Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2010

Patrimoine de Saint-Julien: La Ferme DAVID

Le 18 septembre, lors de la journée du Patrimoine, le principal centre d'animation de notre ville se trouvait sur le site de la Maison DAVID. A cette occasion, à l'instigation de l'association La Ville est à Vous,  une visite guidée était organisée pour tous ceux qui s'interessent à l'histoire de notre bonne ville. La présentation ci-dessous inspirée en grande partie du travail de Mr Jean-Luc DAVAL a pour but de résumer ce qui s'est dit lors de cette journée à propos de ce haut lieu architectural de notre commune.

 

IMG_0259.jpg

 

L'ensemble du site qu'on appelle Maison ou Ferme DAVID comprend une maison de maître, une ferme et un parc jardin. Cet ensemble date de la Révolution puisqu'il fut construit en 1789 par Jean-François MENAUD de BONTEMPS, un émigré français en Sardaigne, qui malheureusement pour lui, sera rattrapé par les armées de la République, lorsque celles ci envahiront Genève et une partie de la Savoie en 1792. Rappelons qu'à cette époque notre territoire n'était pas français mais qu'il appartenait au Royaume de Piémont-Sardaigne dirigé par les descendants de la Maison de Savoie.

En 1794, le 16 juin pour être exact, le domaine est racheté par Mr Louis JACQUEMARD, Vice-Président du Directoire de Carouge, comme "bien saisi" pour la somme de 53600 livres. Notons qu'à cette époque, notre territoire faisait partie du Département du Léman (dont la capitale était Genève), département qui fut créé en 1793 lorsque les troupes françaises envahirent le Genevois et qui disparut avec la chute de Napoléon en 1815.

Le domaine restera propriété de la famille Jacquemard jusqu'à son acquisition par Fernand DAVID qui en fera sa résidence familiale. Je ne peux m'empécher de rappeler que ce furent mes ancètres, la famille RABUT qui pendant 100 ans furent les fermiers de ce domaine et qu'il n'est pas impossible que ce soit à la suite de la décision de mon ancêtre Pierre RABUT de cesser son activité de fermier que la famille JACQUEMARD entreprit de se désaisir de ce domaine.

L'ensemble est resté dans un état admirable, les différents propriétaires ayant su adapter les structures initiales à leurs besoin de confort sans en altérer l'authenticité.

 

Les qualités architecturales du Domaine

Le domaine dont les premiers éléments furent construits en 1789 -1791 comprend la maison de maître qui, jusqu'en 1830 abrita le propriétaire et le fermier. Devenue demeure , celle ci bénéficia au fil des ans de nombreuses transformations destinées à améliorer le confort de ses habitants.

Le rez de chaussée et le premier étage ont été modifiés au fur et à mesure des besoins et de la fortune des propriétaires qui passèrent de ceux d'un exploitant rural à ceux de la résidence familiale d'un homme politique important de la IIIème République. Les différentes pièces ont gardé leur destination d'origine: hall, cuisine, chambre, escaliers...

Les matériaux utilisés sont sobres, élégants, authentiques: carrelages, parquets, cheminées, boiseries, portes, etc.... A noter que chaque serrure est forgée avec un chiffre qui permet de reconnaître sa clef. 

IMG_0252.jpgQuant à la tour moyennageuse du coté nord, il s'agit là d'un rajout dont l'usage fut destiné à adjoindre un cabinet de toilette à chaque étage; on notera que cette tour s'intègre parfaitement au bâtiment sans le dénaturer, et en lui apporatnt même une certaine distinction.

IMG_0261.jpg

Au sous sol, les magnifiques caves voutées en briques témoignent de l'importance de l'activité viticole pendant plus d'un siècle: elles sont restées dans leur état originel

La modernisation de l'ensemble date du début du XXème Siècle et fait suite à l'acquisition du domaine par le ministre Fernand DAVID qui fait de la maison de maître sa résidence d'été. Dans cette optique, il construit une véranda, aménage salons, chambres et bureaux, en installant parquets et boiseries. Pour améliorer le confort de la maison, il installe l'eau courante avec des salles de bains modernes et bien entendu, il l'équipe de l'électricité.

 

Commissaire Général de l'Expostion Internationale des Arts Décoratifs en 1925, il n'est pas insensible au style moderne de l'époque et il aménagera des espaces typiquement Arts Déco dans sa résidence, comme par exemple les boiseries du salon du Rez de Chaussée.

La maison a les caractéristiques des domaines ruraux du Genevois: proportions, formes, dispositions des fenêtres ainsi que la pente et la couvertture du toit. On notera que la charpente est d'origine et est faite avec les matériaux locaux.

Une cour pavée sépare la maison de la ferme qui est restée dans un état exceptionnel. Ses dimensions, sa hauteur et sa charpente sont spectaculaires. Originellement, elle comportait 3 travées:

une pour les bêtes d'élevage
une pour le matériel agricole et les voitures
une pour les animaux de trait (chevaux & boeufs)

L'étage sert de remise, de logement ouvrier et surtout de grenier. Comme dans nombre de grosses fermes de la région, des ponts roulants sur poulie permettent la distribution du fourrage dans l'ensemble de la grange. Depuis le sol, on peut admirer la charpente de l'édifice qui est superbe.

Sur le coté droit de la cour, une petite maison a été construite pour le fermier aux environs de 1830, au moment où le propriétaire s'est installé dans la maison principale. Jardin, potager, verger, pigeonnier et poulailler sont à proximité.

IMG_0251.jpgQuant au magnifique parc qui entoure la maison de maître, il date de 1914 et a été dessiné pour le ministre Fernand DAVID par le jardinier genevois Jules
ALLEMAND. La consultation des plans démontre que le jardin est resté dans son état d'origine, ce qui est rare dans la région. Le propriétaire a voulu que les parterres restent fleuris tout au long de l'année, ce qui explique la grande variété de plantes qui le composent. La conception du jardin méle harmonieusement l'ordonnance à la française à des bosquets de style anglais; des espaces variés et ombragés permettent la promenade, voire la méditation ainsi que la possibilité de prendre des repas ombragés. L'ensemble surplombe la plaine de l'Aire et offre une vue spectaculaire sur le Jura et la plaine de Thairy; celle ci fut longtemps peu cultivable jusqu'à son assèchement, et c'est bien sur les coteaux plantés de vigne, comme ils subsistent à Lully et Soral, que l'activité agricole était la plus importante. 

 

La valeur historique du domaine

Comme nous l'avons vu plus haut, l'ensemble a été construit en 1789 par l'émigré Bontemps; il est prévu pour se suffire à lui même et procurer des revenus à son propriétaire tirés de l'exploitaion agricole générés par la vente de sa production sur les marchés de Carouge et de Genève, principaux débouchés pour le vin, les céréales et légumes, volailles et tommes. Le nombre de vaches est alors limité car lait et fromage n'étaient guère exportables avant la construction du Chemin de Fer et l'amélioration du Réseau Routier qui datent de la fin des années 1880. C'est donc de la vigne que la région tire ses principaux revenus agricoles.

La Savoie devient française en 1860, sous Napoléon III, mais la démocratie n'intervient réellement qu'à partir de 1880. A cette époque la colonie savoyarde de Genève est deux fois plus importante que celle de Paris, d'où l'importance économique des zones compte tenu de l'interdépendance étroite entre Genève et son arrière pays.

C'est dans les premières années du XXème Siècle que Fernand DAVID achète la propriété JACQUEMARD grace à la fortune de sa femme. En effet, avocat au tribunal de Saint-Julien, Fernand David est élu député de la circonscription en 1898; il remplace César DUVAL et sera régulièrement réélu jusqu'en 1919. Battu par la Droite aux élections législatives qui suivent la Grande Guerre, il est néanmoins élu comme sénateur, ce qu'il restera de 1910 jusqu'à sa mort, le 17 janvier 1935. 

Fernand_David_01.jpg

 

Huit fois ministre de la III ème République dont six fois ministre de l'Agriculture, Fernand DAVID joue un rôle fondamental dans le développement, la modernisation et la mécanisation de l'Agriculture. De plus, il est l'un des créateurs du Crédit Agricole. Outre son classement en station climatique (ce qui permettra un siècle plus tard à notre ville d'accueillir un Casino), St Julien lui doit son observatoiire météologique. Par ailleurs Fernand DAVID est un ardent défenseur des zones franches. Sa carrière le verra devenir vice-président du Sénat et négociateur au Liban, avant qu'il ne soit désigné Commissaire Général de la Grande Exposition Internationale des Arts Décoratifs de 1925. Expo qui réunit les avant-gardes du monde entier, dont les Russes, et grace à laquelle l'architecture moderne de Le Corbusier, la prestigieuse revue L'Esprit Nouveau et les grands couturiers sont lancés. Enfin, il sera aussi le président du Conseil d'Administration de la Manufacture de Sèvres.

Il fait de Saint-Julien sa résidence d'été et il modernise sa demeure pour qu'elle soit digne de son statut; il y recevra d'ailleurs de nombreuses personnalités. Plus tard, son fils Jean DAVID qui jouera un rôle tres important dans le rayonnement de l'hôpital de Saint-Julien en fera son domicile familial, et le domaine est resté aux mains de ses héritiers jusqu'en 2008.

Conclusion

Le domaine DAVID est un témoin privilégié de ce que fut la vie et l'économie depuis deux siècles dans le Genevois: son architecture est le reflet du style de vie de notre région où sobriété et respect des matériaux laissent entrevoir déjà une certaine conscience écologique. Même si l'on ne peut pas vraiment parler de "monument historique", on pourra cependant définir ce domaine comme un lieu remarquable d'histoire, tant par les évènements qu'il a traversés (révolution, invasion française, retour à la Savoie, puis annexion à la France) que par la stature de ceux qui l'habitèrent et le firent évoluer.

Les commentaires sont fermés.