Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2010

Discours de politique générale de François Fillon

fillon.jpg

Qu'il est difficile à un gouvernement "raisonnable" de gouverner, face à une gauche systématiquement critique de tout, une extrème gauche dangereuse de par ses utopies génératrices de désastres, et une extrême droite qui oublie à l'envi les contraintes de l'exterieur.

Ce qu'on entend ici ou là: "La politique du gouvernement est aux ordres des marchés financiers". Et comment faire autrement?  Même si on peut regretter la pression des marchés, il est bien fini le temps où l'on pouvait en faire une totale abstraction; qu'on le veuille ou non, ils s'imposent à nous! il suffit de voir ce qui se passe en Grèce, en Irlande ou en Islande pour comprendre que vouloir s'isoler et se refermer sur nous serait suicidaire. Quand on sait ce que coute à un pays endetté comme le nôtre l'augmentation d'un point sur le taux d'interet auquel les préteurs acceptent de financer notre déficit, on sait bien que la marge de manoeuvre est réduite.

Ce qui est vrai, c'est que  les peuples Européens, trop assistés et trop mous, ne sont plus prêts au sursaut salvateur qui leur permettrait de se sortir de la situation dans laquelle 25 ans de laxisme les ont mis. Et le pire, c'est qu'une fois de plus, ce sont ceux qui sont tout au bas de l'échelle qui vont payer pour l'incurie de notre élite dirigeante.

Aujourd'hui,  il faut plus de sécurité:  il faut protéger les plus faibles face au capitalisme sauvage, mais il faut aussi préparer les peuples européens à une prise de conscience que ce qui était possible hier, ne le sera plus demain, car le monde a changé. A cet égard, je suis d'accord qu' il faut dénoncer la "classe politique" qui ne pense souvent qu'à ses propres interets, et qui hésite à faire les réformes indispensables, mais impopulaires. Aujourd'hui, il faut  savoir naviguer sur l'océan, car la France n'est pas un pays qui vit à l'abri sur le lac Léman, elle chevauche les vagues de l'océan mondial; il y existe des vents contraires et des vagues dangereuses dont il faut tenir compte: à cet effet, je pense que François Fillon mérite notre respect, car il fait de son mieux face à la tempête qui secoue l'Europe et qui ne va pas se calmer, tant l'émergence des nouvelles puissances va nous obliger à une remise en cause profonde de notre modèle social et économique. A son rythme, conscient du danger d'explosion sociale, il tente de réformer aussi vite que possible notre pays, et de faire les réformes dont notre pays a fait l'économie depuis 15 ans.

Mais le sujet est trop long et complexe pour être développé ici: il fera l'article d'une note détaillée dans un proche avenir.

12:20 Publié dans Politique Française, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fillon, discours de politique générale, réformes | | | Digg! Digg | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.