Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2011

le sac du Palais d'été de Pékin : quel déshonneur pour l'Europe!

Ci-dessous un article fort interessant écrit par mon ami Bernard Fauvelais, qui, bien que d`origine parisienne, a épousé  avec passion la cause Savoisienne; même si je ne partage pas toutes ses idées, je le rejoins totalement sur la façon ignominieuse dont les Occidentaux se sont conduits avec la Chine au XIXéme Siécle. A ce titre, je pense qu'il est du plus grand interet de montrer, à travers cet exemple, comment les pays "civilisés" d'Occident se sont conduits avec cette autre grande civilisation qu'est la Chine. On laissera à chacun le soin de décider qui sont les barbares dans cet épisode mal connu de notre oeuvre civilisatrice.

 

La Chine victime collatérale de l’annexion de la Savoie par la France, en 1860?

 

Pour la Savoie l’année 1860 est une bien triste année. C’est l’année où les Savoisiens se sont retrouvés Français malgré eux, par un enchaînement de manoeuvres occultes (négociations secrètes de Plombières* entre Napoleon III et Cavour en 1858 pour fixer les modalités de l’annexion), et de coups tordus (plébiscites d’avril 1860 honteusement truqués pour faire valider par les Savoisiens et Niçois l’annexion de leur pays à la France). Mais 1860 a été aussi une année calamiteuse pour la Chine. C’est l’année où elle a été victime d’une agression inqualifiable, perpétrée par deux gouvernements indignes, ceux de la France et de la Grande-Bretagne, qui s’est terminée par le sac et la destruction du Palais Impérial d’Été près de Pékin, considéré à l’époque comme un des joyaux de l’humanité.

Quel est le rapport entre les deux événements, à part l’année? Je vais émettre une hypothèse qui me semble fondée mais qui demande à être approfondie et confirmée. Si parmi les lecteurs de cet article, il se trouve des personnes qui ont des informations à ce sujet, je serai ravi de les recevoir et d’en discuter avec eux.

 

Les préparatifs de l’expédition franco-britannique de 1860.

Un corps expéditionnaire de 20 000 hommes fut envoyé en Chine (12 000 Anglo-Indiens et 8 000 Français). La France, pour acheminer ses 8 000 hommes en Chine, a du mettre sur pied une énorme et très coûteuse logistique (13 navires de guerre, 100 bâtiments de transport). Tout est parti de France à partir de Décembre 1859. Côté anglais, c’était beaucoup plus facile et moins coûteux, car presque tout partait de leur colonie indienne.

 

Pourquoi les Anglais ont-ils monté cette opération?

La Chine représente pour les Anglais un marché captif très important et très juteux, pour écouler des quantités énormes d’opium cultivé aux Indes. L’Angleterre est alors un état narco-trafiquant, elle entend défendre ses intérêts économiques, quels que soient les ravages que l’opium fait subir à la population chinoise.

Comment en est-on arrivé là? Pourquoi la Grande-Bretagne cherche par tous le moyens à forcer la Chine à acheter son poison? Pour le comprendre il faut se reporter quelques décennies en arrière. La Grande-Bretagne, puissance maritime dominante depuis le 17e. Siècle, en profite pour imposer les produits anglais (agricoles, manufacturés) partout où elle le peut. En ce qui concerne la Chine, elle tombe sur un "os". Malgré leurs nombreuses délégations commerciales envoyées au fil du temps chez l’Empereur, pour essayer de le séduire, de l’intimider, le convaincre de leur acheter leurs produits, c’est à chaque fois une fin de non recevoir. Cela irrite de plus en plus les Anglais, d’autant qu’ils importent toujours plus de produits de Chine (en particulier du thé, de la soie, des perles, de la porcelaine...) dont le prix est exigé en métal d’argent par le gouvernement chinois.

La seule marchandise que les Anglais réussissent à vendre en Chine est l’opium, qu’ils cultivent aux Indes (colonie Anglaise à l’époque). L’opium est commercialisé par une compagnie privée, l’East Indian Company, protégée par le gouvernement anglais. Au début, dans les années 1800, l’opium rentre en fraude, en quantité relativement modeste. Puis, petit à petit, la demande augmente, les volumes s’accroissent et ce commerce devient très rémunérateur. Les Anglais veulent pouvoir exporter librement (sans restriction et sans limite) leur poison. L’Empereur de Chine s’oppose à ce commerce, d’abord timidement et ensuite de plus en plus activement, car cela commence à vider ses caisses et à rendre dépendant un nombre croissant de ses sujets.

 

 * Petite ville de cure dans les Vosges, ou Napoleon III avait l’habitude de se rendre pour soigner ses crises de goute.

 

Finalement l’Empereur décide d’interdire toute importation d’opium en Chine et fait détruire une cargaison d’opium dans le port de Canton. C’en est trop pour les Anglais. Ils attaquent la Chine en 1830: c’est la première guerre de l’opium.

La Chine n’est pas préparée pour résister à l’invasion anglaise. Elle est vite défaite et forcée de négocier avec les narco-trafiquants anglais. Elle perd Hong Kong qui devient une colonie anglaise, doit ouvrir de nombreux ports chinois aux navires anglais, accepter l’importation de l’opium, et payer de très grosses indemnités de guerre à la Grande-Bretagne.

Ce traité de paix imposé par la Grande-Bretagne est très mal vécu par l’Empereur de Chine, qui cherche par tous les moyens à ne pas l’appliquer. C’est ce qui provoque deux autres guerres de l’opium. Les Anglais reprochent aux Chinois de ne pas respecter les accords signés précédemment. C’est ainsi qu’en 1860 ils décident de monter une expédition punitive, pour donner une sérieuse leçon à l’Empereur de Chine et l’amener à appliquer à la lettre les traités confiscatoires signés précédemment.

On comprend que pour les Anglais, la Chine représente des intérêts commerciaux et financiers extrément importants. Ce n’était pas du tout le cas pour la France, qui n’avait à l’époque pratiquement pas de présence dans cette partie du monde.

 

Pourquoi Napoleon III a-t-il envoyé des troupes participer à cette expédition lointaine décidée par les Anglais?

La thèse officielle, c’était qu’il fallait venger le meurtre de deux missionnaires catholiques français, commis deux ans auparavant. Cela semble un prétexte bien mince pour justifier une opération d’une telle ampleur, si onéreuse, si risquée, si lointaine! On verra plus loin les vraies raisons qui, je crois, ont poussé Napoleon III à s’acoquiner avec les Anglais pour cette honteuse opération.

Ici encore un retour sur l'histoire s'impose.

Suite aux désastres des guerres révolutionnaires françaises et des guerres napoléoniennes (de Napoléon 1er) qui ont mis à feu et à sang l’Europe pendant près de 25 ans, l’aventure s’est terminée par la défaite de la France, vaincue par l’Europe coalisée. Les vainqueurs (principalement les Anglais, les Autrichiens, les Prussiens, les Russes) redessinent les frontières de l’Europe par les deux traités de Paris de 1814 et par le traité de Vienne de 1815.

La Savoie, grâce au soutien très actif des Anglais et des Russes, retrouve l’autonomie qu’elle avait avant l’invasion française de 1792: elle réintègre un État "fédéral" qui comprend aussi le Piémont, Nice, la Sardaigne, et nouvellement la Ligurie, ancienne République de Gênes.

Cette nouvelle configuration de l’Europe a été pensée et voulue surtout par les Anglais, qui ont cherché à ce qu’aucune puissance ne soit trop forte, et aussi à réduire le plus possible le pouvoir de nuisance de la France. Il s'agit d'éviter que ne se reproduise une tentative militaire d’hégémonie de la France sur l’Europe. Pour ce faire, la Grande-Bretagne a mis en place, aux nouvelles frontières de la France, des pays amis: création de l’état des Pays-Bas, puis de la Belgique, refondation de la Suisse (agrandie des nouveaux cantons de Genève, Neuchatel, Valais, les évêchés du Jura étant confiés au canton de Berne), du Bade-Wurtenberg, des États de Savoie. Ainsi la France, sur ses frontières Nord, Est et Sud, est entourée de pays amis et alliés des Anglais, une sorte de cordon sanitaire l’entoure.

Quand Napoleon III arrive au pouvoir, il n’a de cesse de vouloir s’affranchir des traités de Paris et de Vienne. Pour arriver à ses fins, il a cherché à rompre le bloc des vainqueurs de 1815. C’est sûrement une des raisons qui ont amené Napoleon III à s’allier aux Anglais et à l’Empire ottoman, contre les Russes, au moment de la guerre de Crimée de 1856.

 

En agissant ainsi il attise les rivalités russo-anglaises, s’attire la sympathie des Britanniques et redevient une puissance. Ce rapprochement avec les Anglais a été chèrement payé , par le sang d’innombrables soldats français tombés pendant lacampagne de Crimée (on parle de 200 à 300 000 morts) en particulier pendant le siège de Sébastopol et Malakoff.

Suite à cette sale guerre, Napoléon III a pensé qu’il pouvait désormais compter sur une bienveillante neutralité de la part des Anglais, ce qui devait lui permettre d’agir plus à sa guise en Europe, pour retrouver une partie des territoires perdus en 1815.

Cette stratégie est mise en oeuvre avec la Savoie et Nice, que Napoléon III cherche à s’approprier dès 1858, sans que les vainqueurs de Waterloo (Russie, Grande-Bretagne, Prusse, Autriche) soient consultés, ce qui violait les traités en vigueur. Pour arriver à ses fins, Napoléon III propose au Duc de Savoie (Victor Emmanuel II), en échange de la cession de la Savoie et de Nice, de l’aider militairement à créer un Royaume d'Italie du Nord (Piémont, Ligurie, Lombardie, Vénétie) en expulsant les Autrichiens de Lombardie et de Vénétie, territoires qui leur avaient été confiés par le traité de Vienne en compensation de territoires autrichiens situés en Allemagne et cédés à la Prusse. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. La campagne militaire française en Lombardie contre les Autrichiens tourne à la boucherie (batailles de Magenta et Solferino). Napoléon III doit arrêter son offensive à la frontière de la Vénétie, à cause des réactions très négatives et hostiles de la Prusse et de L’Angleterre. Napoléon III essaye de calmer les Anglais, car il veut éviter à tout prix une alliance militaire entre les Autrichiens, la Prusse et la Grande Bretagne contre lui, qui pourrait lui être fatale.

C’est là que je lance une hypothèse qui demande a être confirmée. Je l'ai déjà lue dans un ouvrage anglo-saxon dont j'ai malheureusement perdu la référence. Napoléon III aurait alors trouvé un moyen pour amadouer les Anglais: mettre à leur disposition un important contingent de soldats pour la campagne que la Grande-Bretagne préparait contre la Chine. En effet les Anglais manquaient cruellement de troupes terrestres. Au moment même où se préparait cette nouvelle guerre contre la Chine, une grave révolte éclatait aux Indes, la première rébellion de soldats indiens contre les maîtres Anglais: la révolte des Cipayes, qui devait être matée rapidement pour éviter que toute l’Inde ne s’embrase. La proposition de Napoléon III arrive donc au bon moment et est acceptée par les Anglais. Comme par hasard, à partir de ce moment, les Anglais se sont montrés beaucoup plus accommodants et n’ont plus pensé à une alliance militaire contre la France. Ils ont laissé l’annexion de la Savoie et de Nice se faire, sans toutefois l'approuver officiellement...

Déroulement de la campagne militaire anglo-française de 1860 en Chine.

L'opération consistait à utiliser la force pour faire plier l’Empereur de Chine et l’obliger à ouvrir son pays sans restrictions au commerce de l’opium sous monopole anglais. L’armée chinoise, bien que valeureuse, est très mal équipée, comparée à celle des Anglo-Français. Elle est enfoncée très vite. Les Anglo-Français remontent rapidement jusqu’à Pékin. Pour faire plier l’Empereur, ils décident de frapper un grand coup en s’attaquant au Palais d’Été, symbole de la puissance de l’Empereur de Chine. Le Palais d’Été est pillé de fond en comble pendant quatre jours (6 Octobre au 9 Octobre 1860).

Les Anglo-Français se comportent comme des barbares: ils font main basse sur des trésors inestimables, or, pierres précieuses, perles, jade, soie, sculptures, tableaux, livres rares, porcelaine... Ce qui ne peut être emporté est fracassé, détruit. Pour parachever leur méfait, décision est prise par les Anglais (les Français ne s’associent pas à cette décision) de brûler tout ce qui est encore debout. L’incendie dura une semaine (18 Octobre au 24 Octobre 1860) et nécessita la participation de 2000 incendiaires, des soldats anglo-indiens.

Pour les Chinois, la plaie n’est toujours pas refermée, ils considèrent ce crime comme imprescriptible. On peut imaginer pourquoi: c’est comme si, pour les Français, une horde de barbares venue de très loin avait pillé, saccagé et brûlé le Château de Versailles et s’en était retournée tranquillement chez elle une fois le méfait accompli. De nombreux objets volés se trouvent toujours dans les Musées anglais et français et dans des collections privées. À Paris et à Pékin, début 2009, on a beaucoup parlé de deux magnifiques bronzes volés dans un des pavillons du Palais d’Été: ces pièces faisaient partie de la collection Bergé-YSL mise en vente aux enchères chez Christie's...

Le Palais d’Été n’a jamais été reconstruit. C’est devenu un lieu de pèlerinage, de recueillement et de mémoire pour le peuple chinois. Pour eux ces ruines illustrent bien le double langage de nombreux gouvernements occidentaux, qui se prétendent défenseurs de la civilisation alors que, dans les faits, ils détruisent sans aucun état d’âme la civilisation des autres...

Qu’était le Palais d’Été* ?

palais d'été,pékin,chine,savoie,napoléon iii,guerre de l'opium

Le plan de l'ancien Palais d'été

Plutôt que de Palais d’Été, il serait plus juste de parler de ville impériale d’été. En effet il s’agissait d’une véritable ville qui s’étendait dans un parc immense de 25 à 30 kilomètres carrés, environ 3000 hectares. Dans ce parc étaient disséminés plus de 200 pavillons et palais, où résidaient la cour et les invités pendant près de neuf mois par an. Le parc est un immense jardin, avec des rivières, des étangs, des collines, des forêts, créés par des architectes et des jardiniers.

Ce gigantesque ensemble a coûté fort cher à l’Empire, encore plus cher que Versailles pour la France. Il a été bâti au fil du temps, sur une période d’environ 150 ans qui se termina vers les années 1760. Tout ce qu’il y avait de plus beau et de plus précieux en Chine se trouvait dans les 200 pavillons. Il y avait des statues en or et en argent massif. Des décorations avec du jade, des perles. Il y avait des pagodes en porcelaine de plusieurs étages. Il y avait de magnifiques étoffes, tapisseries, tapis en soie, des vases en porcelaine d’une valeur inestimable. Il y avait une bibliothèque de plus de 10 000 ouvrages tous plus précieux les uns que les autres.

palais d'été,pékin,chine,savoie,napoléon iii,guerre de l'opium

 

palais d'été,pékin,chine,savoie,napoléon iii,guerre de l'opium

palais d'été,pékin,chine,savoie,napoléon iii,guerre de l'opium

Les vestiges de l'ancien Palais d'été

 

En guise de conclusion.

Le dictateur Napoléon III, très probablement pour faire accepter aux Anglais l’annexion de la Savoie et de Nice à la France, n’a pas hésité à participer à une campagne indigne, contre une des plus anciennes et brillantes civilisations humaines, la civilisation chinoise. J’espère que ce petit article contribuera avec d’autres à montrer le rôle nocif et sans scrupules de la politique impérialiste et agressive de la France du second Empire, dont la Savoie, Nice et la Chine ont été, avec d'autres nations, les victimes.

* appelé ‘YUANMING YUAN’ par les Chinois, ce qui veut dire ‘Jardin de la clarté parfaite’.

NB: Je tiens à dire que ma propre vision de Napoléon III est beaucoup plus nuancée, car je considère qu'à la différence du roi soleil qui est porté aux nues, le traitement réservé à l'empereur est injuste car, pour moi, il fut un bon dirigeant pour la France. L'annexion pacifique de la Savoie en étant une preuve supplémentaire si on se place du coté français.

Les commentaires sont fermés.