Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2011

Un avant et après l'affaire DSK: la boite de Pandore est ouverte

S'il n'y a qu'un pas du capitole à la Roche Tarpéienne, d'autres que DSK pourraient en faire bientôt  l'amère expérience.

Luc Ferry, Grand Journal, Pédophilie,DSK, Eric Woert, Frégates de Taiwan, Rétro-Commissions, Georges TronAprès Georges Tron, contraint à démissionner après les allégations de deux ex-collaboratrices, voila que les propos de Luc Ferry au Grand Journal sur le plateau de Canal Plus hier, mettent la toile en ébullition.

Quel peut bien être cet ancien ministre de premier plan qu'il accuse de pédophilie et que tout le monde a couvert, dans la bonne vieille tradition française de l'Omerta politico-médiatique.

Il n'est pas besoin d'être Sherlock Holmes ou Hercule Poirot pour deviner, en surfant un peu sur la toile, à qui fait allusion Luc Ferry, lui même ancien ministre de l'Education Nationale.

Ce qui me parait choquant dans tout cela, si les faits mentionnés sont prouvés, tient en 2 remarques principales.

1- Je respecte la liberté de chacun de faire ce qu'il veut dans sa vie privée, et particulièrement sentimentale ou sexuelle, tant qu'il n'enfreint pas la loi. Après tout, comme l'a dit Jesus, que celui qui n'a jamais fauté lui jette la première pierre. En revanche, dans le cas d'une violation de la loi, la sentence doit être la même pour les puissants et les modestes; c'est l'honneur de la démocratie!

2- D'autre part, de la même façon qu'on refuse, à juste titre?, de confier des enfants à des personnes soupconnées (mais non coupables selon la présomption d'innocence) de pédophilie, pourquoi cette précaution devrait-elle ne s'appliquer qu'au bas de l'échelle et pas au sommet. L'exemple ne doit-il pas venir d'en haut?

A moins que dans notre société moderne française, la France d'en haut ne se soit exonérée de toute responsabilité morale pour imposer à la France d'en bas une conduite qu'elle se sent autorisée, elle, à ne pas respecter. Cela n'est pas acceptable ni justifiable, et il faut y mettre un terme.

Ainsi pour l'anecdote, je trouve choquant que le ministre de l'interieur Sarkozy ait pu être flashé en excès de vitesse alors qu'il se rendait à l'inauguration du premier radar fixe installé sur nos routes. De la même façon, il est intolérable que des parangons de vertu nous dictent ce que nous devons faire au nom de la morale, alors qu'eux même ont une conduite tout à fait condamnable.

Ces dérapages sont d'autant plus scandaleux et inexcusables quand ils proviennent d'hommes qui nous donnent des leçons de morale à longueur de journée. Il est temps de dire à la Gauche qu'elle n'a pas le monopole de la morale, ceci sans excuser d'ailleurs les mêmes fautes lorsqu'elles sont commises par des personnalités de Droite. Toute couleur confondue, ce qui est inacceptable, c'est que ces messieurs qui nous gouvernent puissent se croire au dessus des lois.

Quand je vois le traitement qui a été réservé à Eric Woerth, qui fut peut-être coupable de naiveté , voire de légereté, mais dont la faute n'est pas si grave, après tout  "il n'y a pas mort d'homme" comme aurait pu le dire un certain donneur de leçon, je suis choqué de constater que l'on a peut-être couvert des gens coupables de faits autrement plus graves.

Et que dire de l'affaire des rétro-commissions du Pakistan et de l'affaire des frégates de Taiwan! là aussi nombreux sont ceux qui sont dans la confidence et qui "savent" mais qui ne veulent ou n'osent pas parler.

Il est temps que la Presse Française fasse son travail, honnêtement et avec professionnalisme, sans ménager qui que ce soit. Après tout, l'Amérique que l'on accuse aujourd'hui de tous les maux pour s'en être pris au "pauvre" DSK, a une Presse qui a été capable de déboulonner un Président qui s'était mal conduit. A quand une Presse Française de ce niveau, impartiale et capable de s'en prendre à tous ceux qui dévient du droit chemin, qu'ils soient de gauche comm de droite.

Faute de ça, tous les fantasmes sont possibles et le sentiment du peuple qu'on lui cache tout et qu'ils sont tous pourris fera le lit des extrèmes avec tous les dangers que cela représente. Il est temps que les amoureux de la démocratie se reprennent pour parler et se conduire en hommes libres afin de combattre tous les abus de pouvoir, d'où qu'ils viennent.

Commentaires

Bonjour Pierre,

Pour cela, il me semble qu'il faut une presse courageuse et détachée des intérêts particuliers.

Belle journée à toi, Eric

Écrit par : Eric Brachet | 03/06/2011

Les commentaires sont fermés.