Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2012

Bonne chance au Président Hollande

Les Français ont tranché et ont voulu croire aux lendemains qui chantent. En tous cas, la chanson a commencé avec une voix plutôt éraillée, tant les efforts de cette longue campagne ont marqué la voix de notre nouveau président. Espérons qu'il saura retrouver sa voix pour imposer ses vues à nos partenaires Européens et pour maitriser les marchés. Car au landerneau des grands sentiments s'invite dès aujourd'hui la réalité économique. Sarkozy c'est fini, le changement c'est maintenant.

31 ans après la victoire de François Mitterrand, cette victoire est une preuve de plus que les Français sont très attachés aux landais, même si ceux de Tulle ne sont pas ceux de Latché.

hollande-mai.jpg

Quels enseignements peut-on tirer de cette soirée électorale.

Sur la forme d'abord: Il y a quelques annéees en arrière, les télés privilégiaient lors des soirées électorales, les interventions des hommes politiques qui venaient nous expliquer, d'un coté, qu'ils avaient gagné, et de l'autre, qu'ils n'avaient pas perdu. Hier soir, que nenni, la priorité fut donnée au ballet irréel, et sans interet, de cette cohorte de motards qui suivait la voiture présidentielle, au mépris des règles les plus élémentaires de sécurité. Quel bel exemple ont donné là nos journalistes donneurs de leçons moralisatrices! On aurait dit Lady Diana coursée par les paparazzis. Un signe de plus de l'abaissement de l'information qui privilégie le spectaculaire sur le fond.

D'autre part, la loi inappropriée sur l'obligation faite aux télés de ne pas divulguer les résultats nous a imposé une longue litanie hypocrite des commentateurs qui consistait à ne rien nous dire tout en nous montrant tout: une Bastille prise d'assaut face à une Concorde désertée. En France, le ridicule ne tue pas! et on a vraiment tendance à nous prendre pour des gogos....

Quant au fond: Dès 20:20, une intervention très digne du Président défait qui assume l'entière responsabilité de la défaite. Un moment émouvant qui en dit plus sur l'homme en quelques minutes que tous les commentaires journalistiques qu'on a pu faire sur lui depuis 5 ans. Il sera reconnu par l'Histoire pour avoir tenté de réformer la France face aux conservatismes de gauche, ancrés dans leurs certitudes et leur attachement aux avantages acquis. Mr Sarkozy, une nouvelle vie vous attend, mais votre sens de l'engagement me laisse croire que l'on vous reverra car vous n'êtes pas homme à rester inactif. Puis-je alors vous suggérer de vous occuper désormais de l'Europe: un terrain de jeux plus approprié à la hauteur de votre talent que ne l'est ce vieux pays conservateur qu'est la France. Si un jour, l'Europe devait se doter d'un président, vous seriez incontestatblement la personne idoine pour assumer cette responsabilité et mener notre continent vers une grande destinée.

Car hier soir, la France a perdu un président moderne, actif et soucieux de l'amener au XXIème Siècle, en abordant les problèmes frontalement, pour se réfugier dans les bras d'un président issu, non pas de la VIème République comme le souhaitait Arnaud Montebourg, mais bien plutôt de la IVème République, rond, esquiveur des problèmes et soucieux de réaliser le consensus, même si celui-ci se révèle mou. Cette attitude permettra t-elle de nous sortir des maux qui traversent en profondeur le pays, j'en doute, mais à voir l'ivresse de la Bastille hier soir, la gauche semble le croire.

Ce que je crois moi, c'est qu'à force de ne pas résoudre les problèmes, on favorise la montée des extrèmes, et j'ai bien peur que ce soit, à l'instar de ce qui s'est passé hier en Grèce, ce qui nous attend, si le nouveau président ne prend pas à bras le corps les problèmes qui se posent à notre pays.

 Il part, grace au ciel, avec plusieurs avantages:

Homme de gauche, il peut s'attendre à bénéficier d'une complicité plus grande des corps intermédiaires marqués idéologiquement que sont les syndicats, la justice et les médias; c'est un gros atout, il devra s'en servir habilement. En cela je lui fais une certaine confiance, tant je pense que François Hollande a un sens politique aussi acéré que ne l'avait le fantôme qui l'habite, François Mitterrrand. A une différence près, François Hollande est un homme honnête et éminemment plus respectable que l'ancien président; je ne crois pas qu'on puisse un jour le traiter de Machiavel ou de Florentin comme on put le faire avec son prédecesseur soi-disant socialiste. Je suis persuadé qu'il s'efforcera de faire passer les interets de son pays avant tout. Mais dispose t-il pour cela du bon logiciel? c'est bien là ma plus grande interrogation.

François Hollande a gagné car il a su donner un espoir à la jeunesse, et je suis persuadé que c'est ce message là qui l'a fait gagner. Mes lecteurs savent à quel point je crains l'insurrection générationnelle, car, pour avoir voyagé dans le monde, je mesure à quel point notre jeunesse française se prépare, bien malgré elle, un avenir difficile. Car enfin, il faut regarder les choses en face, la génération de soixante-huitards qui a pris le pouvoir en mai 68, en renversant la table ne l'a depuis jamais laché, tout en refusant de se voir vieillir. Cela avait commencé par un premier signe, avec l'émergence des yéyés, au début des années 60, qui voyaient pour la première fois dans l'histoire d'une société, des jeunes être beaucoup plus riches que leurs parents. Cela s'est poursuivi par la prise du pouvoir médiatique, philosophique et enfin économique  de cette génération qui a tout croqué , s'ennivrant dans la jouissance que confère le pouvoir, en s'accaparant tous les leviers du pouvoir, refusant d'en céder un pouce, et dont les plus grands symboles sont Michel DRUCKER, Jean-Pierre ELKABACH, Patrick POIVRE d'ARVOR, Serge JULY ou Johnny HALLIDAY, parmi tant d'autres..... Le monde a changé, il est temps de faire un grand nettoyage: PLACE AUX JEUNES!...

François Hollande, qui a beaucoup réfléchi avant de se lancer dans course à l'Elysée,  a saisi cette désespérance de la jeunesse qui sent bien que son avenir ne sera pas aussi rose que celui qui s'ouvrait devant ses parents il y a 50 ans; et le pire c'est que nourris dans le déni de l'effort, ils se demandent au fond d'eux mêmes comment il va falloir s'y prendre pour faire tomber le mur de l'argent et du pouvoir qu'ont dressé devant eux leurs ainés. François Hollande leur a tendu la main, ils l'ont saisie; pour une partie d'entre eux. Car une grande partie a exprimé son rejet profond de cette société figée, en donnant son âme à Marine Le Pen, qui, elle,  leur propose le grand chambardement; ce n'est pas anodin d'ailleurs qu'à 44 ans, ce soit, et de loin, la plus jeune des candidates.

Voila le plus grand défi de notre pays! Donner une place à sa jeunesse, mais sans l'amadouer par des discours lénifiants, non, en lui proposant de retrousser ses manches et de prendre toute sa place dans le redressement du pays pour en garantir le rayonnement économique, sportif ou culturel dans le monde. Si François Hollande réussit ce challenge, il aura bien mérité de la patrie. Mais pour cela, il lui faudra réinventer la gauche, avec des hommes neufs, comme Manuel Valls, face aux éléphants du Parti Socialiste. Il lui faudra, comme l'a fait magnifiquement Michel Onfray, réhabiliter et promouvoir les valeurs d'Albert Camus, l'homme de gauche libertaire, et ranger au placard celles de Jean-Paul Sartre, le fossoyeur des vertus humanistes et d'espoir de la gauche.

Commentaires

Très belle note, Pierre.
Sur la forme qu’ont prises les soirées télé électorales, je suis 100% d’accord. Ces courses poursuite de voitures avaient déjà commencé en 2002 et 2007, cela s’est encore amplifié, et il y a maintenant le découpage d’écran en 2, 3 ou 4 parties. Pour peu qu’on n’ait pas adhéré au home cinéma, on ne voit plus rien et on ne sait plus qui parle. Débile.
Sur l’intervention très digne de Sarko, rien à dire sauf peut-être qu’il aurait pu montrer cette hauteur de vue un peu plus tôt. Bien sûr, je ne peux être d’accord avec sa tentative de réformer… vu que je pense que sa conception de la société n’est pas du tout en rapport avec l’époque et même qu’elle date totalement. Pour moi, Sarko est à l’opposé de l’idée que je me fais de la modernité. Certes, il y a des conservatismes de gauche mais on ne peut pas oublié qu’il était le digne représentant des conservatismes bourgeois de l’ouest parisien… Auteuil, Neuilly, Passy.
http://www.youtube.com/watch?v=0uHikQqc4ik
Pour la présidence de l’Europe, il faudrait qu’il change de style et qu’il prenne un cours de consensus.
Peut-être qu’il pourrait effectivement en prendre de la graine chez Hollande qui me semble assez doué. A quoi sert de passer en force si on doit revenir en arrière. Sur les avantages de Hollande, je ne peux qu’être d’accord bien que je me méfie de la soi-disant bienveillance des corps intermédiaires. Les syndicats défendront leur beefsteak, c’est leur rôle, quant à la presse, elle ne fera pas de cadeau. Comme toi, je préfère l’homme au Florentin mais la politique ne requiert elle pas un certain machiavélisme ?
Pour le paragraphe sur la jeunesse, je suis 100% d’accord. J’avoue que je ne comprends pas comment on en est arrivé là. Connais-tu « Une vie française » de Jean-Paul Dubois ? Il cherche un logement en 1970 et il dit « A l’époque, il n’était pas nécessaire de produire cinq ans de feuilles de paye, six certificats médicaux, neuf copies de casier judiciaire, et d’avoir un faciès d’héritier pour trouver un logement. Souvent les propriétaires de logements défraîchis ne voyaient pas d’un si mauvais œil la venue d’un universitaire débrouillard… » En fait, je ne pense pas que ce ne soit qu’une question de génération, je pense que c’est un certain triomphe de l’individualisme et des idées étriquées de repli sur soi. Aux DRUCKER, ELKABACH, POIVRE d'ARVOR, JULY ou HALLIDAY, j’ajouterai tous les « fils et filles de… » Ce ne sera pas facile pour Hollande de changer tout ça mais il peut au moins s’attaquer à la rente et permettre une redistribution des richesses.
Tu as raison « Voila le plus grand défi de notre pays! Donner une place à sa jeunesse… » à commencer par les ministres, c’est un beau challenge. Quant au match Sartre-Camus, je ne suis pas sûr qu’il soit aussi manichéen que tu le laisses à penser, mais quoiqu’il en soit, je suis du côté d’Onfray qui a sur eux deux l’avantage d’être vivant :-)

Écrit par : Joël | 09/05/2012

Mille excuses Joel, de n'avoir pas répondu plus tôt à ce commentaire tout à fait digne d'interet, comme c'est souvent le cas lorsque ils émanent de toi.
Je ne regrette d'ailleurs pas ce retard, car cela me permet d'avoir un peu de recul par rapport à l'installation du gouvernement et aux premiers pas du président Hollande.

Bravo au Président pour la composition du nouveau gouvernement, avec une place interessante réservée aux jeunes et aux femmes, et en particulier aux jeunes femmes (Aurore Filipetti, Najat, Fleur Pellerin.....) Voilà un bon signe de départ.
De plus je suis content qu'il ait préféré se fier au héros de Nantes plutôt qu'à l'amère de Lille pour diriger ce gouvernement; d'autant plus que ce premier ministre aura un espace vital bien plus grand que celui dont a bénéficié le coureur automobile de Sablé. Un retour salutaire aux fondements de la Vème République telle que l'avait voulu le Grand Charles.


Quant à la prestation américaine de François II, là encore bravo, même s'il devra se démarquer de son illustre prédecesseur François 1er en étant à l'heure.
Ne dit on pas que l'exactitude est la politesse des rois? cela la foutait mal que seule sa chaise fut vide lors du discours d'Obama à l'Otan, tout ça parce qu'il était en retard. Cela sera surement vite oublié puisqu'avec l'Otan, va, tout s'en va....s'il n'y a pas récidive.

Mais bon, il a tenu son rang, et a su blaguer avec Obama, un bon signe, car les rapports amicaux avec les grands de ce monde facilitent souvent la politique que l'on souhaite mener.

Au vu des dernières nouvelles et des nuages qui s'amoncellent dans le ciel européen, je lui réitère mes voeux de bonne chance, car il lui en faudra pour guider à bon port l'esquif France sur les eaux tumultueuses de l'océan mondial à travers la tempête qui gronde et qui menace de nous faire chavirer.

Écrit par : Pierre | 22/05/2012

Je trouve que les métaphores climatiques, même si elles sont de circonstance par ces temps de dérèglement, sont un peu excessives. Les temps ont toujours été durs pour ceux à qui il manque 99 centimes pour faire un euro et ils seront toujours faciles pour ceux qui en ont plein les fouilles. La tempête n'est elle pas déclenchée par ceux qui font la pluie et le beau temps et qui sont confortablement installés dans les bureaux de la banque ? L'Espagne emprunte à six pour cent, OK. Quant aux pauvres, on leu fait des crédits à 18 pour cent avec des mentions en tous petit qui expliquent ce qui leur arrivera le jour où ils ne pourront pas payer.
Dommage qu'au lieu de Taubira ce ne soit pas Eva Joly à la justice. Après les élections, peut-être.

Écrit par : Joël | 06/06/2012

Les commentaires sont fermés.