Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2011

Alain Finkelkraut : le philosophe qui dérange

ALAIN-~1.JPG

Alain Finkelkraut occupe l'espace médiatique et on le voit de plus en plus!....

Ainsi était-il l'invité dimanche 28 février de l'émission "C/Politique" avant d'être le pivot du débat dans l'émission de Franz Olivier Giesbert "Semaine Critique" le vendredi 4 mars dernier.

Je suis particulièrement sensible aux thèses de ce philosophe qui sait lire et déchiffrer les grandes tendances de fond parmi le clapotement de l'actualité quotidienne.

et ce qu'il dit fait froid dans le dos!....

L'un de ses thèmes de prédilection est de mettre en exergue l'effondrement de l'école de la république qui n'assure plus sa mission de promotion et d'égalisation des chances. Sa faillite, liée en partie au communautarisme et aux concentrations d'immigrés dans les mêmes classes de "ghettos géographiques", ne fait que renforcer celui-ci; l'échec de l'école dans sa mission de promotion méritocratique a pour conséquence de faire le lit d'un repli communautaire, source de conflit ethnique, tel qu'on a pu le vivre lors des émeutes de 2005.

Ce que j'aime chez Finkelkraut, c'est son courage à dire, sans haine, ce qui ne va pas chez nous, et à mettre en évidence les lachetés de nos dirigeants qui, sous couvert de bien-séance, n'osent pas s'atteler à régler les problèmes de la délinquance et ceux des dérives ethniques dans certains quartiers, sans mesurer les conséquences terribles à terme pour notre société.

Mr Finkelkraut a le courage de mettre les pieds dans le plat, et à l'heure du politiquement correct émasculant, il est nécessaire et salutaire que quelques voix courageuses osent s'élever pour annoncer l'iceberg avant qu'on ait le nez desssus. Ainsi, quand il dit « Les gens disent que l'équipe nationale française est admirée par tous parce qu'elle est black-blanc-beur. En fait, l'équipe de France est aujourd'hui black-black-black, ce qui provoque des ricanements dans toute l'Europe. » il ne fait que dire la vérité. En effet, quand l'équipe de France de foot joue en Lithuanie, la Télévision Française ne montre pas les pancartes dans le stade comme celle qui dit "Bienvenue à l'équipe africaine d'Europe", mais sur la Télévision Suisse on peut les voir. Je ne dis pas qu'il faille accorder plus d'importance que cela à de telles manifestations, mais il est pareillement critiquable de les occulter volontairement. Ce n'est pas en faisant la politique de l'autruche qu'on règle les problèmes. Face à n'importe quelle situation problématique, la première étape est d'établir un diagnostic, le plus proche possible de la vérité et de la réalité, et d'en tirer un plan d'action le plus raisonnable possible, dans le respect de nos valeurs républicaines.

Mais si le diagnostic est volontairement tronqué, par une je ne sais quelle volonté de prémunir une paix sociale aussi factice que peu pérenne, il ne faut alors pas s'étonner de voir les extrèmes prendre un poids de plus en plus fort, et surtout dans les territoires où l'on se refuse à établir le vrai diagnostic et donc à prendre les mesures qui s'imposent.

Je n'en dirais pas plus et j'invite mes lecteurs à faire l'effort de découvrir ou de mieux connaître ce philosophe qui mérite toute notre attention.

19:44 Publié dans Culture, Politique Française, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alain finkelkraut, cpolitique, semaine critique | | | Digg! Digg | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.