Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2011

La crise financière - Sa signification réelle

Ne nous y trompons pas, cette crise, essentiellement américaine et européenne, est le tournant de l'Histoire qui sert de révèlateur au basculement du centre du pouvoir de l'Occident à l'Orient.

Les pays occidentaux sont en train de payer tous les excès des 30 dernières années, où nous avons fait la politique de l'autruche en refusant de mener une politique "raisonnable" et où "apres moi le déluge" pouvait servir de mot d'ordre à toute une génération.

Eh bien, le déluge nous a rattrappé, et on voit, ce n'est que le début, qu'on ne peut pas jouer impunément avec les grandes règles de gestion. Après la crise des subprimes qui avait puni ceux qui avaient prété de façon inconsidérée à des gens insolvables, pour empocher des gains à court terme, voila la crise des états souverains qui ont dilapidé leur richesse à tort et à travers, en privilégiant le Court Terme aux interets à Long Terme de leur pays. C'est bien là les limites de la démocratie qui est trop souvent la nourrice de la démagogie.

Apres la crise de 2008, on nous avait promis une gouvernance irréprochable, mais qu'ont fait les gouvernements pour amender les excès du système, si ce n'est que creuser leur déficits en jouant aux pompiers de service pour éteindre l'incendie de la crise de confiance bancaire. Le problème, c'est qu'aujourd'hui, ces mêmes gouvernements n'ont plus d'eau et que les flamèches de l'incendie sont là, prêtes à tout emporter grace à quelques manipulateurs des marchés pour qui l'interet général n'est qu'un mot vide de sens comparé aux opportunités de s'enrichir que génère cette crise sans précédent.

Quant à la Bourse, elle se déconsidère de plus en plus, jour après jour, en faisant du yo-yo et avec une volatilité rarement atteinte, prête à avaler comme un seul homme, et sans retenue aucune, n'importe qu'elle rumeur; il ne faudra pas s'étonner que de plus en plus de sociétés ne se détournent de la Bourse, recherchant d'autres sources de financement, et que les petits porteurs désabusés ne tirent un trait à tout jamais sur ce gigantesque casino où des croupiers traders manipulent les cours comme d'autres les les billes de la roulette.

Non décidément, ce capitalisme là me débecte, et il finira par crever s'il ne se réforme pas rapidement. D'ailleurs nombreux sont les petits patrons, ceux qui mouillent le maillot pour créer de l'emploi et de la vraie richesse à être écoeurés de la dérive de notre système qui privilégie les joueurs de foot, les stars de cinéma et de la finance. Où se recruteront les agriculteurs et artisans de demain, quand on assiste à un tel spectacle?

L'Occident est à bout, place à l'Asie et à ses valeurs!......

09:32 Publié dans Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crise financière, bourse | | | Digg! Digg | | |  Facebook

10/08/2011

Crise Financière - Où est Mme Lagarde?

Depuis 10 jours, une tornade finacière s'est abattue sur le monde avec un décrochement significatif des bourses, la dégradation de la note des USA, l'envolée de l'or et du Franc Suisse, mais le FMI, par la voix de sa Directrice Générale reste muet. Cela est quand même curieux.....

Alors que chaque chef de l'etat déploie des trésors d'imagination pour rassurer les marchés, le FMI est aux abonnés absents. Quelle signification apporter à ce silence? Il serait temps que Mme Lagarde sorte de son silence et s'exprime au nom du FMI.

Quant aux inquiètudes des chefs d'Etat, il n'est pas facile de savoir quelle attitude adopter! on le voit bien aujourd'hui avec la réunion de crise organisée, en plein milieu de ses vacances, par Nicolas sarkozy: elle a surtout eu l'effet de donner du crédit à une mécgante rumeur que la note de la France allait être abaissée par l'une des grandes agences de notation, et finalement cette réunion aura probablement fait plus de mal que de bien. Il est indispensable que nos responsables réfléchissent bien à chacun de leurs gestes et comment ceux-ci peuvent être interprétés par les marchés.

18:40 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : crise financière, fmi, christine lagarde, nicolas sarkozy | | | Digg! Digg | | |  Facebook

08/06/2011

Un autre signe du déclin français: les records du déficit commercial

La France vient de signer un nouveau et triste record avec un déficit commercial de 7.14 Milliard d'euros en avril 2011, record absolu; cela nous amène à un déficit cumulé de 61.27 Mards d'€ sur les 12 derniers mois, en augmentation de 20% par rapport à l'année 2010. Une tendance qui inquiète peut-être encore plus que le niveau élevé des déficits atteints.

solde balance commerciale France.JPG

Mais, bien évidemment, cela n'interesse personne dans notre beau pays, tout préoccupés que sont les gens à suivre l'affaire DSK qui est autrement plus interessante, médiatiquement parlant, s'entend.

Et pourtant, voila bien là un signe tangible de notre incapacité à satisfaire nos besoins de consommation; une mise en avant de la perte de compétitivité des produits "made in France" et une confirmation de la paupérisation de notre pays qui, non seulement se désindustrialise, mais aussi se heurte à l'inadéquation de son offre à la demande mondiale.

Si on ne réagit pas rapidement rapidement, et fermement, l'avenir de nos enfants sera encore un peu plus sombre. Mais cela interesse t-il seulement nos dirigeants? Quand on voit Obama réunir à la Maison Blanche tous les leaders des technologies du futur, on ne peut que constater le désinteret de notre administration pour le "business". Il est vrai que la guerre, en Lybie ou ailleurs, est beaucoup plus sexy!.....

14:33 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : déficit commercial, business, désindustrialisation | | | Digg! Digg | | |  Facebook

11/05/2011

Mitterrand connaissait bien DALIDA: promesses, promesses, promesses.....

débat mitterrand-Giscard.jpg

Hier soir, la chaine Paris Première a eu la bonne idée de rediffuser le débat présidentiel 1981 entre François Miterrand et Valery Giscard d'Estaing. Une excellente initiative qui montre à quel point les peuples ont la mémoire courte en politique et aussi comme ils sont naifs.

Revoir un tel débat c'est comprendre ce qu'il faut et ne pas faire pour gagner la confiance des électeurs, pour lesquels la phrase souvent reprise par Chirac "les promesses n'engagent que ceux qui y croient" prend tous son sens.

C'était particulièrement interessant de revoir ce débat, pour lequel Mitterrand était conseillé par Serge Moati, apres avoir vu un excellent docu-fiction du même Moati sur France 2 quelques heures auparavant sur la gestion du président socialiste dans les premières années de son arrivée au pouvoir.

A l'aune de ce qui est montré dans le docu-fiction, et avec les 30 ans qui nous séparent de ce débat, on réalise à quel point Mitterrand a roulé les Français dans la farine, et aussi à quel point notre pays a sombré depuis cette année fatidique qui, selon moi, a marqué le point de départ du grand déclin de notre pays, après le sursaut qu'avait su engendrer le Général de Gaulle. On y découvre aussi que l'intelligence et la maitrise des sujets ne suffit pas à gagner l'adhésion, quand elles s'accompagnent d'une suffisance et d'un mépris apparent qui rebutent et humilient ceux qu'il s'agit de séduire.

Il faut se pincer pour croire ce qu'on entend: que les finances de notre pays étaient saines, point reconnu lors du débat par Mitterrand lui même; le même qui allait ouvrir la brèche pour que le flot des déficits ne cesse depuis lors de nous inonder. Dans ce même débat, nulle mention d'immigration ou d'insécurité: ces 2 points ne faisaient pas débat. En revanche, déjà, le problème du chomage s'imposait à notre pays, d'autant plus que nous sortions du 2ème choc pétrolier.

A écouter les promesses du candidat Mitterrand et au su de ce qu'il a fait, on se rend compte à quel point notre pays s'est fourvoyé dans ces 14 ans de socialisme et surtout que c'est lors de ces deux septennats que les fondations du déclin français ont été érigées.

Le pire, c'est que la leçon que les politiciens en ont tiré est qu'on pouvait mener le pays dans le mur, mais en même temps être réélu, et mener une belle carrière politique. Jacques Chirac n'a rien fait ou si peu, pour inverser la tendance et, aujourd'hui, on se rend bien compte que la seule notion d'effort est devenue insupportable à notre pays.

Il ne faut pas se leurrer: de même que les socialistes ont pu dilapider le bas de laine dont ils ont hérité en arrivant au pouvoir, de la même façon les gouvernants futurs seront prisonniers des déficits abyssaux et de l'apathie générale de notre population dont ils hériteront. Il suffit de voir le tollé que suscitent, à droite comme à gauche, les paroles pourtant de bon sens de Laurent Wauquiez, pour se rendre compte que l'avenir de la France est sombre. Notre jeunesse bercée de l'illusion du bien être, pourrait bien un jour se réveiller avec une belle gueule de bois.

Le court termisme et la jouissance de l'instant présent ont pris le pas sur le long terme et la construction de l'avenir; mais nul doute qu'un jour il faudra régler l'addition, et ce jour là, il y aura du sang!... Dans la même veine, l'exemple des révolutions arabes est à méditer.... Plus de liberté, et c'est tant mieux! mais à quel prix! N'y a t-il pas là tous les premisses pour l'instauration de dictatures encore plus féroces que celles qui furent renversées? Le pire n'est jamais sur, mais il ne faut pas l'ignorer.

Qui aurait prédit en 1911, il y a 100 ans, les malheurs qui allaient s'abattre sur l'Europe, alors que les peuples européens vivaient des années d'insouciance et de prospérité grace à la révolution industrielle.

Si le pire n'est jamais sur, il n'est jamais loin!.. sachons nous en souvenir et ne pas succomber aux sirènes de ceux qui nous promettent trop.

18:47 Publié dans Economie, Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mitterrand, giscard, débat présidentiel | | | Digg! Digg | | |  Facebook

28/04/2011

Le volet 2 du Projet d'Agglo en question - La France se rebiffe

En 2007, était signé en fanfare le Projet d'Agglo Franco-Valdo Genevois dont le but avoué était de conduire et d'organiser la croissance démographique et économique du bassin Lémanique afin de parvenir à un développement harmonieux et équilibré de notre territoire des 2 cotés de la frontière. 5 ans plus tard, au moment de signer le 2ème volet de ce projet trans frontalier, force est de constater que de ce coté-ci de la frontière, de plus en plus d'élus s'expriment haut et fort pour critiquer le fait que Genève ne respecte pas ses engagements, et tout particulièrement en ce qui concerne la construction de logements.

Coté français, on exprime donc son mécontement vis à vis de Genève, comme l'indiquent ces 2 interviews de nos élus : Bernard Gaud, Président de la Communauté de Communes du genevois et Antoine Vieilliard, Conseiller Général du canton de St Julien.

 

Article ECO.JPG

27/04/2011

Le LHC du CERN: le genevois à toute allure

Le plus grand accélérateur de particules du monde (LHC) a établi vendredi 22 avril un nouveau record en produisant des faisceaux d'une luminosité inégalée, a indiqué vendredi le Centre Européen de Recherche Nucléaire (CERN). Une intensité plus élevée ouvre la voie à un plus grand nombre de collisions. En conséquence, cela doit permettre d'obtenir plus de données. "Qui dit plus de données dit aussi un plus grand potentiel de découvertes", a déclaré le directeur du CERN Rolf Heuer. Le LHC, relancé en 2009 après un an de déboires suite à son inauguration, a déjà battu plusieurs records.

Une preuve de plus du dynamisme de notre territoire, à la pointe de la recherche mondiale.

18:42 Publié dans Economie, Technologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lhc, cern, genevois | | | Digg! Digg | | |  Facebook

20/04/2011

Beau temps sur le Léman grace à un "microclimat économique"

L'économie Genevoise et Vaudoise se portent bien comme on peut le découvrir dans l'article de la Tribune de Genève.

Faut-il s'en plaindre ou s'en féliciter? pour ma part, il n'y a pas photo: quand Genève va, le Genevois savoyard va..... et c'est tant mieux !....

Article TDG Economie 110414.JPG

10:32 Publié dans Economie, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, économie | | | Digg! Digg | | |  Facebook

19/04/2011

La Suisse Romande, berceau des meilleures écoles hotelières mondiales

Comme l'indique l'article de la Tribune de Genève ci-dessous, la Suisse Romande est bien le meilleur endroit au monde pour se former aux métiers de l'hotellerie. Notre proximité du bassin lémanique est un atout de plus pour notre territoire. Comment créer des synergies de valeur sur une telle position dominante, voila un bon sujet de réflexion pour les élus de l'ARC.

Ecole Hoteliere.JPG