Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2016

Raisons et conséquences de l'élection de Donald Trump

donald-trump.jpg

Comment expliquer qu'un candidat milliardaire, novice en politique, bouffon dans sa gestuelle et son discours, éruptant des atrocités (contre les femmes, les musulmans, les étrangers, etc...) noyées dans un discours  extrèmiste et démagogique mais qui englobe et  résume tout ce qu'il y a de plus politiquement incorrect aujourd'hui, puisse être élu dans la plus grande démocratie occidentale. Cela mérite qu'on s'y arrête et qu'on tente modestement d'en expliquer les raisons. C'est le sens de cet article

Bien sûr, Donald Trump qui sera donc le 45ème Président des Etats Unis d'Amérique a bénéficié de l'antipathie suscitée par Mme Hillary Clinton; celle-ci qui a fait de la politique son métier depuis plus de 20 ans est en effet une sorte de caricature portée à son paroxysme de l'establishment que rejette en masse le peuple. Mais au delà de la défaite de Mme Clinton sur laquelle je ne m'appesantirai pas, il y a des raisons objectives qui expliquent la victoire de M. Trump et permettent d'appréhender l'absurdité de sa victoire.

1- le niveau médiocre de l'électorat

Nourri à la Télé réalité depuis plusieurs années, le public américain (mais pas que lui) est de plus en plus ignorant de l'histoire et des réalités géopolitiques. Il ne connait pas grand chose et, privé d'esprit critique, il est prêt à gober toutes les promesses démagogiques qu'on lui sert. Et souvent plus c'est gros, plus ça marche. "The Donald" en a usé et abusé et cela a fonctionné alors que tous ses concurrents républicains, plus raisonnables, plus érudits,  ont été balayés. La rationnalité et le sérieux, c'est chiant; désormais le peuple qui, à Rome voulait panem et circenses,  se complait dans la facilité et l'entertainment. A ce jeu là M. Trump est une vedette, et comme toutes les stars, il séduit et engendre des groupies.

Le peuple est-il conscient qu'hier on votait  pas pour un candidat de  "Danse avec les Stars" ou de la "Star Academy" mais pour décider qui aura le pouvoir de mener son pays à la guerre, il devient permis d'en douter, tant cette campagne a ressemblé à une émission de télé réalité

 

2- Le rejet des élites

Dans le même temps, ce peuple souvent inculte a décidé de rejeter ses élites. Ce qui compte aujourd'hui, ce n'est pas l'intelligence ou le savoir, ou encore la faculté d'analyse. Non, ce qui importe c'est d'être connu, d'être célèbre quelle qu'en soit la raison pour la pire ou la meilleure. Pour beaucoup d'entre elles, nos élites (politiques, médiatiques, artistiques, télévisuelles, etc....) n'ont rien d'admirable.

Il faut aussi reconnaitre que ces élites sont coupables, tout accaparées qu'elles sont à manipuler le peuple pour leurs propres intérêts, d'avoir engendré cette suspicion à leur égard.

La manipulation cette fois ci n'a pas fonctionné. La victoire de Trump face à Hillary Clinton, c'est la faillite totale des élites médiatiques et du show business qui ont montré qu'ils étaient totalement déconnectés de la réalité de leur pays. Aux USA, 95% de la Presse avait publiquement pris partie pour Mme Clinton, ce pourcentage passant à près de 100% pour les artistes. Au lieu d'aider la candidate démocrate, on peut se demander si cela n'a pas joué en sa défaveur, confirmant le peuple dans sa suspicion d'une gigantesque arnaque.

 De même pour nos élites politiques: A force de mentir au peuple (Nicolas Sarkozy en 2007 envers le peuple de droite, puis François Hollande en 2012 envers celui de gauche), le peuple ne croit plus en eux; il n'est plus dupe et donc il se méfie, voire pire il se détourne d'eux et les cloue au pilori. La sanction finale est que le peuple ne croit plus à rien, si ce n'est à des mirages (Emmanuel Macron par exemple) et qu'il est prêt à s'abandonner au premier bonimenteur venu, sous le prétexte hautement intelligent que ce bonimenteur là n'a jamais été aux responsabilités. "Ca ne peut donc pas être pire", entend on fréquemment à propos de Mme Le Pen

ENORME ERREUR comme l'a montré l'élection d'Adolphe Hitler en Allemagne en janvier 1933. Car si l'Allemagne n'allait pas tres bien dans les années 30, que dire de sa situation catastrohique en mai 1945 lorsqu'elle fut complétement dévastée après la guerre menée par celui qui avait promis aux Allemands un Reich qui durerait 1000 ans. Or il suffit de comparer la joie des Allemands le 30 janvier 1933 après l'accession d'Hitler à la chancellerie avec celle des Américains hier pour ne pas être saisi d'un mauvais pressentiment.

Sans vouloir faire d'analogie, bien sûr que la situation n'est pas excellente, mais quand même, il faut savoir raison garder. La pauvreté dans le monde n'a jamais été aussi faible et pour nous Occidentaux,  nous devrions réaliser la chance qu'ont eu 3 générations depuis 1945 de ne pas connaître de guerre. Cela en soi est déjà fabuleux, mais les enfants gâtés que nous sommes ne s'en rendent plus compte. Et si le pire n'est jamais sûr, il n'est pas exclu non plus.

3-Le déclin de la civilisation occidentale

La vérité, qui explique beaucoup du désarroi actuel, est que le monde occidental est en déclin. Il suffit de se rendre en Asie pour voir à quel point les Asiatiques travaillent, croient en l'avenir et se préparent leur place au soleil. Ils la méritent, tandis que nous, nous récoltons ce qu'a produit l'abandon depuis 50 ans  des valeurs qui ont fait la force de notre civilisation (le travail, l'honneur, le civisme, le courage, l'audace ....). Face à ce déclin que nous ne voulons pas voir, puisqu'il impliquerait de se retrousser les manches (ce que nous ne voulons plus) et de rétablir certaines valeurs d'antan dont nous nous sommes détournés, nos sociétés sont prêtes à se raccrocher à toutes les promesses qui leur permettent de faire l'économie d'une sérieuse remise en question. C'est à celui qui nous protégera le mieux ( on construit un mur pour empécher les Mexicains de venir chez soi, on refoule les musulmans qui nous menacent, on rétablit le protectionisme qui protège(rait) nos emplois,...) Triste Occident! Qu'il est loin le temps des Magellan, des Christophe Collomb, voire même des Neil Armstrong.

4-L'anxiété de la race blanche par rapport à l'avenir

Enfin et pour conclure sur le sujet, toutes ces raisons sont exacerbées au plus haut point parmi le petit peuple de race blanche (en Amérique comme en Europe) qui s'estime victime de la mondialisation et qui réalise peu à peu qu'il devient fortement minoritaire non seulement sur la planète, mais de plus en plus dans son propre pays. L'avenir fait peur à ces petits blancs! Ils ont peur pour eux mais surtout pour leurs enfants dont ils sentent bien au plus profond d'eux même que la vie sera moins belle que ne le fut la leur. C'est pourquoi ils recherchent désespérément les matadors qui parlent fort et qui leur promettent (en leur mentant) un rétablissement de leur statut. C'est un peu comme un homme qui tombe et qui se raccroche comme il peut aux branches, et pas forcément aux plus solides. Les sornettes ont plus de succès que les sonnettes d'alarme.

Après avoir tenté d'expliquer le pourquoi de cette élection il est temps de s'interroger sur ce que seront les conséquences de cette élection?

1-L'accélérartion du déclin de l'occident

Contrairement à l'espoir qu'a fait naitre M. Trump chez ses partisans, je suis persuadé que le grand perdant de cette élection est l'Occident au premier rang duquel  figure bien sûr l'Amérique mais aussi et surtout l'Europe. Confier la barre d'un paquebot à un amateur c'est accroître les risques d'en faire un Titanic. L'inertie est telle qu'une fois que l'iceberg est là, il est trop tard pour l'éviter. L'Amérique, chantre de notre monde occidental, va péricliter encore plus vite; elle nous entrainera avec elle qu'on le veuille ou non. D'autant plus que les cowboys US seront sans pitié pour défendre leurs intérêts au détriment des notres dans ce nouveau monde aux défis gigantesques.

2- Le renforcement de la Chine

Selon moi, le grand gagnant est la Chine qui va pouvoir profiter à plein de cet affaiblissement de l'Amérique, actuellement gendarme du monde et dont l'influence sur les affaires du monde va reculer à un rythme accru une fois Donald Trump au pouvoir, puisque celui-ci va mettre en pratique l'isolationnisme dont il s'est fait l'apôtre.

3- L'isolement de l'Europe

 Cet isolationnisme va rendre l'Europe plus vulnérable et plus isolée face aux dangers mondiaux puisque notre grand frère américain ne sera plus (ou en tous cas moins) à nos cotés. Mais, s'il y a des raisons de s'inquiéter, il faut savoir aussi que dans toute crise, il y a des opportunités. Sachons les saisir!

Il est grand temps que l'Europe comprenne qu'il n'y a plus grand chose à attendre des Etats-Unis d'Amérique dont les valeurs sont de plus en plus éloignées des notres, et qu'il est URGENT de se rapprocher de la Russie, meilleur gage de notre avenir. Rappelons qu'une union de la population la plus riche (l'Europe) avec le pays le plus grand géographiquement (la Russie) aurait des effets prodigieux, propulsant ce nouvel ensemble sur le futur podium des grandes puissances, juste derrière la Chine et probablement devant les USA. D'autant plus que cette union serait celle de peuples ayant beaucoup en commun (race, religion, culture), un gage de cohésion. Un tel rapprochement est le seul espoir pour nous de ne pas être confiné aux secondes loges de la mondialisation. Profitons de ce faux pas américain pour en tirer de la force.

 

Si les dangers sont grands, il ne tient qu'à nous Européens de ne pas sombrer dans un défaitisme de mauvais aloi. Après le Brexit, l'élection de Donald Trump peut s'avérer être une grande chance pour l'Union Européenne, si ses leaders savent en tirer les conséquences.

 

Commentaires

Une vision synthétique et objective sur le désarroi qui caractérise la classe moyenne blanche et les laissés pour compte de la mondialisation dans un occident déboussolé et inquiet, ne croyant plus à son avenir. Mon seul point de désaccord avec les conséquences envisagées concerne l'avenir de l'Amérique: patrie de Google, Microsoft, Apple et Amazon ce pays détient toutes les clés pour rester puissant encore de longues années et sa mixité rend déja les petits blancs en passe de perdre la majorité. Le grand danger à court terme serait que Trump creuse la dette au point de faire décrocher totalement le dollar dans son délire isolationniste. Le pire n'étant jamais sûr, il faut esperer des garde fous assez puissants pour tempérer ses promesses absurdes. Bravo pour cet excellent article.

Écrit par : bertier | 10/11/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire