Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2012

Les enseignements du débat présidentiel du 2 mai 2012

La Droite Républicaine espérait que Sarkozy, en dominant nettement son challenger lors du débat d'entre deux tours, serait capable de renverser la tendance des sondages: cela ne s'est pas fait, et donc François Hollande sera le prochain Président de la République.

En effet, on peut ergoter sur qui a gagné ou qui a perdu. La réalité est que Mr Hollande a tenu la dragée haute à Mr Sarkozy, et qu'il a réussi à se donner une dimension de présidentiable, ce dont beaucoup doutaient. De ce point de vue, il a réussi son pari. En effet, face aux attaques du Président qui cherchait visiblement à le faire sortir de ses gonds, il a fait preuve d'une grande maitrise de soi, en ne se départissant pas de son calme, et forcant le Président à hausser le ton, toujours sans résultat.

Ce débat m'a rappelé sur de nombreux points le débat de 1988 entre le Premier Ministre Jacques Chirac et le Président Mitterrand. Sauf que hier soir, le Premier Ministre, c'était Nicolas sarkozy, très au fait de ses dossiers, et combatif, face à un Président Hollande qui présidait le débat, et qui malgré le flou de ses propositions, et une connaissance plus imparfaite des dossiers, a réussi à imposer la domination de sa personnalité par une stature plus présidentielle, refusant le pugilat de cour de récré que cherchait à lui imposer Mr Sarkozy.

D'ailleurs, quand le Président en fut réduit à traiter, de façon peu présidentielle son adversaire de "petit calomniateur", je ne suis pas sur qu'il se grandisssait lui même, et c'était somme toute un aveu d'impuissance.  On se croyait revenu au début de son mandat quand il aggressait ses contradicteurs par des noms d'oiseaux peu compatibles avec sa fonction. Depuis le début, Mr Sarkozy a sous estimé Mr Hollande, et hier soir, il a payé son erreur cash.

Constamment sur la défensive, le Président n'a pas su élever le débat et mettre en évidence le manque de crédibilité du programme de son opposant. Une fois de plus, il a trop personnalisé les choses; c'était un homme qui cherchait à se justifier face aux attaques "injustes dont il s'estimait la victime. Il n'a pas su démontrer, ce qui est pourtant la vérité, que son action avait servi la France. C'était Bonaparte, seul face aux forces conservatrices ou républicaines, défendant son bilan; mais au final, l'aventure Napoléonienne fut celle d'un homme seul, et c'est ce qui a transparu hier soir. Nicolas sarkozy en personnifiant la France et le pouvoir à lui tout seul, devait accepter les carences de son action et en prendre seul la responsabilité. Incapable de démontrer l'exemplarité de son action et de sa conduite, Il a déçu, c'est incontestable!...

Après la victoire de François Hollande, il faut donc se préparer à une vague rose aux législatives, ainsi qu'à une montée de la vague bleu marine. Car, avec la chute de Nicolas Sarkozy, va s'ouvrir une période de flottement à droite, avec une absence de leader incontesté qui profitera à Marine Le Pen; d'autant plus que, comme on peut s'y attendre, Mr Hollande aura les pires difficultés à gouverner et à délivrer ce qu'il a promis, créant un rejet plus ostensible encore des politiciens dits de "gouvernement"

Pour conclure, le grand vainqueur du débat d'hier soir n'est ni François Hollande, ni Nicolas Sarkozy, mais bien Marine Le Pen. Et le grand perdant n'est autre que la France!...

Car au moment où les autres pays Européens se remettent en ordre, en mettant en oeuvre les réformes qui s'imposent, notre pays va une fois de plus somnoler et prendre quelques années de plus de retard, tout en s'isolant un peu plus dans l'Europe. Une Europe qui perd un grand leader, car ce n'est pas François Hollande qui parviendra à fédérer autour de lui des gouvernements, pour la plupart de droite, et dont les actions vont à l'opposé de ce qu'il préconise.

09:43 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : débat présidentiel 2012 | | | Digg! Digg | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.