Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2013

12 ans de croissance effrénée dans le Grand Genève - Aubaine ou Cauchemard?

On ne compte plus ls articles de presse qui fustigent la dégradation de notre cadre de vie, et en particulier les nuisances liées à la circulation. On se rend bien compte que la situation nous échappe. Comment en est-on arrivé là?

Pour illustrer ce qu'a connu notre territoire depuis 20 ans, il n'y a pas de graphique plus symptomatique que celui des permis frontaliers

Courbe des permis frontaliers.JPG

Si l'on ajoute que la différence de niveau salarial entre la France et Genève n'a cessé de s'accroitre suite à l'évolution des taux de change, on comprend mieux que notre territoire a exercé un magnétisme colossal sur les autres régions de France et d'Europe, faisant venir chez nous des dizaines de milliers de personnes, suscitant l'envolée des prix de l'immobilier et des nuisances liées à la congestion de nos routes

A cet afflux incontrôlé de population française et européenne sur notre sol, s'est conjugué un autre phénomène qui n'a fait qu'accroitre le problème: la pénurie de logements à Genève. En effet, notre voisin helvétique ne construit pas, loin de là, ce qu'il devrait, tant vis à vis de ses besoins que de ses engagements dans le cadre du Projet d'Agglo. Ce double phénomène crée un effet ciseau qui a fait s'envoler le nombre de constructions sur notre territoire, en même temps que les prix de l'immobilier flambaient (un prix moyen du m² multiplié par 3 en 12 ans)

Face à ce phénomène, que faut-il faire?

Bien sûr, on peut critiquer Genève qui ne respecte pas ses engagements et qui, tout en attirant de plus en plus de gens grace à son activité économique florissante, ne construit pas les logements qu'elle s'est engagée à construire. Mais faut-il voir là un complot de la part de nos amis genevois?

Pour ma part, je ne le crois pas. Je crois seulement qu'on trouve là l'un des effets pervers de trop de démocratie. Chaque construction de logements à Genève ou dans ses communes périphériques soulève un tollé des habitants qui ne voient pas d'un oeil favorable l'accroissement de la population dans leur commune. Quand on aura ajouté qu'il faut près de 12 ans pour faire éclore un projet immobilier et que les communes suisses n'ont aucun interet financier à construire des logements sur leur sol, on aura compris que les nouveaux logements sont rares de l'autre coté de la frontière.

Et comme par ailleurs, quoiqu'ils en disent, les maires des communes françaises, ont été bien contents d'accueillir sur leur sol de nouveaux habitants, et les recettes qui vont avec, (taxe d'habitation et fonds genevois), nous en sommes arrivés à une situation de surchauffe qui irrite de plus en plus les habitants du canton.

Il serait en effet négligent de ne pas signaler que dans le même temps, nos communes ont vu leurs ressources s'envoler.

Fonds Frontaliers 2012.JPG

Enrichissement assurément pour ceux qui travaillent à Genève , mais appauvrissement indubitable pour les habitants qui travaillent sur France et qui voient leur pouvoir d'achat s'éroder face à la montée des prix de l'immobilier. Et aussi dégradation de notre qualité de vie liée à l'afflux trop rapide de nouvelles populations qui crée des contraintes sur les infrastructures qui ne peuvent suivre. Une fois de plus le fameux dicton trouve toute sa véracité "On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre...." Une preuve de plus que les solutions doivent être trouvées ensemble. Et cela devient urgent d'imaginer des organes de décision transfrontaliers plutôt que des blocs se faisant face, s'invectivant, mais sans réel pouvoir pour trouver des solutions équitables et durables.

A quand par exemple un parlement transfontalier réunissant des élus issus de chaque coté de la frontière et dont le but serait de trouver des solutions originales aux problèmes de notre territoire transfrontalier si particulier.

Commentaires

Faudrait peut être en parler à Accoyer de cette super bonne idée. Nul doute qu'il vous renvoie dans les cordes avec le bitos Bouchet qui est a la politique comme une saucisse entre deux tranches de pain et qui apporte des solutions extrêmes aux problèmes quand il ne trouve pas d'issue intelligentes.

Écrit par : Éric Marcollin | 27/05/2013

Cher Mr Marcollin,

Ce qui m'interesse dans la vie, c'est le débat constructif, et surement pas des bordées d'injures envers quelqu'un qui n'est en rien concerné par mon article.
Vous êtes le bienvenu pour contribuer de façon constructive et argumentée à l'échange d'idées; pour le défoulement, il y a surement des endroits plus accueillants pour déverser votre bile acariatre.
Cordialement votre
Pierre Brunet

Écrit par : Pierre | 31/05/2013

Les commentaires sont fermés.