Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2010

Avatar, le film des valeurs inversées

Il est difficile d'échapper à AVATAR, le dernier opus du talentueux réalisateur couronné de succès qu'est James CAMERON en passe de battre ses propres records d'entrées établis avec TITANIC.

Par curiosité et aussi pour appréhender ce que nous réserve l'avenir du cinéma avec la vision 3 D, je me suis donc rendu dans une salle obscure pour découvrir ce que nous avait concocté le maitre incontesté du Box Office.

salle-cine-3D-150x150.jpgIl faut bien reconnaitre que la vision en 3 dimensions est une curiosité attrayante dont le meilleur effet nous fut proposé dès les publicités avant le film avec une image saisissante des bonbons HARIBO qui volent en notre direction et que l'on ne peut s'empêcher de tenter d'attraper. Voila donc un bon point, et cette nouvelle technologie devrait encourager, si besoin était, le public à se presser nombreux vers les multiplex de sa région.

Quant au film, lui même, j'ai eu l'impression d'être plongé dans un univers onirique, comme dans un rève d'enfant. Cela explique que le temps ne parait pas long malgré les 2 heures 45 de projection. Un grand bravo au responsable des décors, c'est féérique et, rien que pour ça, le film mérite d'être vu.

Ce qui est interessant  toutefois, c'est la morale du film, qui est symptomatique de l'évolution des mentalités et qui prouve à quel point le politiquement correct et les idées dominantes ont changé en un demi siècle. En effet, si l'on veut résumer le film, il s'agit en réalité d'un western moderne où les Américains colonisateurs veulent prendre les terres d'une colonie d'indiens naifs et écolos; la différence avec le western traditionnel, c'est qu'au lieu de se passer dans les plaines de l'Ouest Américain, cela se passe dans l'Espace, sur une planète conquise par les hommes et où la tribu des Nahvis fait de la résistance à l'expansion des colons comme l'ont fait à leur époque les Sioux ou autres Cheyenne

La grande différence avec le western classique se joue sur le fait que ce film (le plus cher jamais produit par les moguls d'Hollywood) prend .   Image Avatar 1.jpg

le parti des gentils indiens contre les méchants envahisseurs. Et alors qu'autrefois, on applaudissait à l'arrivée inopinée de la Cavalerie qui venait secourir les gentils colons blancs assiégés par les affreux indiens assoiffés de sang, dans la nouvelle version de ce genre typiquement américain, on se réjouit de voir les gentils indiens armés de simples flèches renverser et anéantir le méchant homme et son armée de chars et de mitrailleuses lourdes.
Un rève , je vous disais!.... A moins qu'on ne doive y voir une allégorie où les Nahvis sont les écolos modernes qui se révoltent contre les capitalistes jamais rassasiés des ressources de la planète.

Quand on sait à quel point les Américains n'ont pas changé et gardent leur esprit de cowboy pour aller prêcher leur bonne parole dans le monde (eh oui, l'Irak et l'Afghanistan, ils connaissent) et à quel point, ils sont imperméables au sens écologique des Européens (souvenons nous de l'échec de Copenhague en décembre dernier), on ne peut que se réjouir d'un tel message dans un film grand public venu des USA; mais on ne peut s'empêcher de sourire, en se disant que c'est quand même un peu l'hôpital qui se fout de la charité

Avatar 2.jpg

 

15:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.