud.

A l'entendre et à le voir distribuer les bons ou les mauvais points, Mr MELENCHON doit regretter de n'avoir pas pu exercer son sacerdoce en URSS dans les années 50: il aurait surement adoré remplir les goulags de ces maudits bourgeois ou de ces révolutionnaires trop mous qu'il n'est pas question pour lui de tolérer. "Qu'ils s'en aillent"!... sinon gare à eux.

Eh bien moi, monsieur Melenchon, je n'envisage pas de partir et je vous le dis en face, de la même façon que le disait à Jean-Pierre Elkabach celui dont vous avez décidé de prendre la place, Georges Marchais: "Taisez Vous Mélenchon"

04/10/2010

L'Occident parano!... La guerre avec la Chine est-elle inéluctable?

Voila le thème de l'excellente émission de Frédéric Tadei jeudi soir dernier, avec de nombreux invités français et chinois pour débattre de cette importante question.

Le seul fait de se la poser montre à quel point l'Occident doute de lui et comprend mal le nouvel univers qu'il a en face de lui. Parle t-on d'une menace indienne (même population que la Chine) ou d'une autre menace qui planerait sur nos frêles épaules d'Occidentaux tout bons et tout gentils? Non! l'ennemi déclaré par les médias et les pseudo intellectuels de ce pays, c'est la Chine. La même que nombre d'entre eux louaient autrefois, quand ces papys bobos étaient encore maoistes à la fin des années 60.

Que lui reproche t-on? De vouloir nous écraser à travers une guerre économique sans merci!... en attendant peut-être pire encore. Cela se matérialise aujourd'hui par un yuan (la monnaie chinoise) sous évalué qui favorise les exportations chinoises et qui encourage les délocalisations. En outre, ces méchants chinois ne veulent plus se laisser faire comme ils l'acceptaient dans le passé, d'où leur attitude inacceptable à Copenhague en décembre dernier: pas de doute, ils veulent la guerre!....

C'est bien mal connaître la Chine et les Chinois que de les caricaturer ainsi: C'est vrai, après un siècle d'humiliation, du Traité de Nankin en 1842 à 1949, année du triomphe de la révolution communiste, les Chinois ont décidé qu'ils ne se laisseraient plus jamais imposer leur destin par une puissance étrangère. Compte tenu de leur puissance, tant démographique qu'économique, on les comprend et on peut effectivement penser qu'ils y parviendront. Quant à les accuser de tous les maux, je ne saurais souscrire à ce "China Bashing" qui m'irrite et me révolte.

La faute à qui si ce peuple admirable a décidé de se remettre au travail après les nombreuses années d'errance communiste, et si, ce faisant, il souhaite assurer un meilleur avenir à ses enfants. C'est vrai que pour atteindre leur objectif, ils ont privilégié une économie tournée vers l'exportation (qui assure aujourd'hui environ 40% du PIB du pays): mais ils n'ont fait là que suivre l'exemple du Japon, de la Corée du Sud ou de Taiwan: une stratégie qui à chaque fois fut couronnée de succès et qui permit à chacune de ces nations de développer son niveau de vie et de rejoindre le club des pays développés. On voit bien que cette stratégie commence d'ailleurs à porter ses fruits puisque la Chine est désormais le premier marché mondial pour les voitures automobiles.

En menant cette stratégie d'export vers le monde développé, elle a aussi contribué à l'amélioration du pouvoir d'achat des classes populaires de ces pays en leur permettant de consommer des produits à bas prix: Dans le même temps, la Chine a accumulé un excèdent financier colossal qui lui a permis de financer le déficit abyssal des Etats Unis: elle détient en effet 836 Mards de Bons du Trésor Américain et si elle venait à arrêter d'acheter cette dette Américaine, nul ne sait ce qu'il adviendrait du système financier global, tant l'Amérique est dans l'incapacité non seulement de rembourser sa dette, mais aussi de faire face à ses nouveaux déficits annuels. En effet l'Occident, au premier rang duquel les Etats Unis, consomme plus qu'il ne peut payer: c'est la spirale infernale de l'endettement!....

En ce sens, la Chine tient l'Occident, mais inversement elle dépend aussi de la bonne santé de celui-ci: sinon qui lui achéterait les produits qu'elle a besoin de vendre pour employer sa population toujours plus nombreuse? La Chine fourmi a encore besoin de l'Occident cigale pour continuer à se développer; elle en est consciente mais, en même temps, elle ne saurait tolérer que la cigale vienne lui donner des leçons de conduite.

On ne saurait passer sous silence une caractéristique du peuple chinois: sa fierté de ce qu'il a accompli depuis 30 ans et qu'il souhaite faire reconnaître; c'est sa façon à lui, pacifique, de montrer sa puissance au monde. C'est bien à travers ce prisme qu'il faut comprendre la munifiscence que les Chinois ont voulu mettre dans l'organisation des Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Malheureusement pour eux, de la même façon que Fouché a payé pour avoir trop exposé sa richesse lorsqu'il reçut Louis XIV, la Chine paie pour le faste de ses jeux; La splendeur de ceux-ci a mis l'Occident mal à l'aise, jaloux d'une telle réussite et craintif de ce que cela peut cacher. Celui qui dout de lui est méfiant de l'autre!... L'observateur averti comparera cependant ces Jeux de prestige, sans connotation militaire, avec ce qu'avait pu faire l'Allemagne en 1936, voire l'URSS en 1980.

En Asie, l'obtention des J.O est vécu comme un signe de maturité pour une société: Cela s'est concrétisé au Japon dans les années 70 après les Jeux de Tokyo en 1964, puis en Corée dans les années 90-200 après les Jeux de Séoul en 1988; c'est maintenant au tour de la Chine de s'ouvrir au monde et de rejoindre le concert des grandes nations. Les années 2010 et plus encore les décades après 2020, verront la Chine rayonner; mais pas nécessaireement de façon agressive.

Je suis en effet convaincu que de la même façon que les Américains sont tournés en priorité vers eux même, les Chinois se préoccupent avant tout de ce qui se passe dans leur propre pays; les Chinois s'interessent avant tout aux Chinois: leur souci premier est d'assurer leur développement économique, qui permettra en retour un enrichissement de leur population. Et pour atteindre leur but, ils pensent à juste raison n'avoir à recevoir de leçons de personne....

Ce n'est que si l'Occident se mélait d'empêcher ce louable objectif que la Chine pourrait devenir belliqueuse, convaincue qu'elle est de ne plus jamais se laisser dicter sa loi par une puissance étrangère, quitte à sortir les griffes pour se faire respecter. A nous donc de savoir ne pas provoquer l'Empire du Milieu, mais au contraire lui faire une place à notre table.

En final, plutôt que de s'inquiéter de ce que la Chine pourrait nous faire de mal, réjouissons nous, comme Shan Sa, écrivain d'ethnie chinoise mais française de coeur et de nationalité de pouvoir accueillir ce grand peuple au sein des leaders du monde; nous avons beaucoup à apprendre de leur sagesse et de leur ingéniosité; je prends d'ailleurs le pari qu'avant 2025, le centre de la mode mondiale se sera déplacé de Paris à Shanghai, nouvelle capitale mondiale et centre d'attraction du monde entier.

29/09/2010

Le déni des cultures

Hier soir au Grand Journal de Michel Denisot, sur Canal +, Hugues LAGRANGE était invité pour parler de son livre "Le déni des cultures" dans lequel il se livre à une étude approfondie de l'intégration des différentes immigrations.

deni des cultures.jpg

Compte tenu qu'en France il est interdit de publier des statistiques en fonction de l'origine ethnique de la population, ce livre fait déjà polémique alors qu'il est écrit par un monsieur tres sérieux et tres calme qui ne peut en aucun cas être suspecté de dérive droitière. En revanche, il essaie de comprendre comment s'intègrent les différentes ethnies au sein de la société française et il met en exergue que les problèmes sont pour la plupart non pas dus à l'origine ethnique ou à la race, mais bien plutôt à des caractéristiques culturelles et sociologiques.

A ce titre, le livre mérite d'être lu et commenté par les differents responsables politiques qui sont en charge de l'immigration, afin que peut-être, ils puissent en tirer des enseignements pour mieux assurer une immigration réussie dans notre pays.

A ce sujet, je souhaite ajouter que je rejoins l'opinion de Mr LAGRANGE qui estime qu'on ne doit pas chercher l'assimilation qui consiste à uniformiser tous les immigrants sur un modèle unique qui serait le "bon français". En revanche, tout en respectant le droit à la différence de chacun, il me parait indispensable que la société française impose à chacun des immigrants le respect du minimum de ce qui fait l'identité française: à savoir le respect des lois et des usages de la société civile: ainsi un immigrant sur notre sol doit renoncer à la polygamie , à l'excision des femmes, ou toute autre coutume qui peuvent avoir cours dans son pays d'origine mais qui sont prohibées par la loi sur notre sol national. C'est ainsi, en donnant à chacun des droits mais aussi des devoirs, qu'on permettra une immmigration réussie, où tous les arrivants contribueront à l'enrichissement culturel de notre pays, et qu'on favorisera le "vivre ensemble"

Cela ne devrait même pas faire débat!...

16/09/2010

Un exemple pour Nicolas Sarkozy

Hier soir sur ARTE, j'ai vu 2 excellents documentaires sur Ronald REAGAN, d'abord, puis sur le roi JUAN CARLOS ensuite.

Ronald Reagan.jpgCe qui est frappant dans le cas de Ronald REAGAN, c'est qu'il était bien moins bête que l'image d'Epinal qu'ont bien voulu distillé les médias de l'époque. D'ailleurs ce documentaire concluait sans ambage que c'est bien lui, et sa politique qu'il a su imposer à ses collaborateurs et à son gouvernement, qui ont permis à l'Ouest de gagner la Guerre Froide et de permettre l'éclatement de l'URSS et la disparition du Rideau de Fer.

Quant à Juan Carlos, certains n'ont vu en lui que la marionnette de Franco alorsJuan Carlos.jpg que son intelligence politique a permis à l'Espagne de sortir du fascisme tranquillement, sans bain de sang, et qu'il a su en moins de 20 ans réconcilier un pays qui avait traversé la pire épreuve qu'une nation peut vivre: une guerre civile.

Voila bien l'exemple de deux grands chefs d'Etat.

Ce qui m'a frappé cependant, chez ces deux hommes, qui ont accompli de grands exploits, c'est leur volonté de ne pas compromettre leur oeuvre en se gardant bien de crier haut et fort ce qu'ils avaient accompli. Ainsi jamais Ronald REAGAN ne s'est-il vanté d'avoir vaincu l'URSS; il a même interdit à ses collaborateurs de s'en prévaloir afin de ne pas créer d'animosité  dans le camp adverse. De même Juan Carlos n'a pas trouvé opportun de mettre en avant la défaite cuisante que subissait le camp fasciste, trop heureux qu'il était de réussir une transition paisible.

Pour ces deux grands chefs d'Etat, l'interet du pays était bien supérieur à la petite satisfaction égoiste qu'ils auraient pu retirer de se mettre en avant et de se prévaloir de leur réussite. Le jugement de l'Histoire leur paraissait plus digne et plus durable que celui de leurs contemporains.

Sarkozy 2.jpgQuelle différence avec notre Président de la République actuel!... On dirait que Nicolas SARKOZY ne s'interesse qu'à la triviale satisfaction de pouvoir se glorifier des brassements d'air qu'il crée en gesticulant sans cesse. Est-il ainsi nécessaire de provoquer l'adversaire syndical pour lui faire admettre que désormais les grèves en France ne se remarquent plus. N'est-il préferreable de régler dans la discrétion le problème de la délinquance et de l'immigration plutôt que de faire de grandes gesticulations autour des Roms, attirant par là même l'opprobre internationale sur le pays .

Les deux premiers grands hommes étaient de grande taille, Nicolas Sarkozy,lui, est désespérément petit. Faut-il y voir une relation de cause à effet?

Il est temps de grandir Mr le Président: vous avez réussi votre vie, vous avez atteint l'ambition que vous vous étiez fixée: Alors prenez de la hauteur en vous conduisant comme un grand homme à défaut d'être un homme grand. C'est comme cela que vous laisserez une trace dans l'Histoire. Ce n'est pas votre politique que les Français contestent, même s'ils souhaiteraient parfois plus de fermeté et moins d'effets d'annonce; c'est votre style qui est en cause. Nous ne nous reconnaissons pas dans ce président qui parle et se conduit comme un voyou de banlieue. C'est bien la raison pour laquelle nombre de Sarkozistes de la première heure, comme moi, plébiscitent désormais François FILLON pour le poste suprème. Vous aviez tout entre les mains et vous avez tout gaché!...

Francois Fillon.jpg

Saurez vous redresser la barre à temps? J'en doute car, comme on dit, chassez le naturel, il revient au galop....

13/07/2010

L'Europe vue de Chine

Ci dessous une vidéo pour apprendre le mandarin et pour entendre quelques vérités sur notre système économique et social.

Bien entendu, vous aviez compris que ceci est une parodie, et que les sous titres sont fantaisistes; mais je la trouve amusante, car pour nous français qui aimont donner des leçons à tout le monde, c'est un peu l'arroseur arrosé.

10:32 Publié dans Asie - Hong Kong - Thaïlande, Humour, Politique Française | Lien permanent | Commentaires (2) | | | Digg! Digg | | |  Facebook

02/07/2010

Le traité d'annexion de la Savoie est-il valide?

Lu dans "La Voix des Allobroges"

Le député UMP Yves Nicolin révèle le pourquoi de sa question au gouvernement sur le traité d’annexion de la Savoie. En fait, c’était juste pour montrer qu’il était cap’ de le faire.

Il a beaucoup fait parler de lui, mais refusait de s’exprimer depuis qu’il avait demandé au gouvernement si le traité d’annexion de la Savoie à la France était toujours en vigueur en cette année du cent cinquantenaire. Aujourd'hui, Yves Nicolin s’explique. C’est que la réponse est tombée (voir ici), et c’est nous qui lui avons appris. Alors le député UMP de la Loire a accepté de rompre le silence et il nous dit tout sur le comment et le pourquoi de cette question dont personne n’avait compris d’où elle venait. Tout simplement d’un petit défi lancé par un commerçant rencontré au ski. A Noël dernier, à Méribel, quand un Savoisien lança à Nicolin : « Cette question, t’es pas cap de la poser ?! »

Yves Nicolin.jpg

Alors, monsieur Nicolin, qu’est-ce qui vous a pris de poser cette question ?

 

Je ne pensais vraiment pas que ça allait remuer autant (voir Sarko va-t-il libérer la Savoie ?), en Savoie et jusqu’à Nice. Je devais la poser en février, mais ça a pris du retard et c’est finalement tombé en avril, quinze jours avant la visite de président de la République à Chambéry. Certains y ont vu un lien, mais ce n’était pas du tout prévu.

Il se dit que vous avez accusé Sarkozy de vous avoir fait perdre la mairie de Roanne, et que c’était comme une vengeance…

Non, j’ai dit qu’une partie de notre défaite était due à la médiatisation du président de la République. Je m’étais alors fait tancer par Fillon et Sarkozy m’a demandé une explication. Mais vous imaginez un petit député de Roanne se venger du président de la République ? Je fais juste partie de ceux qui ont une parole libre, et il faut parfois dire aux chefs des vérités qu’ils n’ont pas envie d’entendre.

Là, c’est vos collègues savoyards que vous avez bien énervés…

Je ne m’attendais pas à un tel impact. Mon meilleur copain, à l’Assemblée, c’est Dominique Dord. Il m’a dit : « Mais qu’est-ce que t’as foutu ?! » Maintenant, le seul qui me l’a reproché, c’est Gaymard. Il m’a envoyé un long texto en me demandant de quoi je me mélais, vu que je ne suis pas un élu savoyard. Mais je suis un élu de la République, et j’ai de fortes attaches familiales en Savoie. Après, je ne soutiens pas la thèse des indépendantistes. Au contraire, je veux la bloquer.

En posant cette question ?

J’entends parler depuis si longtemps de cette histoire de traité que j’ai voulu en avoir le cœur net. Et puis, en décembre, j’étais à Méribel avec ma suppléante, Agnès Perrin, qui est avocate. En revenant du ski, j’ai évoqué le sujet avec un de ses amis restaurateurs…

C’est là que vous avez rencontré Fabrice Bonnard ?

Je ne connais pas Fabrice Bonnard (voir En attendant la réponse…). Je suis rentré dans ce restaurant pour prendre un café et je suis finalement resté deux heures à discuter avec le restaurateur et une autre personne. C’était peut-être maître Bonnard. Je les ai beaucoup écoutés, et j’ai dit à ma suppléante : tu me prépares la question et je la poserai. Mais ce n’était pas pour me faire le porte-parole des indépendantistes. C’est pour ça que je n’ai pas souhaité communiquer avant d’avoir la réponse du gouvernement. Une réponse qui me convient parfaitement.

Vous n’étiez peut-être pas leur porte-parole, mais vous avez porté leurs arguments au Parlement, car c’est Fabrice Bonard qui a écrit la question puis l’a transmise à votre suppléante.

Je n’ai peut-être pas regardé avec beaucoup d’attention à qui j’avais affaire. Je pensais rendre service à une personne qui voulait que je pose cette question. Il disait que je n’aurais jamais de réponse. J’ai dit : on verra bien. C’est qu’il arrive souvent qu’il n’y ait pas de réponse à une question ou que l’on dépasse le délai de trois mois pour répondre. Là, le gouvernement se positionne. Tant mieux. Déjà, ça a fait avancer le sujet. Mais je n’irai pas plus loin, je n’ai fait que transmettre la question. J’ai demandé à mes collaborateurs de l’écrire, et je l’ai signé. Il n’y a pas à chercher de suite judiciaire.

Vous ne vous doutiez vraiment pas que vous alliez poser un pavé dans la marre ?

Non. Bon, je soulève une question qui semblait taboue, et je ne vois pas pourquoi. S’ils étaient si sûrs que c’était fantaisiste, les élus savoyards devraient être content que la question soit posée et qu’il y ait maintenant une réponse. Moi, j’en suis ravi, mais c’est sûr qu’on ne m’y reprendra plus. Je ne poserai plus de question sur le sujet.

Avez-vous le sentiment d’avoir été instrumentalisé ?

Je ne suis pas sûr, mais on ne m’avait pas donné toute l’implication politique du sujet. Le restaurateur, il avait l’air de quelqu’un qui veut foutre un coup de pied dans la fourmilière. Mais faut pas en faire une affaire, comme Gaymard qui me dit qu’il y a je ne sais qui derrière tout ça.

Fabrice Bonnard est aussi allé le voir pour lui présenter la même question. Et Hervé Gaymard l’a envoyé paître…

Mais pourquoi il a fait ça ? Il aurait pu la poser cette question. Si l’Etat n’est pas en tort, où est le problème ? Y a que la vérité qui fâche. Et si l’Etat était en tort, il ne devrait pas poser un couvercle par-dessus.

Michel Bouvard vous reproche d’avoir donné des arguments aux indépendantistes, ajoutant que c’est facile pour vous, car vous ne risquez pas de vous retrouver contre les candidats de la Ligue Savoisienne aux prochaines élections.

Ça, c’est vrai, sauf si je décide de me présenter en Savoie ! C’est pas un mauvais département, y a pas beaucoup de socialistes. Eux, ils peuvent venir se coltiner mes socialistes, moi, je veux bien prendre leurs Savoisiens. Cela me paraît plus simple.

En tout cas, vous êtes presque devenue une idole chez les indépendantistes. Si on va sur votre page facebook, on voit plein de commentaires du genre : enfin un élu courageux !

Faudrait que j’aille voir… Mais s’ils croient que je suis leur porte-parole, ils se trompent. Je vais sans doute les décevoir.

En fait, vous avez juste posé cette question pour faire plaisir au restaurateur de Méribel ?

Oui, exactement. Il m’a dit : « T’es pas cap de la poser ?! » Et j’ai quand même vu qu’il y  avait un vrai problème, donc c’était intéressant de poser cette question.

Dans sa réponse, le gouvernement déclare que le traité est toujours valable et dit que la France va enfin le faire enregistrer. Vous savez que ce traité met la Savoie dans une situation particulière, par exemple avec la neutralité de la Savoie du Nord…

Oui, dans une zone que les Allemands n’ont pas considérée comme telle…

Le traité dit aussi qu’on tiendra compte de la volonté des populations, et les habitants de Savoie du Nord ont voté oui et zone, ce qui impliquerait la présence d’une zone franche…

Ah bon ? Cela peut être intéressant d’un point de vue fiscal. Maintenant, moi, la réponse me convient, je suis légitimiste. Si l’Etat dit que c’est ok, je le suis. Si certains veulent aller plus loin au niveau international, qu’ils y aillent.

Propos recueillis par Brice Perrier

09:17 Publié dans Haute-Savoie, Histoire, Politique Française | Lien permanent | Commentaires (1) | | | Digg! Digg | | |  Facebook

23/06/2010

La honte des Bleus devient affaire d'Etat

Nicolas SARKOZY réunissait, excusez du peu François FILLON, Roselyne BACHELOT & Rama YADE ce soir à 17:00 pour évoquer la déroute et la honte subie par notre équipe nationale de football, avant de recevoir demain matin, à sa demande, Thierry HENRY.

A l'heure du "Panem et Circenses", il n'est pas bon de priver le bon peuple de France de ses dérivatifs et de ses antidépresseurs anti-crise; ça va donc remuer dans le landerneau du foot.

On peut s'étonner que ce soit une fois de plus le Président qui se mèle d'une affaire somme toute mineure par rapport aux enjeux de société, mais Nicolas SARKOZY doit justifier sa réputation d'hyper et d'omni-président. Après la crise financière qu'il a jugulée de ses propres mains, nous pouvons d'ores et déjà parier sur la victoire des Bleus au prochain championnat d'Europe ....:)


19:34 Publié dans Humour, Politique Française, Sport | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sarkozy, bachelot, thierry henry, football | | | Digg! Digg | | |  Facebook