Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2013

Angoulème - Comment le festival de la BD a redynamisé cette ville

Angoulême, dont le nom est indissociablement lié à la Bande Dessinée depuis 1974 accueillera du 30 janvier au 2 février 2014 la 41 éme édition de son célèbre Festival de la Bande Dessinée. ( pour plus d'infos, cliquez sur www.bdangouleme.com)

 

Festival Angouleme.jpg

 

 

Cette ville, devenue la capitale française  de la Bande Dessinée, offre un panorama exceptionnel donnant accès à la visite de musées,site culturel et visites, plusieurs activités et loisirs, tout ce qui peut satisfaire un week-end entre amis,un voyage en amoureux, des vacances en famille redécouvrant un passé précieux.

 

L'événement majeur du Festival International de la Bande Dessinée qui enrichit Angoulème depuis 40 ans propose expos, rencontres, projections et exclusivités en 4 jours d'animations et d'événements non stop qui feront vibrer la ville et  toute la planète bande dessinéedu 30 janvier au 2 février 2014 . Comme chaque année ce seront 4 jours d'expositions de qualité, de rencontres privilégiées avec des auteurs de bande dessinée et des espaces consacrés aux maisons d'Editions.

 

Cet événement exceptionnel est le reflet d'une compétition officielle décernant les 9 prix du palmarès dont le prix du Fauve d'Angoulême - Prix Jeunesse, le seul décerné par un jury spécifique, qui sera dévoué à un groupe de sept jeunes (8 à 12 ans) participants au Festival et le prix de la BD alternative 2014, premier prix en France créé en 1982, qui récompense la meilleure édition aussi bien de petits magazines, communément appelés fanzines, que de revues de BD ou de collectifs édités par et pour des fans de Bande Dessinée. Ce prix prestigieux récompense les meilleures publications du moment venant de l'Europe entière permettant ainsi de se faire connaitre au public.

 

Festival Angouleme2.jpg

 

 

Ce qui est remarquable, c'est qu'autour de ce Festival, Angoulème a su créer toute une activité économique qui a donné une identité remarquable à cette ville et qui profite aux commerçants de la cité. A titre d'exemple, la municipalité continue d'oeuvrer à améliorer cette image et à la pérenniser en ajoutant ou en rénovant les fresques murales qui ornent la ville.

 

Festival Angouleme3.jpg

une fresque murale dédiée à Kiroukou

 

 

Pour capitaliser sur l'attractivité que constitue le Festival pour la ville, les responsables de la cité charentaise ont su aller plus loin en créant la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l'Image (CIBDI)

 

La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image est un établissement public de coopération culturelle (EPCC) à caractère industriel et commercial (EPIC), créé, administré et financé par le Département de la Charente, l’Etat (ministère de la Culture et de la Communication), la Ville d’Angoulême et la Région Poitou-Charentes.

Le 1er janvier 2008, le CNBDI (Centre national de la bande dessinée et de l’image) et la maison des auteurs se sont unis pour former la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, sous la forme d’un EPCC (établissement public de coopération culturelle)

Cité : cet ensemble est réparti sur trois sites : la maison des auteurs, sur les remparts de la ville, le Vaisseau Mœbius en contrebas au bord de la Charente, et le musée de la bande dessinée, dans les chais situés sur l’autre rive et reliés au Vaisseau Mœbius par une nouvelle passerelle qui enjambe le fleuve.

Internationale : tout comme le festival qui anime Angoulême chaque fin de mois de janvier, la Cité est devenue la référence française en matière de bande dessinée, accueillant auteurs, chercheurs et amateurs du monde entier et exportant savoir et savoir-faire.

Bande dessinée et image : plus que jamais, face à l’évolution des pratiques et la convergence des disciplines, la bande dessinée à Angoulême va de pair avec le cinéma d’animation, le jeu vidéo, les médias interactifs… Ces dimensions sont considérablement développées au sein du nouvel établissement.

 

Etablissement public : deux associations (CNBDI et Maison des auteurs) ont laissé place à un EPIC (établissement public à caractère industriel et commercial) qui en reprend les missions, les actifs et les personnels. L’établissement est régi par les règles de comptabilité publique et administré par les représentants des collectivités publiques impliquées.

 

Coopération : un EPCC (établissement public de coopération culturelle) est la manifestation de la volonté commune de plusieurs collectivités publiques de financer et promouvoir une activité culturelle donnée dans un bassin déterminé. La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image est le fruit de l’étroite collaboration entre le Département de la Charente (qui la finance à 39%), l’Etat (26,5%), la Ville d’Angoulême (24.5%) et la Région Poitou-Charentes (10%), qui ont voulu que soit créée cette institution destinée à pérenniser les actions entreprises depuis trente-cinq ans à Angoulême en faveur de la bande dessinée et de l’image.

 

Culturelle : la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image constitue le volet culturel du dispositif déployé en Charente pour la conservation, la diffusion, l’étude, la promotion et l’aide à la création en matière de bande dessinée et d’image, le volet économique étant assuré par Magelis, syndicat mixte du pôle image.

Au sein de la Cité Internationale, l'une des pièces maitresses est le Musée de la BD installé dans d'anciens chais rénovés.

Festival Angouleme 4.jpg


le musée en chiffres

 

Les travaux ont été réalisés entre janvier 2007 et mars 2009, sous la maîtrise d’ouvrage de Magelis (Syndicat mixte du Pôle Image).

Le nouveau musée est composé d’une partie ancienne datant du milieu du XIXème siècle (les Chais proprement dits) et d’une partie moderne construite au début des années 2000.
C’est le cabinet Bodin et associés qui a été retenu pour réaliser les nouveaux bâtiments du musée de la bande dessinée. Le cabinet Bodin et associés a été créé en 1983 par Jean-François Bodin, architecte qui avait collaboré avec Andrée Putman sur le musée d’art contemporain de Bordeaux. Il a été lauréat du concours pour le château des ducs de Bretagne de Nantes (1994 et 1999), lauréat du concours pour le musée national d’art moderne - le centre de création industrielle, et la bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou (1996), et lauréat du concours pour le parcours muséographique des collections permanentes du musée d’art Moderne de Paris (2005).

les surfaces d’accueil

La construction d’un étage permet de totaliser une surface de 4 068 m² (hors circulations et locaux techniques).
- surface d’exposition permanente : 1 330 m²
- surface d’exposition temporaire : 390 m²
- librairie : 266 m² d’espace public, 81 m² bureau et réserve.
- salle de conférence : 90 m² (70 places), avec sonorisation et vidéoprojecteur.
- centre de ressources documentaires : 125 m²
- atelier de médiation pour les groupes : 150 m², équipé d’une quinzaine de postes informatiques.
La Caisse d’Epargne est le mécène de l’espace Ecureuil, salle de médiation culturelle de la Cité.

les espaces de réserve

- une réserve arts graphiques (132 m²) où seront conservés les planches et dessins originaux dans des meubles à plan, ainsi que quelques tableaux.
- une réserve périodiques (230 m²) : journaux et revues y seront conservées dans des armoires roulantes.
- une réserve albums (188 m²), également équipée d’armoires roulantes.
- une série de réserves spécifiques (une réserve objets dérivés, une réserve photo et multimédia, une réserve cadres, une réserve de transit).
- une série d’espaces de stockage et de travail dédiés à des tâches spécifiques (salle de réunion, local de quarantaine, local de stockage, atelier de conservation préventive).

 

On l'aura compris, la ville d'Angoulème a su saisir au bond l'opportunité qui lui était donnée avec le Festival de la BD pour en faire une attraction majeure qui profite à l'ensemble des habitants de la ville.

 

Cet exemple peut-il être reproduit ailleurs? J'en suis pour ma part convaincu et c'est dans cet esprit que je proposerai à la population Saint-Juliennoise le projet d'un musée de la guitare pour faire écho au festival Guitare en Scène.

 

Pour ceux qui souhaitent se rendre à Angoulême, ville splendide pour son paysage et sa culture,sachez que cette ville se trouve à 445 km de Paris, facilement accessible par autoroute pour qui entreprend un voyage en voiture et  joignable à travers la SNCF laquelle met en place des offres promotionnelles pour participer au Festival.

 

Dédier quelques jours de vacances pour visiter le charme d'Angoulême et son Festival "événement International de la Bande Dessinée", et en profiter ensuite pour visiter Paris  de manière à y visiter également plusieurs expo de BD ou librairies spécialisées est tout à fait possible si vous réservez déjà des offres hôtelière dans la ville lumière.

Commentaires

Bonjour,
Proposition intéressante concernant St-Julien.
Imaginez-vous également quelque chose en relation avec la photo ? Car, je ne vous apprends sûrement rien, un festival photo est organisé régulièrement depuis maintenant quelques années sur St-Julien : Les Rencontres Photo du Genevois.
C'est un événement qui devient doucement mais sûrement "référent" dans la région (yc en Suisse Romande) et qui a même été "copié" sur Gex récemment.

Auriez-vous des propositions spécifiques sur ce thème ? Ou n'en aura-t-on que pour la musique et la guitare au niveau culturel ;) ?

Écrit par : Seb F. | 18/11/2013

Les commentaires sont fermés.