Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2010

La France a son Hugo CHAVEZ: Jean-Luc MELENCHON - A consommer avec modération

Mardi soir dernier, sur France 2 , Luc FERRY et Jean-Luc MELENCHON étaient les invités de la nouvelle émission de Guillaume DURAND. Ceci afin, comme il est de bon ton à la Télé, de faire la promo de leur livre respectif:

"La Révolution de l'amour" pour Luc Ferry

ferry-revolution.jpg

"Qu'ils s'en aillent tous" de Jean-Luc Melenchon

melenchon-aillent.jpg

L'occasion, pendant 90 minutes de mieux découvrir ces deux personnages et leur idéologie. Rien qu'au seul tître de leur bouquin, on pouvait s'attendre à de profondes divergences chez ces deux hommes qui se tutoient et ont fait mine de s'apprécier. Et je dois le dire, on n'a pas été déçu!....

A l'esprit de tolérance et d'ouverture de Luc FERRY, Mr MELENCHON nous a opposé son sectarisme autoritaire nous faisant revivre les pires moments de la gauche, au début des années 80,  lorsque les caciques du PS martelaient à l'encontre de leurs opposants de droite des phrases du style "Vous avez juridiquement tort puisque vous êtes minoritaires". Je vais même plus loin: je dis "Attention Danger!" Ce MELENCHON sympathique et cabot que je croyais connaître s'est révélé un facheux FOUQUIER-TINVILLE prêt, même s'il s'en défend, à faire tomber les têtes qui n'auraient pas l'heur de lui plaire.

Melenchon.jpg

Le seul tître de son livre est tout un programme: Pour paraphraser un autre homme politique extrémiste, de droite celui là, La France de Mr MELENCHON, on l'aime, on obéit à ses diktats, ou on est prié d'aller voir ailleurs!.... Son déni des élites et des leaders est tel que le chantre de la Gauche populiste est prêt à se passer de tous les talents qui ne lui conviendraient pas: cela me rappelle cruellement une époque ou on avait décapité l'équipe de France de ski, geste dont on paya les conséquences pendant 20 ans.

Je n'ose envisager les dégats que causerait ce bon monsieur s'il prenait le pouvoir dans notre pays. Cela ne serait pas loin d'être aussi tragique pour la nation que la révocation de l'Edit de Nantes le fut en son temps.

A cette attitude méprisante envers les élites de ce pays, le trublion et tribun rouge ajoute une inaptitude angoissante à supporter ceux qui auraient le malheur de ne pas opiner du chef avec lui:  Ainsi, indiquant tout de go, sans qu'on l'ait questionné le moins du monde sur le sujet, qu'il destestait Frederic MITTERRAND, il admit dans la même phrase ne pas le connaître; cette sentence sans appel provoquant la surprise de Guillaume DURAND, l'animateur eut le culot de lui dire qu'il trouvait une telle attitude (détester quelqu'un qu'on ne connait pas) un peu cavalière et ridicule. Que n'avait-il pas dit là!... Le sieur DURAND se fit renvoyer dans ses buts illico-presto, le gourou de la gauche ne supportant pas l'outrecuidance de l'animateur qui osait le contredire et le trouver ridicule!.... En mon for intérieur, je me suis réjoui que nous ne fûmes plus au XVIII ème siècle, sinon le pauvre Guillaume DURAND était bon pour l'échaffaud.

A l'entendre et à le voir distribuer les bons ou les mauvais points, Mr MELENCHON doit regretter de n'avoir pas pu exercer son sacerdoce en URSS dans les années 50: il aurait surement adoré remplir les goulags de ces maudits bourgeois ou de ces révolutionnaires trop mous qu'il n'est pas question pour lui de tolérer. "Qu'ils s'en aillent"!... sinon gare à eux.

Eh bien moi, monsieur Melenchon, je n'envisage pas de partir et je vous le dis en face, de la même façon que le disait à Jean-Pierre Elkabach celui dont vous avez décidé de prendre la place, Georges Marchais: "Taisez Vous Mélenchon"

Commentaires

Vus avez perdu l'habitude d'avoir à gauche une pointure de la taille de Mélanchon et ça vous énerve car l'homme a de la répartie et ne se laisse pas balader comme vous l'auriez souhaité . Vous en avez pas fini avec lui soyez rassuré.
Vous êtes grotesque par la façon comme vous commentez la prestation de JLM chez Guillaume Durand et vous ne méritez que le mépris en écrivant de pareilles balivernes à propos d'un homme plutôt courageux.
Donnez un peu de hauteur à vos écrits si vous en êtes capable ou changez de métier. Des nullités comme vous ce n'est pas ce qui manque, hélas.

Écrit par : Antonio | 15/10/2010

Je constate avec bonheur votre hauteur de vue et la pertinence de vos commentaires. Vous avez frappé à la bonne porte avec Mr Melenchon; quant au courage de celui-ci, j'aimerais que vous m'expliquiez ce qu'il a bien pu faire pour qu'on lui décerne le titre d'homme courageux. A-t-il risqué sa vie en osant affronter les médias? .....

Écrit par : Pierre | 15/10/2010

Antonio,
Le problème de Pierre c'est qu'il a une conception erronée de la réalité. Il croit encore que le travail peut payer et que l'on vit dans une société qui permet à tout le monde de s'en sortir. C'est évidement faux. Ceci dit, ce n'est pas une raison pour l'insulter.

J'aime bien Mélenchon et ses idées mais il est un peu comme Sarko ou Ségo, il pédale dans la comm. Quand il attaque les importants il me fait marrer, il a quand même été ministre et longuement sénateur. C'est au moins à ce niveau que commence l'Importance. Autre remarque, je pense qu'il n'a pas fait son deuil de la sacro-sainte croissance, une erreur d'analyse qu'il partage avec Pierre.

Écrit par : Joël | 17/10/2010

En plus j'aime assez Chavez qui a quand même fait bouger les lignes dans la classe des profiteurs de pétrole de son pays. Le peuple ne s'y est pas trompé, on peut lui préférer Lula mais ce souffle sur l'Amérique du Sud est assez rafraîchissant après les années Reagan.

Écrit par : Joël | 17/10/2010

Merci Joel pour tes critiques toujours mesurées et documentées.
Quant à Lula, certains qui connaissent bien le Bresil disent que son grand mérite fut de savoir conserver l'héritage de son prédeceseur et de faire preuve de pragmatisme par rapport à une idéologie de départ qui pouvait effrayer les milieux économiques; en tout cas, 8 ans après, qu'on le veuille ou non, et qu'il en soit le principal responsable ou pas, le Bresil est sur la carte des pays les plus dynamiques, et finalement c'est surtout cela qui compte.
Pierre

Écrit par : Pierre | 18/10/2010

Les commentaires sont fermés.