Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2012

La nationalisation transitoire, un nouveau concept économique breveté Montebourg

Montebourg,nationalisation transitoireArnaud Montebourg vienr d'inventer un nouveau concept pour ruiner le pays: la nationalisation transitoire.

Après la séquence "halte à l'augmentation du prix des carburants" qui a couté la bagatelle de 450M€ aux finances de l'Etat, notre ministre du Redressement Productif vient d'inventer un nouveau concept révolutionnaire, et unique au monde avec la nationalisation transitoire.

Cela consiste à nationaliser un secteur ou une entreprise qui va mal, dans l'attente de lui trouver un repreneur.

Nouvelle stratégie pour socialiser les pertes sans toucher aux profits, puisque cette nouvelle arme ne sert que pour les entreprises qui vont mal; et déjà se pointent les Petroplus, Chantiers navals ST , etc....

Avec de tels entrepreneurs aux commandes de l'Etat, la France risque bien de voir les agences de notation dégrader sa note, et le triple A sera alors rapidement un lointain souvenir. Rappelons nous en effet l'épisode Credit Lyonnais: la leçon n'a pas couté assez cher.....puisqu'un ministre est capable de sortir de telles inepties.

Heureusement que cette fois, le Premier Ministre et le Président ont freiné l'ardeur suicidaire du ministre, qui s'il est excellent quand il apporte les croissants aux ouvriers, n'a malheureusement pas une vision très nette de ce qu'est l'économie.

A la prochaine bourde, le chef de l'Etat serait bien venu d'en tirer les conséquences et de débarquer cet aventurier qui fait courir de graves dangers à l'entreprise FRANCE.

19:31 Publié dans Economie, Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : montebourg, nationalisation transitoire | | | Digg! Digg | | |  Facebook

19/11/2012

Le Grand Genève résiste à la crise

Messager 121115.JPG

Comme quoi, si on peut parfois se plaindre de Genève, il n'y a pas que des choses négatives, puisque cette bonne résistance à la crise est favorable à tous ceux qui vivent et travaillent dans ce bassin de vie. Je suis sûr que beaucoup de territoires français nous envient notre "chance" d'avoir une économie compétitive à 2 pas de chez nous, qui pour l'instant tire son épingle du jeu dans un environnement européen plutôt déprimé.

18:53 Publié dans Economie, Genève, Genevois Savoyard | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crise, genevois | | | Digg! Digg | | |  Facebook

27/10/2012

La réforme de la Taxe Professionnelle: Mode d'Emploi

La Taxe Professionnelle est un impôt qui existait depuis 1975. Spécifique à notre pays, cet impôt a longtemps été controversé et a fait l'objet de nombreuses critiques, soupconné qu'il était de freiner l'investissement.

Comme à son habitude, notre ancien président, Nicolas Sarkozy a pris les choses en mains et a décidé, unilatéralement de supprimer cette taxe que tout le monde voulait supprimer mais dont personne n'avait jamais pris le dossier en mains. Toutefois, et fidèle à son habitude, il n'a pas précisé comment il allait remplacer les recettes des collectivités locales qui se voyaient privées d'une de leurs ressources principales.

Cette mesure était d'autant plus urgente que l'industrie française a perdu 500 000 emplois en 10 ans. La suppression est devenue effective au 1er janvier 2010.

En 2010, l'Etat a promis qu'il compenserait les collectivité locales à l'euro près. On peut donc parler d'une compensation relais.

La TP a été remplacée par une Contribution Economique Territoriale (CET), somme de la CFE et de la CVAE qui a le mérite d'être basée non plus sur l'investissement mais sur la valeur Ajoutée.

CFE: Cotisation Foncière des Entreprises
celle-ci sera intégralement versé aux communes et aux intercommunalités

CVAE: Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises
26.5% de la CVAE sera payée aux communes et aux intercommunalités
Le Département  recevra 48.5% du produit de la CVAE
La Région recevra 25% du produit de la CVAE

A cette CET s’ ajoute un impôt forfaitaire sur les entreprises de réseaux (IFER) frappant les entreprises de réseaux (énergie, transport ferroviaire, télécommunications) qui vient compenser les pertes de recettes des collectivités territoriales.

Ce qu'on peut dire à priori est que cette réforme est plus favorable fiscalement aux communes en cas d'implantation de commerce que d'implantation d'industrie. A t-on prévu les effets pervers de cette nouvelle loi? l'avenir le dira.

Quant au nouveau gouvernement viendra t-il à son tour redistribuer les cartes, nul ne le sait.....

Pour plus d'infos, se reporter au site www.gih74.fr

20:31 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : taxe professionnelle, cet, cfe, cvae | | | Digg! Digg | | |  Facebook

26/10/2012

Stade de l'ETG - Seynod, Etrembières ou Findrol?

A l'heure où l'un des principaux soucis des dirigeants du club savoyard est d'assurer le mantien de l'équipe au sein de l'élite du football français (à ce jour l'ETG pointe à la 17ème place de la Ligue 1, premier non relégable), ressort le dossier du futur stade.

Rappelons que suite à l'intransigeance de Michel Platini, Président de l'UEFA, la piste de faire jouer l'ETG au stade de la Praille à Genève a été rejetée, nécessitant donc le besoin pour l'ETG de construire son propre stade en Haute Savoie.

Il m'a paru bon de faire un point de la situation au moment où le Dauphiné Libéré s'interesse à la question, comme le montre l'article paru dans l'édition du samedi 20 octobre 2012.

ETG Stade.JPG

J'ai volontairement caché le point d'exclamation qui illustre le titre de l'article, tant le lobby politique des élus de Haute-Savoie favorise une implantation à Seynod. Le club étant une émanation du nord du département, on ne pourra s'empécher de voir là une réminiscence de lla lutte d'influence qui oppose la Savoie du Nord au sud du département, et tout particulièrement à Annecy.

Les élus du bassin Annécien font en effet tout pour s'approprier à Annecy ce phare du rayonnement haut-savoyard qu'est l'ETG. On aurait bien sûr aimé qu'il s'interessent autant au club lorsque celui-ci, fort du soutien quasi exclusif du Chablais et du Genevois, végétait dans les ligues inférieures.

Il est regrettable que le choix de l'emplacement du futur stade en soit réduit à une lutte d'influence entre les élus, plutôt que de prendre en compte les interets du département dans son ensemble,  du club et de ses supporters.

Bien sûr qu'Annecy est la ville principale du département, et nous nous en réjouissons. N'avons nous pas supporté avec vigueur la candidature de notre chef lieu pour l'obtention des JO d'hiver en 2018. Mais en même temps que l'on dit cela, on ne peut ignorer l'émergence d'une grande agglomération à Annemasse. Une agglo qui, si on y rajoute le Faucigny et le Chablais est en passe de surpasser Annecy comme le centre urbain principal du département.

Dans cette optique, Annecy bénéficiant déja d'un grand stade, où joue pour l'instant l'ETG, ne pourrait- on envisager la possibilité de doter le nord du département d'une telle infrastructure, au plus près du coeur de ce club qui oscille entre le Chablais et Gaillard. C'est pourquoi, pour ma part, j'écarte la candidature de Seynod qui n'a pas de sens, ni au plan de l'aménagement du territoire, ni  au plan affectif envers le club qui en est pourtant à l'origine.

Les deux autres sites qui restent, Etrembières et Findrol sont tous les deux de très bons sites qui ont chacun leurs propres atouts. Et c'est entre ces deux sites qu'à mon avis le choix doit se faire.

Etrembières

L'emplacement est favorable, à la porte de l'agglomération d'Annemasse. Il se prèterait bien à l'implantation d'un stade moderne et de tout ce qui va avec, d'autant plus que les élus d'Annemasse Agglo ont réservé cette zone comme lieu de développement de loisirs outdoor. Quant à des sols souillés et pollués, cela me parait être plus une excuse pour torpiller un bon projet qu'un argument valable. Ne dit on pas que qui veut tuer son chien l'accuse de la rage.

En conclusion, je suis favorable à l'implantation du stade à Etrembières, site pour lequel je donne une note de 17/20. Mes deux  seules réservations étant qu'il est un peu éloigné du Chablais et qu'il est trop proche du stade de La Praille (3 kms à vol d'oiseau).

Findrol

Les habitués de ce blog savent que c'est vers ce site que va ma préférence, compte tenu de sa logique géographique, au carrefour autoroutier de la Haute Savoie; d'autant plus que c'est le site qui est, et de loin, le plus proche du Chablais et du site d'entrainement de l'ETG, à Publier.

Mais la raison principale pour laquelle je soutiens cette localisation tient surtout à la présence à Findrol de l'hopital Alpes Leman. Si l'on retient l'argument de la bassine d'eau au milieu du désert, il ne fallait en aucun cas mettre l'hôpital d'Annemasse à cet endroit. Maintenant qu'il y est, que fait on pour qu'il ne reste pas une bassine d'eau dans le désert, qui nécessite des infrastructures de transport public pour le desservir.

C'est dans cette optique que je considère l'occasion d'y établir le stade de l'ETG comme une opportunité à ne pas manquer. Mais bien évidemment, il faudra alors accepter de voir cette zone se transformer peu à peu en une zone d'activité majeure, puisque son attractivité sera bien plus forte.

Ainsi le projet d'y établir un P+R pour l'Aéroport de Genève serait une nouvelle brique à l'édifice pour rendre la zone attractive, avec la possibilité de mutualisation du parking entre le stade et le P+R.

Il n'est pas besoin d'être grand clerc pour comprendre le fort potentiel de cette zone, qui a d'ailleurs déja fait preuve de son interet en attirant nombre d'entreprises dans les deux zones d'activité qui s'y trouvent déja. L'enjeu pour les communes autour de Findrol est de savoir si elles  souhaitent garder leur caractère rural, où si elles sont prêtes à accueillir un espace moderne d'activités autour des 2 grands vaisseaux amiraux que seraient l'hôpital et le stade. De leur réponse dépendra alors le choix final du lieu d'implantation.

Si c'est oui, il faut faire le stade à Findrol, si c'est non, alors Etrembières s'impose.

25/10/2012

Le Centre d'Immunologie Pierre Fabre se développe à St Julien

Notre territoire devient un acteur majeur de l'industrie des bio technologies. Outre le Bio-Park d'Archamps qui monte en puissance, rappelons qu'à St Julien en Genevois, le Centre d'Immunologie Pierre Fabre a trouvé un terrain d'accueil très favorable, propice à son développement, comme le montre l'article du Dauphiné Libéré ci dessous.

Labo Pierre Fabre.JPG

13:41 Publié dans Economie, Porte Sud de Genève - CCG, Saint-Julien | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pierre fabre, st julien, bio park | | | Digg! Digg | | |  Facebook

23/10/2012

Un stigmate de notre déclin accéléré: la balance commerciale Française plonge en enfer.

La balance commerciale est le solde (quand il est positif, on parle d'excédent, s'il est négatif, on parle alors de déficit) résultant de nos achats et de nos ventes à l'étranger. C'est le meilleur indicatif que l'on puisse cavoir de la bonne santé de notre industrie, à savoir si celle-ci produit bien et pas cher des produits que le monde entier désire. Force est de constater qu'à travers son prisme, on peut être grandement préoccupé par l'avenir de notre économie.

Mois après mois, les chiffres tombent, confirmant que la France perd des positions sur les marchés extérieurs. Le déficit de la balance commerciale a atteint 6 milliards en juin 2012, faisant plonger dans le rouge de 34,9 milliards le commerce extérieur hexagonal sur l'ensemble du premier semestre 2012, selon les chiffres publiés par les Douanes. Ces chiffres calamiteux sont à mettre à la suite de la dégringolade vertigineuse de notre commerce exterieur depuis 10 ans comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous.

Deficit commercial France 2000-2011.JPG

Les chiffres des deux derniers mois connus, - 4.27 Mard € en juillet et -5.3 Mard € en aout restent dans la même tendance préoccupante, forçant le gouvernement Hollande à prendre le taureau par les cornes, et mettant au premier plan le problème de la perte de compétitivité de notre économie, et particulièrement de notre industrie.

Le graphique ci-dessus illustre de façon magistrale comment l'euro a été une catsatrophe pour les pays laxistes de la zone euro. En effet, depuis 2002, nous nous sommes interdits la possibilité de dévaluer, ce que nos gouvernements avaient pris l'habitude de faire depuis 1968, reprenant d'une main ce que leur manque de courage leur avait fait abandonner de l'autre aux classes laborieuses. Faut-il rappeler qu'au début de l'année 1968, il fallait 1.20FF pour acheter 1FS, alors qu'aujourd'hui, il faut 0.8€ (soit 5.25FF) pour acheter le même Franc Suisse. cela représente tout de même une dévaluation de 77% de la valeur de notre monnaie en 45 ans, au grand profit des travailleurs frontaliers qui ont fait le choix de travailler chez nos voisins.

La dévaluation permettait de redonner un coup de fouet à nos exportations et de limiter les importations quand la chute de la compétitivité de nos entreprises nationales l'exigeait. Un genre de drogue douce qui permettait de faire face à la rigueur des temps. L'introduction de l'euro ne l'a plus permis, nous sevrant brutalement de la drogue "dévaluatrice" et entrainant dans le gouffre financier que l'on connait les pays qui adoptaient la même politique (l'Italie, l'Espagne, la Grece...) alors que dans le même temps l'économie sérieuse de notre voisin et concurrent l'Allemagne nous écrasait, puisque ce pays, sous un gouvernement socialiste, avait su prendre les mesures adéquates pour remettre son économie sur les bons rails.

Voyons ce que ça donne sur l'évolution de la balance commerciale allemande sur les 40 dernières années.

Excedent commercial allemand.JPG

On constate qu'à l'inverse de la France, c'est à partir de 2002 que la valeur de l'excédent explose pour atteindre

122 Mard € en 2009
155 Mard € en 2010
158 Mard € en 2011

Sur la base d'autres chiffres , provenant de sources différentes, il est interessant de comparer la répartition de ces excédents ou déficits pour l'année 2009.

France :
Déficit de la balance commerciale tous pays : 59 Mard €
Déficit de la balance commerciale vers l'UE: 26 Mard € soit 44% du total
Déficit de la balance commerciale vers l'Allemagne: 15 Mard € soit 25% du déficit total

Allemagne:
Excédent de la balance commerciale tous pays: 134Mard €
Excèdent de la balance commerciale vers l'UE: 115 Mard € soit 86% du total
Excédent de la balance commerciale vers la France: 27Mard € soit 20% de l'excédent total  

Ce que ces chiffres démontrent sans ambages, c'est que l'Allemagne a été le très grand bénéficiaire de l'euro puisqu'elle a pu déverser ses marchandises sur l'Europe grace à la monnaie commune et à l'absence de "dévaluations compétitives" qui dans le passé, venaient à fréquence régulière mettre un frein au rouleau compresseur de l'industrie allemande.

Le phénomène se réduit en 2012 suite à la grave crise qui frappe les pays d'Europe du Sud, mais l'excèdent allemand devrait cependant avoisiner 160 Mard € cette année.

Des grandes réformes de structures - en tête celles touchant à la compétitivité, au coût du travail, au financement de l'économie - seront nécessaires pour permettre aux entreprises françaises de grandir et de se remettre dans la compétition internationale.

Pour nous Haut-Savoyards du Nord, dont beaucoup travaillent en Suisse, il nous est difficile de comprendre et d'admettre que si la France est tombée au 21ème rang mondial de la compétitivité internationale, il ne faut pas chercher le champion de cette compétitivité à Hong Kong ou Singapour, ni même en Chine! Non, non, il est là tout près! car le champion de la compétitivité n'est autre que ......la Suisse.

Comment cela se peut-il? Il serait peut-être temps d'y réfléchir. Et probalement que les 65000 Français qui traversent chaque jour la frontière pour aller travailler à Genève et y obtenir un salaire souvent double de ce qu'ils percevraient de ce coté ci de la frontière, en France, oui peut-être pourraient ils donner quelques pistes à notre gouvernement; de quoi inspirer notre ministre du Redressement Productif, Mr Arnaud Montebourg, lorsqu'il aura remisé sa marinière, pour corriger notre faiblesse endémique et remettre debout ce pays avant qu'il ne soit trop tard.....

03/10/2012

Noire Finance - Un documentaire à voir absolument

Hier soir, l'excellente chaine ARTE diffusait un documentaire en 2 parties, intitulé "Noire Finance".

Le premier épisode; nommé La grande pompe à phynances retrace l'histoire de la monnaie depuis 1929, jusqu'à l'abandon de l'értalon or en 1971 par Nixon, en passant par les accords de Bretton Woods...

Dans la seconde partie, Le bal des vautours, est décrit le mécanisme de la crise financière initiée aux USA avec la crise des subprimes, ainsi que les rôles joués par chacun (Goldman Sachs, AIG, le gouvernement Américain.....)

Un must absolu à voir, ou revoir ci dessus ou sur www.arte.com pour tous ceux qui veulent comprendre comment la plus grave crise financière depuis 1929 nous est tombée dessus à partir de 2007.

Un exemple de plus de la chance que nous avons en France de bénéficier d'une télévision de grande qualité, pour peu que les téléspectateurs se donnent la peine de fuir la télé réalité ou les séries américaines.

19:05 Publié dans Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noire finance, arte, crise financière | | | Digg! Digg | | |  Facebook

13/09/2012

La FIA (Fédération Internationale de l'Automobile) à Valleiry?

Un nouvel exemple de l'attractivité internationale de notre canton a été révélée par Le Dauphiné Libéré qui titrait hier sur l'implantation probable du centre mondial de  logistique et de recherche de la FIA à Valleiry.

Jean Todt.jpgStructure dirigeante du Sport automobile, et dirigée depuis octobre 2009 par le français Jean Todt, la FIA administre la réglementation de tout le sport automobile, y compris la Formule 1 et le rallye, en tout, une quinzaine de compétitions majeures.

Dans une optique de rationalisation de son fonctionnement et de ses couts, la FIA, basée à Genève a trouvé fort interessant de positionner son "back office" sur le territoire du Genevois français qui présente l'opportunité de la proximité de Genève, et d'un cout moindre, tout en étant au coeur de l'Union Européenne.

Je suis particulièrement satisfait de ce projet, qui va dans le sens du positionnement de notre territoire que je défends depuis près de 4 ans: une plateforme d'accueil pour les sociétés mondiales à vocation internationale et Européenne. Notre territoire doit s'affirmer comme un complément géographique et économique à la Cité de Calvin afin de  donner une valeur ajoutée plus forte à Genève dans sa quête de favoriser l'installation de multinationales dans le bassin lémanique. Ce sera une stratégie gagnant- gagnant qui enrichira notre territoire et lui permettra d'y développer l'emploi.