Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2010

La ville évolue, la mobilité change

Voila le titre de la très interessante exposition proposée par la municipalité aux Saint-Juliennois curieux de l'évolution de leur ville en matière d'urbanisme et de transport.

L'exposition qui a lieu dans la grande salle à gauche du hall d'accueil de la mairie présente les différents scénarios d'aménagement de la ville en termes de mobilité. Loin d'être un vecteur de réflexion avant décision, le visiteur réalisera qu'on lui indique ce que la municipalité a décidé, sans de réelle concertation avec la minorité et souvent au mépris même de nos remarques et de nos propositions. Aussi afin de clarifier le débat, je vais tenter de présenter la position de la minorité de façon aussi claire que possible sur les 7 chantiers prioritaires que définit la municipalité en place sur ces thèmes de mobilité et de vie de la cité.

En préambule, on rappellera que nous souhaitons faire vivre à Saint-Julien le concept de la ville à la campagne. En résumé, cela signifie que l'on souhaite avoir tous les attributs d'une ville mais que l'on refuse le bétonnage à outrance comme la municipalité précédente, dirigée par le maire actuel, l'a laissé faire dans le quartier de Paisy. A ce sujet, nous nous réjouissons que les mêmes responsables aient réalisé leurs erreurs et nous souhaitons que le quartier de Chabloux qu'ils nous promettent sera à la hauteur de nos espérances.

photo Chabloux.JPG

Nous préconisons une croissance de la mobilité douce (voies piétonnes et cyclables) et une protection des espaces verts, sans pour autant nous opposer à une densification de l'habitat qui semble inéxorable et en accord avec le PACA St-Julien - Plaine de l'Aire.

La mobilité douce

C'est l'un des points sur lesquels nous sommes en phase avec ce que propose la municipalité, et nous nous réjouissons qu'il y ait là un consensus sur l'interet et l'urgence à développer ce mode de transport. Ajoutons toutefois que nous sommes très en faveur d'un aménagement d'une voie cyclable entre Ternier et Lathoy afin de permettre, via une triangulaire, de relier le site d'Archamps, le plateau des Mouilles (Vitam'Parc) et Saint-Julien.

L'aménagement de l'entrée Ouest

Voila un des points majeurs du plan de circulation dont la ville a besoin, pour échapper à son engorgement actuel et pour desservir le nouveau quartier de Chabloux et ses 1200 logements nouveaux. Cela fait longtemps que je milite pour une nouvelle pénétrante et je suis ravi de voir que la municipalité se range à mon opinion. Cependant, reste à choisir entre les 2 tracés retenus:

entree ouest.JPG

Il est clair que la municipalité est malheureusement en faveur du tracé 1 en bleu sur le schéma ci-dessus. Pour ma part, je pense que le tracé mixte, en rouge, est beaucoup plus interessant pour notre ville à long terme.

En effet, le tracé bleu viendra engorger l'actuelle route de Lyon et risque d'accroitre considérablement le traffic devant le quartier du Saint-Georges où il y a déja eu un accident mortel. En même temps, il impose  le passage de la route des Sardes en double sens, ce qui pour moi est une hérésie.
Le tracé rouge quant à lui, permettra une desserte directe du nouveau quartier de Chabloux ainsi qu'une desserte hors-ville des hameaux de la plaine de Thairy; sans compter la mise en valeur possible de l'espace, actuellement inaccessible, entre Intermarché et la voie ferrée.

Je considère que la solution idéale consisterait à faire passer la route sous la voie ferrée à l'endroit prévu sur le croquis, pour ensuite se scinder en un Y: la branche droite en sens unique relierait la Route de Lyon et la rue des Sardes, tandis que la branche gauche de l'Y, en double sens viendrait longer la rive gauche de l'Aire pour l'enjamber et rejoindre le rond-point de l'Intermarché. Cette solution aurait en outre l'avantage de sauvegarder le pont Manera, élément interessant de notre patrimoine architectural, qui échapperait ainsi à la démolition.

La reconfiguration du rond-Point de l'Arande

photo Entree sud.JPG

Je souscris pleinement à la nécessité de reconfigurer ce rond-point afin d'embellir la porte sud de notre ville et dans le même temps d'y faciliter le traffic. N'étant pas architecte, je me garderai de dire ce qu'il faut y faire, mais je pense qu'un des éléments majeurs de la réflexion sera de penser à mettre en valeur la confluence des deux ruisseaux puisque c'est à cet endroit que le Ternier et l'Arande se rejoignent avant de se jeter dans l'Aire.

La jonction au centre ville par la rue des Sardes

photo Rue des sardes.JPG

On aura bien compris que c'est là un des désaccords majeurs que j'ai avec la municipalité qui souhaite remettre cette rue en double sens au mépris de la sécurité (une rue étroite à fort dénivelé est toujours dangereuse en hiver), et au détriment des travaux que la même municipalité y a investis l'an dernier (pres de 300 000 €) pour aménager des trottoirs et des éclairages publics qui devront être démolis. Je ne vois pas l'interet de réaliser cette mise en double sens sachant que le traffic descendant vers la sortie de la ville peut très bien utiliser la route de Thairy, comme il le fait actuellement. Je ne parle même pas des problèmes de circulation que créeront les travaux sur cette voie pendant au moins 6 mois.

L'aménagement d'un plan de circulation au centre ville

Lors des travaux en commission d'urbanisme, on nous a informé d'études faites par un cabinet d'expert pour une proposition de nouveau schéma de circulation. Cette réflexion est bien entendu nécessaire dans l'optique d'accueillir le tram jusqu'à la gare. On regrettera cependant que la municipalité ne cherche qu'à améliorer le traffic, ce qui est bien sûr louable, mais sans tenir compte aussi de l'amélioration de la vie des habitants. Pour ma part, je considère que ce nouveau plan de circulation doit avoir aussi pour ambition de rendre la ville aux Saint-Juliennois, et non pas seulement de faciliter la circulation des véhicules en transit. Pour ce faire, je suis partisan d'une politique pragmatique des petits pas qui permet de valider les options prises avant d'engager des travaux pharaoniques.

Concrétement, voici ce que je propose:

Créer un plateau, en surélevant la chaussée, entre la rue Berthollet et la rue Fernand David avec l'adjonction (comme cela est le cas dans la rue du Commerce à Annemasse) d'une bite amovible au niveau de la mairie, et d'une autre au niveau de la Caisse d'Epargne.

Ces deux bites, enfoncées les jours de semaine permettraient le traffic vers la Grande Rue, tout en le ralentissant grace au plateau; en revanche, le soir, et tout particulièerement en été, elles seraient remontées pour interdire le traffic et ainsi rendre piétonne la voirie entre la mairie et la rue Fenand David. Cela aurait la conséquence première de permettre à la population de se réapproprier l'espace public et en particulier de profiter de l'espace ensoleillé devant la Diligence.

Voila un aménagement peu couteux qui changera la vie des habitants; pour s'en convaincre, il suffit de voir comment la vie sociale change lors de la Fête de la Musique quand le traffic est interrompu sur cette portion de voie.

Il aura aussi l'avantage de permettre à terme une revitalisation de la Grande Rue; et afin de vérifier l'option piétonne, je souhaiterais que l'on rende celle ci piétonne un week end par mois afin de vérifier avec les commercants l'effet que cela engendre sur leurs affaires; car il n'est bien entendu pas question de prendre des décisions sans tenir compte de l'avis des commercants que nous souhaitons voir revivre et prospérer et non le contraire.

La tranchée Couverte sous le Crêt

photo Tranchée.JPG

Là aussi, ce projet ne prend en compte que l'amélioration possible du traffic (cela reste d'ailleurs à voir), sans qu'il n'apporte aucun élément de mieux vivre pour nos concitoyens. En ce sens notre projet alternatif qui consiste à enfouir la circulation sous la rue Berthollet et à créer un parking souterrain sous la place du Crêt conjugue les deux ambitions: améliorer le traffic mais aussi améliorer la vie des habitants en leur donnant un nouvel espace à vivre. D'autres  options devraient être étudiées, y compris le passage par la descente du Crêt, ce qui permettrait de faire une économie substantielle sans endommager notre Crêt. Je suis donc pour ma part opposé à ce projet de la municipalité.

photo Cret.JPG

Le tramway et le pôle multi-modal de la gare

C'est bien évidemment le projet majeur de la décennie à venir, et de sa réussite dépendra la vie future de nos concitoyens à Saint-Julien. Nous nous devons d'être ambitieux et de bien réfléchir aux conséquences que cet aménagement entrainera.

photo Gare.JPG

A titre d'exemple, j'ai maintes fois attiré l'attention des élus de la majorité sur le fait que l'arrivée du tram en gare de Saint-Julien entrainera inéluctablement une forte croissance du traffic automobile sur l'avenue Louis Armand puisque celui-ci, et c'est d'ailleurs bien là son objectif, jouera un rôle d'aspirateur attirant les habitants du canton à Saint-Julien pour y prendre le tram. Une autre conséquence sera la desserte de Vitam Parc depuis la ville; celle-ci est en effet possible grace au bus des TPG les mercredi, samedi et dimanche: elle ne le sera plus, une fois le tram réalisé. Il faut donc penser à une alternative!...

photo Multimodal.JPG

D'autre part, je regrette que le terminus du tram à la gare SNCF ne permette pas la jonction indispensable avec la plateforme douanière de Bardonnex. Il me parait en effet indispensable d'assurer l'intermodalité des transports routiers (voitures, bus..) et ferrés (train, tram...): C'est pourquoi j'ai demandé que 2 options soient envisagées:

Le prolongement du tram jusqu'à Bardonnex
ou
La réalisation d'un tramway aérien (type télécabine) qui relierait la technopole d'Archamps à la plateforme douanière de Bardonnex, puis à la Gare SNCF et enfin au Vitam Parc. J'expose d'ailleurs ce projet dans un autre article sur ce blog.

J'ai bien conscience que certains de mes lecteurs doivent me prendre pour un doux réveur à la lecture de tels projets; mais il ne faut pas ignorer que le Projet d'Agglo et le PACA prévoient un accroissement majeur de notre population avec un doublement du nombre des habitants de Saint-Julien à 25000 hb en 20 ans, et parallèlement une forte croissance de la population du canton. Nous devons monter les projets par rapport à l'avenir et non en fonction du passé. Nous avons la chance de vivre dans l'une des régions les plus dynamiques d'Europe: donnons nous les moyens de notre ambition, tout en restant les pieds sur terre et en contact avec les attentes des habitants.

20/10/2010

Un eco-quartier à Viry

Article paru dans le Messager du 14/10/10

Article Eco-Quartier Viry.JPG

12:36 Publié dans Architecture & Urbanisme, Haute-Savoie, Porte Sud de Genève - CCG | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : viry, eco-quartier | | | Digg! Digg | | |  Facebook

15/10/2010

Le plus long tunnel du monde: en Suisse

Percée finale du "tunnel du siècle" au coeur des Alpes suisses

Une fraiseuse géante doit achever vendredi de percer le "tunnel du siècle", une galerie de 57 km à 2.000 m sous terre, au coeur des Alpes suisses, faisant entrer la Suisse dans le livre des records et donnant une nouvelle impulsion au trafic ferroviaire européen.

Le tranquille village alpin de Sedrun (centre-est), sous lequel les trains circuleront, s'apprête à vivre ce moment historique en présence de 200 invités, des journalistes du monde entier et les mineurs qui ont participé aux travaux.

Un spectacle visuel et sonore est prévu à 13H00 (11H00 GMT), suivi par une bénédiction du tunnel.

photo tunnel1.jpg

A 14H00 heure locale, la fraiseuse de 9,5 m de diamètre devait se mettre en marche, brisant quelques minutes plus tard le dernier tronçon de roche et permettant aux mineurs situés de par et d'autres du mur de se serrer les mains. Le ministre suisse des Transports, l'ambassadeur de l'UE en Suisse, Michael Reiterer, et le directeur général des Chemins de fer suisses, Andreas Meyer, devaient assister à cette poignée de main.

En travaux depuis près de 15 ans, le tunnel ferroviaire, le plus long du monde, ne devrait ouvrir qu'en 2017 mais il fait déjà la fierté des Suisses. "Le Gothard: le tunnel de tous les superlatifs", titre La Tribune de Genève. "La Suisse fait ce qu'elle a promis à l?Europe: percer sous les Alpes le plus long tunnel ferroviaire du monde, pour offrir une voie rapide sur l'axe de transit nord-sud", selon le journal Le Temps.

 

24 millions de tonnes de roches ont été excavées: cinq fois le volume de la grande pyramide de Khéops. 2.000 ouvriers de dix nationalités ont travaillé en permanence sous terre.

photo tunnel 2.jpg

Le Gothard devrait décongestionner le trafic routier européen.

"Le tunnel du siècle" permettra de relier dès 2017 Zurich à Milan en 2 heures 40, soit une heure de moins qu'actuellement. Les trains de passagers pourront circuler à 250 km/h. Les convois de marchandises atteindront 160 km/h. 300 trains pourront emprunter le tunnel quotidiennement, bien plus qu'avec l'ouvrage actuel, construit il y a 128 ans et long de 15 km.

Au livre des records, le tunnel, qui aura coûté aux Suisses 10 milliards de francs (7,5 milliards d'euros), détrônera le tunnel japonais du Seikan (53,8 km), reliant les îles d'Honshu et d'Hokkaido.

Le tunnel sous la Manche, reliant la France à la Grande-Bretagne, est quant à lui long de 49,9 km.

Située au coeur de l'Europe mais ne faisant pas partie de l'UE, la Suisse a adopté en 1994 par référendum "l'initiative des Alpes" qui oblige le gouvernement à transférer le fret transalpin de la route vers le rail.

L'écologie, ça ne se discute pas: ça se fait. Une fois de plus nos voisins et amis Suisses nous donnent une leçon de pragmatisme et de réalisme. Pas de bla bla: des résultats......

11:50 Publié dans Architecture & Urbanisme, Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tunnel du gothard, ecologie, fret rail, suisse | | | Digg! Digg | | |  Facebook

20/09/2010

Patrimoine de Saint-Julien: La Ferme DAVID

Le 18 septembre, lors de la journée du Patrimoine, le principal centre d'animation de notre ville se trouvait sur le site de la Maison DAVID. A cette occasion, à l'instigation de l'association La Ville est à Vous,  une visite guidée était organisée pour tous ceux qui s'interessent à l'histoire de notre bonne ville. La présentation ci-dessous inspirée en grande partie du travail de Mr Jean-Luc DAVAL a pour but de résumer ce qui s'est dit lors de cette journée à propos de ce haut lieu architectural de notre commune.

 

IMG_0259.jpg

 

L'ensemble du site qu'on appelle Maison ou Ferme DAVID comprend une maison de maître, une ferme et un parc jardin. Cet ensemble date de la Révolution puisqu'il fut construit en 1789 par Jean-François MENAUD de BONTEMPS, un émigré français en Sardaigne, qui malheureusement pour lui, sera rattrapé par les armées de la République, lorsque celles ci envahiront Genève et une partie de la Savoie en 1792. Rappelons qu'à cette époque notre territoire n'était pas français mais qu'il appartenait au Royaume de Piémont-Sardaigne dirigé par les descendants de la Maison de Savoie.

En 1794, le 16 juin pour être exact, le domaine est racheté par Mr Louis JACQUEMARD, Vice-Président du Directoire de Carouge, comme "bien saisi" pour la somme de 53600 livres. Notons qu'à cette époque, notre territoire faisait partie du Département du Léman (dont la capitale était Genève), département qui fut créé en 1793 lorsque les troupes françaises envahirent le Genevois et qui disparut avec la chute de Napoléon en 1815.

Le domaine restera propriété de la famille Jacquemard jusqu'à son acquisition par Fernand DAVID qui en fera sa résidence familiale. Je ne peux m'empécher de rappeler que ce furent mes ancètres, la famille RABUT qui pendant 100 ans furent les fermiers de ce domaine et qu'il n'est pas impossible que ce soit à la suite de la décision de mon ancêtre Pierre RABUT de cesser son activité de fermier que la famille JACQUEMARD entreprit de se désaisir de ce domaine.

L'ensemble est resté dans un état admirable, les différents propriétaires ayant su adapter les structures initiales à leurs besoin de confort sans en altérer l'authenticité.

 

Les qualités architecturales du Domaine

Le domaine dont les premiers éléments furent construits en 1789 -1791 comprend la maison de maître qui, jusqu'en 1830 abrita le propriétaire et le fermier. Devenue demeure , celle ci bénéficia au fil des ans de nombreuses transformations destinées à améliorer le confort de ses habitants.

Le rez de chaussée et le premier étage ont été modifiés au fur et à mesure des besoins et de la fortune des propriétaires qui passèrent de ceux d'un exploitant rural à ceux de la résidence familiale d'un homme politique important de la IIIème République. Les différentes pièces ont gardé leur destination d'origine: hall, cuisine, chambre, escaliers...

Les matériaux utilisés sont sobres, élégants, authentiques: carrelages, parquets, cheminées, boiseries, portes, etc.... A noter que chaque serrure est forgée avec un chiffre qui permet de reconnaître sa clef. 

IMG_0252.jpgQuant à la tour moyennageuse du coté nord, il s'agit là d'un rajout dont l'usage fut destiné à adjoindre un cabinet de toilette à chaque étage; on notera que cette tour s'intègre parfaitement au bâtiment sans le dénaturer, et en lui apporatnt même une certaine distinction.

IMG_0261.jpg

Au sous sol, les magnifiques caves voutées en briques témoignent de l'importance de l'activité viticole pendant plus d'un siècle: elles sont restées dans leur état originel

La modernisation de l'ensemble date du début du XXème Siècle et fait suite à l'acquisition du domaine par le ministre Fernand DAVID qui fait de la maison de maître sa résidence d'été. Dans cette optique, il construit une véranda, aménage salons, chambres et bureaux, en installant parquets et boiseries. Pour améliorer le confort de la maison, il installe l'eau courante avec des salles de bains modernes et bien entendu, il l'équipe de l'électricité.

 

Commissaire Général de l'Expostion Internationale des Arts Décoratifs en 1925, il n'est pas insensible au style moderne de l'époque et il aménagera des espaces typiquement Arts Déco dans sa résidence, comme par exemple les boiseries du salon du Rez de Chaussée.

La maison a les caractéristiques des domaines ruraux du Genevois: proportions, formes, dispositions des fenêtres ainsi que la pente et la couvertture du toit. On notera que la charpente est d'origine et est faite avec les matériaux locaux.

Une cour pavée sépare la maison de la ferme qui est restée dans un état exceptionnel. Ses dimensions, sa hauteur et sa charpente sont spectaculaires. Originellement, elle comportait 3 travées:

une pour les bêtes d'élevage
une pour le matériel agricole et les voitures
une pour les animaux de trait (chevaux & boeufs)

L'étage sert de remise, de logement ouvrier et surtout de grenier. Comme dans nombre de grosses fermes de la région, des ponts roulants sur poulie permettent la distribution du fourrage dans l'ensemble de la grange. Depuis le sol, on peut admirer la charpente de l'édifice qui est superbe.

Sur le coté droit de la cour, une petite maison a été construite pour le fermier aux environs de 1830, au moment où le propriétaire s'est installé dans la maison principale. Jardin, potager, verger, pigeonnier et poulailler sont à proximité.

IMG_0251.jpgQuant au magnifique parc qui entoure la maison de maître, il date de 1914 et a été dessiné pour le ministre Fernand DAVID par le jardinier genevois Jules
ALLEMAND. La consultation des plans démontre que le jardin est resté dans son état d'origine, ce qui est rare dans la région. Le propriétaire a voulu que les parterres restent fleuris tout au long de l'année, ce qui explique la grande variété de plantes qui le composent. La conception du jardin méle harmonieusement l'ordonnance à la française à des bosquets de style anglais; des espaces variés et ombragés permettent la promenade, voire la méditation ainsi que la possibilité de prendre des repas ombragés. L'ensemble surplombe la plaine de l'Aire et offre une vue spectaculaire sur le Jura et la plaine de Thairy; celle ci fut longtemps peu cultivable jusqu'à son assèchement, et c'est bien sur les coteaux plantés de vigne, comme ils subsistent à Lully et Soral, que l'activité agricole était la plus importante. 

 

La valeur historique du domaine

Comme nous l'avons vu plus haut, l'ensemble a été construit en 1789 par l'émigré Bontemps; il est prévu pour se suffire à lui même et procurer des revenus à son propriétaire tirés de l'exploitaion agricole générés par la vente de sa production sur les marchés de Carouge et de Genève, principaux débouchés pour le vin, les céréales et légumes, volailles et tommes. Le nombre de vaches est alors limité car lait et fromage n'étaient guère exportables avant la construction du Chemin de Fer et l'amélioration du Réseau Routier qui datent de la fin des années 1880. C'est donc de la vigne que la région tire ses principaux revenus agricoles.

La Savoie devient française en 1860, sous Napoléon III, mais la démocratie n'intervient réellement qu'à partir de 1880. A cette époque la colonie savoyarde de Genève est deux fois plus importante que celle de Paris, d'où l'importance économique des zones compte tenu de l'interdépendance étroite entre Genève et son arrière pays.

C'est dans les premières années du XXème Siècle que Fernand DAVID achète la propriété JACQUEMARD grace à la fortune de sa femme. En effet, avocat au tribunal de Saint-Julien, Fernand David est élu député de la circonscription en 1898; il remplace César DUVAL et sera régulièrement réélu jusqu'en 1919. Battu par la Droite aux élections législatives qui suivent la Grande Guerre, il est néanmoins élu comme sénateur, ce qu'il restera de 1910 jusqu'à sa mort, le 17 janvier 1935. 

Fernand_David_01.jpg

 

Huit fois ministre de la III ème République dont six fois ministre de l'Agriculture, Fernand DAVID joue un rôle fondamental dans le développement, la modernisation et la mécanisation de l'Agriculture. De plus, il est l'un des créateurs du Crédit Agricole. Outre son classement en station climatique (ce qui permettra un siècle plus tard à notre ville d'accueillir un Casino), St Julien lui doit son observatoiire météologique. Par ailleurs Fernand DAVID est un ardent défenseur des zones franches. Sa carrière le verra devenir vice-président du Sénat et négociateur au Liban, avant qu'il ne soit désigné Commissaire Général de la Grande Exposition Internationale des Arts Décoratifs de 1925. Expo qui réunit les avant-gardes du monde entier, dont les Russes, et grace à laquelle l'architecture moderne de Le Corbusier, la prestigieuse revue L'Esprit Nouveau et les grands couturiers sont lancés. Enfin, il sera aussi le président du Conseil d'Administration de la Manufacture de Sèvres.

Il fait de Saint-Julien sa résidence d'été et il modernise sa demeure pour qu'elle soit digne de son statut; il y recevra d'ailleurs de nombreuses personnalités. Plus tard, son fils Jean DAVID qui jouera un rôle tres important dans le rayonnement de l'hôpital de Saint-Julien en fera son domicile familial, et le domaine est resté aux mains de ses héritiers jusqu'en 2008.

Conclusion

Le domaine DAVID est un témoin privilégié de ce que fut la vie et l'économie depuis deux siècles dans le Genevois: son architecture est le reflet du style de vie de notre région où sobriété et respect des matériaux laissent entrevoir déjà une certaine conscience écologique. Même si l'on ne peut pas vraiment parler de "monument historique", on pourra cependant définir ce domaine comme un lieu remarquable d'histoire, tant par les évènements qu'il a traversés (révolution, invasion française, retour à la Savoie, puis annexion à la France) que par la stature de ceux qui l'habitèrent et le firent évoluer.

08/06/2010

Nouvelle réglementation thermique: ça devient sérieux

La réglementation thermique 2010/2012 constituera pour les professionnels du bâtiment, et notamment ceux du génie climatique, une véritable révolution. Alors que pour le passage de la RT 2000 à la RT 2005, le niveau des consommations avait été abaissé de 10 à 15% en moyenne, cette fois-ci il sera divisé par deux. Pas question donc d’adapter ce qui existe déjà, il va falloir innover. Tant au niveau de la fabrication des matériaux et des matériels que de la conception des ouvrages et des systèmes énergétiques. Quant à la mise en œuvre, elle deviendra cruciale. Un chiffre à lui seul illustre bien les enjeux. Il s’agit du seuil de consommation à ne pas dépasser de 50 kWh/m².an, exprimé en énergie primaire. Un seuil qui sera modulé en fonction de paramètres tels que la situation géographique du bâtiment.

On sait que la réglementation thermique devrait être applicable aux constructions neuves à partir du 1er janvier 2013, pour le résidentiel, et de l’été 2011 pour les bâtiments tertiaires et publics. La RT 2010/2012 se calera peu ou prou sur les exigences actuelles des bâtiments basse consommation type BBC. Trois grandes valeurs devront être respectées : un nouveau coefficient BBIOmax définissant un niveau d’efficacité d’énergie minimale du bâti, une consommation maximale Cmax de 50 kWh/m² en moyenne, un niveau de confort d’été Tic qui ne devra pas dépasser un niveau maximal Ticréf.

Comme quoi, la prise de conscience écologique est bien là.

03/06/2010

Le Village de marques à Bellegarde: c'est reparti!...pour de bon...

Après de nombreuses tentatives infructueuses, il semble bien que cette fois soit la bonne, et que l'autorisation de procéder à l'établissement d'un village de marques, du type "Factory Outlet" sur les hauteurs de Bellegarde soit acquise. La CNAC (Commission Nationale d'Aménagement Commercial) vient en effet de trancher  en faveur du projet.  Les promoteurs du "Village des Alpes" devraient donc pouvoir déposer leur permis de construire d'ici la fin de l'année pour une inauguration prévue dans 3 ans.

bellegarde.jpg

A titre d'information, voila comment était présenté le projet en 2006, avant que celui-ci ne soit bloqué par plusieurs recours.

Le Village des Alpes de Bellegarde sur Valserine est, aujourd’hui en France, l’un des plus importants projets de centre de marques. Il réunit 134 boutiques, l’usine Lejaby, une maison du tourisme et des espaces de détente et de loisirs sur une superficie de 22 hectares. L’investisseur britannique « Bergerac Estates » qui bénéficie d’une solide réputation dans le milieu européen avec une quarantaine de réalisations, investit près de 100 millions d’euros à Bellegarde, pour créer ce village de 134 boutiques avec à la clé 600 emplois directs et la moitié de temps partiel (les 65 emplois de l’usine Lejaby seront maintenus sur le nouveau site). Sur le concept qui a fait la renommée des centres de marques de Troyes ou de Romans, le Village des Alpes proposera des articles de grandes marques, en fin de série ou en retour de vente, à des prix de 30 à 50 % inférieurs à ceux du marché orientées vers les sports et loisirs de nature et de montagne. Les articles proposés sont issus des collections précédentes et complètent l’offre commerciale de centre ville qui bénéficie des nouvelles collections. Ce centre de marques de quatrième génération, construit selon une architecture de type montagne s’articule autour d’une place de village et de son clocher, pour desservir des rues adjacentes et les boutiques. Les matériaux nobles employés, pierre, tuiles et bois facilitent son intégration dans le paysage. Un formidable enjeu pour le bassin Bellegardien qui explique que les élus du bassin Bellegardien ont accueilli ce projet à l’unanimité. Ce projet territorial d’envergure est capable de redynamiser le tissu économique régional par ses retombées indirectes. Plus d’un million et demi de visiteurs sont attendus dès la première année, pour dépasser les trois millions dès la cinquième année. Les chiffres prouvent que 10% de cette fréquentation vient consommer en centre-ville ! Le Village des Alpes vise une clientèle potentielle de 4 millions d’habitants située à moins de 90 minutes de route mais aussi et surtout la clientèle de passage sur l’autoroute A40, axe principal de circulation en direction des Alpes, de l’Italie et du Sud de la France avec 21 millions d’automobilistes par an. Fort de ce potentiel, le Village des Alpes s’inscrit en révélateur de potentiel touristique. Il valorise les attraits touristiques du département de l’Ain, été comme hiver, grâce à la maison du Tourisme située dans le Village.

Depuis le temps, le projet a été réexaminé dans ses moindres détails: Ses concepteurs l'ont redessiné, repensé, réenvisagé, remanié. Et aussi largement revu à la baisse. « On a réduit le périmètre de 30%. Le projet peut paraître moins "inquiétant" maintenant. On s'est également calqué sur les lois actuelles environnementales, notamment en terme d'insertion paysagère», indiquait récemment Michel de Souza, le président de la Communauté de communes. Quoiqu'il en soit, plus d'infos sur l'état final du projet devraient être bientôt disponibles dans les journaux locaux.

Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle pour notre territoire? Rappelons que ce village ne sera qu'à une petite demi-heure de voiture de Saint-Julien et de Genève. Pour ma part, je pense que cette nouvelle implantation ne pourra qu'accroître l'attractivité de notre région et viendra s'ajouter aux nombreux atouts touristiques et économiques qui font de Saint-Julien un point d'ancrage majeur pour attirer les investisseurs internationaux.

21/05/2010

Une Ecole Chinoise à Genève: un atout immense pour notre territoire

Projet d'ECOLE CHINOISE

Porte Sud de Genève

 

Parmi les quelques propositions que j'ai émises depuis mon élection au Conseil Municipal de Saint-Julien et ma nomination au Conseil Communautaire de la Communauté de communes du Genevois, voici la présentation d'un projet qui me tient beaucoup à coeur tant je suis convaincu de l'intérêt qu'il présente pour Genève et notre territoire. L'idée consiste à implanter sur notre territoire une ECOLE CHINOISE, et je vais ci-après détailler comment j'envisage ce projet.

 

campus Ecole.JPG

 

•1. Concept

Création d'une école Chinoise internationale ayant les vocations suivantes dans l'ordre d'importance :

1-Enseignement du cursus chinois pour les enfants d'expatriés chinois par des enseignants chinois.

2-Enseignement international dans un contexte chinois au sein d'une filière ouverte aux enfants de la région

3-Organisation de stages d'apprentissage de la langue chinoise pour cadres et étudiants européens au moment des vacances.

L'implantation de cette école est cohérente avec le développement économique du bassin lémanique qui concentre déjà un grand nombre d'expatriés de sociétés multinationales avec une forte pratique de la langue anglaise, d'autant que Genève affirme officiellement vouloir attirer les entreprises asiatiques (Voir la newsletter de juin 2009 de l'Agence de Promotion Economique de Genève sur www.whygeneva.ch)

Le niveau d'enseignement offert aux élèves dans cette école chinoise va des classes maternelles ou élémentaires (niveau CP) au lycée (équivalent BAC). Cette école est obligatoirement managée par une structure académique chinoise.

En résumé, l'école s'adresse dans l'ordre:

- aux enfants chinois expatriés
- aux élèves et étudiants européens désireux de se parfaire en mandarin
- aux salariés des entreprises européennes travaillant avec des partenaires chinois (formation continue).

Rem : On pourra envisager la possibilité de la création conjointe adjacente d'un petit centre d'affaires, avec du personnel chinois, pour les sociétés chinoises désireuses de disposer d'un bureau de passage ou de pré-installation en Europe.

 

•2. Principe de fonctionnement

Le fonctionnement envisagé se fait sur le principe d'un campus de type HEC réunissant : Salles d'enseignement, équipements de communication et de formation, infrastructures sportives, hébergement, restauration, transports publics, etc..

•3. Avantage pour le territoire de Porte Sud de Genève

  • Confirmation du rôle de Genève comme ville privilégiée d'implantation des entreprises multinationales (au sein desquelles de plus en plus de nationaux chinois travaillent et sont appelés à travailler)
  • Argument de poids pour favoriser sur le bassin lémanique l'implantation d'entreprises chinoises intéressées par le marché Européen.
  • Création d'emplois pour les gens de la région, puisque les entreprises chinoises s'implantant ici offriront l'essentiel des nouveaux emplois créés à des autochtones.
  • Enrichissement culturel du territoire, établissant notre région comme le trait d'union privilégié entre l'Europe et la Chine.
  • Développement d'une nouvelle activité économique et touristique au travers de l'élaboration de stages d'apprentissage de la langue chinoise pour les cadres et étudiants Européens.

•4. Conclusion

Ce projet est fondé sur l'expérience positive de l'Ecole Japonaise de Düsseldorf (fondée il y a 20 ans et qui a vu ses effectifs croître de 71 à 491 élèves aujourd'hui).

Il s'inspire du constat que, comme tout expatrié, un chef d'entreprise ou un cadre supérieur chinois apprécie que ses enfants, ainsi que ceux de ses proches collaborateurs,  puissent poursuivre leur cursus dans leur langue maternelle, dans un environnement proche de celui de leur culture d'origine, et qui favorise leur intégration dans celle du pays qui les accueille. On notera que ce n'est pas un hasard si Düsseldorf est la ville Européenne dans laquelle on compte le plus grand nombre de sièges sociaux européens de sociétés japonaises.

Rem: Ce projet intègre aussi la volonté de créer une vraie filière de formation de nos jeunes en langue chinoise, ce qui leur donnera un avantage compétitif dans leur avenir professionnel.

 

Ce projet s'inscrit sans ambages dans la volonté de porter des projets transfrontaliers, au sein du Projet d'agglomération Franco-Valdo-Archamps.jpgGenevois et de rééquilibrer les emplois entre la France et la Suisse. D'ailleurs le projet porte un préalable incontournable, celui du soutien politique et technique de Genève puisque les deux territoires en tireront profit, et qu'un tel projet serait difficile à mener à bien par chacune des parties sans concertation.

Selon moi, le site le plus approprié comme lieu d'implantation du campus est celui du site d'Archamps-Technopole (ou alternativement Bardonnex, voire Cervonnex) ; Le site d'Archamps offre en effet de l'espace, dans un cadre magnifique, qui se situe au carrefour de voies de communication majeures, à 10 minutes du centre ville de Genève et 15 minutes de l'Aéroport; avec la possibilité d'un excellent maillage des transports publics tel que proposé par le PACA St Julien - Plaine de l'Aire. Sans compter que dès aujourd'hui, des locaux de grande qualité y sont disponibles pour héberger dans d'excellentes conditions une école (2 amphithéatres de 40 places chacun, et 6 salles de cours sont regroupés dans un bâtiment moderne et aéré)


Remarque: Depuis que j'ai parlé de ce projet, j'ai bien senti que la plupart de mes interlocuteurs, particulièrement au sein de la CCG, me prenaient pour un doux réveur, toujours en quête de projets pharaoniques ou irréalisables. A ces sceptiques indécrottables, je ne répondrai qu'une seule chose:

Cette école existe déjà!....

Fruit de l'initiative et du travail en commun d'expatriés chinois résidant à Genève, et ressentant le besoin que je viens de décrire pour l'éducation de leurs enfants, l'école chinoise EDWIGE regroupe déjà plus de 150 enfants qui peuvent bénéficier de cours dans leur langue maternelle. Initiative purement privée, accueillie et hébergée au sein d'une école de Genève, cette école est ignorée de la plupart des dirigeants de Genève et du territoire genevois, qui ne savent même pas qu'elle existe; preuve s'il en est de la compétence et de la connaissance de ce qui se passe sur leur territoire par nos représentants élus.

Ce que je propose est donc de donner un cadre plus formel et plus représentatif à cette initiative, et d'en faire, avec ses responsables, un des atouts majeurs de la croissance économique de notre territoire. Donnons à l'Ecole Chinoise de Genève un cadre et des moyens pour en assurer le rayonnement; un tel effort ne manquera pas de se traduire par des retombées économiques substantielles pour notre territoire.

C'est par de telles initiatives que l'on assure l'avenir de nos enfants et j'espère qu'à la lecture de ma proposition, les responsables Français et Suisses sauront se mettre en mouvement pour initier un nouveau projet trans-frontalier qui servira, je n'en doute pas, les intérêts de notre population des 2 cotés de la frontière.

14/05/2010

Un musée de la Guitare à Saint-Julien - Une idée originale pour dynamiser notre ville

Le problème majeur de Saint-Julien, c'est son manque d'animation et d'attractivité pour les visiteurs: en un mot, notre commune souffre d'un déficit d'attractivité, au contraire d'Annemasse et de ses commerces de centre ville et de périphérie, de La Roche qui peut se prévaloir d'une forte zone industrielle, de sa foire et de sa vieille ville, sans parler d'Annecy, qui grace à son lac et à sa veille ville historique, est un joyau touristique.

D'autre part, la proximité de notre ville avec Genève et les politiques de nos élus précédents n'y a pas permis l'éclosion d'une activité industrielle et commerciale comme cela a été le cas dans la vallée de l'Arve. Saint Julien s'est construit sur les services (Hopital...) et l'administration (Sous Préfecture.....), mais surtout comme ville dortoir de la banlieue de Genève. La conséquence, c'est qu'à l'inverse des autres communes de Haute Savoie de taille comparable (Sallanches, Bonneville,voire Thônes....) Saint-Julien ne dispose pas d'un centre ville vivant et animé, malgré tous les efforts qui peuvent être menés par les associations pour dynamiser la vie locale (Fête de la Pomme, Braderie, Ekiden des Hameaux, et j'en passe ...)

Si nous voulons revitaliser l'activité et le commerce en centre ville, il importe donc d'imaginer et de créer un centre d'attraction qui nous positionnera sur la carte des villes présentant un intéret pour les visteurs de proximité et des touristes.GES 08.jpg

Cet état de fait est d'autant plus regrettable qu'on ne peut pas mettre le blame sur la bonne volonté des habitants et sur leur enthousiasme. Il suffit pour s'en convaincre de constater la qualité des 2 festivals de musique qui se passent sur notre commune (1 Brin d'Zik & Guitare en Scene), ou encore les résultats extraordinaires de quelques associations sportives qui font briller l'étoile de notre ville telles que l'Athlé 74 ou l'Open du Genevois....

Face à cette situation, cessons de nous plaindre et de succomber à la fatalité en mettant la responsabilité de la perte de notre commerce sur l'ouverture de VitamParc, et essayons plutôt de trouver des solutions pour tirer le meilleur parti de l'installation de cette magnifique réalisation à notre porte. Saint-Julien possède des atouts que bon nombre de ville nous envient; il ne tient qu'à nous de les utiliser et de savoir en tirer profit.

Au premier chef, notre localisation géographique, à la porte de Genève, dans un bassin de vie dont la démographie est la plus dynamique de France, et à 15 minutes d'un des meilleurs aéroports internationaux d'Europe; tous ces atouts nous permettent d'envisager des projets qu'il serait autrement plus difficile à monter au fin fond de la Creuse.

En s'appuyant sur le triangle magique formé par le Cinéma Multiplex Gaumont d'Archamps, l'ensemble VitamParc & Macumba de Neydens et le Casino de Saint-Julien, je suis persuadé que l'avenir de notre commune est dans l'entertainment (divertissement & loisirs pris au sens large) et macumba.jpgdans le tourisme (à la fois d'affaires mais aussi culturel). C'est sur cet axe que nous devons capitaliser nos efforts pour trouver notre place au sein de Porte Sud de Genève, en complémentarité avec la technopole d'Archamps qui privilégie la Haute Technologie, les zones artisanales de Neydens et Feigères et l'activité agricole du canton. Cela n'exclut pas d'attirer des entreprises de services ou liées à l'éducation, mais c'est en positionnant Saint-Julien sur l'entertainment que nous trouverons notre véritable place au sein de l'Agglo Franco-Valdo Genevoise, tout comme Annemasse a décidé de se positionner comme centre d'accueil des ONG.

Il est regrettable que le maire actuel ne voie pas cette orientation d'un oeil favorable, il perd là une opportunité magistrale pour le bienGES09.jpg être de notre commune. Saint-Julien doit gagner en attractivité commerciale et ludique, et mieux jouer son role de ville centre. Aujourd'hui, que reste t-il à notre ville pour attirer les chalands du canton? le bowling a fermé, les magasins ferment les uns après les autres pour céder la place aux banques, agences immobilières et autres compagnies d'assurance.(et qu'on ne vienne pas incriminer Vitam'Parc, ce mouvement est bien antérieur à l'implantation de la Migros à Neydens). Il est temps d'inverser la vapeur!... Mais que fait la municipalité pour pallier cette situation? Rien ou presque!....

Rien ne sert de servir un diagnostic, aussi brillant soit-il, sans déboucher sur des propositions concrètes qui permettent de solutionner la problématique évoquée. C'est pourquoi, pour relancer l'activité et l'attractivité de notre commune, Je suggère de jouer la carte de la musique et de positionner notre ville sur ce thème en s'appuyant sur nos 2 festivals existants et en allant plus loin dans le positionnement de notre ville sur le créneau musical. Une telle brindzik.jpgpolitique aurait des conséquences favorables sur l'activité économique et commerciale, pour peu que l'équipe municipale sache fédérer la population derrière un projet ambitieux et concret.

 

 

 

Afin d'illustrer mon propos, j'indique ici quelques exemples de retombées économiques favorables qu'un tel positionnement pourrait générer à terme sur notre ville et notre territoire:

Installation de studios d'enregistrement musical.
Localisation d'une web radio.
Installation de sièges sociaux d'entreprises liées à la musique (Gibson, Yamaha, Universal.....)
Installation d'une grande salle de spectacle type Zenith à Cervonnex.
Installation d'une grande surface commerciale dédiée aux instruments de musique à vocation régionale.
Implantation d'un restaurant Hard Rock Café.hard-rock-cafe-la-outside_preview.jpg
etc.....

Tous ces exemples ne sont pas à prendre à la lettre mais sont là pour montrer qu'une politique volontariste, réfléchie et persévérante pourrait créer de l'emploi sur notre commune dans des activités non polluantes, à forte valeur ajoutée, et valorisantes pour l'image de notre cité. D'ailleurs, si l'on réfléchit bien, on se rend compte que ce qui a le plus contribué à la notoriété de Saint-Julien n'est autre que le Macumba; ce n'est pas si loin de notre thématique; on est même au coeur nocturne de celle-ci. Quand André Manoukian parle du Macumba de Saint-Julien à la télévision, c'est de la pub pour notre ville; Capitalisons donc sur nos atouts plutôt que d'aller chercher midi à quatorze heures.

 

Passons maintenant au concret:

IMG_2730.JPGDans cette optique et comme premier signe de l'engagement de cette politique volontariste de promouvoir notre ville comme un centre musical, je recommande l'installation d'un musée de la Guitare dans les locaux de la Ferme David. En effet, la municipalité qui s'est portée acquéreur de ce très beau domaine cherche une affectation à ce site. A ce musée moderne qui saura intégrer toutes les dernières technologies modernes de communication interactive dans les murs de la maison de l'ancien Ministre, au coeur du nouveau quartier de Chabloux, je suggère d'adjoindre un musée de plein air avec, par exemple, des statues de guitaristes célèbres. Ce musée de plein air, organisé dans un cheminement pietonnier à travers le centre ville  favorisera la circulation piétonne des touristes et créera du trafic pour nos commercants. Il revitalisera immédiatement cafés et restaurants et encouragera de nouveaux commerces à s'implanter dans notre ville.

IMG_2734.JPGPour donner une touche ludique à ce projet, et pour ne pas oublier notre population locale, au premier titre de laquelle je pense aux jeunes, je propose  d'installer une scène permanente dans la grange de la ferme, ouverte aux groupes locaux qui pourraient s'y produire régulièrement, comme ils peuvent le faire aujourd'hui lors de la Fête de la Musique. Une telle implantation, proche du lycée permettrait de dynamiser ce nouveau quartier et de donner un centre d'activités à nos jeunes. Enfin, dernière touche à ce projet, je suggère d'imaginer et de développer une architecture de mobilier urbain et des compositions florales sur ce même thème afin que notre ville trouve sa place dans le Guide Vert Michelin comme une curiosité touristique à visiter; Compte tenu de la clientèle captive qui se trouve au VITAM PARC, à 3 minutes du centre ville par le bus,  ou du nombre énorme de touristes qui passent sur l'autoroute voisine pour se rendre dans les stations de ski, je n'ai pas de doute qu'une telle entreprise serait couronnée de succès.

musée guitare.JPG

Bien sur, une telle démarche volontariste repose sur une vision de la gestion de la ville autre que celle qui consiste à attendre les bras croisés que quelqu'un vienne vous proposer l'événement tout fait. A titre d'exemple, il suffit d'imaginer ce qu'était le Festival de la BD à Angoulème lors de son démarrage et de comparer cela aux bénéfices considérables que cette ville peut en tirer 20 ans après; Dans le même registre, qui aurait pu imaginer un tel succès pour le Puy du Fou. Dans les deux cas, à l'origine, il y a volonté et obstination. Plus près de nous, on ne peut que se réjouir de ce qu'a su réussir l'Association ANDILLY LOISIRS avec le Hameau du Père Noël ou les Grandes Médiévales. Il faut être créatif que diable; et avec les talents et l'enthousiame que l'on trouve chez Motivibration (1 Brin d'Zik) ou GES (Guitare en Scène), ce serait un pari raisonnable à tenter.

musée guitare2.JPG

les-gets.jpgSi la station de ski des Gets a pu se doter d'un musée de la musique mécanique, ce ne doit pas être impossible pour Saint-Julien de dédier l'un de nos joyaux architecturaux (la Ferme David) à un musée de la Guitare.

J'attends vos commentaires et votre soutien pour faire avancer ce projet.

Pierre Brunet
Conseiller Municipal de Saint-Julien, élu dans la minorité.