Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2015

Future école de Chabloux - le maire de St-Julien va t-il daigner s'exprimer?

Facsimilé de la nouvelle lettre adressée par la FCPE au maire de St-Julien 
 
Saint-Julien-en-Genevois, le 31 mars 2015
 
Monsieur le Maire,
 
Nous souhaitons vous interpeller à nouveau sur le projet du futur groupe scolaire de Chabloux. Une nouvelle fois car notre précédent courrier déposé en mairie à votre attention en date du 6 février reste à ce jour toujours sans réponse.
Ce projet d’envergure se dessine et se décide au sein de la mairie sans s’ouvrir à des partenaires légitimes. Ce n’est que par le biais d’un comité de quartier, et à la demande insistante des habitants, que ce projet a pu sortir un peu de l’ombre alors que dans la temporalité d’un projet à bâtir il est prévu pour demain.
Deux projets ont été évoqués mais à ce jour l’un d’eux semblerait déjà avoir votre préférence. Ce dernier a été présenté le 13 mars par Monsieur Marx au comité de quartier de Chabloux-La Feuillée :

· Construction sur le site unique de Chabloux d’un groupe scolaire composé de deux bâtiments : l’un pour le niveau maternelle, l’autre pour l’élémentaire, plus une cantine dans l’espace disponible restant.
· 9 à 10 classes prévues en maternelle et 13 à 14 en élémentaire.
· Abandon des locaux de Buloz pour raisons de vétusté.
 
Par ailleurs, via d’autres sources formelles, nous avons appris que vous envisagiez de vendre une partie du terrain municipal de Buloz (espace élémentaire) en perspective d’un nouveau projet immobilier.

Trois questions essentielles se posent au vu de ce projet :
1. En quoi un projet dimensionné de la sorte répond-il aux ambitions de votre PEDT et aux attentes formulées dans le cadre de la politique de la ville en termes de réussite scolaire pour tous ?
2. En quoi répond-il à votre volonté de préserver à tout prix les espaces verts dans cette ville ?
3. En quoi répond-il à votre devoir d’anticiper le développement de la ville en intégrant tous ses nouveaux quartiers et à votre détermination à résoudre les problèmes de flux de circulation?
 
Concernant la problématique de la réussite scolaire pour tous :
 
En nous référant à vos promesses d’hier, nous pensons aujourd’hui que ce projet est en contradiction avec vos engagements.
Nous souhaitons en premier lieu vous alerter sur les conséquences humaines de la construction d’un groupe scolaire aussi grand.
On nous parle aujourd’hui de deux structures distinctes, mais elles resteraient sur un même lieu et donc très proches. On nous dit qu’elles n’accueilleraient que 550 élèves pour 22 ou 24 classes, avec 25 enfants par classe, mais ces effectifs ne seront respectés que dans le cadre de la politique de la ville ou de l’éducation prioritaire.
Avons-nous prévu de ne pas en sortir, de ne pas trouver de solutions pour remédier à la problématique forte de l’échec scolaire dans ces quartiers ? Ce groupe scolaire va vivre bien au-delà de sa construction et il est du devoir du politique d’intégrer dans sa réflexion le fait que 25 élèves par classe est une situation qui ne perdurera pas indéfiniment, y compris
pour des raisons purement budgétaires.

De plus, aujourd’hui, à chaque fois que c’est possible, l’Education Nationale et vous même, Mairie, entérinez des fusions administratives sans prendre en considération l’avis des parents et des enseignants. Preuve en est le dernier conseil d’école du Prés de la Fontaine où, à l’unanimité moins une abstention, tous les enseignants et parents élus, niveaux maternelle et élémentaire confondus, ont voté contre après avoir argumenté cette décision.

Un simulacre de concertation puisque la mairie, décisionnaire au même titre que l’Education Nationale, avait donné son accord avant la consultation et l’expression d’un profond irrespect à l’égard de ceux qui vivent l’école au quotidien.
Nous posons donc comme certitude qu’à courte échéance le futur groupe scolaire n’aura qu’un chef d’établissement pour 650 ou 700 élèves de primaire, alors que nous savons très bien qu’il n’est pas qu’un simple agent administratif. Il est surtout pour les familles un
interlocuteur privilégié, l’interface entre parents et équipe éducative lorsqu’il y a une difficulté particulière, un modérateur, un facilitateur. Rappelons qu’en collège (effectifs similaires), le principal est toujours soutenu par un principal adjoint pour tenir son rôle.

Cette nouvelle entité va accueillir les mêmes enfants que le groupe scolaire Buloz avec les mêmes problématiques sociales : des familles qui ne connaissent pas les codes de l’école, n’en comprennent pas toujours les enjeux et s’en excluent en entravant bien malgré elles la réussite scolaire de leurs enfants. Ce que vous proposez va à l’encontre du lien à construire, à préserver, pour intégrer ces parents dans le projet de l’école. Cette dernière ne peut rien faire sans eux. Si le parent ne vit pas la scolarisation comme une chance, l’enfant ne pourra pas s’y investir. Si l’école ne reste pas un lieu ouvert avec des personnels pour les accueillir, leur faciliter la compréhension des attentes de l’école, ils ne s’investiront pas dans un projet scolaire. Ce que vous envisagez est donc un paradoxe en béton armé posé au milieu de la Politique de la ville.

Si, comme nous l’avons également entendu, raser Buloz c’est faire disparaître sa « mauvaise réputation » et l’échec scolaire qui lui colle aux murs, c’est une démarche non seulement vaine mais préjudiciable pour tout le travail qui a été produit dans cet établissement. C’est aussi nier l’attachement de tous ceux qui y ont grandi. Certes les difficultés rencontrées par les familles entrent jusque dans les salles de classe, comme partout d’ailleurs, mais est-ce que pour autant les réussites n’existent pas ?
 
Concernant la problématique des espaces verts :
 
Engagement n°5 (des parcs et jardins dans les quartiers et les hameaux) : « Une ville ne peut se résumer à une juxtaposition d’immeubles, de bâtiments et de parkings. Elle doit aussi pouvoir s’appuyer sur des espaces libres, des espaces publics. En particulier des jardins dans les quartiers et les hameaux. Des espaces verts accessibles au quotidien à
proximité des logements. » « Nous nous engageons à saisir toutes les opportunités pour sanctuariser les derniers espaces verts et les aménager de manière conviviale et agréable pour les habitants ».
Sur cet espace vous allez faire construire des bâtiments avec des cours goudronnées faisant disparaître cette nature que vous vous êtes engagé à préserver et, de fait, surdensifier un quartier qui l’est déjà bien suffisamment. On nous parle d’école ouverte et d’espaces de jeux certes, mais dans un espace artificiel au milieu d’un quartier qui l’est déjà
de façon outrancière. Pourquoi les enfants de ce nouveau quartier n’auraient-ils pas droit à de vrais espaces verts alors qu’ils le demandent et que d’autres quartiers en bénéficient ?
 
Concernant la problématique des flux de circulation et de la sécurité des usagers piétons de la ville :
 
Engagement n°32 (sécuriser les abords des écoles) : « Les abords des écoles sont des espaces de chaos aux heures scolaires. Ce danger induit un danger pour les enfants et des nuisances de stationnement et de circulation ».
En permettant la construction d’un groupe scolaire unique d’une taille aussi importante, l’équivalent d’un collège en effectifs, vous allez concentrer en un seul lieu ce que vous dénonciez avec force dans votre engagement.
 
Voilà pourquoi nous soutenons le projet d’un groupe scolaire en deux entités distinctes sur deux sites différents bien que proches pour garder des structures à taille
d’enfant où la relation à l’autre sera protégée et, nous reprenons vos propos, « sanctuarisée », parce que la réponse à certains dysfonctionnements est aussi là, et surtout là. Il ne suffit pas de faire du neuf grandiose pour régler les problèmes, il faut dimensionner
le projet autour de l’humain et des liens forts à créer. Il n’y a pas si longtemps vous étiez en accord avec ce principe, vous l’écriviez même.
 
Réaménager Buloz, structure qui nous le rappelons n’a que 40 ans, c’est d’abord reconnaître le travail qui y est fait chaque jour et depuis des années même s’il n’est pas
toujours couronné de succès ; c’est aussi admettre, assumer une situation de déséquilibre social au sein de la ville pour mieux la combattre.
Construire une seule école sur l’espace Chabloux, c’est préserver un poumon vert digne de ce nom, c’est proposer un lieu pédagogique incroyable aux enfants, c’est faire pousser de la vie, de la convivialité autour d’une école de quartier, c’est prendre en compte les flux de circulation, y compris ceux de la future sortie Ouest qui passeront devant deux écoles dont celle-ci ; c’est enfin, et ce n’est pas rien, tenir vos engagements Monsieur le Maire.
 
Ce projet que nous soutenons, c’est aussi voir plus loin que 2019, intégrer dans la réflexion le futur quartier de la Gare qui aura aussi à se développer et pas seulement en capacités de dortoir. Un groupe scolaire à cet endroit, c’est mettre de la vie dans un nouveau quartier, c’est rééquilibrer les mouvements de circulation sur tous les points de ville,
favoriser la mobilité douce, les transports en commun mis à disposition au futur pôle modal et désengorger les autres écoles qui frôlent régulièrement les 30 élèves par classe – avec la multiplication des classes à double niveau, voire récemment à triple niveau dans une classe
surchargée.
 
Pour étayer notre propos, nous vous invitons à découvrir le projet de l’école Camille Claudel à Annemasse !
Pour toutes ces raisons, nous vous demandons d’ouvrir votre champ de
réflexion à tous les projets proposés en dépassant des contingences purement économiques.
 
A ceux qui vous questionnent, vous assurez qu’aucun des deux projets
n’a pour l’heure été choisi. Nous renouvelons donc notre souhait de participer activement à sa construction.
 
En espérant que la voix de l’enfant sera enfin entendue…
 
Collectif des parents de l’école primaire
 
Je reste dubitatif sur le fait que ce maire qui prône la transparence et la concertation reste sourd aux doléances de la principale fédération de parents d'élèves. A tout le moins qu'il leur réponde!.... même pour leur dire non, c'est la moindre des courtoisies.

Avec de telles méthodes, on ne s'étonnera pas que le conseiller délégué au scolaire ait démissionné....
 
 

18:18 Publié dans Education & Formation, Saint-Julien, Vie Municipale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chabloux, ecole buloz, fcpe | | | Digg! Digg | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.