Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2015

Elections Départementales 2015 - Pourquoi je choisis le binôme Virginie Duby-Muller - Christian Monteil

dubymonteilphoto.JPG

En mars 2015 auront lieu les élections départementales qui nous permettront de choisir nos nouveaux Conseillers Départementaux appelés à remplacer le Conseiller Général actuel. Rappelons que la loi a imposé un changement de taille puisque, pour respecter la parité, le seul conseiller général sera remplacé par un binôme homme/femme, et qu'en conséquence, pour ne pas augmenter le nombre d'élus, le nombre de cantons du département a été réduit de moitié, à 17 au lieu des 34 cantons actuels.

C'est ainsi que le canton de St-Julien a été fusionné avec les cantons de Frangy et de Seyssel pour ne plus former qu'un seul canton. La conséquence principale de ce redécoupage est de nous offrir un combat au sommet entre le Président du Conseil Général, Christian Monteil, Conseiller Général sortant du canton de Seyssel et Antoine Vielliard, Conseiller Général sortant du canton de St-Julien qui ont tous deux décidé de se présenter à leur succession. Sans faire injure aux autres candidats qui ne sont pas battus d'avance, loin de là, on peut cependant estimer que ces 2 personnalités sont les favoris du scrutin.

Or Il n'y aura de place que pour un seul des deux, ce qui nous promet une belle bagarre!.... Bagarre qui a déjà commencé devant les tribunaux ainsi que je l'ai relaté dans un précédent article (cliquez ici pour le lire )

Pour ce qui me concerne, j'ai fait mon choix et c'est sans la moindre hésitation que je soutiens la candidature de Mme Duby-Muller et de M. Christian Monteil.

C'est de loin le binôme le plus expérimenté avec le Président du Conseil Général en exercice qui depuis plusieurs années anime et gère les actions du Conseil Général de la Haute-Savoie où il fait un travail remarquable, efficace et soucieux des deniers publics. Quant à sa partenaire, il s'agit ni plus ni moins du député de la 4ème circonscription de Haute-Savoie qui, depuis son élection en 2012, accomplit un travail unanimement apprécié et dont la personnalité proche des gens lui vaut l'amitié de tous ceux qu'elle approche.

Pour moi, il n'y a aucun doute que c'est ce binôme qui défendra le mieux les intérêts de notre canton tant au niveau départemental que régional. Méfions nous des promesses démagogiques de certains candidats dont on voit d'ores et déjà à quoi elles aboutissent et donnons notre confiance à ceux qui ont fait leurs preuves dans des postes à forte responsabilité.

Nous avons la chance d'avoir une candidature d'envergure, de renom et de talent! Ne la laissons pas passer. Pour donner les meilleures chances à l'avenir de notre canton et de notre département, Le 22 mars 2015, apportez vos voix à la candidature Duby-Monteil.

Vous pourrez découvrir leur programme en visitant leur site internet:

www.dubymonteil2015.fr

Mais je vous invite aussi à découvrir leur personnalité attachante, honnête et pragmatique en assistant à l'une de leurs réunions publiques dont le calendrier figure ci-dessous.

Calendrier des réunions publiques DUBY-MONTEIL dans les 3 cantons

dubymonteilreunionspubliques.JPG

05/01/2015

La réforme régionale n'est pas neutre pour notre territoire: Genève s'inquiète de la nouvelle région Rhône-Alpes Auvergne

Pour s'en convaincre, il suffit de lire ci-dessous l'article paru dans la Tribune de Genève en date du 4/1/15

 

La future super-région inquiète le Conseil d’Etat

La fusion Rhône-Alpes - Auvergne pourrait menacer les fonds frontaliers, selon François Longchamp.

Longchamp.JPG

 François Longchamp s’inquiète de l’avenir de la compensation financière genevoise

 

C’est à un vaste chantier que s’est attelé le gouvernement français. La réforme territoriale vise à simplifier le «mille-feuille» administratif, actuellement composé de quatre échelons (commune, intercommunalité, département et région). Dans ce but, une nouvelle carte des régions a été adoptée par les députés le 25 novembre. Leur nombre passe de 22 à 13. Ainsi, Rhône-Alpes et l’Auvergne ne font plus qu’un.

Si le débat semble à première vue très franco-français, il intéresse de près le président du Conseil d’Etat genevois. «Bien sûr que nous sommes concernés! explique François Longchamp. Notre voisin immédiat s’agrandit. Et compte désormais quatre départements supplémentaires, qui sont, de plus, relativement prétérités. Nous nous retrouvons à l’extrême périphérie est d’un territoire qui s’étend vers l’ouest.»

«Des coquilles vides»

Les inquiétudes de l’élu genevois se renforcent au sujet du second volet de la réforme, dont l’examen se poursuivra au mois de janvier. Celui-ci concerne la répartition des compétences et pourrait aboutir à un transfert de plusieurs prérogatives des départements vers la Région. «Nos partenaires historiques sont les départements. Qu’adviendra-t-il s’ils deviennent de simples coquilles vides? Où finira la compensation financière genevoise (CFG) dans cette affaire?» lance François Longchamp.

Depuis 1973, en vertu d’un accord franco-genevois, Genève rétrocède une partie de l’impôt à la source versé par les frontaliers. Cette somme, s’élevant cette année à 279,4 millions de francs, est versée aux Conseils généraux de l’Ain et de la Haute-Savoie. Ces derniers se chargent de l’utiliser dans des projets structurants et de la répartir aux communes au pro rata de leur population frontalière. «Quand un territoire change ainsi de dimension, que le centre de décision s’éloigne et que les besoins sont plus importants ailleurs, il est tentant d’utiliser la CFG pour des dossiers qui n’ont plus rien de dossiers de voisinage, renchérit François Longchamp. Il s’agit d’un accord passé avec nos voisins directs. Cet argent n’appartient ni à l’Etat français, ni à la Région.»

Des craintes que partage, forcément, Christian Monteil, à la tête du Département de Haute-Savoie: «Transférer les compétences vers Rhône-Alpes Auvergne, c’est retirer un barreau de l’échelle. On ne veut pas faire de procès d’intention, mais on ne veut pas non plus se résigner.» Pour tenter de faire valoir leur spécificité et garder la maîtrise notamment sur les dossiers transfrontaliers, la Haute-Savoie et la Savoie ont ainsi déposé un projet de loi visant à fusionner (lire nos éditions du 13 octobre).

Insistant pour sa part sur l’importance de la CFG pour les communes voisines de Genève, Patrice Dunand, maire de Gex est lui aussi inquiet: «La difficulté consiste en effet à savoir qui va à l’avenir gérer ces fonds. Plus le centre de décision s’éloigne plus la logique de la CFG est difficile à expliquer.» L’élu gessien estime que l’option la plus cohérente serait de confier cette gestion à l’ARC, soit le syndicat mixte qui réunit les collectivités françaises entourant Genève. D’autant que comme le rappelle Christian Dupessey, maire d’Annemasse, «cet échelon est amené à être renforcé en devenant un pôle métropolitain.»

Pas d’impact sur l’accord

Dans ce débat, des voix plus rassurantes s’élèvent cependant. A l’image de Pierre-Jean Crastes, président de la Communauté de communes du Genevois: «Ce qui inquiète François Longchamp, ce sont les fonds frontaliers. L’accord précise que ce sont les départements qui reçoivent ces fonds. Or, la réforme ne supprime pas les départements mais revoit la répartition des compétences.» Selon lui, beaucoup de choses peuvent encore évoluer d’ici à 2020, la date avancée par le gouvernement pour la suppression des Conseils généraux. «Entre-temps, aura lieu la présidentielle. Et l’on constate souvent qu’une majorité détricote ce qu’a fait la précédente.»

Christian Dupessey ne croit pas lui non plus à un impact sur l’accord de 1973. «Il n’a aucune raison de changer. De plus, la simplification du mille-feuille permettra à Genève de savoir plus facilement à qui s’adresser.» Favorable à la réforme engagée par son parti, le maire, qui est aussi conseiller régional, poursuit: «Les liens sont certes historiques entre le Conseil d’Etat et les départements, mais ces dernières années, la région a été moteur de la relation franco-genevoise.»

Et de conclure que, quelle que soit sa couleur politique, aucun président de la région Rhône-Alpes Auvergne n’a intérêt à mettre en péril le système des fonds frontaliers.

Article écrit par Marie Prieur
Tribune de Genève le 4/1/15

17/12/2014

Le projet de territoire de la CCG a été approuvé

Le projet de territoire consiste à déterminer les grands objectifs à atteindre à l'horizon 2020 pour notre territoire de la Communauté de Communes du Genevois.

Pour découvrir ce projet de territoire , cliquez ici

 

10:52 Publié dans Genevois Savoyard, Porte Sud de Genève - CCG | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ccg, projet de territoire | | | Digg! Digg | | |  Facebook

28/11/2014

Genève fête le bicentenaire de son rattachement a la Suisse et nous fait découvrir l'histoire de notre territoire

À l'occasion des fêtes commémoratives du bicentenaire de l'entrée de Genève dans la Confédération Helvètique  et des événements qui y ont conduit entre le 31 décembre 1813 (restauration de la République de Genève) et le 19 mai 1815 (signature officiellede l'entrée de Genève dans la Confédération), une association, GE200.CH a mis en place un site www.ge200.ch que je recommande à tous les amoureux de l'histoire de notre territoire transfrontalier.

Particulièrement intéressante est la partie intitulée "Genève à la carte" qui permet de visualiser plus de 400 ans d'histoire à travers une série de cartes toutes plus intéressantes les unes que les autres.

la courte vidéo ci-dessous vous permettra de découvrir l'essentiel des services proposés et vous donnera je l'espère l'envie et la curiosité d'en savoir plus en vous rendant sur le site www.ge200.ch

 

18/11/2014

Quel avenir pour la Savoie dans la nouvelle région Rhône-Alpes Auvergne?

Nous sommes à un tournant historique pour notre avenir, et il est important que chaque Savoyard soit bien conscient de ce qui se passe et de ce qui est en jeu avec la mise en place de la nouvelle réforme territoriale dont le gouvernement actuel a fait son cheval de bataille?

Sans revenir à mes interrogations sur le bien fondé de cette réforme (voir mon article précédent), je souhaite ici m'interesser uniquement aux conséquences désastreuses que pourrait avoir cette réforme sur notre avenir à nous savoyards.

Je suis un St-Juliennois, Haut-Savoyard, et c'est ainsi que je me définis dans mon identité. Français, je sais que je ne le suis que depuis 150 ans et qu'auparavant mes ancètres savoisiens se sont souvent battus avec la nation qui est désormais la mienne. De la même façon, je n'oublie pas que nous n'étions pas français en 1793 (même si notre territoire était alors occupé par les troupes françaises) et donc nous ne pouvons être traité de peuple régicide. Tout cela pour dire que si j'accepte et n'ait pas de problème avec le fait d'être français, je souhaite que les spécificités de mon peuple et de ma terre soient respectées. Par ailleurs, je me sens en revanche farouchement européen, et quand je voyage en Italie, en Suisse ou dans n'importe quel pays d'Europe, je sens, malgré les différences évidentes, une communauté d'esprit et de culture bien plus forte avec ces voisins qu'elle ne le sera jamais avec nos amis américains par exemple. Enfin, je me sens aussi citoyen du monde, convaincu que les grands problèmes de l'humanité (écologie, économie...) doivent désormais être résolus pacifiquement, à l'échelle du monde et de la planète.

Ce qui nous menace aujourd'hui avec la réforme territoriale, c'est que les grandes compétences qui sont aujourd'hui aux mains du département (routes, économie, tourisme, etc...) vont passer dans celles d'une super région Rhône-Alpes Auvergne dont le centre de décision sera à Lyon. Et comme nous serons à l'extrémité de ce grand territoire, j'ai bien peur que nous soyons oubliés, ou traités comme la dernière roue du carrosse.

Une conférence débat a eu lieu samedi dernier à Cruseilles, organisée par La Salévienne et animée par les 2 présidents des Conseils Généraux de la Savoie, Mr Hervé Gaymard et de la Haute-Savoie, Mr Christian Monteil.

Ces deux hommes sont venus nous expliquer les dangers qui menacent notre identité de savoyards à travers cette réforme qu'ils ne souhaitent pas, et comment ils envisagent d'en limiter les effets nocifs en nous proposant de fusionner les 2 départements dans une collectivité territoraile Savoie - Mont-Blanc qui  garderait l'essentiel des prérogatives et compétences dévolues actuellement aux départements et ainsi mieux défendre les interets de notre territoire au sein de la nouvelle grande région. Il ne s'agit en rien de fusionner les 2 départementys pour ne garder que la partie sociale que le gouvernement entend laisser aux départements, mais bien de créer une nouvelle entité à mi chemin entre le département et la région. Collectivuité qui tiendrait compte de la particularité savoyarde qui doit être reconnue comme l'est celle des Alsaciens, des Corses et des Bretons.

Disons le tout net, je n'étais à l'origine pas favorable à ce rapprochement entre nos deux départements qui ont souvent rivalisé et qui ont des interets divergents. Mais avant d'être un Rhône-Alpin Auvergnat, je suis avant tout un Savoyard et entre deux maux, il faut choisir le moindre. Dans une situation telle qu'aujourd'hui, je m'opposerais à la fusion de nos deux départements. Toute initiative qui permettra de nous rendre plus forts et de nous aider à atteindre cet objectif doit donc être soutenu.Dans la nouvelle région aux compétences élargies, je considère que c'est notre devoir à nous savoyards de faire bloc et de défendre nos droits.

Oui nos droits! Car historiquement ceux ci sont différents de ceux des autres départements par le seul fait que nous avons choisi de notre plein gré de rejoindre la France en 1860 en vertu d'un traité par lequel un certain nombre de droits nous ont été concédés. Il est donc légitime de les faire respecter. A titre anecdotique et pour preuve de notre spécificité, je rappelle que nos deux départements sont les seuls départements métropolitains à ne pas avoir un nom correspondant  à un nom de rivière ou de montagne.

Notre situation géographique à la porte des Alpes, de l'Italie et de la Suisse nous confère là aussi une spécificité que personne ne peut nier. Serait -il opportun de confier à Lyon ou à Paris le soin de négocier en notre nom avec Turin ou Genève, je ne le pense pas!

Notre économie elle aussi est spécifique. Avec 40% de son PIB provenant de l'industrie, la Haute-Savoie est dans le top 3 des départements français les plus industrialisés (en pourcentage de l'industrie sur le PIB total). Et cela malgré le fait que le tourisme et l'agriculture de montagne jouent eux aussi un rôle important.

Notre département est riche. Nul doute que cette réforme aura pour conséquence de nous retirer un peu plus des dividendes de notre labeur, alors que la péréquation qui nous pénalise en faveur des autres départements de France est déja l'une des plus élevées. Faut-il accepter de se laisser tondre la laine sur le dos sans rien dire? Non, il est temps que les savoyards, trop sages et conciliants pendant des décennies, se mobilisent pour défendre leurs intérets.

Faudra t-il accepter en Haute Savoie du Nord que nos accords transfrontaliers avec Genève puissent être négociés et mis en place par des gens qui n'ont aucune connaissance de notre histoire et de nos liens étroits tant historiques qu'économiques avec la Cité de Calvin?
Et qu'adviendra t-il des fonds frontaliers qui ont permis jusqu'à présent à notre territoire de financer les investissements nécessaires à l'accroissement démographique lié à l'attractivité de Genève?

Je vous le dis amis savoyards, nous devons nous mobiliser derrière Christian Monteil et Hervé Gaymard pour appuyer leur démarche et faire en sorte que notre Savoie que nous aimons tant ne soit pas noyée dans le fourre-tout Rhône-Alpin & Auvergnat. C'est notre avenir et celui de nos enfants qui est en jeu. Et c'est autrement essentiel pour notre futur que de savoir qui demain sera le prochain Président de la République à Paris.

car j aime a respirer
l air pur de nos montagnes
je suis la liberté la liberté

05/05/2014

Mieux connaître notre territoire - l'ARC qu'est ce que c'est

On parle beauxcoup du Grand Genève qui est le nouveau nom qu'a pris le Projet d'Agglomération Franco Valdo Genevois. Ce projet consiste à harmoniser le développementéconomique et humain de notre territoire commun des 2 cotés de la frontière.

A ce tître l'ARC qui rgroupe les interets de la partie française, joue un rôle prépondérant face au canton de Genève. Son rôle est cependant mal connu de ses habitants. Aussi ai je trouvé interessant de vous faire découvrir comment fonctionne ce syndicat.

Pour en savoir plus sur l'ARC et son fonctionnment, cliquer ici

19/11/2013

Une licence Professionnelle Comptabilité-Paye à Archamps Technopole

Hier soir, un aréopage de personnalités était rassemblé dans l'amphithéatre de l'immeuble Mont-Blanc à la Technopole d'Archamps pour l'inauguratiion de la licence Professionnelle Comptabilité-Paye montée de toutes pièces grace à l'énergie et aux efforts incessants du Vice-Président en charge de l'Economie à la CCG, Mr Frédéric BUDAN, maire de Vulbens.

Après les discours de félicitations du Président du Conseil Général de Haute-Savoie, Christian MONTEIL, et de la député de circonscription, Virgine DUBY-MULLER, et devant la présence bienveillante de Bernard Gaud, président de la CCG et de nombreux maires du canton, nous eumes droit à une présentation fort interessante de la part de plusieurs interlocuteurs venus dire combien cette nouvelle formation était opportune par rapport aux besoins de notre territoire.

Après les interventions de Damien CHATELARD de SEGECO et d'Olivier MARION du CNAM, les différents partenaires de cette formation la présentèrent brièvement avant que deux étudiants inscrits dans ce cursus vinrent enfin témoigner de leur satisfaction d'avoir pu trouver cette nouvelle opportunité d'améliorer leurs compétences.

Une nouvelle preuve de la vitalité du pôle éducatif de la Technopole d'Archamps, qui chaque jour joue un rôle de plus en plus important dans l'animation économique de notre territoire.

 

Photo Archamps.JPG

Pierre Brunet entouré de Claude Birraux, Virginie Duby-Muller, Christian Monteil et Frédéric Budan

10/11/2013

St-Julien et la CCG

J'invite mes lecteurs interessés par la vie de notre teritoire à prendre connaissance de l'article que j'ai écrit sur le site de campagne de notre liste St-Julien un nouvel horizon.

Pour cela, rien de plus facile, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://st-julienunnouvelhorizon.hautetfort.com/archive/20...

Bonne lecture, et n'hésitez pas à réagir sur cet article en postant vos commentaires.