Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2010

Où s'arretera le jacobinisme économique français?

La société américaine MOLEX ne se conduit pas très bien, il faut le reconnaître!... Loin de moi l'idée de la défendre.

On notera cependant que cette société américaine, venue s'implanter en France il y a quelques années n'avait fait que "délocaliser" en France; au plus grand bénéfice des Français qui ne tolèrent pas qu'ils puissent être aujourd'hui les victimes du même phénomène qui les a enrichis hier. On voit bien là l'hypocrisie de ce peuple qui n'accepte le vent de l'histoire que lorsqu'il souffle en sa faveur.

Est il donc raisonnable que le gouvernement français s'immisce dans les affaires d'entreprises privées comme RENAULT ou PEUGEOT pour leur demander de blacklister cette société et de refuser de l'utiliser comme sous-traitant.

train siemens.jpgEt que dire de l'ire du gouvernement français qui s'emporte contre la décision d'EUROSTAR de commander des trains SIEMENS au détriment des trains ALSTHOM, mais qui pourfend le protectionisme des Américains qui rejettent un appel d'offres favorable à AIRBUS face à BOEING. Soyons conséquents avec nous mêmes: Non au protectionisme économique sous toutes ses formes, que nous en soyons les bénéficiaires ou les victimes: notre discours gagnera en lisibilité et notre voix aura plus de chance d'être entendue, et surtout écoutée, dans le concert des nations.

Que le "Motodidacte" Christian Estrosi se batte comme un beau diable pour défendre les interets de l'entreprise France, je ne peux que le saluer et m'en réjouir. Mais c'est en rendant notre pays compétitif, innovant et accueillant aux investissements étrangers que nous gagnerons la bataille de l'emploi et du niveau de vie. Ce n'est pas en nous repliant sur nous même et en refusant d'affronter les vents de la concurrence que la goélette France pourra se maintenir à flots et traverser sans dommage l'océan du XXI ème Siècle.

Il est temps d'en finir avec ce jacobinisme économique où des énarques qui ne comprennet rien à la vie des entreprises se gaussent de vouloir organiser l'économie selon des chémas qu'ils ont dessinés sur le tableau noir de leurs ministères. "La Guerre est une chose bien trop importante pour la laisser aux mains des militaires" disait-on en son temps, eh bien l'économie ne se décrète pas dans les salons ministeriels mais bien dans la vraie vie!... Quand ceux qui nous gouvernent auront compris cela, le pays ne s'en portera que mieux!....

13:25 Publié dans Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg | | |  Facebook

30/10/2010

L'ETG et son nouveau stade : une opportunité à saisir?

Grace, ou plutôt à cause de Michel Platini, l'ETG n'a pu jouer dans le stade "naturel" qui lui incombait, à savoir le stade de la Praille à Genève. Résultat, l'ETG joue perpétuellement " à l'extèrieur" à Annecy. N'est il pas d'ailleurs symptomatique que l'ETG ait glané 14 de ses 21 points à l'extèrieur contre seulement 7 points au Parc des Sports d'Annecy, où il évolue devant un public bien clairsemé.

 

Stade de la Praille.JPG

 

Compte tenu de ses bons résultats, l'hypothèse de voir l'ETG évoluer en Ligue 1 dans un avenir pas si lointain prend du corps, et se pose alors la question du stade où pourra évoluer l'équipe Haut-Savoyarde. Si pour ma part, je regrette que celle-ci ne puisse pas évoluer à Genève, ce qui se justifierait encore plus, une fois l'ETG en Ligue 1, il est permis, et même recommandé, à ses dirigeants de réfléchir sur la meilleure localisation possible de ce stade.

Or récemment dans la Presse, et cela m'a été confirmé hier par un ami de la CCG, la piste de St Julien existe, avec en première ligne la société Migros qui verrait d'un très bon oeil l'installation de ce stade à la porte de son VITAM'PARC.

 

IMG_4165.JPG

 

Que ce projet aie des chances  sérieuses de voir le jour  ou pas, à mon avis le site de Findrol, près du nouvel hopital d'Annemasse, me paraissant plus judicieux, on voit bien à quel point la décision de bloquer l'ensemble des terrains du plateau entre Neydens et Archamps en ZAP est handicappante pour le développement de notre territoire.

En effet, compte tenu du peu de terains disponibles, il ne me parait guère interessant pour notre territoire de sacrifier une grande partie des terrains disponibles à la construction d'un stade, si près de celui de La Praille, et si consommateur d'espaces.

 

Macumba.JPG

 

En revanche, si la Migros souhaite développer le Pôle Loisirs du plateau, hypothèse que je défends depuis longtemps, Il me paraitrait plus judicieux de promouvoir un redéveloppement du Macumba qui pourrait abriter d'autres activités telles que bowling, tables de billard et jeux électroniques  pour en faire un centre de loisirs complet et moderne afin d'attirer en son sein, et sur notre territoire, la jeunesse du XXI ème siècle. On sait que la salle centrale de la discothèque est inoccupée depuis plus de 5 ans suite à l'incendie qui l'a détruite et que le montant des travaux à engager fait hésiter les propriétaires. Ne serait-il pas formidable de voir la Migros et la famille propriétaire s'entendre autour d'un projet ambitieux qui projetterait le Centre de Loisirs de Neydens sur l'avant scène de la Région Rhône-Alpes et de la Suisse Romande.

C'est en tous cas le voeu que je forme!....

28/10/2010

Le rattachement de la Savoie à la France: quelques vérités bonnes à dire

Pour ceux que l'histoire de notre département interesse, je vous invite à lire l'article qu'a publié Le Dauphiné Libéré sur les évènements liés au rattachement, il y a 150 ans. On y découvre que notre territoire souhaitait se rattacher à Genève, et que c'est le reste de la Savoie qui s'y est opposé: on comprend alors mieux  la différence de perspectives entre ces deux parties du département et le petit antagonisme qui existe entre le Genevois savoyard et Annecy.

Article Rattachement.JPG

St Julien, capitale du crime?

St Julien crime.JPG

 

A la lecture des faits divers qui se passent dans notre bonne ville, comme relatés par Le Messager, on pourrait se le demander!..... Il est temps d'appeler Eliott Ness!.... ou Sherlock Holmes pour retrouver le camion d'arrosage dont on a perdu la trace :)

 

10:03 Publié dans Humour, Saint-Julien, Vie Municipale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : st julien, crime, eliott ness, sherlock holmes | | | Digg! Digg | | |  Facebook

27/10/2010

Le Hameau du Père Noel fête ses dix ans

A 10 minutes de Saint-Julien, le Hameau du Père Noël, géré par ANDILLY LOISIRS célèbre cette année ses 10 ans d'activité. Dans ce court laps de temps, il a su s'imposer comme l'une des attractions majeures de Haute-Savie, accueillant 68000 visiteurs l'an dernier, ce qui le place au 6ème rang des attractions les plus visitées dans notre département.

Ci-dessous l'article que lui a consacré Le Dauphiné Libéré dimanche dernier.

Article Hameau.JPG

12:40 Publié dans Haute-Savoie, Infos Pratiques, Loisirs, Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg | | |  Facebook

26/10/2010

Quelques noms de rue pour notre belle ville

Idée de nom pour une nouvelle piste cyclable

Rue Stine.jpg

Qui peut bien habiter là? Des noms SVP!....

rue-qui-s-la-pete-667321.jpg

Et pour finir, voici l'adresse de notre nouvelle caserne de pompiers

y-a-pas-feu-253838.jpg

15:44 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg | | |  Facebook

25/10/2010

Saint-Julien et la CCG: un jeu de dupes

logo CCG.gif

Lundi soir 18 octobre avait lieu le Conseil Communautaire de la Communauté de Communes du Genevois. Au menu de la soirée figurait la finalisation de la position de la CCG sur le PACA St Julien - Plaine de l'Aire qui est déterminant pour les grandes options qui seront prises sur notre territoire dans les 20 ans qui viennent. Il s'agissait donc, pour les 17 communes qui constituent la CCG, de parler d'une seule voie et d'exprimer une position commune auprès de nos amis Suisses sur ce que nous souhaitons comme aménagement structurants.

Et là je dois dire que la moutarde m'est montée au nez!...

Le premier sujet qui a suscité mon désaccord concerne le projet d'échangeur sur l'A 40 à Viry.

Une entrée sur l'autoroute au niveau de la zone d'activités de Viry, couplée à la déviation de cette commune est hautement souhaitable, tout le monde en convient. D'ailleurs nos amis Suisses ont donné leur accord pour l'inscription dans le PACA d'un demi-échangeur qui permettrait une entrée du traffic vers Saint-Julien et une sortie du traffic se dirigeant en direction de Valleiry.
Pourquoi les Genevois ne souhaitent ils qu'un demi-échangeur et non un échangeur complet comme le demande la CCG: tout simplement parce qu'ils ne veulent pas d'une nouvelle pénétrante Viry-Bernex que la partie française demande, et à laquelle les villages concernés, soucieux de préserver leur environnement paisible et bucolique, sont farouchement opposés.

Or installer un échangeur complet à Viry leur mettrait une forte pression pour condescendre à accepter cette pénétrante, alors que le demi-échangeur n'est en aucun cas une menace. Le mieux est l'ennemi du bien et à  vouloir trop insister sur un échangeur complet, la partie française risque fort de se retouver gros-jean-comme-devant avec rien du tout. Le maire de Viry, Mr Jean Pierre BUET, un pragmatique comme je les aime, l'a d'ailleurs fort bien compris, puisque ce qui lui importe à lui, c'est d'obtenir une avancée concrête sur le projet de déviation, et qu'il estime ses chances bien meilleures de l'obtenir avec l'appui de Genève plutôt qu'avec l'hostilité du canton. mais alors qu'il est le premier concerné, on ne tient pas compte de son avis et on s'entête dans une posture qui risque bien de décevoir tout le monde; d'autant qu'en France, on netrouvera pas la première queue de cerise pour financer seuls un tel projet.

Dans cette affaire, Saint-Julien a les mêmes interets que Viry puisque cela détournerait une partie du traffic en provenance de Valleiry et Frangy vers l'autoroute plutôt que de continuer à subir les embouteillages du traffic qui se dirige vers la douane de Perly en traversant notre cité. Il est regrettable que les élus de la majorité n'aient pas conscience de cela et ne se soient pas unis à ceux de Viry pour défendre un point de vue commun, qui pourrait se résumer comme suit: Dans l'idéal, nous souhaitons un échangeur complet, mais nous acceptons l'hypothèse du demi échangeur si Genève y met un véto, et si le Canton accepte de prendre une partie importante de son financement: Un tiens, vaut mieux que deux tu ne l'auras pas!....

Toutefois, ce qui m'a fait bondir c'est le sujet concernant la conclusion sur le pôle d'échanges de St Julien-Bardonnex. Voici in extenso la délibération qui nous a été proposée:

3.2.2 Pôle d'échanges de St Julien-Bardonnex -tramway
Le plan de synthèse recommande d'établir une plateforme multi-modale d'agglomération sur le secteur de la douane de bardonnex comprennant:

  * le P+R principal pour le secteur Sud de l'agglomération
  * le terminus du tramway
  * les bus rapides d'agglomération
  * une nouvelle gare RER
la CCG n'est pas convaincue sur le fonctionnement du pôle d'échanges de Bardonnex. ........

3.2.3 P+R Arare et Bardonnex
Dans le cadre de l'étude sur le tramway de st Julien, le bureau CITEC a montré que du point de vue de l'efficacité du réseau de transport en commun, il était plus pertinent d'implanter un P+R au niveau de l'échangeur d'Arare plutôt qu'à Bardonnex.
Position
La CCG souhaite que soit évaluée la mise en oeuvre phasée d'un P+R de capacité moyenne à court terme à Arare et un P+R plus conséquent à Bardonnextramway ou lorsque le la croissance de la population et le développement de la zone urbaine dense le justifie.

Qu'est ce que tout cela signifie en termes compréhensifs pour l'habitant du canton?

Alors que le PACA supporte, à notre profonde satisfaction, l'idée du pole multi-modal de Bardonnex, , la CCG fusille le même projet en ressortant une vieille étude faite par CITEC qui privilégie l'implantation du P+R à Arare:

Mais ouvrez donc les yeux, Messieurs les élus, et tout particulièrement ceux de Saint-Julien. A quoi cela conduit-il?: à l'abandon pur et simple du tram à Saint-Julien.

En effet, si le P+R se trouve à Arare, quel est l'interet pour Genève de pousser le tram jusqu'à St Julien, d'autant plus qu'ainsi faisant, le canton s'économise des travaux couteux et l'hostilité de Perly qui, pour l'instant, ne voit pas d'un bon oeil l'arrivée du tram sur sa commune.


Ce qui est grave dans cette affaire, c'est que le maire de St Julien, qui se bat comme un forcené depuis plusieurs années pour obtenir le tram à St Julien et ainsi intégrer notre commune dans l'agglomération Genevoise, ne voit rien venir et se laisse enfumer comme un gamin. D'ailleurs, lors de mon coup de gueule, aucun élu de notre ville n'a eu la présence d'esprit de me soutenir et de défendre les interets, de notre ville d'abord, et du canton ensuite.

Si l'interet de développer un centre multi-modal avec des retombées économiques interessantes pour la ville n'est plus à démontrer, il faut aussi comprendre que ce projet permettra l'essor économique du canton que la plupart des élus appellent de leurs voeux.

En effet, comment développer l'activité économique sur notre territoire si celui-ci reste à l'écart du réseau de Transports Publics. Le P+R à Arare, c'est un trait final sur le tram à St Julien et c'est l'abandon de toute une politique de développement économique sur le canton.

Alors pourquoi en sommes nous arrivés là?

C'est la volonté d'une partie des élus des communes rurales de refuser le projet de Bardonnex, effrayés qu'ils sont de voir siphonner les fonds publics vers ce projet, au détriment du saupoudrage dont leurs communes bénéficient. Ce n'est malheureusement que la manifestation d'une politique à bien courte vue, qui n'honore pas ceux qui la tiennnent, sans parler des quelques élus qui sont aveuglés par l'hostilité, voire la haine, qu'ils nourissent envers Genève pour des raisons personnelles.

La deuxième raison se trouve dans l'inimitié que notre maire a créee envers sa personne au sein de la Communauté de Communes par un comportement qui indispose nombre d'élus du canton et qui en final a des répercussions néfastes sur les intérets de notre ville et de ses habitants. Passe encore d'avoir l'attitude qu'il a au sein du consil municipal de Saint-Julien, où il se permet d'insulter les élus de la minorité; ce n'est pas si grave puisqu'il dispose, encore, d'une majorité de voix au sein de ce conseil. C'est une tout autre affaire au sein de la CCG où Saint-Julien ne dispose que de 11 voix sur 68; cela donne à nos élus l'obligation de convaincre leurs collègues du bien fondé des projets et aussi de faire preuve d'une certaine souplesse et courtoisie envers eux. Ce que j'avance ici est d'ailleurs fondé sur la "pauvre" élection de Mr Thénard à l'ARC où le maire de la ville centre ne reçut que 33 voix quand le président de la Communauté de Communes recueillait lui 61 suffrages sur son nom. Une telle disparité est bien le signe d'un malaise qu'on ne peut ignorer et qui est corroboré par les propos de nombreux élus du canton lors de mes discussions avec mes collègues du Conseil Communautaire. 

Jean-Michel THENARD a su créer le vide autour de lui et, par effet ricochet, il fait payer à notre ville les conséquences, regrettables, de son attitude. Il faut que nos concitoyens le sachent!...

10:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg | | |  Facebook

24/10/2010

Taxer les riches pour aider les pauvres - Une bonne idée?

A longueur de jours, dans tous les médias démagogues, on nous rabat cette vérité simplissime, évidente, absolue, incontournable: Il suffit de taxer les riches pour aider les pauvres!..... Comment ces imbéciles qui nous gouvernent n'y ont-ils pas pensé plus tôt? C'est tellement évident. Et ainsi euréka, plus de pauvres!....

Ca parait tentant, mais sommes nous surs que cette politique simpliste produise l'effet souhaité? A lire l'article ci dessous,  il semble qu'au contraire l'effet pervers de cette politique égalitariste soit plutôt d'appauvrir tout le monde, y compris les pauvres.....comme le démontre la mise au point de Jean-Philippe Delsol, administrateur de l'IREF (Institut de Recherches Economiques et Fiscales), rédigée en septembre 2010.

En France, la réforme des retraites prévoit d’ores et déjà l’augmentation d’un point du taux d’imposition pour la tranche qui concerne les revenus les plus élevés. Confondant les finances de l’Etat et celles de la Sécurité Sociale, cette disposition aurait pour but de compenser le coût - soit environ 585 millions d’euros - du bouclier fiscal. Et le bouclier lui-même pourrait être désormais soumis à la condition que son « bénéfice » soit réinvesti dans des PME.
Aux Etats Unis, le débat est plus significatif et porte sur la question de savoir s’il faut ou non reconduire les exonérations d’impôts prévues par la majorité du Président Bush jusqu’au 31 décembre 2010 au profit d’environ trois quarts des foyers américains, mais surtout des plus aisés d’entre eux. Obama a pour sa part déjà tranché en faisant savoir qu’il voulait que s’éteigne le dispositif actuel pour le remplacer par des mesures provisoires et ponctuelles d’amortissement accéléré des investissements des PME.
Alors même que la croissance économique reste incertaine et que les déficits publics s’envolent, l’augmentation des impôts, et surtout sur les plus riches, peut-elle contribuer à l’assainissement des finances publiques et, par là, à la dynamique économique, ou au contraire ces mesures risquent-elles d’entraver le redressement des pays concernés ?
Selon une formule ancienne attribuée à l’économiste Barthélémy de Laffemas à la fin du XVIème siècle, « les hauts taux tuent les totaux ». Pufendorf faisait même remonter cette expression à Hésiode pour signifier qu’au-delà d’un certain niveau, variable selon les pays et les circonstances ou les époques, une augmentation des taux d’imposition contribue à réduire le produit de l’impôt, non à l’accroître. Avant même qu’Arthur Laffer reprenne avec succès cette formule en traçant sa fameuse courbe dans les années Reagan, l’ingénieur polytechnicien Arsène-Jule Emile Dupuit (1804-1866) en avait conceptualisé le principe scientifiquement dans les Annales des Ponts et Chaussées, n°116, datées de l'année 1844 : « Si l'on augmente graduellement un impôt depuis 0 jusqu'au chiffre qui équivaut à une prohibition, son produit commence par être nul, puis croît insensiblement, atteint un maximum, décroît ensuite successivement puis devient nul ».
Dans un article récent du Wall Street Journal (3 août 2010), Arthur Laffer a rappelé l’évolution inversement proportionnelle des taux d’impôt d’une part et du produit de l’impôt et de la croissance du PIB tout au cours du XXème siècle aux USA. Il souligne également que plus les taux d’impôt sur le revenu des plus riches baisse, plus ceux-ci concourent au produit de l’impôt.
Car lorsque les taux d’impôt sont trop élevés, les gens aisés déploient tous les moyens possibles pour réduire leur assiette imposable en même temps que cet excès de taxation décourage nombre d’entre eux d’entreprendre ou pour le moins de travailler plus.
Ces constatations sont vérifiées pour les baisses d’impôt des présidents Harding et Coolidge dans les années 20, comme pour celles des président Kennedy dans les année 60 ou du président Reagan dans les années 80. Les taux marginaux supérieurs d’imposition furent alors réduits respectivement de 73 à 25%, de 91 à 70% et de 50 ou 70% à 15 ou 35%. Et le produit des impôts des 1% de contribuables les plus fortunés passa respectivement de 0,6% en 1920 à 1,1% du PIB en 1928, de 1,3% en 1960 à 1,9% en 1968, de 1,5% en 1978 à 3,3% en 2007. A contrario, lorsque les présidents Hoover puis Roosevelt portèrent les taux supérieurs d’imposition sur les revenus à 63% en 1932 puis 79% en 1936, la contribution des 1% des foyers les plus aisés furent quasiment stables, passant de 1,1% du PIB en 1928 à 1% en 1940, mais dans le même temps la Grande Dépression continuait de détruire la société américaine que seule l’économie de guerre allait sauver. Durant les hausses d’impôts des années Nixon, Ford et Carter, entre 1968 et 1981, la contribution fiscale des 1% les plus riches fut réduite de 1,9% à 1,5% du PIB.
Certes, la baisse de la fiscalité sur les plus hauts revenus accroît sans doute les inégalités, mais seulement parce que les déciles les plus modestes s’enrichissent moins que les plus fortunés. Vaut-il mieux que tous s’appauvrissent pour éviter plus d’inégalité ou faut-il accepter que certains s’enrichissent plus que d’autres proportionnellement pour permettre que tous s’enrichissent ? A part les adeptes du nivellement par le bas, dont les marxistes de toutes obédiences ont démontré l’inanité et le caractère purement idéologique, chacun admettra qu’il est préférable de miser sur le développement pour tous plutôt que sur une égalité finalement nuisible d’abord aux plus pauvres. Ceux qui ne sont pas convaincus pourront s’en remettre à la théorie de la justice de John Rawls : « Ceux qui ont été favorisés par la nature, quels qu’ils soient, peuvent tirer avantage de leur chance à condition seulement que cela améliore la situation des moins bien lotis. ….Ainsi, nous sommes conduits au principe de différence si nous voulons établir le système social de façon à ce que personne ne gagne ni ne perde quoi que ce soit, du fait de sa place arbitraire dans la répartition des atouts naturels ou de sa position initiale dans la société, sans donner ou recevoir des compensations en échange. » Le seul problème, avec John Rawls, c’est qu’il n’a pas su calculer cet optimum de justice fiscale (mais comment aurait-il pu le faire ?) ce qui a autorisé les gouvernements à augmenter sans cesse la pression fiscale sur les plus riches !
Si la raison l’emporte sur la démagogie, les gouvernements de France, des Etats Unis et d’ailleurs devront éviter des hausses d’impôts à la charge des plus riches qui finalement coûteront plus qu’elles ne rapporteront, et feront peser un fardeau supplémentaire sur les contribuables les plus démunis.

A la suite de cet excellent article, si politiquement incorrect, je me permettrai d'ajouter que j'ai moi même pu vérifier l'exactitude de cette théorie sur une variable similaire: les droits de douane.

En effet, lorsque je vivais et travaillais en Thailande, j'ai pu me rendre compte que l'imposition de droits de douanes excessifs sur les produits importés conduisait les importateurs à utiliser toutes sortes de stratagèmes pour contourner cette taxation jugée prohibitive. Quand le gouvernement eut enfin pris conscience de cet état de fait et abaissa le niveau d'imposition à un niveau jugé raisonnable par les acteurs économiques, ceux-ci acceptèrent de payer normalement cette taxe et on assista alors à une remontée significative des revenus douaniers, sans pour autant favoriser l'accroissement du volume des biens importés: cela s'appelle une bonne gouvernance économique.

Afin de démontrer l'absurdité de la politique démagogue, si typique de notre pays, qui consiste à dire "les riches paieront" au prétexte qu'il faut tendre irrémédiablement vers l'égalité, je souhaite montrer ici à quel type de société conduirait notre souci d'égalitarisme forcené s'il était conduit jusqu'à son terme.

Ainsi, n'est-il pas intolérable, n'y a t-il pas là une injustice absolue à ce que certains d'entre nous soient moches quand d'autres sont insolents de beauté. Et c'est un calvaire quotidien pour les moches qui doivent subir la tyrannie des beaux. Qui ne s'est pas fait éconduire par une dulcinée au prétexte qu'elle avait trouvé plus beau que soi; quelle actrice de talent, mais au physique ingrat, n'a t-elle pas dû laisser sa place à une beauté écervelée dont la plastique était, elle, avantageuse . Nous vivons sous la tyrannie du beau!... Même cause , mêmes effets: jetons vite du vitriol sur ceux que la nature a favorisés afin de les mettre au même niveau que les défavorisés de l'apparence. C'est la seule solution applicable: il ne serait pas supportable de vouloir embellir les plus moches, car cela favoriserait les riches moches au détriment des moches pauvres qui ne pourraient s'offrir les bénéfices de la chirurgie esthétique.  Non vraiment, la seule vraie égalité , c'est que tout le monde soit moche.

Mais ne nous arretons pas en si bon chemin: Assez avec les grands qui, de toute leur hauteur, humilient les petits!... Mieux que les talonnettes pour rehausser les courts sur pattes et dont tout le monde se moque (n'est ce pas Nicolas!...), la solution c'est bien d'élaguer quelques centimètres de ceux qui mesurent plus de 1.85 M (la taille légale avant raccourcissement devant d'ailleurs être décidée par une loi votée à l'Assemblée Nationale)

Et que dire de ces salopards de gens en bonne santé qui vont pouvoir profiter de leur retraite plus longtemps que les malheureux malades, condamnés à disparaitre prématurément!... Non non, ce n'est pas tolérable, il faut égaliser tout cela: en même temps cela résoudra notre problème de retraite et le gouvernement pourra retirer sa loi sur le recul de l'age légal de la retraite, à la grande satisfaction des syndicats. Oui à la retraite à 60 ans, mais à 66 ans et 125 jours (selon la loi votée en Congrès par les deux Chambres réunies), si vous êtes toujours en bonne santé, on vous administrera, à votre choix, le virus de la peste, du choléra ou de toute autre bonne vieille maladie mortelle, afin que vous ne dépassiez pas l'age maximum fixé par la loi sur l'égalité ( en 2020, l'age légal de la mort a été fixé à 72 ans et 65 jours.)

Voila le monde que nous préparent les égalitaires à tout crin!.....

Trève de plaisanterie, il serait temps que l'on accepte nos différences; certains sont plus grands, d'autres plus intelligents, d'aucuns courent plus vite.... Qui peut croire une seule seconde que freiner Ushain BOLT fera courir Christophe LEMAITRE plus vite. Bien au contraire!.... cela s'appelle l'émulation. D'ailleurs c'est toujours quand la concurrence est relevée que tombent les records du monde....

Il est grand temps d'en finir avec cette philosophie perverse de l'égalitarisme. Place à celle de l'équité! Donnons à chacun les mêmes chances, autant que faire se peut et laissons ensuite le mérite  de chacun (travail, persévérance, talent) déterminer son destin. Je ne condamne pas celui qui ne veut travailler que 35 heures, c'est un choix de vie. En revanche, il doit accepter de gagner moins que celui qui travaille 45 heures. cela s'appelle l'équité. De la même façon, celui qui a sacrifié ses loisirs à l'étude doit-il être récompensé; d'une certaine manière, c'est la morale que Jean de la Fontaine nous transmet dans la fable de "La cigale et la fourmi".

L'équité, voila la vraie justice sociale! Mais malheureusement ce n'est pas ce mot magnifique qui orne le fronton de nos édifices publics!....