Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2012

Un match nul comme celui là, on en redemande

foot giroud.jpg

Fidèle à mon habitude des dernières années, je n'ai pas regardé le début du match Espagne-France, tant mon désamour avec l'équipe de France de football ne me permet pas de passer 90 minutes en sa compagnie. J'ai donc rejoint TF1 à la 52ème minute de la seconde mi-temps, surpris et heureux de constater que le score honorable de 1-0 permettrait peut-être de valider mon pronostic (1-1) fait à mes collègues de travail dans l'après midi.

Mais ce qui m'a tout de suite frappé, c'est que pour la première fois depuis bien longtemps, j'étais en train de voir une vraie équipe de foot, qui court, qui joue vite, qui attaque..... Etais je en train de réver?

Pas du tout, et cela n'a fait que s'amplifier avec la rentrée de Valbuena puis de Cissoko.

N'ayant pas vu la première mi-temps, qui, j'ai cru comprendre, avait vu l'Espagne nous dominer copieusement, j'étais époustouflé par cette équipe de France qui avait pris le match à son compte et qui enfoncait les Espagnols de coups de bouttoir répétés, malheureusement non récompensés à cause d'une maladresse frustrante devant les buts. Avec une mention toute particulière pour Franck Ribery qui a déployé une énergie et un talent exceptionnels, relancant sans relache nos petits bleus, pour nous faire oublier les bleus à l'ame que le onze de France nous avait infligés depuis 2008.

On a bien dû avoir 5 ou 6 occasions franches de marquer dans cette seconde période, et toujours le tableau d'affichage qui restait scotché en faveur de l'Espagne. Jusqu'à ce coup du sort magnifique qui permettait à Olivier Giroud de crucifier enfin Iker Casillas et de mettre fin à ses plus de 820 minutes d'invincibilité consécutive. Une belle récompense pour l'abnégation et la ténacité de cette équipe, qui, pour une fois, a justifié l'expression de ne rien lacher. On ne pouvait s'empécher de penser au but de Wiltord en finale de l'Euro 2000, tant la similitude du scénario était frappante.

Bravo les Bleus! Au dela du résultat, vous avez rallumé la flamme de l'amour des supporters français à votre égard! une flamme qui était restée éteinte depuis plus de 5 ans. Les supporters ayant déserté cette équipe de sales gamins milliardaires qui nous faisaient honte. Rien de cela hier soir, et le bonheur de tous les joueurs et du staff faisait plaisir à voir: un retour des valeurs saines du sport! Ne serait ce que pour cela, vous devez en être remercié.

Une équipe de France qui joue en équipe, solidaire et exemplaire de combativité et d'efforts, voilà qui nous met du baume au coeur. Et bien sûr, on ne saurait oublier le rôle essentiel de Didier Deschamps qui s'affirme comme le grand patron que cette équipe se cherchait. Et qui sait, avec lui, le rève est peut-être au détour du chemin.

Il ne reste plus qu'à confirmer! Mais cette fois ci, je vous le prédis, le pays tout entier sera derrière vous....

12:33 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : foot, espagne-france, giroud, ribery, didier deschamps, casillas | | | Digg! Digg | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.