Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2011

Les tribulations de DSK in New York: and the winners are.....

Sans renier la présomption d'innocence, et sans prévoir ce que seront les conclusions de l'enquête, les faits sont suffisamment graves pour dire que le mal est fait, et qu'on ne pourra pas gommer ce qui vient de se passer. Suite à l'inimaginable faute de gout du ténor socialiste à New York, on peut donc dès à présent faire la liste des gagnants et des perdants de cette rocambolesque affaire.

Grands gagnants: les médias

Ils vont pouvoir se délecter de cette mésaventure, et selon la tradition bien française de nos journalistes, se lécher les babines de la mise à mort annoncée de celui qu'ils avaient porté au pinnacle. Pour résumer, ils vont en faire leurs choux gras et faire gonfler leur audience et leur Chiffre d'Affaires.

Les gagnants politiques: François Hollande & Ségolène Royal

François Hollande sera conforté dans sa quête de la nomination aux primaires. Sa posture d'"homme normal" trouvera une caisse de résonnance magnifiée par les dérives d'un homme considéré comme faisant partie de l'élite.

Ségolène Royal, en tant que femme, sera remise en selle comme une candidate crédible. Les postures de cette dame la pudeur lui donneront une nouvelle légitimité face aux hommes prédateurs qui utilisent les femmes comme bon leur semble.

Les perdants politiques: Nicolas Sarkozy & Martine Aubry

Nicolas Sarkozy perd là le meilleur opposant dont il pouvait réver; en effet, DSK, le grand bourgeois socialo n'avait aucune chance face à lui, puisque les classes populaires auraient préféré voter pour le Président , même s'ils ne l'aiment pas, que pour ce grand bourgeois dont la campagne aurait eu des réminiscences de celle de Balladur en 1995. De plus, il va hériter d'un adversaire autrement plus coriace en la personne de François Hollande qui va lui donner du souci, et l'obliger à revoir ses plans de campagne.

Martine Aubry, est paradoxalement à mettre au rang des perdants car, elle qui n'a pas envie d'y aller, de la même façon que son père avait renoncé en 1995, va voir s'exercer sur elle une pression de plus en plus forte pour s'engager. Je ne suis pas sur qu'elle en soit ravie, d'autant plus qu'en DSK, elle avait un allié, alors que son hostilité envers François Hollande est bien connue.

Par respect pour leur abattement, je ne parlerai même pas des supporters de DSK comme Leguen, Cambadelis ou Moscovici qui, pas plus tard qu'hier soir à la télé, faisait l'éloge de DSK. Quelle douche froide!.... Adieu veaux vaches cochons couvée, les postes s'éloignent....

Enfin, la plus grande perdante de tous: la France

Grace à DSK, la presse anglosaxonne va une fois de plus nous ridiculiser devant la planète entière, et se gausser de ces Français qui se sentent si surs d'eux qu'ils peuvent imposer leurs volontés à tout le monde. D'autant que fragiliser le FMI à une période cruciale pour la planète, est véritablement une faute de gout. Apres un tel désastre d'image, ce n'est pas demain que la France pourra briguer à nouveau un poste de haute stature internationale pour l'un de ses enfants.

Merci Mr Strauss-Kahn et bye bye.........

PS: Cette pantolonnade nous rappelle qu'il n'y a qu'un pas du Capitole à la Roche Tarpéienne. Hier futur président, riche et comblé; demain pariah rejeté de tous, y compris de ses proches qui ne lui pardonneront probablement pas que sa légèreté leur aient autant nui. C'est triste pour lui, d'autant qu'il ne peut s'en prendre qu'à lui-même. Comment va-t il, s'il le peut, s'en remettre?

 

11:43 Publié dans Politique Française | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dsk, hollande, sofitel new york, élections présidentielles, fmi | | | Digg! Digg | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.