Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2010

Un musée de la Guitare à Saint-Julien - Une idée originale pour dynamiser notre ville

Le problème majeur de Saint-Julien, c'est son manque d'animation et d'attractivité pour les visiteurs: en un mot, notre commune souffre d'un déficit d'attractivité, au contraire d'Annemasse et de ses commerces de centre ville et de périphérie, de La Roche qui peut se prévaloir d'une forte zone industrielle, de sa foire et de sa vieille ville, sans parler d'Annecy, qui grace à son lac et à sa veille ville historique, est un joyau touristique.

D'autre part, la proximité de notre ville avec Genève et les politiques de nos élus précédents n'y a pas permis l'éclosion d'une activité industrielle et commerciale comme cela a été le cas dans la vallée de l'Arve. Saint Julien s'est construit sur les services (Hopital...) et l'administration (Sous Préfecture.....), mais surtout comme ville dortoir de la banlieue de Genève. La conséquence, c'est qu'à l'inverse des autres communes de Haute Savoie de taille comparable (Sallanches, Bonneville,voire Thônes....) Saint-Julien ne dispose pas d'un centre ville vivant et animé, malgré tous les efforts qui peuvent être menés par les associations pour dynamiser la vie locale (Fête de la Pomme, Braderie, Ekiden des Hameaux, et j'en passe ...)

Si nous voulons revitaliser l'activité et le commerce en centre ville, il importe donc d'imaginer et de créer un centre d'attraction qui nous positionnera sur la carte des villes présentant un intéret pour les visteurs de proximité et des touristes.GES 08.jpg

Cet état de fait est d'autant plus regrettable qu'on ne peut pas mettre le blame sur la bonne volonté des habitants et sur leur enthousiasme. Il suffit pour s'en convaincre de constater la qualité des 2 festivals de musique qui se passent sur notre commune (1 Brin d'Zik & Guitare en Scene), ou encore les résultats extraordinaires de quelques associations sportives qui font briller l'étoile de notre ville telles que l'Athlé 74 ou l'Open du Genevois....

Face à cette situation, cessons de nous plaindre et de succomber à la fatalité en mettant la responsabilité de la perte de notre commerce sur l'ouverture de VitamParc, et essayons plutôt de trouver des solutions pour tirer le meilleur parti de l'installation de cette magnifique réalisation à notre porte. Saint-Julien possède des atouts que bon nombre de ville nous envient; il ne tient qu'à nous de les utiliser et de savoir en tirer profit.

Au premier chef, notre localisation géographique, à la porte de Genève, dans un bassin de vie dont la démographie est la plus dynamique de France, et à 15 minutes d'un des meilleurs aéroports internationaux d'Europe; tous ces atouts nous permettent d'envisager des projets qu'il serait autrement plus difficile à monter au fin fond de la Creuse.

En s'appuyant sur le triangle magique formé par le Cinéma Multiplex Gaumont d'Archamps, l'ensemble VitamParc & Macumba de Neydens et le Casino de Saint-Julien, je suis persuadé que l'avenir de notre commune est dans l'entertainment (divertissement & loisirs pris au sens large) et macumba.jpgdans le tourisme (à la fois d'affaires mais aussi culturel). C'est sur cet axe que nous devons capitaliser nos efforts pour trouver notre place au sein de Porte Sud de Genève, en complémentarité avec la technopole d'Archamps qui privilégie la Haute Technologie, les zones artisanales de Neydens et Feigères et l'activité agricole du canton. Cela n'exclut pas d'attirer des entreprises de services ou liées à l'éducation, mais c'est en positionnant Saint-Julien sur l'entertainment que nous trouverons notre véritable place au sein de l'Agglo Franco-Valdo Genevoise, tout comme Annemasse a décidé de se positionner comme centre d'accueil des ONG.

Il est regrettable que le maire actuel ne voie pas cette orientation d'un oeil favorable, il perd là une opportunité magistrale pour le bienGES09.jpg être de notre commune. Saint-Julien doit gagner en attractivité commerciale et ludique, et mieux jouer son role de ville centre. Aujourd'hui, que reste t-il à notre ville pour attirer les chalands du canton? le bowling a fermé, les magasins ferment les uns après les autres pour céder la place aux banques, agences immobilières et autres compagnies d'assurance.(et qu'on ne vienne pas incriminer Vitam'Parc, ce mouvement est bien antérieur à l'implantation de la Migros à Neydens). Il est temps d'inverser la vapeur!... Mais que fait la municipalité pour pallier cette situation? Rien ou presque!....

Rien ne sert de servir un diagnostic, aussi brillant soit-il, sans déboucher sur des propositions concrètes qui permettent de solutionner la problématique évoquée. C'est pourquoi, pour relancer l'activité et l'attractivité de notre commune, Je suggère de jouer la carte de la musique et de positionner notre ville sur ce thème en s'appuyant sur nos 2 festivals existants et en allant plus loin dans le positionnement de notre ville sur le créneau musical. Une telle brindzik.jpgpolitique aurait des conséquences favorables sur l'activité économique et commerciale, pour peu que l'équipe municipale sache fédérer la population derrière un projet ambitieux et concret.

 

 

 

Afin d'illustrer mon propos, j'indique ici quelques exemples de retombées économiques favorables qu'un tel positionnement pourrait générer à terme sur notre ville et notre territoire:

Installation de studios d'enregistrement musical.
Localisation d'une web radio.
Installation de sièges sociaux d'entreprises liées à la musique (Gibson, Yamaha, Universal.....)
Installation d'une grande salle de spectacle type Zenith à Cervonnex.
Installation d'une grande surface commerciale dédiée aux instruments de musique à vocation régionale.
Implantation d'un restaurant Hard Rock Café.hard-rock-cafe-la-outside_preview.jpg
etc.....

Tous ces exemples ne sont pas à prendre à la lettre mais sont là pour montrer qu'une politique volontariste, réfléchie et persévérante pourrait créer de l'emploi sur notre commune dans des activités non polluantes, à forte valeur ajoutée, et valorisantes pour l'image de notre cité. D'ailleurs, si l'on réfléchit bien, on se rend compte que ce qui a le plus contribué à la notoriété de Saint-Julien n'est autre que le Macumba; ce n'est pas si loin de notre thématique; on est même au coeur nocturne de celle-ci. Quand André Manoukian parle du Macumba de Saint-Julien à la télévision, c'est de la pub pour notre ville; Capitalisons donc sur nos atouts plutôt que d'aller chercher midi à quatorze heures.

 

Passons maintenant au concret:

IMG_2730.JPGDans cette optique et comme premier signe de l'engagement de cette politique volontariste de promouvoir notre ville comme un centre musical, je recommande l'installation d'un musée de la Guitare dans les locaux de la Ferme David. En effet, la municipalité qui s'est portée acquéreur de ce très beau domaine cherche une affectation à ce site. A ce musée moderne qui saura intégrer toutes les dernières technologies modernes de communication interactive dans les murs de la maison de l'ancien Ministre, au coeur du nouveau quartier de Chabloux, je suggère d'adjoindre un musée de plein air avec, par exemple, des statues de guitaristes célèbres. Ce musée de plein air, organisé dans un cheminement pietonnier à travers le centre ville  favorisera la circulation piétonne des touristes et créera du trafic pour nos commercants. Il revitalisera immédiatement cafés et restaurants et encouragera de nouveaux commerces à s'implanter dans notre ville.

IMG_2734.JPGPour donner une touche ludique à ce projet, et pour ne pas oublier notre population locale, au premier titre de laquelle je pense aux jeunes, je propose  d'installer une scène permanente dans la grange de la ferme, ouverte aux groupes locaux qui pourraient s'y produire régulièrement, comme ils peuvent le faire aujourd'hui lors de la Fête de la Musique. Une telle implantation, proche du lycée permettrait de dynamiser ce nouveau quartier et de donner un centre d'activités à nos jeunes. Enfin, dernière touche à ce projet, je suggère d'imaginer et de développer une architecture de mobilier urbain et des compositions florales sur ce même thème afin que notre ville trouve sa place dans le Guide Vert Michelin comme une curiosité touristique à visiter; Compte tenu de la clientèle captive qui se trouve au VITAM PARC, à 3 minutes du centre ville par le bus,  ou du nombre énorme de touristes qui passent sur l'autoroute voisine pour se rendre dans les stations de ski, je n'ai pas de doute qu'une telle entreprise serait couronnée de succès.

musée guitare.JPG

Bien sur, une telle démarche volontariste repose sur une vision de la gestion de la ville autre que celle qui consiste à attendre les bras croisés que quelqu'un vienne vous proposer l'événement tout fait. A titre d'exemple, il suffit d'imaginer ce qu'était le Festival de la BD à Angoulème lors de son démarrage et de comparer cela aux bénéfices considérables que cette ville peut en tirer 20 ans après; Dans le même registre, qui aurait pu imaginer un tel succès pour le Puy du Fou. Dans les deux cas, à l'origine, il y a volonté et obstination. Plus près de nous, on ne peut que se réjouir de ce qu'a su réussir l'Association ANDILLY LOISIRS avec le Hameau du Père Noël ou les Grandes Médiévales. Il faut être créatif que diable; et avec les talents et l'enthousiame que l'on trouve chez Motivibration (1 Brin d'Zik) ou GES (Guitare en Scène), ce serait un pari raisonnable à tenter.

musée guitare2.JPG

les-gets.jpgSi la station de ski des Gets a pu se doter d'un musée de la musique mécanique, ce ne doit pas être impossible pour Saint-Julien de dédier l'un de nos joyaux architecturaux (la Ferme David) à un musée de la Guitare.

J'attends vos commentaires et votre soutien pour faire avancer ce projet.

Pierre Brunet
Conseiller Municipal de Saint-Julien, élu dans la minorité.

10/05/2010

Compte rendu du Petit Déjeuner de la MED du 5 mai 2010

«Quelle est la réalité identitaire du

 projet d’agglomération franco-valdo-genevois ?»

 

Logo Projet Agglo.JPG

Tel était le thème du débat que nous offrait la MED ce mercredi 5 mai autour d'un café-croissants dans l'amphithéatre de la CCG à Archamps. Les 2 conférenciers étaient Guillaume MATHELIER, maire d'Ambilly et enseignant à HEG Genève, et Grégory TESNIER, journaliste économique et chargé de cours à HEG Genève.

Au cours de leur présentation, ils nous ont expliqué en quoi consistait l'identité, une question interessante et d'actualité au regard du grand débat sur l'identité nationale qui a tenu la France en émoi. Pour ma part, j'ai retenu que cette identité se forgeait dans un ensemble de traits d'appartenance qui pouvaient être aussi divers qu'une couleur, un monument, une langue, une histoire commune, des interets communs. J'ai aussi compris qu'il fallait distinguer les 2 aspects froid & chaud comme composantes de l'identité:

- le froid est la raison qui pousse un individu ou un groupe d'individus à s'attribuer une identité en fonction d'aspects objectifs (communauté d'interets économiques, histoire partagée...)
- le chaud quant à lui, est le domaine de la passion qui nous pousse à s'identifier à une entité sur la base de pulsions ou d'émotions: c'est par exemple la France Black-Blanc-Beur de 1998 au soir de la victoire lors de la Coupe du Monde de Foot.....

L'identité de chacun est diverse par le fait que plusieurs identités "secondaires" se combinent pour déterminer notre propre identité globale. J'ai aussi retenu que cette identité est dynamique et changeante: elle répond aux évènements, et évolue au fil de l'évolution des raisons objectives et de la transformation de nos émotions.

Logo Geneve.JPG

Se pose alors la question, thème de la conférence: y a-t-il une identité franco-valdo-genevoise? A cette question, nos deux conférenciers ont répondu tout de go, et sans ambages, par la négative. Le sentiment d'appartenance à une même communauté identitaire des 2 cotés de la frontière, pour le moment, n'existe pas; ceci se manifeste par l'ignorance respective de ce qui est important chez notre voisin (quel savoyard pourrait sans coup férir associer la couleur grenat au Servette de Genève, ou nommer spontanément un leader politique genevois? et inversement, combien de genevois savent que le club de foot ETG va jouer en Ligue 2 la saison prochaine, ou qui est le président de la Région Rhône-Alpes?)

drapeau savoie.gif

Se pose alors la question suivante: pourquoi n'y a t-il pas d'identité commune alors que tant de choses nous rapprochent, comme la lecture de l'histoire le démontre (voir l'article sur ce blog de l'histoire de notre territoire du genevois français). A ce sujet, on ne peut que louer l'initiative des deux communes de Veyrier et du Pas de l'Echelle qui pendant quinze jours se sont attachées à célébrer leur histoire commune et à rétablir le lien de leurs deux populations, séparées par une frontière récente instaurée par les soubresauts de l'histoire au XIXè Siècle.

A mon sens, s'il y a absence d'identité commune, c'est que l'histoire politique nous a séparés et a concourru à nous faire oublier notre identité commune. En effet la France, une fois la Savoie rattachée par le traité d'Annexion, n'a eu de cesse que de tout faire pour distendre les liens économiques et affectifs qui nous liaient à notre "capitale économique". L'exemple le plus criant de cette action étant la suppression unilatérale par l'Etat Français de la zone franche qui nous avait été pourtant octroyée par traité au moment du rattachement à la France en 1860. De plus, la France, comme elle l'a toujours fait au cours des siècles, a su éradiquer de notre mémoire notre histoire "savoyarde" et nous faire oublier les liens ancestraux qui nous liaient avec notre grande voisine; avec comme point d'orgue, en 1859, les nombreuses pétitions qui furent signées dans le Genevois et le Faucigny demandant leur rattachement au canton de Genève plutôt qu'à la France.(relire l'article du blog intitulé "le bonheur c'est simple comme une conférence de la Salèvienne").

Or, il n'est pas mentir que dire que Genève s'est toujours méfié de la France et de son ambition hégémonique (rappelons que les troupes de la République ont envahi et annexé Genève de 1793 à 1813), poussant les Genevois à rejoindre la Confédération pour se protéger de ce voisin trop envahissant. Les liens se sont donc distendus au fur et à mesure que la Haute Savoie du Nord, oubliant ses racines, devenait de plus en plus française; jusqu'à créer une véritable incompréhension entre deux populations qui pendant des millénaires avaient eu une destinée commune.

Mais comme on le dit souvent, l'histoire ne se répète pas, elle bégaye; et c'est la raison pour laquelle, au sein d'une Europe pacifiée, la tentation du Genevois et du Faucigny haut-savoyard d'unir leur destinée à celle de la ville phare de notre bassin de vie renait. Dans le même temps, les Genevois, bien que farouchement accrochés à la Suisse, se rendent bien compte qu'ils ont souvent plus à partager avec leurs voisins "français" qu'avec leurs compatriotes Suisse-Allemands. D'où cette nouvelle tentative de rapprochement au sein du Projet d'Agglo.

150ans2010.jpg

Cependant, si nous souhaitons que ce Projet vive et qu'il prospère, il me parait essentiel que nos élus locaux sachent organiser la "résistance" vis à vis des dirigeants de la nation française pour permettre à notre singularité d'éclore et de fleurir. Il n'est pas question pour nous de devenir Suisses, ni pour les Genevois de devenir Français; il suffit que nous prenions tous conscience, des 2 cotés de la frontière, que nous sommes avant tout des Genevois, compris au sens de la région transfrontalière qui entoure Genève, et dont les limites géographiques sont peu ou prou les mêmes que celles que le Projet d'Agglo recouvre.

Pour revenir au sujet de la conférence, c'est de symboles qu'a besoin l'identité pour se forger. A ce titre, je serais heureux que l'ETG puisse faire une belle carrière dans le championnat de France de Foot, et que, ayant son stade à Genève, l'équipe puisse susciter chez nos voisins Genevois un réel enthousiasme qui fédère un peu plus notre territoire vers un objectif et un rayonnement communs. De la même façon, je souhaite vivement le succès et le rayonnement du VITAM'PARC qui est pour moi la quintessence de ce nouveau départ: un projet suisse installé sur territoire français, portant un concept original et novateur, à travers une architecture remarquable et remarquée. Souhaitons qu'en son sein, nos deux populations puissent apprendre à mieux se (re)connaître et à fraterniser en s'amusant ensemble.

vue saleve.jpg

Alors vive le Projet d'Agglo et vive l'entente genevoise des 2 cotés de la frontière; et donnons le plus vite possible tort à nos deux conférenciers en leur prouvant que l'identité du projet d'Agglo existe et qu'avec le temps, elle sera de plus en plus vivace grace aux efforts conjoints de nos élus et à l'enthousiasme de la population.

07/05/2010

La Finance de marché: une arme de destruction massive

Avec les nouveaux soubresauts que connaissent de nouveau les bourses mondiales, et les risques grandissimes qui pèsent désormais sur les états (la Grèce aujourd'hui, l'Espagne demain?), nombre de gens sensés s'inquiètent sérieusement et pensent que le monde est devenu fou, et principalement ceux qui sont au coeur de son activité névralgique, à savoir les acteurs de la finance mondiale. Le sujet étant d'une complexité formidable, j'ai demandé à mon ami Eric Bertier, l'un des premiers "Golden Boys" dans les années 80, et qui connait parfaitement ce milieu, de nous faire part de son analyse sur ce qui se passe aujourd'hui; et cela fait froid dans le dos.... surtout venant d'un homme parfaitement au fait de ce qui se passe dans les salles de marché, et peu suspect de dérive anti-capitaliste ou ultra-gauchiste.

 

C'est  en lisant de tels articles, que les vrais défenseurs du Capitalisme, celui qui nous a permis d'atteindre ce niveau de vie exceptionnel, jamais atteint dans l'histoire de l'humanité, que ses vrais défenseurs donc, doivent trouver la force et le courage d'attaquer et de détruire sans pitié cette finance pervertie et dévoyée (quelques dizaines de milliers de personnes au total dans le monde) qui n'a rien à voir avec l'esprit d'entreprise et qui menace de tout faire sauter, si rien n'est fait pour la contrer au plus vite.

 

Je laisse donc la parole à Eric Bertier.

 

 

La Finance de marché : une arme de destruction massive

 

 

J’ai débuté ma vie professionnelle en 1980 à New York, au sein de la vénérable institution du nom de Morgan Guaranty Trust Company. A cette époque, la Finance regroupait les opérations de trésorerie, le marché des changes et des taux d’intérêts, les marchés d’actions et  la « banque d’investissement » dont la fonction la plus prestigieuse, les fusions/acquisitions, consistait à conseiller et accompagner les grandes entreprises internationales dans leurs projets de développement.

La finance était avant tout une activité au service des clients industriels et commerciaux  et sa créativité était mise au service de la croissance économique.

 

Les banques américaines étaient encore sous le joug de la loi « Glass Steagall » de 1933, séparant hermétiquement les activités de banque de dépôt et de banque d’affaire, pour éviter la contagion désastreuse de la crise de 1929.

 

Les produits dérivés existaient essentiellement aux Etats-Unis, et la majorité d’entre eux avait un sous-jacent dans l’univers des matières premières. Il s’agissait de permettre aux producteurs et aux acheteurs de couvrir leurs risques respectifs sur un marché organisé, standardisé et règlementé. L’année 1977 avait vu la naissance du contrat à terme (futures) sur l’obligation du Trésor Américain à 30 ans, suivie par l’introduction au début des années 80 des contrats sur devises et finalement sur la plupart des principaux instruments financiers; mais dans l’ensemble, le but poursuivi était avant tout le transfert des risques entre émetteurs et investisseurs, et l’ajout d’une grande flexibilité dans la gestion d’un portefeuille.

 

La spéculation a toujours eu cours, en tout cas depuis qu’il existe des marchés qui concentrent les intérêts divergents de leurs participants. Elle a une fonction essentielle, qui consiste à s’interposer temporairement entre acheteurs et vendeurs de « couverture » (hedgers, de l’anglais to hedge, protéger, couvrir un risque) pour assurer la liquidité et la profondeur des marchés. C'est-à-dire permettre aux acteurs principaux (par ex.producteurs, émetteurs) de trouver un prix et une quantité suffisante à tout moment, y compris en l’absence de contrepartie (par ex.acheteurs, investisseurs).

 

WS01.jpgCe qui a fondamentalement changé ces dernières années, c’est le pouvoir destructeur de cette spéculation par le biais des produits dérivés, d’une complexité toujours croissante, et toujours plus éloignés de l’instrument sous-jacent qu’ils sont censés représenter. Ainsi, les tristement célèbres CDO (Collateralised Debt Obligations)  sont infiniment plus dangereux et difficiles à évaluer que les emprunts hypothécaires classiques dont ils dérivent.

 

Avec les Credit Default Swaps (CDS) dont la dernière victime collatérale est la Grèce, on arrive à un niveau encore supérieur qui nous permet d’assimiler ces instruments à des armes de destruction massive.

Comme souvent, l’idée de départ est bonne et apporte un progrès dans le monde de la finance. Il s’agit de dissocier le risque de crédit associé à un émetteur  de la dette elle-même.

 

Ainsi, un investisseur soucieux du risque de faillite d’une institution peut aller acheter une « assurance faillite » à une banque d’affaire ou une compagnie d’assurance. Cette assurance, le CDS évoqué ci dessus, permettra (je simplifie) à l’investisseur qui le possède d’échanger son obligation en défaut de paiement contre le paiement du nominal de celle-ci.

Si l’assureur, autrement dit le vendeur du CDS, intervient sur de très nombreux dossiers, il diversifiera suffisamment ses risques pour supporter les –théoriquement-rares faillites ou restructurations grâce aux primes encaissées. Jusqu’ici ça ressemble à une banale assurance accident, l’automobile étant remplacée par une dette.

 

im sdm.jpgCe qui complique singulièrement le phénomène, c’est l’intervention de spéculateurs puissants (particulièrement les Hedge Funds non règlementés) dans ce marché, en dévoyant le but recherché, le transfert du risque, pour enregistrer des gains gigantesques et sans aucune contrepartie économique si ce n’est l’enrichissement de clients déjà très fortunés. Comme toujours, les départements de trading pour compte propre des principales banques suivent et amplifient le mouvement.

Les CDS étant échangés de gré à gré, et non pas sur une bourse règlementée, rien n’encadre leur vente et surtout rien n’oblige l’acheteur du CDS  à détenir la dette correspondante en portefeuille. Comme il n’y a aucune chambre de compensation qui enregistre et contrôle les transactions, on ne sait pas combien de CDS sont détenus par les spéculateurs ou investisseurs.

 

Supposons qu’une institution émette 100 millions d’euros d’obligations. Il est tout à fait possible que le CDS correspondant à cet émetteur soit échangé sur le marché pour une valeur faciale totale  de 1 milliards. Comme le spéculateur peut revendre le CDS acheté sans attendre l’échéance, le « trading » est totalement séparé de la dette sous jacente.

Poussons plus loin le raisonnement : Plusieurs fonds spéculatifs décident d’acheter massivement le CDS associé à un pays. Bien qu’il n’y ait pas de risque de faillite imminent le prix du CDS va monter fortement. Comme son prix représente au départ quelques points de pourcentage du nominal, avec quelques millions de dollars on joue déjà sur un nominal de centaines de millions.(Je rappelle ici que de nombreux hedge funds gèrent des dizaines de milliards de dollars).

La hausse du CDS alimente des rumeurs de dégradation du risque du pays, les agences de notation baissent (au plus mauvais moment comme en 2008) la note d’évaluation du risque, les taux de refinancement s’envolent,  et la panique s’installe, précipitant en quelques semaines la banqueroute qui n’avait au départ rien d’inéluctable.

 

Comme il n’y a pas de relation directe entre la vente de l’assurance et l’objet assuré, les banques et compagnies d’assurances qui ont vendu le CDS subiront des pertes colossales en cas de défaut avéré. En effet elles devront payer la différence entre le nominal de la dette assurée et le taux de récupération.

Prenons un exemple chiffré : la communauté bancaire et les assurances vendent (sans se concerter évidemment) à des spéculateurs les CDS correspondant à 1000 milliards de dollars de nominal sur la dette souveraine de la Grèce.(soit plus de 3 fois son montant réel).

Devant la hausse des taux, la baisse des recettes et l’impossibilité de repousser plus longtemps les échéances, le pays annonce la cessation du paiement des intérêts sur un total de 300 milliards de dollars de dette. Après renégociation, le taux de récupération final est évalué à 50%.

Les spéculateurs recevront immédiatement 500 milliards (1000 milliards de nominal assuré X 50%) et la communauté banques/assurances perdra cette somme moins la prime encaissée au départ. Inutile d’évoquer les conséquences désastreuses de cet exemple de spéculation : nous vivons aujourd’hui avec stupéfaction le déroulement de ce scénario cauchemardesque.

 

Img Bourse.jpgLe fond du problème c’est la transformation de la finance d’un outil facilitant le développement économique, en un moyen d’enrichissement rapide avec un effet de levier jamais atteint auparavant.

Les banques ont compris que les opérations pour compte propre rapportent immensément plus que le financement de l’économie. Les traders peuvent amasser des milliards (Wall Street a payé 120 milliards de bonus aux traders pour l’année 2009 soit l’équivalent de l’aide mondiale au développement ou 40% de la dette grecque !), et les patrons surpayés de ces mêmes banques peuvent rivaliser avec leurs concurrents internationaux. Pour atteindre cet objectif, à l’instar des banques islandaises, ils gonflent leur bilan et deviennent ‘too big to fail’. Quand Fortis a été sauvée par les gouvernements belges et néerlandais, son bilan représentait 900 milliards d’euros soit 3,5 fois le PNB de la Belgique !

 

Comme dans le film d’Oliver Stone ‘Wall Street’, c’est uniquement l’appât du gain (Greed) qui gouverne cette industrie. Toutes les recherches, tous les systèmes experts et toutes les énergies sont orientés vers cette recherche frénétique du gain a tout prix, quel que soit le risque encouru. Même les jeunes diplômés des écoles scientifiques se tournent vers le trading car inventer des nouvelles machines et construire des ponts ne pourra jamais leur rapporter autant qu’un bonus chez Goldman Sachs.

 

Clinton et Bush, sous la pression des grands établissements bancaires ont fait voler en éclat la règlementation de 1933 et libéré lesimg SDM2.jpg contraintes de levier qui pesaient sur les banques de dépôt aux Etats Unis.

Le pire, c’est qu’après le gigantesque fiasco de 2008, tout juste sorties de la perfusion des gouvernements, les grandes banques sont retombées dans la spéculation la plus effrénée, tirant profit de taux d’intérêt proches de zéro.

Quand aux fonds spéculatifs, déçus par leur contre performance de 2008, ils ont cherché leur revanche en s’attaquant aux dettes souveraines avec l’effet de levier immense apporté par les CDS et autres montages complexes ; ils parient sur la chute ou la disparition de l’euro et espèrent des gains astronomiques sans se poser la moindre question sur les conséquences économiques et les réactions en chaine provoquées par  leurs attaques.

A  la fin, dans un monde globalisé et totalement interdépendant, il n’est même pas sûr qu’ils puissent tirer parti de leur spéculation mortifère.

 

Il faut le dire ; la finance devrait être avant tout au service des acteurs économiques et ne devrait jamais pouvoir mettre la planète en danger comme en 2008 avec les subprimes, et maintenant, en pariant sur l’effondrement d’un continent. Mais comme il n’y a aucune chance que les intéressés changent de comportement d’eux-mêmes, la solution passe par une réflexion et une action réglementaire de  tous les grands états réunis et solidaires devant le danger mortel qui les guette.

 

Eric Bertier

02/05/2010

Le transport par cable: une solution idéale pour notre territoire

Récemment a eu lieu à Ambilly une conférence sur les bienfaits du transport par cable. Certains se sont empressés alors de proposer ce moyen de transport comme une alternative au projet de tram si cher (dans les 2 sens du terme) au maire de Saint-Julien pour relier notre commune au centre ville de Genève.

Pour ma part, je n'y suis pas favorable, car le transport par cable est, comme son nom l'indique, un moyen de transport pour aller, certes rapidement et sans pollution, d'un point à un autre. En revanche, à l'inverse du tram, ce n'est pas un moyen de structurer et d'amalgamer un territoire comme peut le faire un tram traditionnel qui est, outre un moyen de locomotion, aussi et avant tout, un vecteur d'urbanisme et de développement intégré, entre le coeur d'une métropole et ses quartiers excentrés.

Je ne souhaite donc pas que l'on propose cette solution comme un moyen de relier Saint-Julien à Genève, d'autant plus que le choix des Suisses s'est porté sans ambage et sans hésitation, vers la solution du tram terrestre. Il n'est donc pas question de venir discuter avec eux d'une solution alternative, qui n'aurait à mon sens d'autre conséquence que de repousser la réalisation du tram aux calendes grecques.

Peut-on pour autant écarter d'un revers de la main une solution de transport originale qui a séduit de nombreuses villes, parmi lesquelles New York, Barcelone, ou encore Grenoble et Nantes. A Taipei (Taiwan) par exemple, un télécabine relie la station de métro Zoo Taïpei, située dans le quartier de Maokong, au zoo et aux quartiers résidentiels qui l'entourent. Le télécabine, avec cinq tronçons, quatre gares intermédiaires, 145 cabines, sur 4 kilomètres de long, transporte 2 400 personnes/heure à 21 km/h. Si de telles réalisations existent, c'est que le transport par cable présente de nombreux avantages en matière de mobilité:

 

Tram aerien.jpg

 

  • Le câble consomme 4 à 5 fois moins d'énergie que le tram par passager-km
  • le câble coûte au moins 5 fois moins cher en investissement et a un coût d'exploitation ridicule
  • Avec un véhicule toutes les 10 à 30 secondes selon les techniques utilisées, le câble autorise un transport fluide et permet d'éviter les attentes qui pénalisent les temps de transports
  • Le câble se joue des reliefs et traverse toutes sortes de terrains sans nécessiter de travaux au sol.
  • Le câble cause peu de nuisances dues aux travaux lors de son installation, qui, de surcroit est rapide.
  • Le câble ne pollue pas, fait très peu de bruit et ne cause pas d'accidents de la circulation
  • Le câble a un effet attractif très élevé, comme le montrent toutes les installations en service public actuelles

 

rostock_tram_aerien.jpg

 

 

Cest pourquoi je vois dans le tram aérien la solution idéale pour relier les poles majeurs de notre territoire; je recommande donc que l'on étudie sérieusement la faisabilité d'une ligne Archamps-Technopole - Douane de Bardonnex - Gare SNCF de St Julien - Vitam'Parc.

Cette solution présente en effet de nombreux avantages que je vais essayer d'énumérer ici:

* Relier la technopole d'Archamps à Bardonnex et à Saint-Julien éliminera le plus grand frein au développement de ce quartier d'affaires, à savoir son isolement et son absence de desserte par les transports publics. En agissant ainsi, on fait d'une pierre 2 coups, voire même plus, puisque Archamps sera de fait connecté au réseau de bus express circulant sur autoroute et reliant Bardonnex au centre ville de Genève, mais aussi à Cointrin et à ...Annecy. Bien évidemment, on ne s'attardera pas sur l'interet de relier la Technopole à la ville Centre et tout particulièrement à sa gare SNCF et à l'accès TGV vers Bellegarde. On pourra cependant apprécier l'attrait majeur de relier la Technopole au plateau des Mouilles (MACUMBA & VITAM'PARC) dans l'optique de développer notre territoire comme un site majeur de conventions et séminaires.

* Relier la gare SNCF de Saint-Julien, terminus du tram, à Bardonnex, permettra de créer un pôle intermodal unique au monde, qui interconnectera véhicule particuliers, bus express sur autoroute, train, tram & tram aérien. Cette liaison permettra aux Saint-Juliennois, mais aussi à tous les voyageurs SNCF, d'avoir un accès facilité au site de Bardonnex où on pourra envisager sereinement des aménagements tels que restoroute, gare de préembarquement de l'aéroport etc....

* Relier la gare SNCF de saint-Julien au site MACUMBA-VITAM'PARC permettra de relier la ville centre au centre de loisirs, un atout particulièrement interessant pour notre jeunesse (qui pourra par ailleurs pourra aussi accèder facilement au Multiplexe Gaumont) ne disposant pas de véhicules. Cette liaison permettra l'intégration du Centre de loisirs à la ville centre pour le plus grand bénéfice des 2 parties. Un autre avantage sera de doter la ZAC de Cervonnex d'une desserte en transports publics, augmentant immédiatement son attractivité pour les investisseurs. Toutefois, j'y vois un argument encore plus fort en exposant que cette liaison permettra l'accès au tram à toute une population de la région, en lui évitant de rentrer en ville avec sa voiture. En effet, ceux qui ont utilisé la navette bus pour se rendre au Salon de l'Auto depuis le MACUMBA, ont bien compris l'interet majeur de garer leur véhicule sur l'immense parking du MACUMBA pour utiliser ensuite les transports publics. Ainsi, avec la liaison par tram aérien depuis Neydens, plus besoin de venir en ville pour prendre le tram, ou le bus express. On gare sa voiture sur le parking du MACUMBA, on grimpe dans le tram aérien qui vous emmène, qui à la gare (pour prendre le tram), qui à Bardonnex (pour attraper un bus express), qui à Archamp.... sans compter que le MACUMBA verrait probablement là une façon bien appréciable d'augmenter ses recettes en facturant l'utilisant de son parking qui reste désespérement vide durant la journée.

 

metrocable-meddelin-1.jpg

Quand on additionne les avantages que le tram aérien a un cout d'investissement et d'opération 5 à 6 fois moins cher que celui d'un tram traditionnel, qu'il ne fait pas de bruit, qu'il ne pollue pas et qu'en plus, il a un coté ludique, on ne peut que penser qu'il rencontrera un grand succès auprès de la population. Sa conception même lui permet de se jouer des pièges du relief et il est écologique pour la vie animale puisqu'il en respecte son habitat et ses déplacements. De plus, il correspond bien à l'image de notre Haute-Savoie qui utilise depuis plus de 50 ans ce moyen de transport pour véhiculer les touristes & skieurs qui se pressent dans les stations  notre département. Enfin, je ne considère même pas l'impact publicitaire qu'aura une telle réalisation pour notre territoire, avec sans aucun doute des articles à foison dans les journaux et sur les télés du monde entier.

Alors, Messieurs les élus, débattons en, et donnons à notre territoire, la longueur d'avance qu'il mérite.

Pierre Brunet
Conseiller Municipal de Saint-Julien et Conseiller Communautaire de la CCG.

01/05/2010

Soleil sur Saint-Julien: le portail pour découvrir le Genevois et la Haute-Savoie

Outre des articles d'opinion sur la politique locale Saint-Juliennoise, Genevoise & Haut-Savoyarde, Soleil sur Saint-Julien ambitionne de jouer un rôle de portail pour les visiteurs de notre territoire, qu'ils soient touristes, hommes d'affaires ou investisseurs, mais aussi pour les habitants nouveaux venus dans notre belle région et qui n'en connaissent pas encore toutes les richesses.

soleil3.jpg

A ce titre, vous y découvrirez

* Les sites touristiques régionaux dignes d'interet

* Les loisirs offerts dans le territoire du Genevois et les loisirs remarquables qu'offre la Haute Savoie

* Les bons plans et les conseils pour profiter au maximum de la Haute-Savoie, du Pays de Gex et de Genève

* Les bonnes tables du Genevois et de la Haute-Savoie

* Où loger dans le Genevois

* Les associations & clubs sportifs présents sur le territoire du  Genevois Français

* Des informations utiles et pratiques pour vous faciliter la vie dans le Genevois, et en particulier dans les 17 communes de la Communauté de Communes du Genevois.

* Le programme des manifestations culturelles et sportives

soleil2.jpg

Grace à l'outil de traduction Google présent sur la page d'accueil, le blog Soleil sur Saint-Julien est compréhensif en des dizaines de langues et représente donc un formidable outil de promotion de notre territoire dans le monde entier; avec une pointe d'humour, on pourrait même dire que ce soleil permet le rayonnement de notre région bien au delà du Genevois.


Dans cette optique, la contribution de chacun est recherchée, et vous êtes tous les bienvenus pour me signaler un évènement ou une manifestation digne d'interet, afin que je puisse l'intégrer dans l'une des rubriques ou dans l'agenda et en faire profiter l'ensemble des visiteurs.

Soleil1.jpg

Pierre Brunet

30/04/2010

Samedi 1er Mai: Cap sur Shanghai pour l'inauguration de l'Expo Universelle 2010


Logo Expo 2010 rect.JPG

Demain, samedi 1er Mai, alors qu'en France, nous fêterons la Fête du Travail, les Chinois, eux, célébreront l'inauguration de l'Exposition Universelle de Shanghai, qui promet d'être la plus grande foire jamais organisée sur la planète.

Vue Shanghai.jpg
A leur habitude, on peut faire confiance à nos amis chinois pour réaliser un évènement grandiose qui restera dans les mémoires. On attend déjà jusqu'à 500 000 visiteurs par jour pendant 6 mois., soit près de 90 Millions de visiteurs qui vont découvrir ce que le monde a à offrir de meilleur dans l'écrin de la ville appelée à devenir la capitale économique de l'Asie et du monde.
Le thème de l'Expo devrait séduire puisqu'il concerne l'aménagement des métropoles, sujet oh combien d'actualité, en particulier dans les pays émergents. Le slogan qu'ont imaginé les organisteurs s'intitule d'ailleurs "Meilleure Ville, Meilleure Vie"
Logo Expo 2010.JPG
Compte tenu de l'enjeu qui est de séduire les 1 300 000 000 de chinois qui peu à peu accèdent à la consommation, chaque pays a rivalisé d'imagination et d'audace pour réaliser un pavillon attractif et futuriste.
Pavillon Australie.jpg
Pavillon de l'Australie

Pavillon USA.jpg
Pavillon des USA


La France a elle aussi réalisé un pavillon ambitieux, dans lequel notre pays a essayé de retranscrire un style de vie à la française. Et pour séduire le public féminin chinois, la France a eu l'idée de demander à Alain Delon d'être le parrain de notre pavillon.

Pavillon France Jour.jpg
Pavillon France Nuit.jpg
Photo Delon.jpg


Mais bien sûr, noblesse oblige, les chinois ont souhaité démontrer que désormais, ils sont les plus forts, et pour cela, ils ont réalisé un pavillon qui domine tous les autres, comme un symbole de la puissance recouvrée de l'Empire du Milieu.
Pavillon Chine.jpg
Pour les fanas d'architecture, je vous engage à consulter la page des pavillons en cliquant sur le lien "voir les autres pavillons", vous ne serez pas déçus.....

Nul doute que les curieux et les amoureux de la Chine sauront utiliser ce prétexte pour aller voir de leurs propres yeux le chemin incommensurable parcouru depuis que DENG XIAO PING a remis la Chine sur les bons rails, en 1981; il y tout juste 30 ans.....

deng.jpg
L'Expo Universelle fermera ses portes le 31 octobre 2010.

29/04/2010

A la recherche de locaux? la CCG vous offre la solution

Découvrez ci-après la plaquette de présentation du Village d'Entreprises du Chable créé par la Communauté de Communes du Genevois (CCG) pour favoriser l'implantation des artisans et des petites entreprises sur le territoire du Genevois Français. Les tarifs et les conditions locatives sont particulièrement adaptés aux nouveaux entrepreneurs.

Renseignements : Maison de l'Economie: 04 50 87 09 87  &  CCG: 04 50 95 92 60

VEChable 1.JPG
VEChable 2.JPG
VEChable 3.JPG
VEChable 4.JPG
VEChable 5.JPG
VEChable 6.JPG
Ces locaux tout neufs sont particulièrement bien situés, à 10 kms de la frontière, au centre géographique du Genevois Français. Une visite s'impose!....

25/04/2010

VITAM'PARC: Un centre de loisirs familial

A 3 kms au sud de Saint-Julien, sur la commune de Neydens, au lieu dit Les Envignes, s'élève aujourd'hui, grace au groupe Migros, un centre commercial et de loisirs, à nul autre pareil: VITAM'PARC

IMG_4138.JPG

Si le but de ce blog est de rendre la vie plus belle dans le Genevois et au delà, on peut dire que ViTAM'PARC y contribue grandement, en IMG_4167.JPGoffrant à notre population un centre attractif et convivial, en passe de devenir le lieu de rendez vous ou de rencontre, qui faisait cruellement défaut à notre territoire. C'est ainsi qu'allant déjeuner au Vitam In ce vendredi, je n'y ai pas rencontré moins d'une demi douzaine de copains ou de connaissances.

IMG_4183.JPGIl faut féliciter la Migros pour l'aspect qualitatif de cette réalisation, très propre et très bien entretenue.

Pour ceux qui n'auraient pas encore découvert cette magnifique réalisation, il est urgent de vous y rendre, pour vous faire votre propre idée, et ne pas croire sur parole ce que mon enthousiasme peut parfois m'entraîner à écrire. Alors, que trouve t-on à VITAM'PARC?

IMG_4166.JPG

D'abord, il faut comprendre que VITAM'PARC a été conçu comme un centre de loisirs axé autour du thème de l'eau et du bien-être. Son slogan s'affiche d'ailleurs comme: "L'Eau, la Forme, le Bien-Etre, le Shopping"

IMG_4156.JPGOn y trouve donc une piscine couverte ainsi qu'un bassin d'aqua gym, des bassins de plein air (dont certains sontIMG_4159.JPG chauffés pour la pratique hivernale), ainsi que des pateaugeoires pour les plus petits, tant intérieures qu'extérieures. Et bien sur, il y a surtout les toboggans, faisant de VITAM'PARC un véritable Aqua Parc. En annexe à cet ensemble aquatique, un centre de bien-être vient d'ouvrir fin mars, offrant sauna, hammams et bains d'eau glacée; on ajoutera que massages et soins y sont aussi disponibles, pour le plus grand bonheur de ceux qui aiment être dorlottés.

Outre l'espace aquatique, on trouve à VITAM'PARC une immense plateforme de remise en forme et d'entretien physique disposant des équipements les plus sophistiqués. S'y ajoutent des terrains de squash et de badminton pour compléter l'offre.

IMG_4173.JPGMais VITAM'PARC offre aussi un mur d'escalade de 14 m de haut qui est un peu le point d'orgue du centre, puisque celui-ci est mis en valeur au point névralgique de la galerie commerciale, avec un espace vitré qui en fait un spectacle à lui tout seul, et donc un point d'attraction naturel.

La galerie commerciale, à taille humaine, regroupe une trentaine de commercants, avec plusieurs restaurants dont un IMG_4181.JPGMacDonald's. Outre le supermarché Migros qui en est le maillon principal, on y trouve aussi une pharmacie, une parfumerie, une maison de la presse, un magasin de téléphonie, un magasin d'équipement de fitness, un autre spécialisé pour les seniors.... L'autre point d'ancrage est le Magasin GO Sports, entouré d'un magasin de jouets, d'un coiffeur, d'un magasin d'optique et de quelques autres....

J'insiste sur le fait que cette galerie est de très haut standing, avec du marbre par terre et un souci constant de la rendre conviviale grace à une décoration événementielle sans cesse renouvelée.

Enfin, pour parfaire l'ensemble, un hotel 2 étoiles vient d'ouvrir, All Seasons,  offrant des prestations modernes et fonctionnelles, à un prix abordable

IMG_4193.JPG

Comme j'ai pu l'écrire dans d'autres articles, nous pouvons être fiers de cet équipement qui, ajouté au Macumba, au Casino de Saint-Julien et au Cinéma Multiplexe d'Archamps donne une attractivité régionale à cet espace. Espérons que les décisions prises par les élus concernés pour l'aménagement futur du plateau sauront s'appuyer sur ces atouts, et qu'elles iront dans le sens d'un renforcement de l'attractivité du pôle. A cet égard, un projet d'hôtel 3 étoiles s'il se concrétise, ne pourra qu'aller dans le bons sens.

IMG_4185.JPG
Sachant que désormais, la ligne D relie Genève & Saint-Julien à Vitam'Parc toutes les 20 minutes le mercredi et les week ends, vous n'avez plus d'excuses pour ne pas découvrir au plus vite l'une des attractions majeures du Genevois.

Le 5 mai prochain, VITAM'PARC ouvrira l'espace extèrieur de son centre aquatique et je suis impatient de voir petits et grands se régaler et s'éclater sur les toboggans et dans les bassins, sous le beau soleil du Genevois.

IMG_4142.JPG