Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2012

La TVA sociale - Une idée qui mérite débat

Selon un article publié par patrimoine.com, 63 % des Français se déclarent opposés (dont 33 % "tout à fait opposés") au projet de relèvement de la TVA annoncé dimanche par Nicolas Sarkozy, selon un sondage CSA pour "L'Humanité". À l'inverse, 35 % se déclarent favorables. Près de 3/4 des personnes sondées estiment que cette mesure provoquera une hausse des prix à la consommation et un peu plus des 2/3 pensent que la hausse de la TVA pèsera davantage sur le pouvoir d'achat des personnes peu aisées financièrement que sur celui des plus riches. Seuls 35 % des sondés pensent qu'elle permettra à l'industrie française d'être plus compétitive sur les marchés internationaux. Mardi, un autre sondage réalisé par Opinion Way-Fiducial pour "Le Figaro" et LCI indiquait que 57 % des Français se disaient hostiles à cette TVA sociale.

Voila là encore une illustration du mal français! Tout le monde se plaint des délocalisations, mais quand on propose une mesure, qui a fait ses preuves en Allemagne, tout le monde lui tombe dessus.

En réalité, on veut rester dans la situation actuelle: lutter contre les délocalisations, oui,  mais surtout ne rien changer. Comment notre pays pourra t-il s'en sortir avec une telle mentalité? A force de refuser l'évolution paisible, cette nation se condamne à ne faire bouger ls choses qu'à travers des révolutions oh combien sanglantes. Ce fut le cas en 1789, mais ce fut encore le cas en 1871, puis en 1945, et enfin en 1958. Pourquoi ne sommes nous pas capables d'envisager sereinement des solutions à nos problèmes, d'en discuter ensemble entre gens responsables et de bonne foi, plutôt que de se conduire de telle sorte que les gouvernements de ce pays n'ont le choix qu'entre le refus de traiter les problèmes et l'immobilisme ou le passage en force.

Concernant notre modèle social, et surtout son haut niveau de protection, il faudra bien se résoudre à quelques sacrifices sur les détails afin de préserver l'essentiel; faute de quoi, c'est tout le système qui s'écroulera. Il est temps que les Français le comprennent. On ne peut pas impunément tirer sur la corde sans qu'à la fin, elle ne casse. A ce jour, le seul qui tienne ce discours, c'est François Bayrou, et pour cela, il doit être félicité.

Mais s'il veut gagner, il doit prendre encore plus de risques et proposer un programme Churchillien à la France; Nous allons souffrir pendant quelques années, oui, mais pour un objectif: Assuere l'avenir de nos enfants!

Henri IV en son temps avait dit que Paris valait bien une messe; François Bayrou devrait nous dire que l'avenir des fils et des filles de France vaut bien une soupe à la grimace.

18:38 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tva sociale, françois bayrou, henri iv | | | Digg! Digg | | |  Facebook

13/01/2012

A qui profite la perte du AAA?

Voila, c'est fait! La catastrophe annoncée est arrivée en ce vendredi 13: la France a perdu son triple A, dégradée à AA+ par l'agence de notation Standard & Poors. Dans le même temps, S&P a maintenu sa confiance à l'Allemagne, ouvrant par la même un front de division entre les deux principaux partenaires Européens. Une nouvelle victoire pour la chanceliére MERKEL face au Président SARKOZY. Car il est incontestable que si la sanction est finalement tombée, c'est bien pour constater la divergence des politiques menées par les deux pays avec d'un coté la réussite des bonnes mesures prises par l'Allemagne depuis 10 ans et de l'autre la dégradation de notre situation causée par la fuite en avant générée par le laxisme Français.

Nous sommes une fois de plus remis à notre vraie place, celle d'une nation qui peu à peu perd sa place parmi les grands de ce monde. Et s'il est facile de fustiger Nicolas Sarkozy de se laisser imposer la realpolitik allemande, ce n'est malheureusement que la triste conséquence de notre dècrochement vis à vis de notre voisin. Décrochement dont le Président ne peut s'exonérer, tant il a manqué de courage à son gouvernement pour imposer des réformes de structure profondes quand le Premier Ministre François Fillon lui même reconnaissait dés 2007 qu'il était à la tête d'un état en faillite.

Alors bien sur, apres nous avoir promis mille morts il y a quelques mois, si l'on perdait le triple A, ce gouvernement nous rassure aujourd'hui en nous affirmant que ce n'est pas si grave et que la dégradation de la note de la France n'est qu'une péripétie. Face à ces revirements de discours, on ne peut s'empécher de se poser la seule et unique question qui vaille: A quel moment nous dit-on la vérité? A force de nous mentir et de nous prendre pour des gogos, une fois de plus les élites dirigeantes creusent un peu plus le fossé qui les sépare du peuple qui, ne sachant plus à qui se fier, se jette chaque jour plus nombreux dans les bras de l'extremisme, qu'il soit incarné par Marine Le Pen ou Jean-Luc Melenchon.

Cette perte du Triple A disqualifie Nicolas Sarkozy comme le rempart protecteur des Français face à l'angoisse de l'avenir. Dans le même temps, elle montre que les sirènes avec lesquelles la gauche essaie de nous charmer ne sont malheureusement que des sirènes qui pourraient bien emporter le pays dans des abymes encore plus profonds que ceux dans lesquels nous nous débattons. En final, une fois passée la crise de colère qui pourrait nous porter vers Marine, la réflexion ne peut que nous amener à donner sa chance à celui qui nous avait, le premier, mis en garde contre la dérive de nos finances publiques.

C'est en effet François Bayrou, qui seul dans le désert, prèche depuis de nombreuses années contre le danger que représente la dette immense qui étrangle chaque jour un peu plus notre pays, restreignant par là même un peu plus les marges de manoeuvre de nos dirigeants. Il a tenu un discours de vérité, loin de la démagogie des 3 autres candidats majeurs, et ne s'est pas compromis dans des promesses irréalisables: il mérite sa récompense, celle d'être élu et de pouvoir nous guider à travers cette période difficile, avec une équipe renouvelée et choisie pour sa compétence, un peu à la manière de ce qu'entreprend Mario Monti en Italie.

Ce n'est pas une garantie de réussite tant la tache est difficile, mais il représente à mes yeux aujourd'hui le meilleur espoir pour la France.

22:58 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : standard & poors, aaa, bayrou, mario monti, merkel, sarkozy, dette | | | Digg! Digg | | |  Facebook

05/01/2012

Si la France est encore une démocratie, Marine Le Pen doit pouvoir être candidate à l'élection présidentielle

Ce soir au Journal de France 2, Marine Le Pen a fait part de son inquiètude de ne pouvoir rassembler les 500 signatures nècèssaires à la validation de sa candidature à l'élection prèsidentielle. Outre la possibilité que la Présidente du Front National n'ait surjoué son inquiètude pour jouer sur la corde sensible auprès des èlecteurs et pour se faire passer pour la victime de la classe politique et des èlites, j'ai trouvé qu'il y avait une véritable sincérité dans son appel. Elle déplore et condamne  en effet la suppression de l'anonymat des signatures, qui permet aux partis "bien pensants" d'exercer des pressions sur les élus qui seraient tentés d'apporter leur signature pour lui permettre de concourir à l'élection présidentielle.

Quoi qu'on pense de Mme Le Pen et du Front National, je considére pour ma part que ce serait un déni de démocratie extrémement grave d'empècher une candidate créditée de 20% dans les sondages et un parti qui s'est déja qualifiè pour le second tour en 2002, de pouvoir solliciter les suffrages du peuple français. Une telle forfaiture ne resterait pas sans conséquence et produirait une profonde révolte du peuple, chez qui Marine Le Pen réunit l'essentiel de ses soutiens. C'est par des moyens démocratiques qu'il faut s'opposer à Mme Le Pen, et surement pas par des moyens dignes d'une dictature.

Pour ma part, mème si je ne partage pas ses opinions, loin s'en faut, sur ce combat là, je la soutiens sans équivoque, et j'invite tous les élus avides de démocratie et de liberté à faire leur possible pour permettre à la représentante du Front National d'étre candidate à l'élection présidentielle.

Je suis en effet un farouche défenseur de la position de Voltaire qui dèclarait: « Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire"

04/01/2012

Erreur de casting à l'Elysée: Un Président n'est pas un DG

A l'inverse des PME où le PDG assume à la fois  les fonctions de Président et Directeur Général, dans les tres grandes entreprises, la fonction de Président est la plupart du temps distincte de celle du Directeur Général.

Le Président fait le lien entre l'entreprise et le Conseil d'Administration; il est responsable de fixer le cap à Long Terme de l'entreprise et de faire appliquer la stratégie qu'il a élaborée par le Directeur Général qu'il nomme en fonction des impératifs à suivre pour le bon fonctionnement de l'entreprise. De la même façon, il est le porte-voix de l'entreprise à l'extérieur, en particulier auprès des Pouvoirs Publics et il porte l'image de l'entreprise en général, da,s les médias ou envers l'opinion publique.

On peut facilement faire une comparaison avec l'Etat Français où le Président de la République ferait office de Président et le Premier Ministre de Directeur Général.

Malheureusement, notre Président actuel, traitant la France comme une simple PME, a décidé d'endosser l'habit de PDG de la société France en combinant les deux rôles sur sa seule personne, et en rabaissant à un simple directeur des Ressources Humaines le Premier Ministre. C'est ainsi qu'on voit notre hyper Président s'occuper de tout, depuis les affaires internationales jusqu'au sauvetage de Seafrance, sans même se rendre compte que ses fréquentes volte-faces obligent souvent les ministres à manger leur chapeau.

Quand François Hollande dit que Nicolas Sarkozy est le Président de la parole, il est fort proche de la vérité; nous sommes saoulés de ces discours, parfois contradictoires selon qui l'a écrit (Henri Guéno ou un autre...) qui ne sont pas suivis d'effet et qui sont perçus par l'opinion comme des gesticulations ou rodomontades dignes d'un matamore. Ce n'est pas ce qu'une grande société attend de son Président et nul doute que si l'Etat Français était dirigé par un Conseil d'Administration, il y a belle lurette que l'hôte de l'Elysée aurait été renvoyé dans ses pénates, probablement avec un beau parachute doré.

En revanche, il serait malhonnête de ne pas reconnaitre que Mr Sarkozy se comporte en bon Directeur Général de la Société France, ne ménageant pas ses efforts et son énergie à trouver des solutions aux problèmes du quotidien. C'est pourquoi, le lendemain d'un assassinat d'enfant, il réclame une nouvelle loi de fermeté , ou que le lendemain d'une fermeture d'entreprise, il est prêt à courir au chevet des malheureux ouvriers, sans se soucier de déjuger ses subordonnés qui pronaient une issue opposée.

Mais où est le cap dans tout cela? Vers quels rivages le capitaine Sarkozy veut il faire voguer le bateau France? Nul ne le sait. Pour reprendre l'analogie marine, on pardonne, mieux on admire, le skipper d'un voilier qui sait tirer des bords afin de profiter au mieux, et de façon opportune et pragmatique , des vents dominants. Mais qui pourrait embarquer sur un bateau, aussi bond soit son skipper pour régler la voilure, qui ne connait pas sa destination. Bien sûr je force un peu le trait, mais c'est quand même l'impression que donne notre commandant de bord Sarko, au gouvernail de la goélette France.

J'ai pour ma part une profonde admiration pour Nicolas sarkozy, pour son intelligence, pour son pragmatisme, pour sa réactivité face aux événements, et surtout pour sa formidable énergie; je suis persuadé qu'il aurait fait un très grand Premier Ministre, et que cadré dans les rails d'une stratégie à Long Terme définie par un Président, il aurait fait des miracles. Le problème, c'est qu'il ne peut pas être cadré puisque c'est lui qui fixe lui même le cadre au sein duquel, on l'a bien vu dans ses errements de langage, il ne peut se contenir.

Georges Pompidou, qui fut sans conteste notre plus grand Président, avait su changer de costume lorsqu'il passa de Matignon à l'Elysée; Après avoir à Matignon mis en place l'intendance pour le Général de Gaulle, il sut éviter le chaos en mai 68, puis une fois à l'Elysée, c'est lui qui fixa la politique à Long Terme de la France et qui permit à notre pays de réaliser des succes formidables tels qu'Airbus, le TGV, Ariane et bien d'autres fleurons de notre industrie. Mais ce bon paysan amoureux d'art contemporain, d'une immense culture, et d'une simplicité majestueuse, avait une ambition pour la France et pas seulement des desseins politiciens. C'est l'immense différence entre cette époque et celle d'aujourd'hui où quasi l'ensemble des membres de la classe politique se conduisentt comme des ambitieux sans scrupules et sans morale, aux seules fins de se maintenir au pouvoir ou d'y accèder. Ah qu'il est loin le temps du Général, où désavoué par le peuple lors d'un référendum, il décidait illico de quitter ses fonctions. Cette époque avait de l'allure!...

L'élection présidentielle approchant, le brouhaha médiatique nous fait oublier que le pouvoir réel se trouve à Matignon, comme cela fut fort bien mis en évidence lors des phases de cohabitation. Ce qui est souhaitable pour le pays c'est que le Président qui sera élu soit un vrai Président et non pas un chef de clan: un Président et non pas unDirecteur Général; notre futur président doit dire à tout moment ce qu'il croit bon pour l'avenir  de notre pays sans se sourciller de pensées électoralistes; il est le garant de notre espérance; pour cela, il doit en quelque sorte jouer le rôle d'arbitre entre les deux camps qui s'opposent et trancher en faveur de la France.

Tout cela pour dire, que comme beaucoup d'autres Français vont le réaliser,je suis désormais convaincu que le meilleur postulant actuel pour le poste de Président est François BAYROU; c'est lui qui a la personnalité qui correspond le mieux au poste, et qui me parait le mieux à même de restaurer le prestige de la fonction Présidentielle. Nicolas Sarkozy a montré ses limites en tant que Président, il ne sera pas reconduit, j'en suis intimement convaincu. Quant à François Hollande, homme qui m'est plutôt sympathique, on voit bien qu'il ne convainc pas, en tous cas pour le poste suprème. Si François Bayrou sait résister à la tentation de se mettre au niveau de ses deux adversaires et qu'il sait garder de la hauteur et mettre en valeur sa stature d'homme d'Etat, je suis persuadé que c'est lui qui raflera la mise... et c'est tant mieux; cela venant de la plume d'un électeur de droite qui a voté Sarkozy en 2007.

J'ajouterai, que lors des législatives, je ne pense pas que sa victoire puisse donner au Modem une majorité parlementaire, leur parti est trop faible; en revanche, je me plais à réver d'une majorité combinée UMP-MODEM avec comme Premier Ministre un homme qui n'a plus d'autre ambition personnelle que de prouver enfin qu'il est le meilleur d'entre nous: je pense bien évidemment à cet homme honnête et courageux qu'est Alain JUPPE. Il est temps qu'il ait sa deuxième chance, la France ne le regrettera pas: d'autant que toutes ses épreuves lui ont donné l'épaisseur et le recul pour exceller dans un tel rôle.

Voila mon ticket gagnant: BAYROU - JUPPE; c'est le meilleur espoir pour la France.

19:15 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elysée, sarkozy, bayrou, juppé, hollande | | | Digg! Digg | | |  Facebook

03/01/2012

TVA Sociale : 5 ans de perdu

Le gouvernement semble avoir décidé de mettre en place la TVA sociale, une mesure qui consiste à augmenter la TVA pour permettre une baisse des charges sociales qui pénalisent le cout du travail.

Cette mesure, si elle est appliquée comme cela, sans déguiser une augmentation de recettes pour l'Etat pour combler son déficit, est une bonne mesure, indispensable pour restaurer la compétitivité des entreprises françaises et donc lutter contre le chomage. D'autre part, c'est une mesure de justice sociale car elle tend à faire financer la protection sociale par l'ensemble des français et non pas seulement par ceux qui travaillent.

Quand on sait le temps qu'il faut pour qu'une mesure structurelle comme celle-ci produise ses effets, on ne peut que regretter le manque d'audace de ce gouvernment qui l'envisageait dès 2007 et qui n'eut pas le courage de la mettre en place pour des raisons électoralistes. 4 ans plus tard et quelques 160 Milliards d'euros en plus de déficit commercial accumulé, avec un chomage touchant pres de 3 Millions d'employés et une désertification industrielle chaque jour plus fotrte, Nicolas Sarkozy semble enfin s'être résolu à imposer cette réforme. Quel dommage qu'il lui ait fallu attendre que nous soyons au bord du gouffre avant de s'y résoudre.....

Si vous perdez l'élection présidentielle Mr Sarkozy, ce ne sera pas à cause de vos réformes, mais bien à cause de vos reculades. Après ce grand Timoré de Chirac, la France était prête à soutenir un Timonnier, même petit, mais courageux, qui ose s'attaquer aux problèmes de structure de ce pays. Nombre d'entre nous qui ont cru en vous sont tellement déçus de la conjonction de vos rodomontades et de votre manque d'action que nous hésitons beaucoup à vous renouveler votre mandat.

Peut-être faut-il prendre le risque d'introniser un homme courageux, en tous cas qui n'a pas eu peur de faire sa traversée du désert depuis 5 ans, et qui aujourd'hui pourrait rassembler sur son nom centristes et hommes de droite déçus. Cet homme a acquis une stature d'homme d'Etat, en même temps que vous ne faisiez que donner des coups d'épée dans l'eau, sans jamais indiquer clairement au pays le cap que vous souhaitiez maintenir.

En conclusion, si François Hollande gagne, c'est à désepérer du peuple français, tant la Gauche n'apporte aucune solution aux grands problèmes du pays; mais si François Bayrou l'emporte, Mr le Président, vous n'aurez à vous en prendre qu'à vous!....

18:39 Publié dans Politique Française, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tva sociale, sarkozy, bayrou, élections présidentielles | | | Digg! Digg | | |  Facebook

28/12/2011

Immigration: Malika Sorel-Sutter - Un avis qui compte

Je viens de lire un livre absolument indispensable à tous ceux qui s'interessent à ce sujet. Malika Sorel-Sutter qui a déja publié un premier ouvrage " Le Puzzle de l'intégration" en 2007, en remet une couche avec son livre "Immigration-Intégration, le langage de vérité".

Les idées proférées dans ce livre, qui sont à contre-courant de ce que l'on entend à longueur de journées sur les médias français, sont d'autant plus interessantes et dignes d'interet qu'elles sont émises et justifiées par une jeune femme née en France de parents Algériens et elle même diplomée de l'Ecole Polytechnique d'Alger. Cette femme, née de parents étrangers, qui confesse son amour pour la France, terre qui l'a vue naitre, est un exemple parfait de ce que peut produire l'immigration quand elle est réussie. Comme quoi, il est profondément stupide de s'opposer à l'immigration. Mais cela étant dit, il est tout aussi idiot de faire la politique de l'autruche en refusant de voir ce qui est de plus en plus criant chaque jour: l'échec de notre politique d'immigration, et particulièrement celle déployée envers les enfants d'origine maghrébine ou africaine.

Dans son livre, Malika Sorel rejette sans ambages la responsabilité de cet échec sur nos élites qui ont fui leurs responsabilités, et qui, tout accaparées qu'elles étaient à préserver le petit nid douillet de leur confort moral et social, ont abandonné le peuple de France. "Les êtres humains se trouvent réduits à l'état de pions sur l'immense échiquier mondial d'interets qui leur sont étrangers. Lorsqu'on y réfléchit bien, l'indifférence des élites à l'existence ou à la disparition de leurs peuples a quelque chose de proprement glacant."

Il serait inconvenant de résumer la pensée de Malika Sorel en quelques phrases, tant sa pensée est riche et documentée; cependant une seule idée, celle de punir les parents des jeunes délinquants, et l'explication rationnelle du pourquoi de cette politique, donne la mesure de sa pensée iconoclaste; pensée qui mériterait un véritable débat public, afin d'enrichir les opinions et de trouver une solution à ce problème qui loin de se résoudre avec le temps, comme nos dirigeants l'avaient escompté, devient de plus en plus crucial pour l'harmonie de notre société.

Je ne peux qu'encourager mes lecteurs à découvrir la pensée de Malika Sorel-Sutter à travers ses livres ou en se rendant sur son blog: www.malikasorel.fr



29/11/2011

Les Verts sont les ennemis des classes populaires

Je recommande la lecture de l'article de mon co-listier (au sein de la minorité du Conseil Municipal de St Julien) et ami Antoine Vielliard, au sujet de l'égoisme des Verts du Canton de Genève. cliquer ici pour lire cet article 

Sur son blog, Antoine fustige régulièrement le Canton de Genève à propos de l'insuffisance sidérale des constructions de nouveaux logements à Genève. Sans être en désaccord avec lui, je pense qu'il sous estime grandement la difficulté de réaliser ces logements, même s'il y a une volonté politique au sommet de l'Etat Genevois. Son article sur l'attitude méprisable des Verts me parait particulièrement édifiante de la posture scandaleuse de ces bobos nantis, post souixante-huitards aisés, qui ne pensent qu'à préserver leurs avantages acquis, et qui font peu de cas des besoins de la jeunesse et des classes populaires.

Je suis d'autant plus heureux de cette critique qu'elle émane d'un homme politique fortement ancré au MODEM. Comme quoi, l'UMP et le MODEM peuvent se rejoindre sur cette critique des nouveaux Malthusiens qui souhaiteraient que le monde s'arrête d'évoluer pour ne pas menacer leurs petits (façon de parler!...) avantages acquis.

Il est temps de le dire haut et fort: les Verts sont les ennemis des classes populaires, et voter pour eux ne conduit qu'à renforcer les avantages acquis d'une petite frange de la population, souvent agée (nombreux sont ceux qui avaient 20 ans en 1968) dont l'unique souci est, non pas d'aider la jeunesse, mais bien de faire tenir ce système débile aussi longtemps que possible (leur espérance de vie) pour leurs seuls privilèges.

Cette attitude de passer le baton merdeux à la génération suivante était particulièrement manifeste hier dans l'émission Mots Croisés. A force de refuser toute réforme raisonnable sur la santé, on court à la destruction à terme de notre modèle social. Mais qu'en ont à faire ceux qui s'agitent dans les couloirs du pouvoir! ils ont pour la plupart plus de 55 ans et n'ont qu'un seul objectif: que le système tienne une vingtaine d'années, et après moi le déluge!....

Cette attitude suicidaire de nos élites qui manquent particulièrement de courage pour dire la vérité au peuple nous conduit au précipice de la même façon que le laxisme de nos gouvernants a plombé la dette de ce pays, et qu'il nous faut maintenant payer l'addition.

Halte à l'angélisme et place au pragmatisme et au réalisme!....

18:19 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg | | |  Facebook

17/11/2011

Quel fin politique que Nicolas Sarkozy!

En 1981, la droite a perdu les élections présidentielles car Chirac a torpillé Giscard en ne le soutenant qu'à minima, voire en appelant discrètement à voter Mitterrand. Son but: écarter un adversaire dans son camp en espérant raffler la mise 7 ans plus tard, en se proclamant le héraut de la Droite.

Le même danger guette Sarkozy qui est si bas dans les sondages et qui a détourné de lui tant de gens que certains dans son camp pourraient être tentés de jouer sa défaite en 2012, pour pouvoir remporter la mise en 2017 une fois que la Gauche se sera discréditée au pouvoir.

Mais Sarko a vu le danger! et en laissant entendre que sa défaite est possible en 2012 et que dans ce cas, il se voit en rassembleur et chef de file de la droite pour 2017, il devient une menace pour tous les Iznogoud qui se verraient un peu vite fakir à la place du fakir. C'est fort bien vu pour obliger les Copé, NKM, Fillon et consorts à le soutenir sans arrière pensées en 2012, afin qu'il gagne, et ainsi à se débarrasser de son ombre trop écrasante pour les échéances de 2017.

Bien vu Nicolas.....

08:29 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sarkozy, fillon, nkm, copé, ump, iznogoud | | | Digg! Digg | | |  Facebook