Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2012

Sans remous, cette équipe de France là nous fait nager dans le bonheur

Merci Mesdames et Messieurs de l'équipe de France de natation. Vous nous faîtes vibrer.

Non contents de gagner, vous vous conduisez comme des gentlemen ou des ladies, portant fièrement les couleurs de la France tant dans la piscine qu'autour des bassins. Pour tout cela, nous ne saurons jamais assez vous remercier!....

Ah ce qu'elle a de l'allure cette photo de nos 4 relayeurs, la main sur le coeur lors de l'hymne national. Enfin des sportifs qui nous font honneur. Qu'attendez vous Messieurs les sponsors. Laissez tomber les petites frappes du foot et gagnez nos coeurs avec les seigneurs des eaux.

relais 4x100.jpg

Le relais 4x100m nage libre Messieurs, champion olympique 2012

17:21 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : natation, jeux olympiques | | | Digg! Digg | | |  Facebook

26/07/2012

Plan de soutien gouvernemental à l'automobile: Much a do about nothing

Beaucoup de bruit pour rien!....

Si le gouvernment croit que c'est avec ce plan de mesurettes q'il va maintenir l"industrie automobile française, il se met le doigt dans l'oeil; et le chantre du redressement productif Arnaud Montebourg va avoir du mal à nous convaincre qu'il peut retourner la situation sans s'attaquer au mal profond qui ronge l'industrie française automobile.

Notre production, à tort ou à raison, ne bénéficie pas de l'aura de qualité de l'industrie automobile allemande, et les voitures allemandes sont plus "désirables" que les voitures françaises.

Quand on sait que souvent, la technologie française est en avance sur celle de nos voisins d'Outre-Rhin, on peut s'interroger sur le pourquoi de ce désamour; c'est simple, et il ne faut pas avoir peur de le dire: les ouvriers français travaillent moins bien que leurs homologues allemands; ils n'ont pas le même niveau d'exigence de qualité sur les produits qui passent entre leurs mains. Ils sont moins impliqués dans la recherche du produit parfait, une qualité  qui a fait la force en premier des Japonais, des Allemands et désormais des Coréens.

Et si Peugeot souffre, c'est qu'il est pris en sandwich entre les productions allemandes de grande qualité et à forte image de marque et les voitures low cost, toujours plus sophistiquées, venant de Corée ou de Roumanie (DACIA). Ajoutez à cela un cout de production horaire qui se détériore chaque année puisque nos dirigeants ont pris l'habitude depuis 30 ans de faire supporter tous les abus de la protection sociale à la seule industrie, qu'on a pris pour une vache à lait. Eh bien, voila, le résultat se paie cash: notre industrie est détruite, et personne n'ose s'attaquer au vrai problème, et chaque année, le déficit commercial s'accroit, puisque la solution de la dévaluation qui était notre planche de salut n'existe plus depuis que nous avons remplacé le Franc par l'Euro.

Nous avons cru que nous pourrions nous corriger et devenir sérieux, capables de rivaliser avec l'Allemagne, mais ce ne fut qu'une funeste illusion. La France est en voie de devenir le "sick man" de l'Europe avec une population bien plus interessée par son destin individuel que collectif, qui refuse de faire les sacrifices qui s'imposent, et qui surtout a, au fil des ans, acquis une mentalité de fainéants, de tricheurs, et de malotrus.

Un exemple: Lors d'un voyage en car en Allemagne, dans la ville de Mossinguen, ville jumelée avec  St Julien, partout où nous allions, nous étions fétés par les jeunes qui nous voyaient passer. Je n'ose imaginer la façon dont le même bus allemand serait reçu dans nos banlieues françaises.

La Grande Nation que nous étions n'en finit pas de dégringoler depuis la défaite de Napoléon. Et si ce n'est avec la parenthèse gaulliste qui a permis un sursaut entre 1958 et 1974, l'irrémédiable déclin est là. Tous les signes le montrent; et ce qui est pire, c'est que nous faisons la politique de l'autruche et ne voulons pas voir la triste réalité. Dans les années 70, les footballeurs Yougoslaves étaient les exilés qui monnayaient leur talent sur les terrains Européens; depuis 20 ans, ce sont les Français qui les ont remplacés. Chaque talent issu de ce pays est contraint d'aller chercher fortune ailleurs pour s'offrir le rève que son pays ne peut plus lui offrir. Nous sommes en train de revivre une nouvelle Révocation de l'Edit de Nantes avec l'exil accéléré des meilleurs talents qui feront cruellement défaut à notre pays dans les 20 ans qui viennent

Ainsi, pour revenir à l'industrie auto en grand danger, on se contente de mesurettes dans un plan à 300 Millions d'euros, pour le lendemain, être royal en faisant cadeau de 3 Milliards d'euros à la Côte d'Ivoire. Belle générosité qui flatte l'égo de nos dirigeants et qui serait louable si ce n'était une trahison de plus envers le peuple des ouvriers français.  Car beacoup sont ceux qui pensent que cette manne a plus de chances de se retrouver dans les poches de dirigeants corrompus que dans les besoins vitaux d'infrastructure de ces pays d'Afrique. Quant au timing, on ne peut que rester coi devant une telle provocation qui fait mesurer à l'ouvrier français l'interet que lui porte son  gouvernement en comparaison avec celui qu'il porte à une Afrique corrompue. Comment s'étonner alors que l'ouvrier de PSA qui va perdre son travail  ne se jette demain dans les bras de Marine Le Pen qui n'en demandait pas tant.

Un exemple de plus qui montre à quel point la "nomenklatura" qui nous dirige est déconnectée de la réalité du pays.

19:02 Publié dans Politique Française, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : psa, dette ivoirienne, politique, montebourg, marine le pen | | | Digg! Digg | | |  Facebook

25/07/2012

La Mobilité douce sur notre territoire de Porte Sud de Genève

La problématique de la mobilité douce sur notre territoire est de relier plusieurs pôles ci dessous indiqués et de s'inscrire dans un projet plus vaste de mobilité douce à l'échelle départementale qui relie l'ouest du canton (Viry, Valleiry) à l'est du canton (Collonges, Bossey) en passant par la ville centre de  St Julien.

A l'échelle de St Julien et du territoire communément dénommé Porte Sud de Genève, il apparait opportun de relier entre eux les pôles suivants:

Les villes et villages

St Julien
Neydens
Archamps

Les poles d'activité:

Archamps Technopole
Casino & ZAC de Cervonnex
Macumba & Vitam Parc

 

 

Pour ce faire, il nous parait judicieux de privilégier 3 grandes voies aménagées pour la mobilité douce.

St Julien - Vitam Parc - Neydens
St Julien - Archamps Technopole - Archamps - Collonges
Neydens - Vitam Parc - Archamps Technopole - Archamps

Projet Voies Cyclables Blog3.JPG

Le projet de mobilité douce pour Porte Sud de Genève

Sur le plan ci-dessus, sur lequel manque la prolongation de l'autoroute Liane, on a pris le parti de construire une passerelle (en rouge) afin d'enjamber l'autoroute car celle-ci coupe notre territioire en deux et pénalise fortement l'aménagement d'une structure de mobilité douce.

Le tracé vert relie Vitam Parc à St Julien. Ce tracé intègre la construction d'une passerelle au dessus de l'autoroute. En effet, le problème de notre territoire est qu'il lui manque un lieu de franchissement de l'Autoroute Blanche qui serait réservé à la mobilité douce (piétons, vélos, voire chevaux). C'est pourquoi nous recommandons la construction de cette passerelle qui résout tous les problèmes liés à l'aménagement d'un plan ambitieux de mobilité douce sur le territoire, et en particulier le franchissement d'une voie d'acces à l'autoroute.

On notera qu'une fois l'Autoroute Blanche franchie, 2 possibilités s'offrent au promeneur ou cycliste pour rejoindre St Julien: à droite vers l'Arande et l'Ouest de St Julien; à gauche vers Ternier et le centre ville de St Julien

Le tracé violet permet de relier Neydens et Vitam Parc à Archamps Technopole à travers la ZAP, en utilisant le pont qui enjambe l'autoroute juste avant la technopole.

Quant au tracé bleu clair, il permet, via Ternier, de relier St Julien à la Technopole, avec prolongation vers le centre du village d'Archamps.

Projet Voies Cyclables CCG.JPG

Close Up sur les tracés verts et bleus au niveau de St Julien, avec la passerelle en rouge

On notera qu'en dehors du cout de la passerelle, le coût d'aménagement de cette voirie réservée à la mobilité douce pourrait se faire à un coût particulièrement raisonnable puisque les travaux nécessaires seraient assez réduits.

Vos commentaires sur ce projet sont les bienvenus!...

11:24 Publié dans Genevois Savoyard, Porte Sud de Genève - CCG, Saint-Julien | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg | | |  Facebook

24/07/2012

Eric Woerth blanchi dans la vente des terrains de l'hippodrome de Compiègne

Eric_WOERTH.jpgEnfin justice est faite à cet homme dont le talent et les mérites l'avaient rendu dangereux à ses camarades de l'UMP qui voyaient probablement d'un mauvais oeil l'ascension trop rapide de cet homme brillant et loyal.

A la lecture des commentaires de la blogosphère, nombre sont les internautes qui accusent la gauche de l'avoir "assomé" et qui demandent des excuses. Mais pour ma part, je crois que dans son cas, le vieux dicton est, hélas, tout à fait d'à propos.

Préservez moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge!.....

En politique, ce sont plus souvent vos "amis" qui vous décochent le coup de poignard dans le dos que vos adversaires. Demandez son avis à Hervé Gaymard.....

Dans le cas de Mr Woerth, comme ce fut le cas pour Mr Chaban Delmas, Mr Beregovoy ou d'autres, la malveillance a suffi pour briser sa carrière; c'est bien dommage pour lui, et pour la France.

Quoi qu'il en soit, c'est une bonne nouvelle pour la démocratie, car, contrairement à ce que voudraient nous faire croire les extremistes, tous les politiques ne sont pas pourris, et je considère que Mr Woerth est un honnête homme dont il est grand temps que l'honneur soit rétabli.

17:55 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eric woerth, ump, hippodrome de compiègne | | | Digg! Digg | | |  Facebook

23/07/2012

Le marché TOUTENBIO vous attend à Minzier le samedi 4 aout 2012

Toutenbio 2012_1.JPG

Toutenbio 2012_2.JPG

Toutenbio 2012_3.JPG

18:20 Publié dans Haute-Savoie, Saint-Julien | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : marché bio, minzier | | | Digg! Digg | | |  Facebook

13/07/2012

Archamps Technopole accueille les Laboratoires VIVACY

Photo Labo Vivacy.JPG

Archamps Technopole justifie un peu plus son image de centre bio-tech en accueillant le nouveau siège social des Laboratoires VIVACY. www.vivacy.fr

 

En attendant l'implantation prochaine de la filiale Européenne d'une société Américaine, DIAGNOS-STECHS, leader incontesté du diagnostique par la salive . www.diagnostechs.com

Après des années de développement haché, n'oublions pas tout de même que la Technopole accueille plus de 1700 emplois, et malgré une tres mauvaise desserte en transports publics, les atouts d'Archamps Technopoe commencent à être compris par des entreprises exterieures à notre région, et qui décident d'y implanter leur base européenne.

Je suis pour ma part convaincu que si les responsables du site savent faire connaitre la technopole à l'étranger, son avenir est assuré et les emplois que nous espérons du coté français de la frontière seront au rendez vous.

Espèrons que dans un premier temps, le nouvel aquéreur de la galerie commerciale sache la développer, car c'est aujourd'hui un vrai point noir dans  l'attractivité générale du site. 

06/07/2012

Patrimoine et histoire de St Julien: les châteaux de Ternier

Ternier2.JPG

En préambule, précisons qu'il faut en effet corriger l'appellation habituelle des Saint-Juliennois lorsqu'ils font référence à ce site boisé et sauvage, où une municipalité précédente avait eu le bon gout d'aménager un parcours santé, malheureusement peu entretenu depuis. Il ne faut donc pas parler du château de Ternier mais bien des châteaux de Ternier puisque 2 châteaux distincts et appartenant à deux familles différentes se faisaient face sur le promontoire au dessus du village de Ternier comme on peut le voir sur la photo ci dessus.

Cette colline (490m d'altitude) sur laquelle se trouvaient les chateaux domine le vallon de l'Aire au sud et l'Arande au nord, ce qui leur permettaient de controler la route principale d'alors qui allait vers Lathoy puis au pied du Salève.

Ternier-Chateaux.JPG

à gauche, le chateau comtal, à droite la poype de Ternier

La Poype, situé à l'est appartenait en effet à la famille de Ternier, vassal du Comte de Genève, suzerain de notre territoire alors que le château à l'ouest  dénommé château comtal était lui propriété du Comte de Genève et était le siège de la chatellenie, occupé par un chatelain qui était chargé de le représenter sur notre territoire.

Ternier-Poype.JPG

La Poype de Ternier

 

La Poype

Ce terme de poype indique un mamelon arrondi, synonime de "motte". La famille de Ternier apparait dans l'Histoire avec Hugues de Ternier dès 1113, comme l'un des principaux seigneurs feudataires des Comtes de Genève. Le 1er octobre 1401, il fut convenu que les Ternier passeraient acte de fidélité seulement au Comte de Genève et qu'à son tour, celui-ci le ferait pour les mêmes biens à l'évèque de Genève. Dès le 15 juin 1277, la famille de Ternier avait prété hommage pour la Poype au Comte de Genève, hommage renouvelé par la suite le 11/9/1294 puis le 13/5/1394.

Le chateau connut bien des vicissitudes dès la fin du XIVème Siècle, et le seigneur de Ternier qui résidait principalement au chatelard de Feigères n'occupait la Poype qu'en période de troubles. Des travaux de restauration sont menés à plusieurs reprises dans la première décennie du XV ème Siècle et rien de bien particulier ne se passe à la Poype jusqu'à sa destruction.

En 1536, les Bernois occupent St Julien et le pays alentour: Ternier tombe entre leurs mains; ils conservent ces terres jusqu'à la reddition du bailliage au duc de savoie en Aout 1567. Rappelons que dès le début des hostilités de 1589 (liées à l'édification du Fort Sainte Catherine à Songy par le Duc de Savoie), les Genevois s'emparèrent du pays et occupèrent le chateau de Ternier où ils laissèrent une garnison. Le 26 mai, les troupes ducales voulurent reprendre le chateau; elles mirent alors le pétard à la "fausse porte", mais la garnison leur jeta de grosses pierres à la deuxième porte et les troupes savoisiennes durent se retirer avec pertes. Le 1er juin, après une canonade de 121 coups, de 11:00 à 16:00, une brèche fut ouverte; la garnison genevoise se rendit contre promesse de vie sauve, ce qui n'empécha pas le duc de trahir sa promesse et de pendre les combattants défaits. La Poype n'a jamais été relevée depuis cette époque. Quant au chateau comtal, il n'était déja plus en état de se défendre.

Jusqu'à la Révolution, les ruines restèrent entre les mains de la famille des Milliet de Challes; ces biens furent confisqués comme biens nationaux et furent adjugés en Themidor An IV à Etienne-François Pissard.

Description archéologique de la Poype

Ternier-Poype2.JPG

On parvenait au chateau par l'est en suivant la crête de la colline depuis Lathoy. Après avoir traversé un premier fossé et une première porte, qualifiée de "fausse porte", qui se trouvait dans le mur d'enceinte, aujourd'hui disparu, on longeait les courtines de la tour pour arriver à une deuxième porte qui donnait accès à une cour bordée de batiments dont on voit encore quelques traces. L'habitation s'étendait sur les cotés sud et nord, avec une chapelle dédiée à saint-Nicolas.

L'énorme tour du donjon, qui situé au sommet de la motte constitue à lui seul l'essentiel du chateau, offre un plan polygonal à 7 pans, très irréguliers, d'environ 14m de diamètre. Cette tour était encerclée par une enceinte qui suivait le même plan avec, entre les deux, un passage très étroit de 2M en moyenne. Il est aussi certain qu'un deuxième mur concentrique, construit au XVème Siècle, entourait l'ensemble: on en voit encore quelques fragments du coté sud. Les murs du donjon ont en moyenne 2.80M avec une épaisseur de 4.60M au sud, avec un talus très prononcé. Les assises de la tour sont de facture romane. Le donjon devait dépasser 21M de haut et était recouvert d'un toit, mais la disposition de la tour laisse entendre qu'elle a été souvent remaniée, avec probablement à l'origine une tour d'origine qui aura été reconstruite au XII ème Siècle.

De par ses formes et ses dimensions fort importantes, le donjon de Ternier est unique en son genre dans notre contrée, et devait être un des donjons les plus redoutables du pays. Il en reste quelques pans de mur et des parties de son enceinte qui disparaissent malheureusement sous les buissons.

 

Le Chateau Comtal

S'il est antérieur au XIIIème Siècle, on ne connait pas la dâte de l'établissement de ce chateau édifié face à la Poype de Ternier. La première mention de cette forteresse relevant du Comte de Genève date en effet de 1225. L'évèque de Genève ayant des droits de supériorité féodale sur le chateau, puisque Guillaume, seigneur de Viry, reconnait dès 1278 tenir son fief de Robert de Genève, évèque et seigneur de Ternier, le comte de Genève Amédée en fait hommage à l'évèque en 1305.

En 1394, Girard de Ternier qui avait prété des sommes considérables aux héritiers du comte obtient la cession de Ternier et de son mandement, ce qui réunit à l'époque les deux chateaux dans les mêmes mains. Après le Traité de Paris, Ternier passa à la Maison de Savoie et Amédée VIII prête hommage à l'évèque de Genève pour le chateau le 1er octobre 1405.

Relevant de la Maison de Savoie, Ternier passa de mains en mains, jusqu'au 29 mai 1781 quand ces terres furent annexées au domaine de l'Etat, élevées au rang de marquisat.

Description archéologique du chateau comtal

Il ne reste plus grand chose des ruines du chateau comtal: seulement les amorces des deux tours principales et quelques pans de l'enceinte. En revanche, les fossés et voies d'accès restent bien visibles.

Ternier-Chateau Comtal.JPG

Ce chateau occupait un plateau assez vaste en forme de pentagone auquel on accèdait de l'ouest en montant directement du village de Ternier; puis par un large pont qui  traversait le fossé, on parvenait à la première porte. A gauche s'élevait le donjon, tandis que la vaste cour était entourée de communs et de dépendances. Tout le coté nord était réservé à l'habitation du comte , comprise entre l'ancien donjon et la nouvelle tour.

Au nord, le donjon ancien est de type roman, mesurant environ 8.75M sur 10M. Malgré les aménagements et perfectionnements réalisés en 1331-1332, le chateau n'était pas très vaste, surtout pour y loger le comte et sa suite qui y venaient fréquemment. Aussi édifia t-on une nouvelle tour du coté de la Poype, vers 1328-1330, avec l'aménagement de chambres en 1337-1338. Le revètement de la tour en pierres de taille semble avoir eu lieu plus tard entre 1402 et 1410. Cette tour neuve dont les bases subsistent , avec porte et double cave, mesurait environ 13M sur 11M. La porte cintrée de la cave, faite de pierres de taille et de grès, est encore en place.

Avant chaque visite du comte, on procédait à une profonde réfection des batiments, ce qui nécessitait un entretien considérable: il fallait des forets pour les ouvrages en bois, les pierres étaient prises dans les carrières du Salève, les bois et la chaux à Pomier. A noter qu'un puits a été entièrement refait en 1338-1340 puis à nouveau en 1402.

Les vendanges ont une grande importance dans la vie du chateau. En 1333, la garnison ordinaire se compose d'un portier, cinq clients et deux guets. Le chateau comtal a été constamment habité, soit par les comtes de Genève, puis par ceux de Savoie. En mars 1331, le comte de Genève vient y séjourner avec la comtesse d'Airlay et la dame de Faucigny.

Ternier était une résidence et un chateau fort, mais sa position de défense était très inférieure à celle de la Poype. Aussi, en temps de guerre, il était nécessaire à ces deux chateaux de s'entendre pour assurer une défense commune. Il semble que dès le XVIème Siècle, le chateau comtal était hors d'état de subir un siège puisque seule la Poype a été occupée par les Genevois qui y ont vécu l'épisode sanglant de 1589 relaté plus haut.

L'administration et la vie au chateau comtal

Le chatelain était nommé pour une période d'environ 1 an, renouvelable, par le Comte de Genève; il s'agissait donc d'une sorte de fonctionnaire qui avait la confiance du comte et dont les responsabilités couvraient 3 grands domaines:

Les attributions financières:

Le chatelain devait veiller aux revenus de son domaine; certains revenus étaient en nature (froment, avoine....) en fonction des récoltes. d'autres en argent :droits féodaux tels que taille, corvée et droit d'échute, ou encore deniers du cens ainsi que droits de mutation, péages ou enfin fermages.

Les attributions judiciaires:

Le chatelain se devait d'assurer le calme et de juger les conflits qui se produisaient dans son "mandement". Si les crimes de sang et d'atteinte à la noblesse dépendaient de la justice du comte, le chatelain exercait la justice quotidienne dans sa châtellenie.

Les attributions militaires:

Outre ses fonctions d'administrateur de la châtellenie, le chatelain devait conserver le chateau comtal où il logeait en parfait état puisque celui-ci était avant tout un lieu défensif mais aussi d'accueil pour les hôtes du Comte. Il assurait aussi la garde et la surveillance locale à l'intérieur de son mandement qui au XIV ème siècle s'étendait de Valleiry à Collonges.

Contrairement à une rumeur largement répandue, les rapports entre les deux châteaux ont toujours été bons; le château comtal était protégé par le château des  seigneurs de Ternier avec lesquels les comtes du Genevois avaient toujours entretenus de bons rapports; les chatelains de Ternier n'eurent jamais de conflits avec la famille de Ternier, et Bérard de Ternier appartenant à la branche cadette de la famille fut même chatelain pendant plusieurs années  de mars 1337 à juin 1343.

Ternier aujourd'hui

Si Ternier eut son heure de gloire comme on l'a vu plus haut, ce n'est plus le cas aujourd'hui. En effet bien peu des constructions reste visible sur le site comme le montrent les photos ci-après. Les arbres ont poussé et la végétation a pris possession du lieu. Le site est devenu un lieu de promenade, mal connu,  pour les habitants de St Julien, ainsi qu'un parcours santé, assez mal entretenu, pour les sportifs.  C'est bien dommage d'ailleurs car l'endroit est très sauvage, avec de très jolies promenades là travers champs ou e long du ruisseau Ternier qui vous mènent jusqu'au hameau de Lathoy. Je souhaite d'ailleurs qu'un jour l'un de ces chemins soit aménagé en liaison douce (vélo, ....) pour que nos enfants puissent se rendre au Cinéma d'Archamps ou à Vitam'Parc en toute sécurité, à l'abri des voitures.

Ternier-mamelon.JPG

Le mamelon, site des 2 chateaux, vu du village de Ternier

 

ternier ruines.JPG

Ruines actuelles des chateaux

 

 

 

Ternier Parcours santé1.JPG

Le parcours santé parmi les ruines des chateaux

 

Ternier-Clairière.JPG

Une clairière dans le bois, peut-être la séparation des 2 chateaux

 

Ternier vers Lathoy.JPG

Vue du Salève depuis Ternier
ce chemin pourrait être aménagé en piste cyclable

 

 

Ternier pont.JPG

Le pont de pierre qui enjambe le Ternier

 

Ternier ruisseau.JPG

Le ruisseau Ternier, une nature sauvage et mal connue

PS: On ne pourrait pas finir un tel article sans parler du fameux souterrain qui relierait le château à l'extèrieur et qui a fait fantasmer nombre de jeunes St Juliennois.  Il n'a jamais été mis à jour si ce n'est quelque chose qui y ressemblerait et qui fut découvert lors des travaux de construction de l'autoroute, et qui déboucherait sous le viaduc de Bardonnex. Sait-on jamais? N'a t-on pas découvert un puits non recensé devant la maison HOO PARIS en plein centre de St Julien, quand on y fit des travaux il y a 2 ans. L'aventure reste possible....

 

Ternier1.JPG

Remerciements:  Merci à Michel Brand qui  eu la gentillesse de me communiquer des extraits du livre de Louis Blondel sur les châteuux du Diocèse du Genevois dont plusieurs informations de l'article sont tirées.