Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2015

Le conflit des générations s'invite aux enfoirés

 

Les fidèles lecteurs de ce blog savent que l'une de mes principales prédictions pour l'avenir de notre pays est que l'on ne coupera pas à un sérieux conflit inter-générationnel, tant une réelle désespérance se fait jour dans notre jeunesse, en même temps qu'une jalousie point envers les seniors parmi les jeunes adultes. 

Ce qui n'arrange rien dans cette opposition et cette incompréhension est que la génération des baby-boomers a le sentiment que les jeunes ne font pas grand chose pour s'en sortir, alors qu'eux ont fait ce qu'il fallait pour en arriver là où ils sont. A titre d'exemple, il suffit de comparer le niveau de culture générale entre les 2 générations pour donner un peu de crédit à ce que pensent les "vieux".

Le plus paradoxal est que la polémique naisse d'une chanson écrite par Jean-Jacques Goldman, l'un des hommes les plus respectables et les plus admirables de cette génération. Polémique qui l'a même obligé à faire du rétro-pédalage alors que justement je pense que cette chanson a le mérite d'ouvrir un débat, auquel de toutes façons, on n'échappera pas.

La génération des baby-boomers, devenue depuis celle des papy boomers, a eu une chance insensée, et est sans conteste une génération bénie, dont il n'y a pas d'équivalent dans l'histoire de l'humanité. Au nombre de ces chances, on peut citer pèle-mêle:

* L'absence de guerre majeure.

*Les progrès de la médecine et l'allongement extraordinaire de l’espérance de vie qui lui ont fait gagner plus de 20 ans de vie, en bonne santé de surcroît.

* Le plein emploi et l'accroissement continu du niveau de vie qui lui a permis de vivre dans un confort inimaginable pour elle quand elle était adolescente (réduction du temps de travail, voyages etc....)

* L'inflation qui a permis à cette génération de s'endetter et de se créer un capital à bon compte

* Le poids démographique et financier de cette génération qui lui a permis de truster les places et l'influence au sein des médias (ex: Michel Drucker)

* La domination absolue du monde occidental et l"exploitation" du tiers monde au point que nos pays d'Europe et d'Amérique du Nord étaient le centre du monde économique et culturel.

Nombre de ces chances sont en train de s'évaporer, d'autant plus que la génération des papy boomers a trouvé un moyen d'encore mieux vivre en s'endettant sans compter et en léguant une dette de 2000 Milliards d'euros à la jeunesse qui est appelée à la rembourser: remboursement  d'autant plus inéluctable que ceux qui détiennent cette dette sont la plupart du temps à l'étranger, voire en dehors de l'Europe, et que ces créanciers n'entendent pas nous en faire cadeau.

On peut donc comprendre le ressentiment légitime que la jeunesse peut nourrir envers ses aînés. Mais, cela étant dit, ce n'est pas cela qui fera changer les choses!... Il est temps que la nouvelle génération prenne ses affaires en mains, quitte à s'opposer aux privilèges que tentent de prolonger les classes âgées en utilisant souvent des arguments fallacieux.

Quelques exemples:

Ce sont aux jeunes de se battre aujourd'hui pour, le plus vite possible:

* repousser l'age de la retraite, afin que la charge qui pèse(ra) sur ses épaules soit amoindrie.

* faire cesser l'endettement public pour contenir le niveau de la dette qu'elle aura à rembourser

* réduire la sur-protection de l'emploi qui favorise ceux qui sont dans la place au détriment de ceux qui voudraient y entrer.

* demander une prise en charge partielle des soins par ceux qui en bénéficient au risque de voir le système imploser.

S'ils ne se bougent pas, alors oui, leur avenir sera blême car ils subiront de plein fouet les conséquences de leur résignation. Tandis que face à leur mouvement, il sera nécessaire pour les seniors d'accepter des compromis indispensables pour maintenir la paix et l'harmonie sociale. En attendant, on n'a jamais vu les privilégiés abandonner leurs privilèges sans qu'ils y soient contraints. C'est pourquoi je suis d'accord avec JJ Goldman, même si cela va contre mes intérêts égoïstes de papy boomer, quand il dit aux jeunes "Bougez vous" Cessez de subir et faites vous entendre!... La jeunesse devrait saisir la balle au bond et se mettre en marche!...

Les commentaires sont fermés.